Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

16/01/19 : La Rochelle : la Nuit de la lecture se tient samedi 19 janvier de 14 h à 7 h dimanche à la Médiathèque de Laleu/La Pallice, à la Médiathèque Michel-Crépeau et au Muséum d’Histoire naturelle. Des lectures et des animations variées sont organisées.

16/01/19 : Le lanceur de poids bordelais Jean-Luc Mastromauro a battu le record de France des moins de 50 ans. Il a réalisé 17m19 à Fronton le 13 janvier, améliorant ainsi son propre record de France, établi une semaine plus tôt avec 16m90.

16/01/19 : Dans le cadre du dispositif "Permis de Jardiner" et à l'initiative du collectif Pau Sud, la rue Jacques Terrier sera revégétalisée. La Maison du Jardinier organise le 18 janvier de 14h à 17h une après-midi de plantation participatif.

15/01/19 : le Préfet de la Dordogne a désigné le sous-préfet de Nontron, Frédéric Roussel, référent départemental pour le grand débat national. Il est joignable à l'adresse : pref-granddebat@dordogne.gouv.fr. Plus d'infos : www.granddebat.fr

15/01/19 : Solène Ndama, licenciée au Bordeaux Athlé commence bien la saison. La jeune athlète bordelaise (20ans) réalise la meilleure performance mondiale de la saison au pentathlon (5 épreuves) en salle à Clermont-Ferrand.

14/01/19 : Didier Lallement, préfet de la région Nouvelle-Aquitaine, préfet de la Gironde, a nommé Thierry Suquet, secrétaire général de la préfecture de la Gironde, comme référent pour le Grand Débat National en Gironde.

13/01/19 : Emmanuel Macron dans sa lettre aux Français: Faut-il reconnaître le vote blanc? Faut-il rendre le vote obligatoire? Quelle est la bonne dose de proportionnelle aux élections législatives pour une représentation plus juste de tous les projets politiques

12/01/19 : GJ.La préfecture de Gironde a fait le point suivant à 19h45: 6000 manifestants, 35 interpellations, pas de blessé du côté des forces de l'ordre, des vitrines et du mobiliers urbains dégradés ainsi que des poubelles brûlées.Dernières dispersions en cours"

11/01/19 : Manifestations du samedi 12 janvier. Alain Juppé, maire de Bordeaux, en accord avec le Préfet, a décidé de fermer les lieux publics. L'opération de parking gratuit sur la place des Quinconces est reconduite ce dimanche 13 janvier.

10/01/19 : Avec 6,8 millions de passagers et + 9,3% de hausse de trafic, l'Aéroport de Bordeaux conclut une 9ème année de croissance consécutive. En gagnant 576.000 voyageurs supplémentaires, 2018 représente la meilleure année sur la plateforme bordelaise.

10/01/19 : Pour la période des soldes, le réseau des bus de l'agglomération d'Agen fait voyager en illimité sur l’Agglo pour 1,20€ (au lieu de 2,50€). Offre valable les samedis 12, 19 et 26 janvier 2019.

10/01/19 : Fermeture du Pont d'Aquitaine dans les deux sens de circulation en raison de travaux, du jeudi 10 janv 21h au vendredi 11 janv à 6h. Des déviations seront mises en place par la rocade intérieure et la rocade extérieure, via le pont F. Mitterrand.

09/01/19 : Bernard Giraudel, patron charismatique du Vieux Logis, le restaurant étoilé de Trémolat en Dordogne, est décédé ce mercredi. Il a trouvé la mort sur les routes de Dordogne, à l'âge de 93 ans. Il a fait un arrêt cardiaque au volant de sa voiture.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 16/01/19 | 150 postes à pourvoir à l'aéroport !

    Lire

    Pôle Emploi et l’aéroport de Bordeaux-Mérignac organisent un job dating inédit en partenariat avec la Ville de Mérignac le 31 janvier prochain. 150 postes seront à pourvoir immédiatement autour d’une vingtaine de métiers allant de l’agent d’exploitation au steward, en passant par l’agent de sûreté ou l’agent de piste. L'occasion, CV en main, de rencontrer directement toutes les entreprises de l’aéroport qui recrutent sur terre ou dans les airs ! Commerces, restaurants, loueurs de véhicules, compagnies aériennes, etc. Infos et détails des postes à pourvoir sur : www.pole-emploi.fr

  • 16/01/19 | Le Raid Saint-Martin : volume 2

    Lire

    Le département de la Vienne et le Stade Poitevin Triathlon organisent les 21 et 22 juin 2019 le 2ème Raid Saint-Martin. Cette épreuve sportive, labellisée, festive et culturelle permet de découvrir le 4ème chemin de randonnée lié à Saint-Martin en Touraine et Poitou. Deux formules XL (150km) seront proposées pour cette édition 2019 et un raid de 90 km. Les équipes s’inscriront par 2,3 ou 4 et pourront profiter d’étapes de course à pied, run and bike, VT canoë et course d’orientation.

  • 16/01/19 | Pyrénnées : partenariat Altibus-Air'Py

    Lire

    Présents actuellement au salon Grand Ski à Chambéry, le gestionnaire de l'aéroport Pau-Pyrénées et Altibus en ont profité pour signer un partenariat qui permet de relier par navette l'aéroport Palois à 18 stations de ski des Pyrénées. Ainsi, Altibus s'implante pour la première fois dans les Pyrénées! Les navettes sont proposées au tarif de 15€ l'aller simple, en correspondance avec les vols de Paris Orly, Brest, Caen, Lille et Strasbourg.

  • 16/01/19 | Dartess et Inno'vin main dans la main

    Lire

    Le leader français du conditionnement et de la logistique des vins et spiritueux, Dartess, souhaite devenir un acteur de l'innovation. En rejoignant le cluster INNO'VIN, qui rassemble plus de 150 acteurs viti/vinicoles en Nouvelle-Aquitaine, Dartess met ainsi l'innovation au cœur de son développement, afin de mieux prendre le virage digital. Ce rassemblement d'acteurs de l'innovation permet de s'associer avec des startups, entreprises ou organismes de recherche et mener des expérience concrètes

  • 16/01/19 | La Nouvelle-Aquitaine consommatrice de glyphosate

    Lire

    Alors qu'un sujet d'Envoyé Spécial y est consacré cette semaine, une étude récente enquête réalisée par France Info sur le glyphosate. Trois départements de Nouvelle-Aquitaine figurent dans les territoires où l'herbicide s'est le plus vendu en 2017 : la Charente-Maritime (271 tonnes), la Charente (270,1 tonnes) et la Gironde (248,9 tonnes). Selon cette enquête, qui se base sur les données de l'Institut national de l'environnement industriel et des risques (Ineris), 2017 "représente la troisième année où le produit s'est le plus vendu en dix ans".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Métropole | Bordeaux Maritime attend la Police de Sécurité du Quotidien

28/02/2018 | Des représentants de la préfecture et de la mairie de Bordeaux ont donné quelques précisions ce mercredi sur la mise en place concrète de la PSQ sur Bordeaux Maritime.

PSQ 2018

Le 8 février dernier, le Ministre de l'Intérieur Gérard Collomb présentait au niveau national les projets retenus dans le cadre de l'expérimentation de la nouvelle Police de Sécurité du Quotidien, dispositif censé assurer la relève de feû la "police de proximité". Parmi les trente quartiers de "reconquête républicaine" sélectionnés au niveau national, on trouve celui de Bordeaux Maritime, qui compte pas moins de 29 000 habitants répartis entre Bacalan, Labarde, le Port de la Lune, Chantecrit, Ginko et le quartier politique de la ville des Aubiers. Ce mardi, le préfet de gironde Didier Lallement a apporté quelques précisions concrètes à ce nouveau dispositif qui sera déployé en septembre.

Un quartier en tensions

La concertation a donc eu lieu. Entre temps, les préfets ont changé de chaise et le Ministre de l'Intérieur Gérard Collomb s'est attaqué au dossier bien plus sensible de l'immigration, avec des fortunes diverses. En dehors de ces perspectives nationales, Bordeaux Maritime fait pourtant toujours partie des trente quartiers de "reconquête républicaine" retenus pour expérimenter la Police de Sécurité du Quotidien. Ce mercredi, le préfet Didier Lallement et le maire de Bordeaux, Alain Juppé, sont revenus de manière un peu plus précise sur les mesures concrètes toujours prévues pour être pleinement effectives en septembre prochain dans ce vaste quartier de 29 000 habitants en pleine mutation, où les habitants de Ginko et ceux du quartier des Aubiers sont encore en contacts un peu frileux. Les élus ont donc rencontré quelques habitants venus assister à ce point d'information qui faisait d'avantage figure de rappel d'étape. Il a tout de même permis à une résidente du quartier de témoigner de la réalité des problèmes du secteur : "toutes les nuits, nous ne dormons pas parce qu'il y a des voitures qui font des dérapages. Ça et la musique, c'est infernal. J'habite dans une rue qui fait impasse. Toute la nuit, j'ai au moins quatre-vingt voitures qui rentrent le soir. C'est intenable", a-t-elle notamment déclaré.

Il faut dire que les données chiffrées apportées par la préfecture justifieraient presque à elles seules les mesures décrétées dans le cadre de ce déploiement de la nouvelle PSQ : la délinquance représenterait "environ 15% du total" de la commune de Bordeaux. Les données de 2017 soulignent que si les "atteintes à l'intégrité physique" se "stabilisent", elles subissent encore une légère augmentation de +2,77% (contre +6,83% en 2016). Les vols par effraction, eux, diminuent de -20,70%, les vols de deux roues de -30,28% et les incendies volontaires de -7,69%. D'un autre côté, les vols avec violence (+8,60%), les vols à la roulotte (+27,97%) et les vols à la tire (+23,31%) connaissent visiblement des jours plus heureux, même si la constatation des infractions est elle aussi en augmentation (+34,95% pour celles liées à la drogue, notamment). Ces chiffres, s'ils sont un indicateur, ne font pas tout. Fanny Gabriel, secrétaire générale de la mairie de quartier Bordeaux Maritime, nous détaille la situation de manière un peu plus factuelle : "On est un quartier où il y a environ quatre ou cinq points problématiques avec des soucis de tranquillité publique, de trafics et de gène au quotidien pour les riverains, la journée mais surtout la nuit".

Jean-Luc Paradot, lui, est délégué à la cohésion police-population de Bordeaux et intervient sur plusieurs quartiers, notamment celui de Bacalan notamment dans le cadre du CLSP (Conseil Local de Sécurité et Prévention de la Délinquance, qui agit sur la prévention par le biais d'une cellule de veille), concède que des problèmes de dialogue, malgré l'action de la police sur le secteur, demeurent. "Le problème majeur, c'est que le contact avec la population et les services de police est compliqué, il y a très peu de choses qui remontent. Je constate le décalage qu'on peut avoir sur les cellules de veilles : on a beaucoup de choses qui remontent par les institutionnels, les professionnels et les différents acteurs sociaux mais dans l'activité même des services de police, il y a très peu d'appels. Ce sera peut-être un intérêt de cette PSQ, avoir un lien plus direct, notamment avec le commissariat secteur". "Ce lien entre la population et les autorités mérite d'être renforcé", a entre autres répondu le maire de Bordeaux. "Ce que nous entendons très souvent, c'est plutôt que quand les habitants appellent, il n'y a pas de réponses. Cette relation est donc encore à améliorer. Le maire, au terme de la loi, a aussi des responsabilités en termes de sécurité. Elles reposent sur les deux pieds : à la fois la prévention au travers de laquelle nous aidons toutes les structures, et la répression".

Des mesures concrètes

Voilà donc l'une des lourdes tâches assignées à cette Police de Sécurité du Quotidien, dont cette présentation, bien qu'assez succinte, a apporté quelques éléments concrets de mise en place. Même si, de l'aveu même de la préfecture, la "stratégie est encore en cours d'élaboration", les grandes lignes sont déjà tracées. Concernant ces fameux soucis de contact avec la population souligné par Jean-Luc Paradot, la PSQ permettra à Bordeaux Maritime la création d'un poste de délégué du préfet spécialement dédié à la "cohésion entre police et population" sur le quartier. Ce dernier ne devrait pas simplement être là pour faire joli : il participerait à la mise en place de nouvelles "réunions de sécurité des quartiers" de manière régulière (sans que l'on en sache forcément encore beaucoup plus sur cette notion) auxquelles participeront un cadre de la police nationale, l'officier du bureau de police concerné, un élu de quartier et des représentants des habitants et des commerçants de la zone (et peut-être nous, si on peut s'y faufiler...). "Il nous faut des dossiers avec des éléments et pas simplement des impressions, savoir de quoi on a besoin vis-à-vis des magistrats", a d'ailleurs souligné le Préfet. L'un des volets les plus importants sera sans doute celui de la dissuasion : il passera par un renforcement des patrouilles pédestres, une augmentation de leur "amplitude horaire" (histoire, sans doute, d'essayer de n'oublier personne...) et des patrouilles mixtes composées d'agents de police nationale et municipale. Cette dernière, à Bordeaux (composée de 106 agents) vient juste, hasard du calendrier, de déposer un préavis de grève émis par les syndicats CGT et FO pour protester contre de "mauvaises conditions de travail" et une autre réorganisation, celle de leur service prévu en juin prochain (sans lien direct avec le dispositif national). Le mouvement de grève devrait débuter mardi prochain.

Pour revenir à cette collaboration, elle sera renforcée par la mise en oeuvre, "chaque semaine voire plusieurs fois par semaine" de SLIC, diminutif barbare désignant les Structures Légères d'Intervention et de Contrôle. Concrètement, cela signie un effectif supplémentaire de 10 à 15 agents, orientés uniquement sur les contrôles de voie publique et de circulation routière. Il sera surtout censé, de l'aveu de Didier Lallemend, "montrer la présence policière sur le terrain et à ceux qui habitent ici qu'il se passe quelque chose. Cette PSQ, c'est un concept mais aussi une réalité, c'est l'articulation entre le délégué du préfet, les réunions de sécurité de quartier avec les fonctionnaires de police et l'ensemble des dispositifs de sécurité et des effectifs supplémentaires qui vont nous permettre cette dissuasion. Nous expérimentons un dispositif nouveau dans sa pratique qui va s'étager entre aujourd'hui et le mois de septembre, date de début réelle. Je l'anticipe un peu à la demande du maire de manière à ce que les nouveaux effectifs arrivent assez vite", a-t-il ajouté. Pour Fanny Gabriel, c'est là une mesure "essentielle que l'on demandait depuis longtemps, pour avoir une présence supplémentaire sur le quartier. Je pense que c'est aussi parce qu'on est plusieurs donneurs d'alerte à dire que la situation se dégrade", ajoutet-t-elle. Enfin, du côté de la répression, la PSQ convoquera une affectation de la BST (Brigade Spécialisée de Terrain, des unités en première ligne créées par l'ancien ministre Brice Hortefeux dont l'image a été quelque peu écornée par une certaine "affaire Théo"...) sur le quartier, soit une douzaine de fonctionnaires supplémentaires s'ajoutant au reste. Ces vastes ambitions concretisées par le nombre ne sont qu'un début : en plus de ce volet très local, on sait déjà que la zone de gendarmerie de Gironde fera partie des vingt départements sélectionnés, avec des "groupes de contact" qui devraient être déployés à Bouliac, Mérignac ou Libourne d'ici 2019 pour, encore une fois, renforcer ce lien avec la popultation. La prochaine rentrée devrait à coup sûr attirer tous les regards des habitants du secteur, qui "attendent" à la fois de voir de leur yeux le renforcement des uniformes bleus sur le terrain et l'efficacité de ce nouveau virage sécuritaire.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
6571
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Métropole
Métropole
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires