Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

02/03/21 : La Ville de Bayonne a réuni ce jour les représentants des professionnels et les partenaires de la fameuse Foire au Jambon pour envisager la suite à donner à cet événement de la semaine pascale. Ce mercredi Jean-René Etchegaray en présentera les pistes.

02/03/21 : Le 90e Congrès des Départements de France qui devait se tenir à La Rochelle en novembre dernier, puis les 29 et 30 avril prochain, est de nouveau reporté, selon un communiqué du Département de Charente-Maritime du jour.

26/02/21 : Faute de salon de l'agriculture cette année, la confédération paysanne organise du 27 février au 7 mars des fermes ouvertes pour faire découvrir l'agriculture paysanne.Liste des agriculteurs sur www.confederationpaysanne.fr/mobilisations.php?id=11079

24/02/21 : Charente-Maritime : selon un arrêté ministériel du 19/02 publié au Journal Officiel du 24/02, les communes reconnues en état de catastrophe naturelle en inondations et coulées de boue du 3 février 2021 au 9 février 2021 sont Crazannes et Le Mung.

23/02/21 : La ministre, Frédérique Vidal, en déplacement à Poitiers ce 23 février, a annoncé, devant une cinquantaine d'étudiants, la gratuité des protections périodiques dès la rentrée prochaine. 1 500 distributeurs devraient être installés sur les campus.

23/02/21 : Laurence Harribey, sénatrice de la Gironde, a été nommée par le Président du Sénat pour représenter la Chambre haute au conseil d'administration de l'Agence Nationale du Sport.

23/02/21 : L’ancien maire de Bayonne, Jean Grenet, est décédé ce mardi 23 février, à l'âge de 81 ans. Celui qui a également exercé les mandats d'élu départemental, régional et de député, a dirigé la ville, à la suite de son père Henri Grenet, de 1995 à 2014.

23/02/21 : La ministre Frédérique Vidal est à Poitiers ce 23 février pour rencontrer l'Association Fédérative des Étudiants de Poitiers. Début février, elle avait reçu 72 courriers d'étudiants poitevins qui l'interpelaient sur leurs difficultés au quotidien

19/02/21 : COVID 19 - Depuis 2 semaines, les indicateurs de surveillance du Sars-CoV-2 affichent une baisse significative dans tous les départements de Nouvelle-Aquitaine. Le taux d'incidence est de 113,3/100 000 et le taux de positivité à 4,2%.

19/02/21 : COVID 19 - Les dernières données sur l’évolution des nouveaux variants montrent une diffusion généralisée du variant anglais dans tous les départements de la région. Les variants sud-africain et brésilien sont aussi présents mais dans une moindre mesure

19/02/21 : COVID 19 - Le nombre de nouvelles hospitalisations est en baisse avec près d’une centaine d’hospitalisations et une vingtaine d’admissions en réanimation en moins par rapport à la semaine dernière. Néanmoins, l'activité hospitalière liée au COVID-19.

18/02/21 : A Libourne, le conseiller municipal d'opposition Charles Pouvreau a annoncé sa démission. Dans un communiqué, l'ancien élu raconte avoir fait face à des « menaces et insultes » répétées et choisit donc de se mettre en retrait de la politique libournaise.

17/02/21 : Charente-Maritime : ce jeudi, une intervention dans le cadre des travaux de réparation du pont de la Laisse, situé sur la RD9 à Charron entraînera une fermeture à la circulation entre la RD137 en Vendée et la RN11 en Charente-Maritime, de 9h à 16h.

15/02/21 : La Rochelle : Lutte ouvrière organise une journée à la rencontre mercredi 17 février, de 10h30 à 12h30 puis de 16h à 18h sur le vieux port (cours des Dames) où une structure sera montée, ainsi que dans les rues piétonnes du centre-ville.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 02/03/21 | Un tiers-lieu hybride en Charente-Maritime

    Lire

    Lors de sa dernière commission permanente, la Région Nouvelle-Aquitaine a décidé de soutenir le syndicat mixte Cyclad à Surgères en Charente-Maritime à hauteur de 60 000 euros pour la création d’un tiers-lieu hybride. Ce tiers-lieu a pour objectif de développer les nouvelles formes de travail, de créer des ateliers partagés et d’accompagner la création de nouvelles activités. Sur 1 200 m², le lieu comprendra notamment un atelier bois destiné au prototypage et à la réalisation d’ateliers

  • 02/03/21 | Le 1 000e agent vacciné au Centre hospitalier de la Côte basque

    Lire

    Le 1 000e agent du Centre hospitalier de la Côte basque à Bayonne a été vacciné contre le Covid en début de semaine. Un médecin réanimateur qui est en première ligne face à la prise en charge des patients les plus atteints par cette maladie. La campagne avait débuté le 6 janvier avec le vaccin Pfizer pour les agents de plus de 50 ans, ou présentant un risque accru. Un rythme que l'introduction, le 7 février, du vaccin AstraZeneka a accéléré. A ce jour, en moins de deux mois, au moins un tiers de l'effectif de l'hôpital basque aura reçu une première injection.

  • 25/02/21 | Une nouvelle gamme de produits bio et sans sucres dans le Pays Basque

    Lire

    A Bardos (64), Elikatxo produit, transforme et commercialise des jus de fruits et des soupes. Afin d’élargir sa gamme de produits bio et sans sucres, l’entreprise doit créer une ligne de production automatisée. Pour aider la société dans cet investissement, la Région Nouvelle-Aquitaine a alloué une subvention de 30 270 euros lors de sa dernière commission permanente.

  • 25/02/21 | Mimizan va accueillir un tiers-lieu

    Lire

    Mimizan, territoire assez isolé en dehors de l’été, a décidé de créer un tiers-lieu, au travers de l’association « Lily dans les étoiles », pour permettre aux habitants de se rencontrer, d’échanger, de travailler mais aussi pour favoriser le lien social. Cette association, constituée d’une quarantaine de professionnels locaux issus de secteurs divers, souhaite avec ce tiers-lieu créer un pont entre le dynamisme économique de la saison estivale et l’activité des résidents à l’année. La Région Nouvelle-Aquitaine soutient ce projet à hauteur de 60 000 euros.

  • 25/02/21 | Dordogne : Rubi Cuir forme tous ses salariés

    Lire

    A Boulazac, Rubi Cuir fabrique des pièces de maroquinerie pour le secteur du luxe. Afin d’acculturer les salariés à ces savoir-faire particuliers, l’entreprise a mis en place un parcours de formation interne afin de professionnaliser rapidement les nouveaux salariés. Les enjeux de développement de l’entreprise portent aussi vers une professionnalisation des formateurs. Pour les aider à cela, la Région Nouvelle-Aquitaine a alloué à l’entreprise une aide de 67 708 euros.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Métropole | Aurore, maraîchère bio «à l’écoute de la société»

04/04/2017 | Aurore et son mari Philippe sont maraîchers Bio à Eysines. Ils ne cessent de se remettre en question pour maintenir le lien avec le consommateur.

Serres d'Aurore Sournac à Eysines

Voilà plus de quinze ans qu'ils se sont lancés dans le maraîchage, et plus particulièrement dans la production de légumes. Aurore et Philippe Sournac sont issus de familles d'agriculteurs mais n'ont pas hérité de terres. A l’orée de l'an 2000, ils ont acheté un terrain situé chemin de Langlet à Eysines et ont décidé de construire leurs serres eux mêmes. Dix-sept ans plus tard, ils ont réussi à survivre et sont passés de l'agriculture conventionnelle au bio. Leur passion pour leur métier est intacte. Il faut dire qu'ils ont «conscience d'exercer une  noble mission: celle de nourrir les hommes»

Preuve qu’économiquement, tout ne vas pas si mal, l'exploitation d'Aurore et Philippe Sournac emploie aujourd'hui 5 salariés à temps plein. Basculer vers le Bio via le système des AMAP (Association pour le Maintien d'une Agriculture Paysanne) au courant des années 2000 a été une idée plus que judicieuse. Les AMAP, sont rappelons le, des associations qui regroupent des consommateurs en lien direct avec des producteurs locaux. Ces ''circuits courts'' permettent aux agriculteurs d’être bien mieux rémunérés que dans le ''circuit traditionnel'' de la grande distribution. Aurore Sournac avoue qu'elle ne ferait pas machine arrière, même si «produire pour les Amap a aussi ses difficultés». Contrairement au traditionnel, dans un circuit court, il faut produire varié pour ne pas lasser les consommateurs qui viennent chaque semaine récupérer leur panier. Selon la maraîchère, il faut être «très bon techniquement pour produire de façon diversifiée, il faut aussi trouver du personnel ultra-compétent qui accepte de travailler dur, et de faire des tâches nombreuses et différentes pour chaque type de légumes produits».

D'Henri IV aux néo-ruraux des années 2000

Eysines et ses alentours sont des terres de maraîchage depuis au moins Henri IV. Dans les années 1980, une grande crise menace de mettre fin à cette grande Histoire. La pression immobilière et les difficultés financières poussent de nombreux maraîchers à vendre leurs terres à de grandes entreprises du BTP. Le maraîchage ne fait alors plus rêver. A la fin des années 2000, les choses vont changer. Les idées écologistes commencent à infuser la société et face au réchauffement climatique, les hommes et femmes politiques girondins trouvent que le développement de "cette ceinture verte" maraîchère autour de Bordeaux peut être une belle piste d'avenir. Aurore et Philippe Sournac voient alors débarquer, peu à peu, des ''néo-ruraux'' à la recherche de sens et d'une nouvelle vie. La cohabitation n'est pas toujours facile, comme nous l'explique Aurore Sournac: «Ils sont arrivés avec une vision en partie fantasmée de l'agriculture. Ils avaient énormément d'idéaux, de principes moraux. Ce qui n'est pas mal en soi mais certains avaient beaucoup de difficultés à écouter les agriculteurs en place. Il y avait même un mépris parfois pour les agriculteurs qui faisaient du traditionnel! » Peu à peu, pas mal de ces nouveaux agriculteurs ont compris qu'ils avaient à apprendre de maraîchers beaucoup plus expérimentés qu'eux. Le dialogue a pu alors s’installer.

Créer un lien de confiance avec les citoyens 

«On a pu leur paraître rude au départ mais on a essayé de leur faire prendre conscience des difficultés du métier. Ces gens en reconversion professionnelle ne peuvent par se permettre financièrement un échec. Gérer des serres même Bio, c'est plusieurs métiers en un. C'est être à la fois chef d'entreprise, agriculteur, agronome, comptable; il faut être prêt à cela!» constate la maraîchère eysinaise. Les futurs ''néo-ruraux'' qui viennent la voir sont moins «naïfs». Elle leur conseille néanmoins de faire des stages auprès d'agriculteurs avant se lancer pour « être sûr de faire le bon choix». Aurore Sournac fait alors preuve de pédagogie.

« Pédagogie», un mot qui résume bien l'approche des Sournac qui ne cessent d’expliquer leur métier à leurs clients ou aux politiques locaux. Selon Aurore Sournac, « avant, la plupart des gens avaient un agriculteur dans leur famille. Ce n'est plus le cas aujourd'hui. Il n'y a plus de lien direct à la terre, il faut ré-expliquer l'importance des saisons par exemple ». Il faut dire que la grande distribution qui propose des fruits et légumes toute l'année a contribué à dérégler ''l'horloge interne'' des consommateurs. Pour remédier à cette situation, les Sournac ouvrent régulièrement leur porte aux membres des Amap, afin de leurs montrer comment la production de légumes se fait. Une ouverture récompensée, puisque il y a quelques années, lorsque la grêle avait détruit 90 % de leur exploitation, ils avaient pu compter sur l'aide de leurs consommateurs fidèles. Le «lien de confiance»,  c'est ce que tissent peu à peu grâce au circuit court les producteurs qui n’arrivaient plus à trouver une place valorisante dans le système traditionnel.

Ne pas rester dans "sa bulle"

Pour espérer perdurer, il faut selon Aurore Sournac ne pas avoir peur de se remettre en question : « Il ne faut pas que les agriculteurs restent dans "leur bulle"; il faut aussi parfois entendre les critiques constructives des citoyens. Il faut être à l’écoute de la société!» déclare-elle comme "un mantra". Comprenant que les aquitains passent de plus en plus de temps dans les transports, les Sournac ont par exemple mis en place un distributeur de légumes près du parc-relais du Tram à Ravezies. Moyen habile d'atteindre des clients qui n'ont pas le temps et ni forcément l'envie de s’engager dans une Amap. Si Aurore et Phlippe Sournac sont contents de l'attrait pour «la ceinture verte» d’élus locaux dont la maire d'Eysines, Christine Bost, ils espèrent avoir leur mot à dire dans les évolutions de la métropole. « C'est super de vouloir mettre du vert et du bio dans la Ville, de vouloir remettre en activité les terres maraîchères, mais il ne faut pas oublier de faire ces changements avec nous!» affirme avec force la maraîchère.

Matthias Hardoy
Par Matthias Hardoy

Crédit Photo : Aqui.fr/Matthias Hardoy

Partager sur Facebook
Vu par vous
2390
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Métropole
Métropole
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 5 + 9 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

Conseil Municipal de Bordeaux Octobre 2020 Métropole | 24/02/2021

Bordeaux : l'opposition pointe un débat de « désorientation budgétaire »

Maxime Derrien, Directeur du GPV rive droite Métropole | 15/02/2021

Grand Entretien : Maxime Derrien (GPV Rive droite) « La deuxième phase de renouvellement urbain, mettra l'accent sur l'économie et l'insertion »

Véronique Seyral, Vincent Maurin et Pierre Hurmic lors de l'inauguration de la maison du projet Aubiers-Lac Métropole | 09/02/2021

Bordeaux : la Mairie s'installe au cœur des Aubiers

Pierrick Poirier, directeur général de Keolis Métropole | 08/02/2021

Entretien : Pierrick Poirier, DG Keolis Bordeaux Métropole, le réseau urbain ou "la nécessité de s'adapter"

Conseil Municipal de Bordeaux Octobre 2020 Métropole | 27/01/2021

Bordeaux : premier conseil municipal de l’année tendu

Jean-François Egron, Alexandre Rubio, Jean-Jacques Puyobrau et Jean Touzeau Métropole | 20/01/2021

Sécurité : les maires de la rive droite tirent la sonnette d’alarme

Alain Anziani, président de Bordeaux  Métropole Métropole | 19/01/2021

Alain Anziani défend « une Métropole des communes »

Alain Anziani, président de Bordeaux Métropole Métropole | 18/01/2021

« Faire un prix différencié de l’eau selon l’usage », pour le président de Bordeaux Métropole

éducs spé une Métropole | 15/01/2021

Cenon : vers une école de plus en plus inclusive

Alain Anziani, maire de Mérignac lors de ses voeux pour 2021 Métropole | 12/01/2021

« Notre ville reste toujours au service des habitants », Alain Anziani, maire de Mérignac

arbre laïcité une Métropole | 10/12/2020

Mérignac : plantation d'un arbre de la laïcité au collège les Eyquems

Capture d'écran Conseil Bordeaux Métropole novembre 2020 Métropole | 27/11/2020

Covid-19 : Bordeaux Métropole adopte le plan de soutien à l’économie de proximité

Lancement du projet "1 million d'arbres" pour Bordeaux Métropole Métropole | 24/11/2020

Lancement du projet "1 million d'arbres" pour Bordeaux Métropole

Pierre Hurmic Métropole | 21/11/2020

Reconfinement : la Mairie de Bordeaux fait le point sur les dispositifs de solidarité

Mise en place du Conseil Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance de Lormont Métropole | 19/11/2020

Lormont : Mise en place du Conseil Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance de la ville