Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/11/18 : La Rochelle : nouveaux blocages ce matin devant le site pétrolier de La Pallice, où les forces de l'ordre sont intervenues pour dégager l'accès et la route. Un automobiliste ayant forcé le barrage de police a été interpellé.

20/11/18 : En Dordogne, le trafic était encore perturbé ce mardi par les gilets jaunes, notamment dans l'agglomération de Bergerac, avec de nombreux poids-lourds bloqués et stationnés le long des routes. De nombreux blocages et barrages filtrants sont attendus.

20/11/18 : Les installations de péage automatique ont été incendiées à Virsac en Gironde sur l'autoroute A 10 par des gilets jaunes dans la nuit de lundi à mardi.

20/11/18 : Grand Poitiers organise le mercredi 21 novembre à 18h au centre socio-culturel des Trois Cités une réunion publique d'échanges sur le Projet de territoire de Grand Poitiers.

19/11/18 : Gironde: le préfet de Gironde et Nouvelle-Aquitaine annonçait la réouverture du Pont d'Aquitaine dans les deux sens de circulation à 19h15

19/11/18 : Charente-Maritime : grosse mobilisation des gilets jaunes encore aujourd'hui, avec des barrages filtrants renouvelés à La Rochelle, Royan et Saintes aux entrées et en sorties de villes.

19/11/18 : Le Château Smith Haut Lafitte a été sacré International Best Of Wine Tourism 2019 à Adélaïde (Australie). Sur 393 candidats au plan mondial, seuls 10 ont reçu ce trophée venant récompenser les propriétés les plus remarquables en matière d’œnotourisme

19/11/18 : Dordogne : lundi après midi, ils subsistaient encore une dizaine de points rassemblement organisés par les Gilets jaunes : à Thiviers, Mussidan, Montpon, Sarlat, Terrasson, Port de Couze, Eymet, St Laurent s/Manoire, Bergerac, Chancelade et Trélissac.

19/11/18 : Charente-Maritime : les communes de Marennes et de Hiers-Brouage, près de l'île d'Oléron, s'apprêtent à fusionner. Une charte commune a été adoptée par les élus lors du dernier conseil municipal du 15 novembre au soir.

19/11/18 : Charente-Maritime : Ce lundi matin, des manifestants bloquaient les accès sur la voie publique aux dépôts pétroliers de La Pallice à La Rochelle. Les forces de sécurité sont intervenues afin de rétablir la libre circulation - opération sans incident.

19/11/18 : Une subvention de 50 000 euros a été votée en faveur de l’association « SOS Méditerranée » lors de la commission permanente du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine qui s’est tenue le vendredi 16 novembre à Bordeaux.

17/11/18 : Lors de l'ouverture des Rencontres littéraires "les Idées mènent le monde" à Pau, François Bayrou a annoncé le désistement du penseur Edgar Morin, pour des raisons de santé. Il devait initialement intervenir ce 17 novembre dans la matinée.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 20/11/18 | La Rochelle : de nouveaux blocages à La Pallice

    Lire

    La police et la gendarmerie sont intervenues ce matin à la demande du préfet pour assurer la fluidité de la circulation aux abords des dépôts pétroliers de La Pallice à La Rochelle, et pour libérer les accès à la rocade à Saintes, de nouveau bloquée. Selon un communiqué de la préfecture, "un automobiliste ayant forcé un barrage de police a été interpellé pour mise en danger de la vie d'autrui et violence sur agent de la force publique".

  • 20/11/18 | Gilets jaunes : quatrième jour en Nouvelle-Aquitaine

    Lire

    Dans le Lot-et-Garonne, plusieurs gilets jaunes, accompagnés de transporteurs et d'agriculteurs, bloquaient ce matin le péage de Samazan (A62 sortie 5) et laissaient passer les voitures. Un barrage filtrant était mis en place à Marmande sur le rond-point d'un centre commercial en direction de Bordeaux. La Charente Maritime a subi des embouteillages (nationale 11 de Beaulieu au pont de l'île de Ré). A Pau, 150 camions de forains et des gilets jaunes ont prévu d'organiser une opération escargot sur l'A64. Barrage filtrant à Langon

  • 20/11/18 | Gilets jaunes : la Gironde toujours perturbée

    Lire

    Plusieurs postes automates du péage de Virsac ont été brûlés dans la nuit de lundi à mardi par les gilets jaunes. Au nord de Bordeaux, un blocage subsiste toujours sur la RN10 au niveau de Saint-André de Cubzac. Au sud, la police a levé le blocage de l'A63 (au niveau de Marcheprime dans le sens Bayonne-Bordeaux), mais les itinéraires bis étaient toujours saturés ce matin. Sur l'A62, un barrage filtrant bloque toujours les camions au niveau de Langon. A 10h, la sortie 35 de l'A10 était fermée dans les deux sens de circulation.

  • 20/11/18 | La carte jeune s'exporte

    Lire

    Douze communes de la métropole (Ambarès-et-Lagrave, Ambès, Artigues-près-Bordeaux, Bordeaux, Bouliac, Gradignan, Le Bouscat, Le Taillan-Médoc, Saint-Aubin-de-Médoc, Saint-Louis-de-Montferrand, Saint-Médard-en-Jalles et Talence) ont annoncé leur intention de proposer dans chacune de leurs communes la mise en place d'une carte jeune accessible à tous les résidents de moins de 26 ans, prévue pour mars 2019. A Bordeaux, le dispositif a été lancé il y a cinq ans et profite à plus de 25 000 jeunes, leur permettant de bénéficier de différentes réductions dans des lieux culturels.

  • 20/11/18 | Le département de la Gironde conserve sa note AA-

    Lire

    Dans sa notation annuelle, Standard & Poor's évalue la stratégie financière départementale comme « transparente, claire, efficace et prudente ». Et la possible reprise financière sur les recettes de fonctionnement à partir de 2019, liée au dépassement probable du niveau maximal annuel des dépenses de fonctionnement fixé par l'Etat (dans un contexte de non contractualisation) n'inquiète pas outre mesure l'agence de notation qui considère que « le Département sera en mesure d’absorber ces impacts budgétaires négatifs et qu’il continuera de présenter de bons indicateurs d’endettement ainsi qu’une situation de liquidité favorable »

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Métropole | Bègles adopte l'urbanisme "raisonné"

04/07/2018 | A l'occasion d'un bilan de sa première année de mandat en tant que maire de Bègles, le successeur de Noël Mamère a fixé ses grandes lignes politiques actuelles et à venir.

Clément Rossignol Puech, maire de Bègles

Entre 1989 et 2007, la commune de Bègles était associée à l'image d'un homme politique : Noël Mamère. Ce dernier s'étant mis en retrait, c'est un écologiste et chercheur en physique de 45 ans qui lui a succédé : Clément Rossignol Puech. Ce dernier n'est pas un inconnu sorti de nulle-part puisqu'il a été élu au conseil municipal délégué au développement durable dès 2002. Le 29 juin dernier, Clément Rossignol Puech a tourné la page de sa première année en tant que maire de ce bastion vert métropolitain. L'occasion idéale pour tirer un premier bilan.

Urbanisme : Le coup de frein

C'est une tendance de fond qui s'est emparée des maires de la métropole bordelaise, et Bègles n'échappe pas à la règle. "On souhaite maîtriser l'urbanisme pour ne pas dépasser le rythme actuel du Programme Local de l'Habitat, qui fixe le seuil de construction à 320 logements par an. Bègles doit conserver son aspect "village" et rester une ville dynamique. Elle a bénéficié de l'effet tramway et LGV. En 2018, il y a autant d'habitants qu'en 1968, soit près de 28 000. En gardant ce rythme, nous devrions être environ 35 000 dans cinq ans". L'attractivité de la métropole n'est donc pas démentie par Clément Rossignol Puech, mais ce dernier affirme quand même avoir sérieusement réduit (comme, par exemple, Mérignac, ou Saint-Médard-en-Jalles), la frénésie urbanistique. En un an, j'ai réduit et refusé des projets de plus de 1000 logements. Nous sommes pourtant l'une des cinq villes de la métropole les plus dynamiques en termes de constructions de logements, mais on ne peut pas raser une ville pour en refaire une...". En moyenne, la ville de Bègles a refusé 17 projets sur 20 présentés depuis janvier. Elle concentre ses nouvelles constructions sur des zones de projets prédéfinies, notamment celle des 50 000 logements autour des axes de transports. Reste que cette tendance n'était pas forcément celle de son prédecesseur. "On était à plus du double de ce chiffre de 320 logements par an l'année dernière. Ce n'était pas tenable. Je souhaiterais imposer, en dehors des zones de projets, un R+1 au maximum à Bègles", confie l'élu vert.

Cet urbanisme maîtrisé a cependant un risque majeur : repousser toujours plus loin les 20 000 nouveaux habitants qui arrivent chaque année en Gironde (dont environ 10 000 hors de la métropole bordelaise). "La ville n'est plus capable de suivre du côté des services et des équipements publics. Nous sommes jusqu'en R+4 le long de la route de Toulouse et en R+2 au niveau du tramway, mais nous voulons éviter une mutation trop rapide". Pour le vice-président de Bordeaux Métropole délégué à la nature (ça ne s'invente pas...), ses 27 autres collègues maires doivent aussi assumer leur part dans la lutte contre cet étalement urbain menaçant. "Je ne veux pas faire le travail des 27 autres maires. Quand on accueille une ligne de tramway, il faut accepter de densifier". Bègles tente pourtant de respecter un objectif concret : elle est actuellement à environ un tiers de logements sociaux (28%) et un tiers d'accession à la propriété dans son ratio de construction de nouveaux logements. C'est aussi là que l'on a vu les premiers modèles d'habitats participatifs (La Ruche) fleurir dans le département. En attendant, le dynamisme économique ne freine pas, lui : la Cité Numérique et le parc Newton devraient créer 3000 nouveaux emplois dans les deux ans sur Bègles.

Des transports maîtrisés

Pour tenter de garder cette sacro-sainte "qualité de vie" chantée à tous les clochers, le levier des transports est aussi important pour le maire écologiste. Reste que pour lui, l'enjeu principal pour rendre la mobilité plus vivable, c'est de jouer sur l'usage de la voiture. "On raisonne à usage constant mais il faut développer le co-voturage de manière beaucoup plus forte. Washington, c'est quarante kilomètres de voieries qu sont réservées aux aires de co-voiturage. Avec la mise à deux fois trois voies de la rocade, les élus avaient voté pour qu'une troisième voie soit réservée au co-voiturage et aux transports en commun, je n'ai depuis pas vu l'ombre d'une avancée au niveau de l'Etat sur ce sujet". Pour Clément Rossignol Puech, les nombreuses aires existant déjà en Gironde ne suffisent pas, il faudrait un plan ambiteux de la métropole sur ce sujet, plus proche de ce qui a été fait avec le tramway que le deuxième plan vélo voté en décembre 2016. Et pourquoi pas "faire des voies réservées avec un péage positif", interdire les poids lourds aux heures de pointe ou créer un péage pour la circulation de transit ?La ville réfléchit de son côté à créer ses propres aires de co-voiturage, et une contractualisation avec plusieurs parkings de supermarchés serait à l'étude.

L'élu vert est également favorable, sans grande surprise, à la taxe carbone, pas forcément très populaire au moment ou la loi d'orientation sur les mobilités passe encore de main en main. Au niveau local, Bègles a cependant une ambition politique forte : devenir la première ville intégralement à 30km/h en Gironde, "probablement d'ici 2020. Toutes les voieries résidentielles sont étroites, mais c'est officiellement limités à 50. L'objectif c'est de tout passer à 30km/h". En attendant cette mesure, Clément Rossignol Puech paraît être l'un des seuls frondeurs proches du pont Simone Veil à souhaiter que le pont de pierre reste fermé aux voitures et aux deux roues (comme on l'a vu récemment, plusieurs maires de la Rive Droite sont d'un avis inverse). "Ce serait un très mauvais signal", a-t-il répété. Côté projets, Clément Rossignol Puech est visiblement plus emballé par le développment des BatCub (surtout s'il se fait "en amont du pont de pierre jusqu'à Bouliac et au port de Bègles") ou d'un téléphérique (il a indiqué qu'un projet entre les Rives d'Arcin et la Gare de Bègles était actuellement en ébauche) que par le développement futur d'un métro : "il ne règlera pas les problèmes (...) et je ne suis pas certain qu'on en ait les moyens".

Calendrier politique

Pas vraiment le temps de souffler pour le maire écologiste : alors que les prochaines élections municipales n'auront pas lieu avant 2020, ce dernier affirme déjà y penser. A l'image des premiers mouvements qui se dessinent du côté de la mairie de Bordeaux, Clément Rossignol Puech a déclaré qu'un "think thank avec les habitants pour réfléchir sur les enjeux de la ville et de la métropole" s'était réuni pour la première fois il y a plusieurs jours, même si la campagne publique n'a pas encore commencé. "Si les béglais le souhaitent, je réunirai une nouvelle équipe municipale avec un rassemblement très large", tandis que l'idée d'une union aux européennes pour son prédécesseur semble s'éloigner. Oui, mais large comment ? "Toute la gauche, jusqu'au centre". Quant-à-savoir si un ou plusieurs élus d'En Marche pourraient rejoindre le mouvement, l'élu n'est pas fermé : "on peut discuter avec tout le monde". Pour ce qui est de la métropole, l'écologiste a beau y siéger, il y déplore un "déficit de portage collectif dans ses enjeux et un déficit démocratique dans les règles du jeu électoral. Au final, il n'y a pas d'élus au suffrage universel direct, c'est une coopération entre maires". Il se prendrait même à rêver à une partie des listes municipales sous forme métropolitaine en 2020, avec une "vraie campagne électorale sur les enjeux de la métropole pour qu'elle ait une vraie légitimité démocratique. Cela dit, je sens que ça ne sera pas appliqué...". Comme pour le pont Simone Veil, il reste au moins jusqu'en 2020 pour commencer à y réfléchir...

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
3943
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Métropole
Métropole
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires