Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

24/11/20 : Âgé de 90 ans, André Luberriaga, ancien maire d'Ascain, au Pays basque, s’est éteint lundi, une semaine après son épouse Martta. Conseiller général d’Ustaritz de 1976 à 1988, l'UDF André Luberriaga, avait dirigé la commune de 1977 à 2001.

24/11/20 : Assistante importante ce mardi soir pour manifester à Bordeaux, place de la Comédie, contre la loi " sécurité globale" adoptée en première lecture ce jour même à l'assemblée par 388 voix contre 104 et 66 abstentions.

19/11/20 : Charente-Maritime : le taux de positivité au Covid-19 était ce soir de 75 pour 100 000 habitants, et de 90 pour La Rochelle, soit moitié moins que la semaine dernière, selon l'ARS. 34 patients sont hospitalisés à La Rochelle, dont 14 en réanimation.

17/11/20 : Charente-Maritime: dans le cadre de la poursuite du chantier de changement des câbles du Pont de Ré, la circulation automobile aura de courtes interruptions jeudi 19 novembre entre 12 et 13h, sans conséquence pour le passage des piétons et des vélos.

17/11/20 : Le festival de la BD d'Angoulême se fera en deux temps: en janvier pour la remise des fauves et en juin pour un festival en présentiel. Une exposition sera dédié à l'art d'Emmanuel Guibert au musée des beaux arts d'Angoulême, inauguré le 20/11/2021.

16/11/20 : Les communes de La Mothe Saint Héray et Saint Maixent l'Ecole dans les Deux-Sèvres ont été reconnues en état de catastrophe naturelle, suite aux inondations subies au mois de mars.

15/11/20 : Le Centre communal d’action sociale CCAS de La Rochelle lance un appel à la solidarité et au bénévolat pour épauler les acteurs de l’aide alimentaire. Contact : Frédérique Duchesne àfrederique.duchesne@ccas-larochelle.fr ou au 05 46 35 21 16.

13/11/20 : Les élections régionales et départementales prévues en mars auront très vraisemblablement lieu en juin suite à la proposition faite en ce sens par Jean-Louis Debré qui a remis son rapport au premier ministre: option retenue par le gouvernement.

12/11/20 : Confinement: Il serait irresponsable de lever ou d'alléger le dispositif actuel a déclaré le premier ministre, lequel a ajouté qu'un allégement strictement réservé aux commerces pourrait être envisagé le 1°décembre.

09/11/20 : Dans le cadre du reconfinement, la Ville de Bayonne et son maire J.R. Etchegaray ont aménagé 45 box au Palais des sports de Lauga pour accueillir les sans abri. Les lits ont été fournis par le 1er RPIma et dispositif assuré par l'association Atherbea

09/11/20 : Mme Estelle Leprêtre, directrice adjointe de la direction départementale de la cohésion sociale du Morbihan, est nommée sous-préfète de Jonzac en Charente-Maritime. Elle prendra ses fonctions le 23 novembre prochain.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 27/11/20 | La collecte nationale des banques alimentaires est lancée

    Lire

    La banque alimentaire de Bordeaux et de la Gironde organiste sa collecte ces 27 et 28 novembre. Cette fois-ci, elle sera physique dans le respect des gestes barrière,comme habituellement dans les magasins les plus importants. La seconde est dématérialisée, avec l’opération de distribution de coupons correspondant à des repas (2 euros pour un repas). Les sommes réunies sont transformées ultérieurement en achat de denrées alimentaires. Au niveau des produits, il est préférable de favoriser féculents et conserves de poisson, viande et légumes. Surtout pas de produits frais, ni de produits pour bébé.

  • 27/11/20 | Restructuration de Repetto: L'Etat entre dans la danse

    Lire

    Une première réunion de travail entre la direction de Repetto, le cabinet de la ministre de l'Industrie, Agnès Pannier-Runacher, et les services de Bercy a eu lieu jeudi 26 novembre sur l'accompagnement de l'entreprise dans sa restructuration. L'occasion de faire le point sur les indicateurs financiers de l'entreprise, son processus de restructuration et le climat social en son sein. Les axes d'un projet de développement ont aussi pu être esquissés. Pour mémoire, suite à plusieurs années difficiles, Repetto a annoncé la mise en place d'un plan social menaçant 51 postes en France dont 31 à Saint-Médard-d’Excideuil (24).

  • 27/11/20 | Royan Atlantique : Un pôle de transformation de produits locaux

    Lire

    La Communauté d'agglomération Royan Atlantique (CARA) porte depuis 2016 un projet de création d'un atelier collectif de transformation de viandes multi-espèces visant à améliorer la performance économique de la filière locale d'élevage. Huit éleveurs ont participé à la construction de ce projet et plus d’une trentaine sont à ce jour intéressés par l’équipement. Le pôle transformation de la CARA sera géré et utilisé par les producteurs associés dans une structure d'exploitation qui louera l'équipement à la CARA. La Région soutient ce projet à hauteur de 220 537 euros.

  • 27/11/20 | Creuse: un numéro vert pour les personnes handicapées en difficulté

    Lire

    Le Département de la Creuse et la Maison Départementale des Personnes Handicapées viennent de mettre en place un numéro vert d’appui pour les personnes handicapées et les aidants qui sont en difficulté ou sans solution immédiate du fait de la crise sanitaire. Ce numéro est également accessible aux personnes sourdes et malentendantes, 7 jours/7 de 7h à 21h : 0 800 360 360.

  • 27/11/20 | Les émailleurs français s’exposent à Limoges

    Lire

    Depuis le 16 novembre, les halles centrales de la ville de Limoges accueillent une trentaine de pièces conçues par des créateurs locaux et nationaux, et prêtées par le Syndicat Professionnel des Emailleurs Français. Cette exposition présente des créations contemporaines d’émail sur métaux. Durant un an, le Syndicat s’invitera dans l’espace « Ville créative Unesco » des halles centrales qui est dédié à la valorisation des acteurs locaux des arts du feu.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Métropole | Bordeaux et la Métropole forment des voeux "d'équilibre"

10/01/2020 | Le maire de Bordeaux Nicolas Florian et le président de Bordeaux Métropole Patrick Bobet ont adressé des voeux conjoints à la presse ce vendredi 10 janvier.

voeux métropole 2020

Pour les derniers voeux de la mandature actuelle, le président de la Métropole Patrick Bobet et le maire de Bordeaux Nicolas Florian ont choisi de faire front commun ce vendredi 10 janvier. Au moment de les formuler, les termes de confiance, d'équilibre et de sincérité ont surnagé au milieu de quelques annonces des chantiers qui occuperont les deux collectivités dans les mois à venir, déjà largement occupés par un renouvellement électoral. Transports, urbanisme, économie : on vous résume l'essentiel des annonces faites ce vendredi, autant de dossiers qui ne devraient pas manquer de s'inviter dans l'actualité...

"Gardons notre optimisme pour des jours meilleurs", si elle n'aura pas été la phase clé de cette cérémonie de vœux conjoints, aura en tout cas eu le mérite d'être ironiquement celle qui l'aura clôturée. Ce vendredi 10 janvier, le maire de Bordeaux Nicolas Florian et le président de la métropole (et maire du Bouscat) Patrick Bobet s'y sont mis à deux pour prononcer les derniers vœux de la mandature actuelle placés, pour le premier, sous le signe de "l'harmonisation, du partage et de l'équilibre. Nous sommes dans la phase de la métropole archipel, la troisième phase de notre regroupement intercommunal, qui nous pousse à un maintien de la cogestion afin de renforcer les villes au sein d'une même entité. Notre métropole ne s'arrête pas à nos simples frontières, il faut continuer à travailler à l'échelle de l'aire urbaine", a ainsi affirmé Nicolas Florian sans changer de costume. "Nous ne sortirons pas de cette crise sans dialogue. 2020 doit être l'année des 3M : mobilité, maîtrise foncière et mutualisation", a, dans un discours plus pragmatique que son homologue, souligné Patrick Bobet.

Wagon chargé

Cette séquence dédiée à la presse a été l'occasion de faire quelques annonces et beaucoup de rappels de calendrier. La première est d'envergure nationale : le 7 janvier dernier (jour anniversaire de l'attaque terroriste dans les locaux de Charlie Hebdo), le ministre de la Culture Franck Riester a annoncé la création d'une maison du dessin de presse et du dessin satirique. Ce vendredi, le maire de Bordeaux a annoncé que la ville s'était portée candidate, par l'intermédiaire d'un courrier signé de sa main et de celle du président de la métropole, adressé au Ministère de la Culture, pour accueillir ce bâtiment. En guise d'arguments, la lettre énonce sa proximité avec Angoulême et son festival de BD et la spécialité autour du dessin de presse humoristique de Saint-Juste-Le-Martel. Si la candidature est retenue, le bâtiment pourrait se situer rue du Loup, au sein de l'Hôtel de Ragueneau (sur 1700 mètres carrés).

Comme avait l'habitude de le faire Alain Juppé, Patrick Bobet a rapidement énoncé quelques grands chantiers à venir en termes de transports, l'un des points de tension politiques majeurs de ces derniers mois : extension de la ligne A du tram vers l'aéroport début 2022, début de l'enquête publique cet automne pour l'extension de la ligne D vers Saint-Médard (qui sera inaugurée jusqu'à Eysines le 29 février prochain), RER métropolitain qui bénéficiera de son premier ouvrage en 2020 avec la réouverture de la halte du Bouscat (avant celle de la gare de la Médoquine à Talence en 2023), accord de principe de la préfecture pour le lancement d'une étude sur un barreau autoroutier entre Mussidan et Langon, duplication de la ligne de cars express entre Créon et Bordeaux (environ 800 passagers par jour), cette fois ci vers Blaye via Saint-André de Cubzac... les transports ne manquent donc pas d'entrées, même sans y ajouter le redémarrage de celui du pont Simone Veil, recalé pour 2024 et la nouvelle Déclaration d'Utilité Publique pour le BHNS reliant Bordeaux à Saint-Aubin-de-Médoc qui après plusieurs déconvenues juridiques est envisagée pour fin 2020. 

Du côté de l'urbanisme et de l'aménagement du territoire, c'est le discours de Nicolas Florian qui a marqué le pas. Si, l'an dernier, de nombreuses voix de maires s'étaient élevées pour prôner la fin de l'étalement urbain et le souhait de densifier les communes, le maire de Bordeaux a affirmé avoir "été trop loin dans cette logique de lutte contre l'étalement urbain. Ce que je retiens de l'épisode des gilets jaunes, c'est l'expression d'une fracture territoriale. Nous avons trop poussé les feux sur la lutte contre l'étalement urbain et la densification, ça a aussi amené une forme de désertification en périphérie. Je souhaite que l'on corrige ça dans les années qui viennent. Ça va au-delà du partenariat qu'on peut tisser avec tel ou tel territoire, c'est plutôt une logique de plus grande porosité et de meilleur équilibre du développement, qu'on puisse vivre et travailler dans un secteur sans obligation de s'y concentrer".

Coopérations

Dans la même logique d'apaisement, Patrick Bobet est revenu sur les doutes récemment émis par le président du Conseil départemental, Jean-Luc Gleyze, concernant le nouvel accord passé avec Véolia concernant la gestion des déchets sur la métropole qui aurait, selon ce dernier, pénalisé les territoires périphériques.

"Nous avions fait la demande à Suez et Véolia de faire en sorte de ne pas augmenter leur tarif et même, si possible, de les diminuer. Les deux sociétés nous ont répondu avec des chiffres très inférieurs à ceux que nous avions espéré. Nous avons financé tout l'investissement sur les incinérateurs. Pour ce qui est des autres territoires, nous n'avons aucun moyen juridique d'interférer dans cette demande là tout à fait cloisonnée. Ce qui est demandé aux territoires extérieurs tient compte de leur faculté à apporter leurs déchets dans des unités de valorisation énergétique plutôt que de les enfouir. La TGAP (Taxe Générale sur les Activités Polluantes) augmente de manière très importante, les tarifs de Veolia tiennent compte de cette augmentation. Nous sommes désolés qu'on oppose la "bonne affaire" de la métropole à celle des autres territoires, mais il faut arrêter de dire que la métropole ne rayonne pas sur les autres territoires. On n'est pas opposés au département. Nous finançons vingt millions d'euros à l'Agence de l'Eau Adour-Garonne pour aider les territoires extérieurs, nous aidons à hauteur de 300 000 euros par an pendant quatre ans la déchetterie de Sainte-Eulalie".

"J'appelle de mes vœux la création d'organes dédiés à la mobilité et à l'aménagement du territoire qui mettent autour de la table la région, le département et les intercommunalités. On est capables de signer des contrats de co-développement, j'espère qu'on sera capables de signer officiellement une contractualisation avec le département. Il faut qu'il y ait d'abord une phase de diagnostic, de partage d'expérience et d'objectifs, chacun dans ses compétences", a ajouté le maire de Bordeaux en plaidant pour la création d'un organe dédié aux mobilités qui viendrait affiner la mission du syndicat mixte régional.

Le futur des OIM

En matières économiques, enfin, le président de la métropole a de nouveau salué un objectif "tout à fait tenable" : celui de 100 000 nouveaux emplois en 2030, "sachant que les chiffres de 2018 sont à 14 000 et que ceux de 2019 sont sensiblement similaires mais pas encore tout à fait arrêtés. Au rayon des nouveautés, on peut souligner le plan pluriannuel de l'OIM Innocampus validé dans les prochaines semaines, l'extension de l'OIM Aéroparc vers une surface totale de 3300 hectares (dont l'agrandissement des sites de Dassault Aviation et de Sabena Technics constituent le gros morceau) et une réunion des élus en bureau fin janvier pour la création d'une nouvelle OIM sur la rive droite.

Questionné, Patrick Bobet a simplement souligné les objectifs de cette première réunion formelle pour préfigurer un projet d'envergure pour la rive droite (dont le maire de Cenon Jean-François Egron parlait il y a peu) : '"nous allons définir la stratégie, la thématique, le périmètre de la troisième OIM de la métropole. Les maires sont demandeurs. Nous avons pour l'instant deux propositions : la première intitulée" Garonne" et la seconde, plus ambitieuse et innovante qui s'appuierait sur des technologies de pointe. Nous en débattrons en bureau le 23 janvier". Enfin, les deux élus ont évoqué la signature prochaine d'un protocole d'accord avec l'écosystème Darwin. "Nous avons réinstallé un nouveau climat entre l'aménageur et les Darwiniens. Ça s'est traduit par des décisions d'engagement réciproques sur l'occupation du domaine public et des clauses techniques aménagées", a ajouté Nicolas Florian. Voilà donc de quoi occuper assez largement les prochains mois...

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
6523
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Métropole
Métropole
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 30 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires