10/08/22 : Bordeaux est une des villes qui compte le plus de pâtisseries. Son score est de 4 pour 100 000 habitants, autant que Lyon, plus que Paris et Toulouse, mais moins que Strasbourg. Podium établi par Hellofresh, leader des boxs à cuisiner.

09/08/22 : Une soixantaine de commerçants de la ville de Périgueux a prévu de participer à la grande braderie en plein coeur de l'été, pour les trois journées des jeudi 11, vendredi 12 et samedi 13 août.

09/08/22 : Dans les Deux-Sèvres, le bassin de la Charente et le sous-bassin Aume-Couture sont en alerte 1 pour l'eau. L'arrosage des espaces verts, l'alimentation des fontaines, le remplissage des piscines sont interdits ainsi que le lavage des véhicules.

09/08/22 : Le département de la Gironde est placé en vigilance orange canicule à compter de ce mardi midi. Les maximales attendues pourront atteindre 21° la nuit et 36 à 38° en journée.

09/08/22 : Le département du Lot-et-Garonne passe en vigilance orange canicule à compter de ce mardi midi, avec des températures maximales prévues de 36 à 38 °C, puis mercredi et jeudi, jusqu'à 40 °C. Fin de l'épisode attendue pour vendredi.

09/08/22 : Un décret au journal officiel du 4 août acte la création effective de la Chambre d'agriculture interdépartementale de la Charente-Maritime et des Deux-Sèvres au 1er octobre prochain. Un travail de rapprochement mené depuis plus de sept ans.

08/08/22 : En raison de la sécheresse et des prévisions météos pour la semaine, les forêts du Pignada et du Lazaret à Anglet (64) sont fermées à compter du lundi 8 août, 18 H. Une décision prise en prévention du risque maximal de départ de feu.

08/08/22 : Météo France place le département des Landes en vigilance jaune canicule à compter de ce lundi 14h00. La vague de chaleur prévoit des températures minimales comprises entre 18 °C et 20 °C la nuit et 36 °C à 38 °C en journée.

08/08/22 : La première édition de Biarritz Hall Music Festival avec les meilleurs artistes de la scène électro française a lieu le 12 et 13 août. L’équipe est à la recherche de bénévoles pour l'accueil, le bar, les animations, la logistique... pour s’inscrire:+ d'info

05/08/22 : Le festival Paseo ouvre ce 5 août à Bayonne. Entièrement gratuit, il propose un rendez-vous par soir de l’été, avec musique, chant, danse ou performance artistique. Inédit: des déambulations musicales gentiment déjantées les lundis.+ d'info

03/08/22 : La poudrerie Eurenco à Bergerac, classée Seveso, a connu plusieurs explosions ce 3 aout, en début d’après-midi. Un incendie dans un bâtiment de stockage s'est déclaré, mais il ne progresse plus. Huit personnes sont blessées. Le personnel est évacué.

03/08/22 : Entre 1,1 et 1,2 million de personnes ont participé à la 90 édition des fêtes de Bayonne pendant cinq jours et cinq nuits, en augmentation de 15 % par rapport à 2019. Le nombre de violences constatées a baissé.

03/08/22 : Depuis ce mercredi 3 août minuit, le département des Landes est placé en vigilance rouge (Niveau 4 sur une échelle de 5) pour le risque d'incendies en forêt.

03/08/22 : A compter du mercredi 3 août à midi, le Lot-et-Garonne passe simultanément en vigilance orange canicule, et vigilance rouge (vigilance très élevée - niveau 4 sur une échelle de 5) pour le « risque feux de forêt ».

02/08/22 : Un nouvel incendie s'est déclaré ce mardi à Laluque (Landes). 30 ha de pins ont déjà brulé. Deux maisons sont évacuées préventivement. Deux canadairs et un DASH réalisent des largages. 169 pompiers sont engagés. Sept trains sont immobilisés.

02/08/22 : L’incendie débuté dimanche 31 juillet à Mano (Landes) est fixé. Il est toujours actif mais contenu sur 300 ha. 100 sapeurs-pompiers, et 13 gendarmes sont encore sur place. Une partie des habitants évacués est autorisée à regagner son domicile.

01/08/22 : GIRONDE - Au vu des conditions météorologiques, le département a été placé en vigilance rouge par la préfecture (risque très élevé, niveau 4 sur 5) pour le risque d’incendies en forêt, à compter du 1er août 2022 et jusqu’à nouvel ordre.

28/07/22 : Face à la faible participation du public sur le projet de modification de la charte départementale des utilisateurs agricoles de produits phytopharmaceutiques, la préfecture 64 a décidé d'allonger le délais de la consultation jusqu'au 15 août 2022.+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 10/08/22 | Le feu inquiète de nouveau en Gironde et dans les Landes

    Lire

    Le feu de Landiras a repris au niveau de la commune de Saint-Magne mardi, en sortant de la zone dans laquelle il avait été fixé, nécessitant l’intervention de 500 sapeurs-pompiers, appuyés par des avions bombardiers d’eau. 6 000 ha ont brûlé à Hostens. Le feu très virulent s’est étendu au département des Landes. Plus de 5000 personnes ont été évacuées et seize maisons détruites à Belin-Beliet. Le front de l’incendie se dirige vers l’A63 (Bayonne-Bordeaux) où la vitesse est abaissée à 90 km/h.

  • 10/08/22 | Le leader du e-commerce équin s'installe en Nouvelle-Aquitaine

    Lire

    Blue Horse Group, leader français du e-commerce dédié au monde du cheval, sur les secteurs santé, soin et équipements pour le cheval et le cavalier, installe son siège et ses équipes de marketing digital et de e-commerce à Ambarès-et-Lagrave (33) et crée aussi sur place une plateforme logistique. Un choix dicté par "le carrefour logistique qu’offre la zone" et "le vivier de compétences Tech et Web de la métropole bordelaise", dans une région dense en haras, écuries de concours et centres équestres. 10 emplois ont déjà été créés, 4 à 5 autres nouvelles personnes devraient rejoindre la société.

  • 10/08/22 | Le train du rugby arrive en Nouvelle-Aquitaine

    Lire

    A un an de la Coupe du Monde 2022 de Rugby, un train du rugby parcourt la France depuis le 21 juillet dernier. Du 13 au 15 août, il fait escale à Bordeaux, à la gare Saint-Jean. A son bord, des expériences immersives ou la découverte des équipes qualifiées seront proposées. A cette occasion, un village Rugby va s'installer au Parc des Sports Saint-Michel. Il fera également escale à Dax, Bayonne, Biarritz, Pau, Agen, Poitiers, Limoges et Brive.

  • 10/08/22 | Orelsan chante pour les 40 ans du village Emmaus de Pau

    Lire

    Le Village Emmaüs Lescar-Pau fête ses 40 ans avec la reprise du festival le lundi 15 Août. A 18 h, rendez-vous avec une très belle programmation musicale: Orelsan, Mouss et Hakim, Specy-Men et Chamalove se partageront la scène pour un show exceptionnel vibrant d’entraide et d’espoir. Réservations des places, au bureau du Village Emmaüs Lescar-Pau, dans le réseau Ticketmaster et sur Eventick’.

  • 09/08/22 | Les urgences de Sainte-Foy-la-Grande fermées pour quatre nuits

    Lire

    Le service d’urgences du Centre Hospitalier de Sainte-Foy-la-Grande (Gironde) suspend les accueils de 18 h 30 à 8 h 30, les nuits des 10, 11, 12 et 13 aout. Le service rencontre des tensions de recrutement en personnel médical. Le service des urgences restera accessible en journée. La nuit, les usagers sont invités à contacter le Centre 15 qui les orientera vers la solution de prise en charge la plus adaptée. Le service d’urgences reprendra un fonctionnement normal à partir du dimanche 14 août 8h30 du matin. Le SMUR reste opérationnel durant la période et assurera les transferts.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Métropole | 2020 : la filière tourisme bordelaise accuse le coup

03/03/2021 | Patrick Seguin, Brigitte Bloch et Olivier Occelli à l'Hôtel Burdigala.

Patrick Seguin, Brigitte Bloch et Olivier Occelli à l'Hôtel Burdigala

C'est à l'Hôtel Burdigala (Bordeaux) que Brigitte Bloch, Présidente de l’Office de Tourisme et des Congrès de Bordeaux Métropole (OTCBM) et Vice-présidente de Bordeaux Métropole en charge du tourisme, Patrick Seguin, Président de la CCI Bordeaux Gironde et Olivier Occelli, Directeur de l'OTCBM ainsi que leurs partenaires ont présenté, hier, le bilan touristique et le baromètre de l’hôtellerie 2020 pour l’ensemble de la filière tourisme. Une rencontre qui a également été l'occasion de revenir sur les actions de relance mises en place au cours de cette année et de présenter les opérations prévues pour 2021.

De l'avis général, 2020 risque fort de rester dans les mémoires comme l'année la plus catastrophique que l'on ait jamais vue pour l'activité hôtelière. Crise qui impacte d'ailleurs tout particulièrement Bordeaux, une des villes les plus touristiques de l'Hexagone. « Avant cette pandémie, Bordeaux, avec ses 9,5 millions de visiteurs dans l'année, était la première ville de France après Paris en termes de fréquentation touristique. Aujourd'hui, elle est cinquième ou sixième. Le taux d'occupation hôtelière a chuté de près de 55% et le revenu par chambre (RevPar) a baissé de 36€ », se lamente Patrick Seguin. Une crise dont l'impact a été d'autant plus violent que la manne touristique provenait en grande partie de l'étranger. Un flot de visiteurs jusqu'ici considérés comme les bienvenus mais désormais interdits de séjour sur le sol français en raison des mesures anti-covid.

Un point de vue que confirme Olivier Occelli : « Après une période de croissance, la ville a atteint un seuil élevé avec un des taux d'occupation les plus forts de France. 2020 devait marquer un autre seuil car l'année était attendue comme exceptionnelle en raison, notamment, d'événements d'affaire. Or, tout cela a été stoppé net à cause des confinements successifs, de l'absence de clientèle internationale et de l'annulation desdits événements. Derrière ces baisses de fréquentation, il y a celle du secteur privé avec beaucoup d'hôteliers et de restaurateurs en activité partielle ou connaissant des situations complexes, mais aussi celle de l'Office de Tourisme ».

Baisse de fréquentation : le digital n'est pas épargné

Et de fait. Sur l'année pleine, l'OT a enregistré une baisse de fréquentation de 73%, avec 172 000 visiteurs contre 642 000 en 2019. Quant à la clientèle étrangère qui représente habituellement plus de 50% des visiteurs accueillis à l'Office de Tourisme, son chiffre a chuté à 26% en 2020. Des résultats d'autant plus décevants que les mois de janvier et février (avec une hausse de fréquentation de l'OT de 11%) laissaient espérer nettement mieux.

Également impactée par la crise sanitaire, la fréquentation digitale accuse le coup. Ainsi, le webzine dédié aux habitants de la Métropole unairdebordeaux.fr enregistre, avec 313 000 visiteurs uniques, une baisse de 11%. Un chiffre qui demeure cependant satisfaisant et qui conforte l'OT dans sa stratégie destinée à développer le tourisme de proximité. La plateforme de e-commerce visiter-bordeaux.com connaît en revanche, une perte de fréquentation de 32% (143 000 visiteurs uniques) et le site majeur bordeaux-tourisme.com (refondé en juin) affiche une perte de fréquentation de 52% avec 930 000 visiteurs uniques.

Point positif, les réseaux sociaux de l'Office de Tourisme gagnent, quant à eux, en visibilité avec 138 000 abonnés (+5%) pour la page Facebook (où est postée chaque semaine une vidéo commentée par un guide conférencier sur un lieu méconnu de la Métropole) et plus de 60 000 (+31%) sur Instagram.

Un tourisme urbain en berne

Mais si le web parvient à tirer son épingle du jeu, il en va différemment In Real Life. Ainsi, entre baisse des visiteurs et périodes de fermeture, les musées et lieux d'exposition de la ville (musées municipaux, Musée du Vin et du Négoce, Musée des Douanes, la Cité du Vin, le FRAC, Cap Sciences) affichent pour leur part, une fréquentation en chute de 57% avec 638 000 entrées contre 1,49 millions en 2020. Des chiffres cependant atténués grâce à la gratuité des musées municipaux durant l'été et à l'application d'un tarif spécial à la Cité du Vin pour les habitants de la Métropole.

A noter, en revanche, le succès des bassins de lumières. Ouvert en juin 2020, le site a enregistré près de 430 000 entrées ce qui en fait le site culturel le plus fréquenté de l'agglomération pour cette année. Au total, l'ensemble des sites culturels bordelais a reçu, selon l'OT, plus d'un million de visiteurs l'an passé.

Également victimes de la crise, les monuments connaissent, quant à eux, une fréquentation en baisse de 74% (seulement 37 000 entrées). Ainsi, la Tour Pey-Berland, édifice le plus fréquenté de Bordeaux, n'a-t-elle pas rouvert ses portes depuis le premier confinement. Elle devrait prochainement accueillir du public avec un système de réservation obligatoire afin de respecter les mesures sanitaires en vigueur. Une situation qui a fait de la Flèche saint-Michel, le monument le plus visité en 2020 avec 14 000 entrées (soit une baisse de fréquentation de 46%).

Opérateurs de circuits touristiques dans la ville, le petit train, le tuk-tuk ou encore le bus ont accusé une perte de 70% de leurs visiteurs.

« Du côté de l'OTCBM, le programme de visites guidées a été adapté, précise Olivier Occelli. Alors que la demande habituelle porte plutôt sur les visites du Bordeaux du 18e siècle, une toute nouvelle offre a été créée afin de séduire une clientèle locale : des thématiques originales ont été proposées suivant des formats plus courts. Parmi les grands succès, la mini-visite des soubassements du Monument aux Girondins, la découverte des dessous du Miroir d'Eau et l'insolite ''Petits Secrets et Grandes Histoires'' ».

Et dans les châteaux viticoles …

Valeur sûre du tourisme bordelais mais très excentrés, les châteaux viticoles affichent une importante baisse de fréquentation en 2020. Sur un panel de 40 châteaux adhérents à l'OTCBM et proposant des visites-dégustations, une baisse de 70% du nombre de visiteurs a été enregistrée. En revanche, les ventes de vin à la propriété ont progressé avec un panier moyen en hausse. L'OTCBM a d'ailleurs proposé l'été dernier un système de réservation en ligne de visites de châteaux directement à la propriété pour s'adapter à une clientèle motorisée. Une offre composée d'une vingtaine de châteaux qui semble avoir montré des résultats encourageants.

L'eau, l'air, la terre...

Ville portuaire baignée par la Garonne, Bordeaux jouit tout au long de l'année d'un tourisme fluvial et maritime. Du moins, en général, car en ce qui concerne les croisières maritimes, toutes ont été annulées en 2020, exception faite de celles organisées par la Compagnie du Ponant qui, avec son navire -Le Bougainville-, a réalisé 11 escales pour un total de 790 passagers (en 2019, 53 escales dont 43 à Bordeaux Centre, ont eu lieu pour un total de 42 000 passagers).

Fin 2020, 67 escales étaient prévues pour la saison 2021 mais une vingtaine a déjà été annulée.

Concernant les balades fluviales, les grands opérateurs de croisières à la journée ou à la demi-journée (Bordeaux River Cruise, Burdigala, Marco Polo, Yacht de Bordeaux) voient leur fréquentation baisser de 80% avec seulement 24 000 passagers transportés.

Toujours pour les mauvais chiffres, l'aéroport de Bordeaux comptabilise 2,3 millions de passagers, soit une baisse de 70,6% par rapport à 2019. Le trafic international chute lourdement (-76%) et ne représente plus que 48% des vols, les 52% restant portant sur le trafic domestique. Une répartition bien différente de celle de l'année 2019 qui était de 60% pour le premier et de 40% pour le second.

Également impacté, le trafic ferroviaire l'est cependant moins que l'aérien puisqu'il n'accuse globalement qu'une baisse de 24% de fréquentation sur les Lignes à Grande Vitesse (Île de France, Toulouse, Strasbourg/Lille, Hendaye/Tarbes) et intercités (Nantes, Marseille).

Un problème majeur : le secteur Café-Hôtellerie-Restauration

Particulièrement touché par cette crise inédite, le secteur de l'hôtellerie-restauration fait face à d'importantes difficultés depuis mars dernier. « Si des aides substantielles permettent à une grande partie des restaurants de traverser cette période, certains ne cochent aucune case du dispositif et subissent de plein fouet les conséquences de la perte d'activité. C'est notamment le cas des établissements qui n'ont pas de chiffre d'affaires de référence (car créés en 2020) ou des entreprises holdings de plus de 49 salariés », précise Olivier Occelli.
Mais indemnisés ou non, la plupart des établissements naviguent à vue et sont bloqués dans leurs perspectives d'investissement. « Sans surprise, les performances de l'hôtellerie sont fortement en baisse en 2020. Le taux d'occupation de l'année atteint à peine 31%, soit une diminution de 55%. Après des mois d'avril et mai quasiment à zéro, l'occupation est repartie doucement en juin, juillet et août avec l'arrivée des vacanciers. Avec la rentrée de septembre et l'absence du tourisme d'affaires, le taux d'occupation est de nouveau en recul », poursuit-il.

Des perspectives et de l'espoir

« 2020 a été une année très difficile pour tout le monde. Indicateur clé, une baisse des nuitées de 41%, montre à quel point l'économie a été touchée et à quel point elle est résiliente car dès qu'on a pu bouger (cet été), on a vu combien les gens avaient envie de sortir », note pour sa part, Brigitte Bloch, avant de rappeler l'implication de l'Office de Tourisme durant cette période. « Nous avons mis en place un certain nombre de fonds d'aide, comme l'aide aux loyers pour lequel 2,27 millions d'euros ont été accordés (dont 61% pour les cafés, hôtels, restaurants). Mais aussi l'aide à la trésorerie (3,79 millions d'euros dont 76% pour les hôtels et restaurants). Un fonds d'aide digital de 809 800 € et une taxe de séjour (2M€) dont le versement a été différé à juin 2021 et janvier 2022 ont également été programmés. Des engagements stratégiques et financiers ont aussi été pris pour accueillir à Bordeaux, de grands événements dans les années futures, tels que la Coupe du Monde de Rugby en 2023 et les Jeux Olympiques de 2024 ». Parallèlement, Une subvention d'aide et de relance à l'OTCBM de 1,4 million d'euros a permis le lancement d'opérations d'envergure destinées à doper le tourisme de proximité et national (semaine de visites guidées « Bordeaux nous envoie balader », jeux-concours City Pass, campagne nationale « Avec un Grand Air », partenariats Oui-Sncf...). Un plan de relance qui doit se poursuivre dès la reprise, avec de nouvelles actions telles que l'opération « Restez dormir à Bordeaux, nos hôtels vous font les prix doux » pour redynamiser les nuitées hôtelières en proposant aux habitants de la région, des tarifs exceptionnels.

Destinée à encourager les entreprises néo-aquitaines à organiser leurs événements à Bordeaux, l'opération « Bordeaux nous réunit » leur offrira un moment de convivialité.

Créé en 2017 pour valoriser la diversité paysagère et culturelle ainsi que le potentiel créatif de Bordeaux Métropole, le webzine « Un Air De Bordeaux » promeut un tourisme de proximité à visage humain et à faible empreinte carbone. « Plus qu'un outil, cette marque sera plus que jamais à entretenir et à développer dans les années à venir. En 2021, Un Air De Bordeaux va connaître une série d'optimisations afin d'aller encore plus loin dans la promotion du tourisme équilibré et positif : maintien d'un flux de publications dynamique, évolutions techniques pour une meilleure expérience utilisateur, développement de nouvelles rubriques et nouveaux axes éditoriaux et nouveau format de diffusion des informations avec des vidéos, voire des interviews-podcasts », poursuit-elle.

Par ailleurs, Bordeaux Convention Bureau lancera prochainement une offre packagée visant à favoriser l'organisation d'événements à impact positif. L'objectif étant aussi d'accompagner les organisateurs dans cette démarche. « C'est l'un des objectifs de ces prochaines années : faire de la métropole bordelaise, une destination exemplaire, reconnue et engagée pour un tourisme et un événementiel durable. Désireux de montrer la voie, l'Office de Tourisme et des Congrès de Bordeaux Métropole est en cours de certification ISO 20121 ''système de management responsable appliqué à l'activité événementielle'' et il participe à un groupe de réflexion pilote de destinations françaises aux côtés de Biarritz, Metz, Cannes, Deauville, Nantes, Rennes, Marseille et Nancy ».

L'année 2021 devrait d'ailleurs être marquée par la mise en place par l'OTCBM, d'une gouvernance partagée avec tous les acteurs de la filière touristique. Parmi les prochaines étapes : l'organisation du Premier forum participatif sur le Tourisme Durable à Bordeaux Métropole, la réflexion et l'élaboration du plan d'actions par le groupe de travail et la création d'une feuille de route à cinq ans mettant en forme la stratégie touristique métropolitaine.

Parallèlement, Bordeaux Métropole prévoit l'élaboration d'une charte métropolitaine en faveur des éco-hébergeurs touristiques, le co-financement de la certification par les hébergeurs ainsi que la prise en charge la certification « NF sites de visites » pour les grands sites touristiques avec l'Afnor.

A noter que le cabinet In Extenso tch qui a réalisé pour la CCI cette étude relative à 2020, restituera les résultats de cette enquête ainsi que les perspectives pour 2021-2022, le 18 mars à 14h30 lors d'un webinaire.

Emmanuelle Diaz
Par Emmanuelle Diaz

Crédit Photo : ED

Partager sur Facebook
Vu par vous
22281
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Métropole
Métropole
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 12 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires