Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

19/04/18 : Dans le cadre du championnat de France du jeu d'échecs jeunes qui se tient à Agen, Anatoli Karpov, champion du monde de cette discipline de 1975 à 1985 et de 1993 à 1999, sera reçu à l'Hôtel de ville d'Agen le samedi 21 avril à 19 h.

19/04/18 : La Maison de l'Europe de Lot-et-Garonne/CIED est à la recherche d'un service civique à compter du mois de mai pour une mission de huit mois à raison de 30h/semaine. Plus d'infos : 05 53 66 47 59

17/04/18 : Le comité d'engagements du conseil d'administration de SNCF réseau a validé ce mardi l'opération de réhabilitation de la ligne ferroviaire Libourne-Bergerac, déjà concernée par des travaux régionaux achevés en 2013.

17/04/18 : L'Assemblée Nationale a adopté à la majorité en première lecture (454 voix contre 80) le projet de loi "nouveau pacte ferroviaire", à l'origine des grèves qui secouent la SNCF depuis début avril. La ministre des Transports a salué "une étape décisive".

12/04/18 : Charente-Maritime : depuis le 9 avril et jusqu’au 21 avril, Keolis organise un test grandeur nature sur la ligne 3 du réseau Les Mouettes, effectuant la liaison La Rochelle-Île de Ré avec un nouveau modèle de car électrique, soutenu par la Région.

12/04/18 : Le Pôle Agri Sud-Ouest Innovation vient de renouveler son conseil d’administration, son bureau et sa gouvernance pour assurer sa représentativité sur l’ensemble des territoires couverts. Daniel Segonds a été réélu à la présidence du Pôle.

12/04/18 : Le nouveau président de la Président de la Fédération Nationale d’Agriculture Biologique, est Guillaume Riou, agriculteur bio de Deux-Sèvres, anciennement président d'Agrobio Poitou-Charentes de 2012 à 2015.

S’abonner ici !
  • 21/04/18 | La Rochelle : une nouvelle présidente à la tête du lycée maritime

    Lire

    Leslie Widmann a été nommée à la présidence du CA du lycée maritime et aquacole de La Rochelle. Elle a travaillé 5 ans dans la gestion du port de la Cotinière en qualité de directrice du développement. Elle a créé Odyssée Développement, un bureau d'études en économie maritime en 2000 et en 2008, lauréate du Concours national du ministère de la recherche, une seconde société qui emploie 4 chercheurs sur un système objectif d'évaluation de la fraîcheur des produits de la mer destiné aux criées.

  • 20/04/18 | L'eau, bientôt grande cause du Sud-Ouest français

    Lire

    Pascal Mailhos, Préfet de bassin, Martin Malvy, Président du comité de bassin Adour-Garonne, Carole Delga, Présidente de la Région Occitanie, et Alain Rousset, Président de la Région Nouvelle-Aquitaine, se sont rencontrés à la Préfecture de bassin à Toulouse pour échanger sur les enjeux de la ressource en eau dans le Grand Sud-Ouest. L'occasion pour eux de rappeler leur « très vive inquiétude » et de fixer un prochain rendez-vous en septembre à Bordeaux, afin de lancer une action commune autour de « l'eau, enjeu de société, grande cause du Sud-Ouest français ».

  • 20/04/18 | Création d’un pôle ressources jeunesse à Villeneuve/Lot

    Lire

    Lors du Conseil communautaire du 12 avril dernier, les élus de l’Agglomération du Grand Villeneuvois ont voté la création d’un Pôle Ressources Jeunesse et son implantation en centre-ville de Villeneuve-sur-Lot, dans le quartier prioritaire Bastide. Ce Pôle accueillera la Mission locale du Pays Villeneuvois, l’Espace Métiers Aquitaine ainsi qu’un espace numérique.

  • 20/04/18 | Réduction des déchets: quelles sont vos pratiques ?

    Lire

    Emballages plastiques, biodéchets, déchets verts, déchets d'équipements électriques et électroniques et tarification incitative, voilà les 5 items sur lesquels la Région interroge ses habitants, via une enquête en ligne, dans le cadre de l'élaboration d'un Plan Régional de Prévention et de Gestion des Déchet. En application de la loi NOTRe, le but est de définir, avec les acteurs locaux et les citoyens: « une véritable stratégie territoriale, qui pose des ambitions et des orientations porteuses d'une dynamique en faveur de la transition écologique par l'économie circulaire ».

  • 20/04/18 | "Action Coeur de Ville" se décline à Rochefort

    Lire

    Rochefort fait partie des 222 villes retenues par l’État pour intégrer le dispositif « Action Cœur de Ville » qui lui permettra d’engager un plan de réhabilitation de l’habitat de son centre urbain en obtenant 25 millions € sur 5 ans. La municipalité, avec le concours des services de l’État, s’est déjà saisie du sujet en engageant un Plan de Sauvegarde et de Mise en Valeur du centre historique, dont elle présentera une première ébauche à la population lundi 23 avril à 18 h au Palais des Congrès.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Métropole | Bordeaux Maritime attend la Police de Sécurité du Quotidien

28/02/2018 | Des représentants de la préfecture et de la mairie de Bordeaux ont donné quelques précisions ce mercredi sur la mise en place concrète de la PSQ sur Bordeaux Maritime.

PSQ 2018

Le 8 février dernier, le Ministre de l'Intérieur Gérard Collomb présentait au niveau national les projets retenus dans le cadre de l'expérimentation de la nouvelle Police de Sécurité du Quotidien, dispositif censé assurer la relève de feû la "police de proximité". Parmi les trente quartiers de "reconquête républicaine" sélectionnés au niveau national, on trouve celui de Bordeaux Maritime, qui compte pas moins de 29 000 habitants répartis entre Bacalan, Labarde, le Port de la Lune, Chantecrit, Ginko et le quartier politique de la ville des Aubiers. Ce mardi, le préfet de gironde Didier Lallement a apporté quelques précisions concrètes à ce nouveau dispositif qui sera déployé en septembre.

Un quartier en tensions

La concertation a donc eu lieu. Entre temps, les préfets ont changé de chaise et le Ministre de l'Intérieur Gérard Collomb s'est attaqué au dossier bien plus sensible de l'immigration, avec des fortunes diverses. En dehors de ces perspectives nationales, Bordeaux Maritime fait pourtant toujours partie des trente quartiers de "reconquête républicaine" retenus pour expérimenter la Police de Sécurité du Quotidien. Ce mercredi, le préfet Didier Lallement et le maire de Bordeaux, Alain Juppé, sont revenus de manière un peu plus précise sur les mesures concrètes toujours prévues pour être pleinement effectives en septembre prochain dans ce vaste quartier de 29 000 habitants en pleine mutation, où les habitants de Ginko et ceux du quartier des Aubiers sont encore en contacts un peu frileux. Les élus ont donc rencontré quelques habitants venus assister à ce point d'information qui faisait d'avantage figure de rappel d'étape. Il a tout de même permis à une résidente du quartier de témoigner de la réalité des problèmes du secteur : "toutes les nuits, nous ne dormons pas parce qu'il y a des voitures qui font des dérapages. Ça et la musique, c'est infernal. J'habite dans une rue qui fait impasse. Toute la nuit, j'ai au moins quatre-vingt voitures qui rentrent le soir. C'est intenable", a-t-elle notamment déclaré.

Il faut dire que les données chiffrées apportées par la préfecture justifieraient presque à elles seules les mesures décrétées dans le cadre de ce déploiement de la nouvelle PSQ : la délinquance représenterait "environ 15% du total" de la commune de Bordeaux. Les données de 2017 soulignent que si les "atteintes à l'intégrité physique" se "stabilisent", elles subissent encore une légère augmentation de +2,77% (contre +6,83% en 2016). Les vols par effraction, eux, diminuent de -20,70%, les vols de deux roues de -30,28% et les incendies volontaires de -7,69%. D'un autre côté, les vols avec violence (+8,60%), les vols à la roulotte (+27,97%) et les vols à la tire (+23,31%) connaissent visiblement des jours plus heureux, même si la constatation des infractions est elle aussi en augmentation (+34,95% pour celles liées à la drogue, notamment). Ces chiffres, s'ils sont un indicateur, ne font pas tout. Fanny Gabriel, secrétaire générale de la mairie de quartier Bordeaux Maritime, nous détaille la situation de manière un peu plus factuelle : "On est un quartier où il y a environ quatre ou cinq points problématiques avec des soucis de tranquillité publique, de trafics et de gène au quotidien pour les riverains, la journée mais surtout la nuit".

Jean-Luc Paradot, lui, est délégué à la cohésion police-population de Bordeaux et intervient sur plusieurs quartiers, notamment celui de Bacalan notamment dans le cadre du CLSP (Conseil Local de Sécurité et Prévention de la Délinquance, qui agit sur la prévention par le biais d'une cellule de veille), concède que des problèmes de dialogue, malgré l'action de la police sur le secteur, demeurent. "Le problème majeur, c'est que le contact avec la population et les services de police est compliqué, il y a très peu de choses qui remontent. Je constate le décalage qu'on peut avoir sur les cellules de veilles : on a beaucoup de choses qui remontent par les institutionnels, les professionnels et les différents acteurs sociaux mais dans l'activité même des services de police, il y a très peu d'appels. Ce sera peut-être un intérêt de cette PSQ, avoir un lien plus direct, notamment avec le commissariat secteur". "Ce lien entre la population et les autorités mérite d'être renforcé", a entre autres répondu le maire de Bordeaux. "Ce que nous entendons très souvent, c'est plutôt que quand les habitants appellent, il n'y a pas de réponses. Cette relation est donc encore à améliorer. Le maire, au terme de la loi, a aussi des responsabilités en termes de sécurité. Elles reposent sur les deux pieds : à la fois la prévention au travers de laquelle nous aidons toutes les structures, et la répression".

Des mesures concrètes

Voilà donc l'une des lourdes tâches assignées à cette Police de Sécurité du Quotidien, dont cette présentation, bien qu'assez succinte, a apporté quelques éléments concrets de mise en place. Même si, de l'aveu même de la préfecture, la "stratégie est encore en cours d'élaboration", les grandes lignes sont déjà tracées. Concernant ces fameux soucis de contact avec la population souligné par Jean-Luc Paradot, la PSQ permettra à Bordeaux Maritime la création d'un poste de délégué du préfet spécialement dédié à la "cohésion entre police et population" sur le quartier. Ce dernier ne devrait pas simplement être là pour faire joli : il participerait à la mise en place de nouvelles "réunions de sécurité des quartiers" de manière régulière (sans que l'on en sache forcément encore beaucoup plus sur cette notion) auxquelles participeront un cadre de la police nationale, l'officier du bureau de police concerné, un élu de quartier et des représentants des habitants et des commerçants de la zone (et peut-être nous, si on peut s'y faufiler...). "Il nous faut des dossiers avec des éléments et pas simplement des impressions, savoir de quoi on a besoin vis-à-vis des magistrats", a d'ailleurs souligné le Préfet. L'un des volets les plus importants sera sans doute celui de la dissuasion : il passera par un renforcement des patrouilles pédestres, une augmentation de leur "amplitude horaire" (histoire, sans doute, d'essayer de n'oublier personne...) et des patrouilles mixtes composées d'agents de police nationale et municipale. Cette dernière, à Bordeaux (composée de 106 agents) vient juste, hasard du calendrier, de déposer un préavis de grève émis par les syndicats CGT et FO pour protester contre de "mauvaises conditions de travail" et une autre réorganisation, celle de leur service prévu en juin prochain (sans lien direct avec le dispositif national). Le mouvement de grève devrait débuter mardi prochain.

Pour revenir à cette collaboration, elle sera renforcée par la mise en oeuvre, "chaque semaine voire plusieurs fois par semaine" de SLIC, diminutif barbare désignant les Structures Légères d'Intervention et de Contrôle. Concrètement, cela signie un effectif supplémentaire de 10 à 15 agents, orientés uniquement sur les contrôles de voie publique et de circulation routière. Il sera surtout censé, de l'aveu de Didier Lallemend, "montrer la présence policière sur le terrain et à ceux qui habitent ici qu'il se passe quelque chose. Cette PSQ, c'est un concept mais aussi une réalité, c'est l'articulation entre le délégué du préfet, les réunions de sécurité de quartier avec les fonctionnaires de police et l'ensemble des dispositifs de sécurité et des effectifs supplémentaires qui vont nous permettre cette dissuasion. Nous expérimentons un dispositif nouveau dans sa pratique qui va s'étager entre aujourd'hui et le mois de septembre, date de début réelle. Je l'anticipe un peu à la demande du maire de manière à ce que les nouveaux effectifs arrivent assez vite", a-t-il ajouté. Pour Fanny Gabriel, c'est là une mesure "essentielle que l'on demandait depuis longtemps, pour avoir une présence supplémentaire sur le quartier. Je pense que c'est aussi parce qu'on est plusieurs donneurs d'alerte à dire que la situation se dégrade", ajoutet-t-elle. Enfin, du côté de la répression, la PSQ convoquera une affectation de la BST (Brigade Spécialisée de Terrain, des unités en première ligne créées par l'ancien ministre Brice Hortefeux dont l'image a été quelque peu écornée par une certaine "affaire Théo"...) sur le quartier, soit une douzaine de fonctionnaires supplémentaires s'ajoutant au reste. Ces vastes ambitions concretisées par le nombre ne sont qu'un début : en plus de ce volet très local, on sait déjà que la zone de gendarmerie de Gironde fera partie des vingt départements sélectionnés, avec des "groupes de contact" qui devraient être déployés à Bouliac, Mérignac ou Libourne d'ici 2019 pour, encore une fois, renforcer ce lien avec la popultation. La prochaine rentrée devrait à coup sûr attirer tous les regards des habitants du secteur, qui "attendent" à la fois de voir de leur yeux le renforcement des uniformes bleus sur le terrain et l'efficacité de ce nouveau virage sécuritaire.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
2239
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Métropole
Métropole
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires