Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

14/07/18 : Michèle Delaunay ancienne ministre et députée de la Gironde promue au grade de chevalier dans l'ordre de la Légion d'Honneur au titre du ministère des Solidarités et de la Santé avec mention de ses " 49 ans de services"

14/07/18 : Charente-Maritime: à partir du 16/07, un arrêté interdit le remplissage et la remise à niveau des mares de tonnes (chasse au gibier d'eau), sur la Curé-Sèvre Niortaise, le Mignon, les marais de Rochefort nord et sud et le marais bord de Gironde nord.

13/07/18 : Les 26, 27 et 28 juillet, le Tour de France fait étape dans le 64. Toutes les infos pratiques liés à ces 3 jours de présence ( accès, parking, circulation, accueils camping-car, passage de la caravane,etc )sont à retrouvées sur www.infotour64.com+ d'info

12/07/18 : Fierté au sein d'Aérocampus Aquitaine: la structure compte 100% de réussite à tous les BAC et BTS avec plus de 87% de mentions dont 56% de mentions B et TB. Parmi eux: Alisson Armatte est la major de France en BTS Aéronautique. Félicitations!

12/07/18 : Suite aux nouvelles analyses effectuées, l'ARS a autorisé la réouverture immédiate de la baignade à la Base de Loisirs du Marsan ce 12 juillet. La filtration naturelle du plan d'eau a suffit pour endiguer ce phénomène ponctuel.

11/07/18 : Sur demande de l'ARS, le lac de baignade de la base de loisirs du Marsan est fermé jusqu'à nouvel ordre. Des analyses ont révélé un taux de bactéries coliformes supérieur à la limite autorisée. De nouvelles analyses sont en cours.

11/07/18 : Au 1er semestre 2018 l'Aéroport de Bordeaux passe les 3M de voyageurs (+6,2%). Nouveau record en juin avec 669.000 passagers (+6,5%): +17,4% pour les vols internationaux (384.500 voyageurs) et pour le low cost. Le trafic national perd 5,5% et Paris 26,8%

07/07/18 : La visite du président de la République, Emmanuel Macron, en Dordogne, ce sera jeudi 19 juillet.Le chef de l’État devrait faire une halte à Périgueux avant de se rendre dans une commune rurale pour y parler du maintien des services publics.

06/07/18 : La Rochelle : les inscriptions sont ouvertes à l'université, au Technoforum, 23 av. A.Einstein, jusqu'au jeudi 19 juillet de 9h à 12h30 et de 13h30 à 17h00, et ce samedi de 9h à 16h30. Reprise des inscriptions le 23 août jusqu’au 14 septembre.

- Publicité -
S’abonner ici !
  • 14/07/18 | Charente-Maritime : les limitations d'usage de l'eau de l'été arrivent

    Lire

    A compter du lundi 16 juillet, 8h, le bassin Curé-Sèvre MP6 et le sous-bassin Marais Nord Aunis MP4 passent en alerte d’été, suite à un arrêté du préfet. Cette limitation provisoire de l'usage de l'eau concerne tous les prélèvements à des fins agricoles à partir de forages, cours d’eau, plans d’eau en communication ou alimentés par une nappe souterraine ou un cours d’eau, plans d’eau établis sur un cours d’eau. Les mesures de coupure ne s’appliquent pas aux cultures ayant obtenu une dérogation.

  • 13/07/18 | Rocade bordelaise : des feux pour réguler le trafic

    Lire

    Attention aux utilisateurs de la rocade bordelaise: à partir du 17 juillet, des feux bicolores vont être installés sur 17 bretelles d'accès de sept échangeurs pour réguler le trafic de la rocade. Une première phase entrera en service avant la fin juillet sur les trois bretelles extérieures des échangeurs 24 et 25 pour une durée de quatre mois. Le rythme des feux variera selon le trafic et selon la bretelle. Le déploiement complet de ce dispositif, mis en place par la DIRA (direction interdépartementale des routes Atlantique, interviendra d'ici fin 2018.

  • 13/07/18 | Emmanuel Macron deux jours en Dordogne, les 18 et 19 juillet

    Lire

    Le président de la république sera en Dordogne, les 18 et 19 juillet. Le thème de sa visite sera les services publics en zone rurale. C’est Michel Delpon, le député du Bergeracois, qui dévoile le programme de cette visite sur sa page Facebook. Emmanuel Macron devrait visiter le bureau de poste de Marsac, assister au dévoilement de la Marianne dans le quartier du Toulon à Périgueux, visiter l’imprimerie du timbre à Boulazac et la Maison des services au public de Sarliac-sur-l’Isle.

  • 13/07/18 | Périgueux : une jauge de 5000 personnes pour la fan zone

    Lire

    Périgueux a crée une fan zone en plein cœur de ville, dans le parc Gamenson. Pour la finale du 15 juillet, où la France affronte la Croatie, la jauge a été portée à 5000 personnes. Attention cependant, cette jauge ne pourra pas être dépassée pour des raisons de sécurité. Des stands buvette et petite restauration sont aussi proposés. L'entrée est gratuite. L'ouverture des portes a lieu à 15 h et la fermeture à 21 h. 3 entrées publiques sont mises en place (avec fouilles et palpations de sécurité).

  • 13/07/18 | La Rochelle : feu d'artifice en hommage à Didier Lockwood

    Lire

    Pour le 14 Juillet, la ville de La Rochelle a vu les choses en grand : un spectacle pyrotechnique sur les musiques de Didier Lockwood. Pour construire le spectacle, le directeur artistique de la société Ruggieri (Nouvel an Paris 2017, départ de L'Hermione, Violon sur le Sable), avec le directeur du Violon sur le Sable Philippe Tranchet, la soprano Patricia Petibon et Didier Pironti, le président du festival Jazz Entre les deux tours. Rendez-vous allée du Mail ou avenue Michel-Crépeau à 22h45.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Métropole | Bègles adopte l'urbanisme "raisonné"

04/07/2018 | A l'occasion d'un bilan de sa première année de mandat en tant que maire de Bègles, le successeur de Noël Mamère a fixé ses grandes lignes politiques actuelles et à venir.

Clément Rossignol Puech, maire de Bègles

Entre 1989 et 2007, la commune de Bègles était associée à l'image d'un homme politique : Noël Mamère. Ce dernier s'étant mis en retrait, c'est un écologiste et chercheur en physique de 45 ans qui lui a succédé : Clément Rossignol Puech. Ce dernier n'est pas un inconnu sorti de nulle-part puisqu'il a été élu au conseil municipal délégué au développement durable dès 2002. Le 29 juin dernier, Clément Rossignol Puech a tourné la page de sa première année en tant que maire de ce bastion vert métropolitain. L'occasion idéale pour tirer un premier bilan.

Urbanisme : Le coup de frein

C'est une tendance de fond qui s'est emparée des maires de la métropole bordelaise, et Bègles n'échappe pas à la règle. "On souhaite maîtriser l'urbanisme pour ne pas dépasser le rythme actuel du Programme Local de l'Habitat, qui fixe le seuil de construction à 320 logements par an. Bègles doit conserver son aspect "village" et rester une ville dynamique. Elle a bénéficié de l'effet tramway et LGV. En 2018, il y a autant d'habitants qu'en 1968, soit près de 28 000. En gardant ce rythme, nous devrions être environ 35 000 dans cinq ans". L'attractivité de la métropole n'est donc pas démentie par Clément Rossignol Puech, mais ce dernier affirme quand même avoir sérieusement réduit (comme, par exemple, Mérignac, ou Saint-Médard-en-Jalles), la frénésie urbanistique. En un an, j'ai réduit et refusé des projets de plus de 1000 logements. Nous sommes pourtant l'une des cinq villes de la métropole les plus dynamiques en termes de constructions de logements, mais on ne peut pas raser une ville pour en refaire une...". En moyenne, la ville de Bègles a refusé 17 projets sur 20 présentés depuis janvier. Elle concentre ses nouvelles constructions sur des zones de projets prédéfinies, notamment celle des 50 000 logements autour des axes de transports. Reste que cette tendance n'était pas forcément celle de son prédecesseur. "On était à plus du double de ce chiffre de 320 logements par an l'année dernière. Ce n'était pas tenable. Je souhaiterais imposer, en dehors des zones de projets, un R+1 au maximum à Bègles", confie l'élu vert.

Cet urbanisme maîtrisé a cependant un risque majeur : repousser toujours plus loin les 20 000 nouveaux habitants qui arrivent chaque année en Gironde (dont environ 10 000 hors de la métropole bordelaise). "La ville n'est plus capable de suivre du côté des services et des équipements publics. Nous sommes jusqu'en R+4 le long de la route de Toulouse et en R+2 au niveau du tramway, mais nous voulons éviter une mutation trop rapide". Pour le vice-président de Bordeaux Métropole délégué à la nature (ça ne s'invente pas...), ses 27 autres collègues maires doivent aussi assumer leur part dans la lutte contre cet étalement urbain menaçant. "Je ne veux pas faire le travail des 27 autres maires. Quand on accueille une ligne de tramway, il faut accepter de densifier". Bègles tente pourtant de respecter un objectif concret : elle est actuellement à environ un tiers de logements sociaux (28%) et un tiers d'accession à la propriété dans son ratio de construction de nouveaux logements. C'est aussi là que l'on a vu les premiers modèles d'habitats participatifs (La Ruche) fleurir dans le département. En attendant, le dynamisme économique ne freine pas, lui : la Cité Numérique et le parc Newton devraient créer 3000 nouveaux emplois dans les deux ans sur Bègles.

Des transports maîtrisés

Pour tenter de garder cette sacro-sainte "qualité de vie" chantée à tous les clochers, le levier des transports est aussi important pour le maire écologiste. Reste que pour lui, l'enjeu principal pour rendre la mobilité plus vivable, c'est de jouer sur l'usage de la voiture. "On raisonne à usage constant mais il faut développer le co-voturage de manière beaucoup plus forte. Washington, c'est quarante kilomètres de voieries qu sont réservées aux aires de co-voiturage. Avec la mise à deux fois trois voies de la rocade, les élus avaient voté pour qu'une troisième voie soit réservée au co-voiturage et aux transports en commun, je n'ai depuis pas vu l'ombre d'une avancée au niveau de l'Etat sur ce sujet". Pour Clément Rossignol Puech, les nombreuses aires existant déjà en Gironde ne suffisent pas, il faudrait un plan ambiteux de la métropole sur ce sujet, plus proche de ce qui a été fait avec le tramway que le deuxième plan vélo voté en décembre 2016. Et pourquoi pas "faire des voies réservées avec un péage positif", interdire les poids lourds aux heures de pointe ou créer un péage pour la circulation de transit ?La ville réfléchit de son côté à créer ses propres aires de co-voiturage, et une contractualisation avec plusieurs parkings de supermarchés serait à l'étude.

L'élu vert est également favorable, sans grande surprise, à la taxe carbone, pas forcément très populaire au moment ou la loi d'orientation sur les mobilités passe encore de main en main. Au niveau local, Bègles a cependant une ambition politique forte : devenir la première ville intégralement à 30km/h en Gironde, "probablement d'ici 2020. Toutes les voieries résidentielles sont étroites, mais c'est officiellement limités à 50. L'objectif c'est de tout passer à 30km/h". En attendant cette mesure, Clément Rossignol Puech paraît être l'un des seuls frondeurs proches du pont Simone Veil à souhaiter que le pont de pierre reste fermé aux voitures et aux deux roues (comme on l'a vu récemment, plusieurs maires de la Rive Droite sont d'un avis inverse). "Ce serait un très mauvais signal", a-t-il répété. Côté projets, Clément Rossignol Puech est visiblement plus emballé par le développment des BatCub (surtout s'il se fait "en amont du pont de pierre jusqu'à Bouliac et au port de Bègles") ou d'un téléphérique (il a indiqué qu'un projet entre les Rives d'Arcin et la Gare de Bègles était actuellement en ébauche) que par le développement futur d'un métro : "il ne règlera pas les problèmes (...) et je ne suis pas certain qu'on en ait les moyens".

Calendrier politique

Pas vraiment le temps de souffler pour le maire écologiste : alors que les prochaines élections municipales n'auront pas lieu avant 2020, ce dernier affirme déjà y penser. A l'image des premiers mouvements qui se dessinent du côté de la mairie de Bordeaux, Clément Rossignol Puech a déclaré qu'un "think thank avec les habitants pour réfléchir sur les enjeux de la ville et de la métropole" s'était réuni pour la première fois il y a plusieurs jours, même si la campagne publique n'a pas encore commencé. "Si les béglais le souhaitent, je réunirai une nouvelle équipe municipale avec un rassemblement très large", tandis que l'idée d'une union aux européennes pour son prédécesseur semble s'éloigner. Oui, mais large comment ? "Toute la gauche, jusqu'au centre". Quant-à-savoir si un ou plusieurs élus d'En Marche pourraient rejoindre le mouvement, l'élu n'est pas fermé : "on peut discuter avec tout le monde". Pour ce qui est de la métropole, l'écologiste a beau y siéger, il y déplore un "déficit de portage collectif dans ses enjeux et un déficit démocratique dans les règles du jeu électoral. Au final, il n'y a pas d'élus au suffrage universel direct, c'est une coopération entre maires". Il se prendrait même à rêver à une partie des listes municipales sous forme métropolitaine en 2020, avec une "vraie campagne électorale sur les enjeux de la métropole pour qu'elle ait une vraie légitimité démocratique. Cela dit, je sens que ça ne sera pas appliqué...". Comme pour le pont Simone Veil, il reste au moins jusqu'en 2020 pour commencer à y réfléchir...

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
3087
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Métropole
Métropole
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 18 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires