Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

16/02/20 : Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, a démissionné et conduira finalement la liste LREM aux municipales de Paris sur décision évidente d'Emmanuel Macron; le député Olivier Véran lui succède au ministère.

12/02/20 : Louis Bodin, Monsieur Météo sur TF1, a décidé de se lancer dans les Municipales à Biarritz aux côtés de Maïder Arosteguy, tête de liste des Républi-cains. Il souhaite s'investir dans la ville de sa compagne Sylvie, notamment en matière d'environnement

11/02/20 : Charente-Maritime: Marie GROSGEORGE, 35 ans, a pris ce lundi la fonction de sous-préfète, directrice de cabinet du préfet de la Charente-Maritime. Cette diplômée de l'ENA et de l'ENS était précédemment chargée de mission au ministère de l’Intérieur.

10/02/20 : Chantal Castelnot a été nommée nouvelle préfète de la Vienne, le 3 février. Depuis 2017, elle était préfète de L'Orne. La préfète a fait sa première apparition publique ce 10 février pour un dépôt de gerbe au monument aux morts bd Verdun à Poitiers.

10/02/20 : Charente-Maritime : le festival electro Stereoparc a dévoilé les premiers noms de la programmation de la soirée Coco Coast du samedi 18 juillet 2020 : Martin Solveig, Bakermat et Bellecour.

04/02/20 : Le 44ème Challenge International du Vin se tiendra les 24 & 25 avril à Bordeaux et mettra à l'honneur les vins moldaves! Près de 4 000 vins d'une quarantaine de pays seront en compétition, et 700 dégustateurs viendront récompenser près de 1 400 vins

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 16/02/20 | Un cas de rage en Charente-Maritime

    Lire

    L’Institut Pasteur a signalé un cas de rage chez un chien, à Saint-Martin-de-Ré. Il a été euthanasié. Une enquête de la direction départementale de la protection des populations (DDPP) et l’Agence régionale de santé (ARS) vise à rechercher d’autres personnes ou d’autres carnivores (chiens, chats, furets, etc) qui ont pu être en contact avec l’animal. Un arrêté préfectoral a été pris ce vendredi pour restreindre les mouvement des chats et chiens, qui doivent être tenus en laisse ou en caisse.

  • 16/02/20 | L'Europe et la Région en soutien au projet de Maison médicale d'Arudy (64)

    Lire

    Dans le cadre des réflexions engagées depuis 2015 sur l'accès aux soins et l'attractivité médicale de la Vallée d'Ossau, classée comme territoire vulnérable, plusieurs projets sont en cours. Parmi eux les projets de Maisons de Santé Pluri professionnelles (MSP) sur Arudy et Laruns. Le projet de MSP d'Arudy qui pévoit la construction d'un nouveau bâtiment et l'accueil de 10 médecins généralistes et professionnels de santé vient d'obtenir le soutien de la Région (200 000 €) et du FEDER (527 285 €). La livraison est prévue pour janvier 2022.

  • 14/02/20 | Isabelle Boudineau réélue présidente du COTER

    Lire

    Isabelle Boudineau vice-présidente du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine vient d'être réélue à la présidence du COTER, la commission de la cohésion territoriale et du budget au sein du Comité des Régions, lieu qui regroupe les élus des pays membres de l'Union. Son expérience acquise et son engagement personnel, ces dernières années, seront d'autant plus précieux que les perspectives budgétaires, en particulier consécutives au Brexit, s'annoncent délicates. Et ceci alors que les régions, avec la gestion décentralisée des fonds européens, jouent un rôle clé dans l'accompagnement des territoires, au plus près du terrain et de leurs priorités.

  • 14/02/20 | Salon de l’apprentissage et de l’emploi, les 14 et 15 février à Poitiers

    Lire

    Au Parc des expositions de Poitiers, de 9h à 18h, le salon de l’apprentissage et de l’emploi accueille les jeunes et les adultes en reconversion pour discuter orientation. A partir d’aujourd’hui et jusqu’à demain, l’entrée dans le forum est libre. Des professionnels proposent un accompagnement personnalisé sur place et une découverte des métiers ouverts à l’apprentissage dans 8 secteurs différents. 18 organismes de formation seront également sur place pour répondre aux diverses interrogations.

  • 14/02/20 | Les écoles de la 2ème chance renforcées dans le 64

    Lire

    Déjà aidée en 2019, l'École départementale de la 2ème chance des Pyrénées-Atlantiques (Mourenx) est à nouveau soutenue par la Région en 2020 à hauteur de 180 000€. En effet, l'ouverture des sites de Pau et de Bayonne permet d'optimiser le maillage territorial en complétant le site "historique" de Mourenx. Conséquence: les effectifs passeraient de 50 en 2019 à 180 en 2020, soit + 260%. Pour mémoire ces écoles, labellisées, associent dans un parcours de formation individualisé, l'acquisition de compétences, l'expérience en entreprise et la définition d'un projet professionnel.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Métropole | Bordeaux Métropole : mutualisation, un pari gagnant ?

20/12/2019 | Le dernier conseil de Bordeaux métropole a été l'occasion d'obtenir un premier bilan financier réel des effets de la mutualisation des compétences de 21 communes de la métropole.

métropole mutualisation

C'est le dernier rapport avant le renouvellement des élus du conseil métropolitain. Ce vendredi 20 décembre, Bordeaux Métropole a présenté en séance plénière l'édition 2019 de son "rapport d'avancement sur la mutualisation" des 28 communes de la métropole bordelaise. Lancée le 1er janvier 2016, cette mutualisation "à la carte" censée profiter aux communes volontaires, n'avait depuis pas réellement été auditée, du moins en ce qui concernait un réel bilan financier. On a mis le nez dans le rapport en question et on vous livre l'essentiel de ce qu'on peut tirer de cette dynamique métropolitaine, à la veille de son entrée dans un nouveau cycle, opérationnel comme électoral.

Depuis 2016, la situation a donc évolué pour la mutualisation des communes de Bordeaux Métropole. Dans le cinquième cycle qui débutera au 1er janvier prochain, Saint-Médard sera la 21ème commune à franchir le pas, ce qui fait un total de 70% des communes représentant 80% de la population métropolitaine. Au 1er janvier 2020, 21 communes sur les 28 ont donc mutualisé leurs services, le tout à des degrés divers, et non sans de sérieux à-coups sociaux, avec un baromètre annuel qui affichait en 2017 des résultats au mieux mitigés. Depuis, la situation a-t-elle évolué ? Globalement, oui. Un baromètre social réalisé entre mars et avril 2019 (35% de taux de participation contre 38% pour la précédente étude) situe la note de satisfaction globale à 6.1 (contre 5.9 pour les 80 000 agents au niveau national). L'étude précise ainsi que "le ressenti positif au travail (44%) est en augmentation de onze points mais encore inférieur au ressenti négatif (56%)" et que "les impacts négatifs du travail sur la santé sont en nette diminution". Enfin, le rapport note un manque de reconnaissance au travail et un "climat de confiance et de respect encore à améliorer". Lors du précédent baromètre, 65% des répondants jugeaient le climat de confiance et de respect non-satisfaisant. "On ressent que la grande crise est aujourd'hui dépassée, même s'il reste des poches d'irritation", a commenté ce vendredi l'un des maîtres d'œuvre de la mutualisation, le maire de Mérignac Alain Anziani.

L'effet levier 

La partie la plus intéressante du rapport, c'est celle du bilan financier. Elle répond à une question importante : la mutualisation des services de la part des communes vers la métropole a-t-elle permis, pour les unes ou pour l'autre, de réaliser des économies ? Là encore, la réponse est oui, si l'on en croit la synthèse. Cette dernière note une multiplication par vingt du nombre de groupements d'achats, opérations qui ont permis de dégager des économies dans divers domaines : 12% sur l'achat d'électricité, 15% sur le mobilier scolaire, 12% sur les produits d'entretien, 18% sur les fournitures pédagogiques et 50% sur les marchés d'impression. Par exemple, Pessac a pu économiser 250 000 euros sur 164 marchés passés en 2018. À titre de comparaison, notons que la dernière "dotation de solidarité métropolitaine" (de la métropole vers la ville) présentée dans le budget 2020 de la ville s'établit à 2,8 millions d'euros, en légère progression depuis 2015 (2,7 millions) pour un budget municipal total de 81 millions d'euros (contre 95,2 millions en 2019). Au niveau des dépenses de fonctionnement de la métropole et des communes ayant mutualisé au premier cycle, on constate aussi une diminution : de 1270 euros ("constants par habitant") en 2014, elles passent à 1228 euros en 2018.

Selon l'étude, "les quinze communes qui ont mutualisé depuis 2016 (autrement dit les premières) sont celles qui ont le plus gagné". Cela a-t 'il coûté plus cher à la métropole d'absorber toutes ces dépenses ? Si l'on en croit le graphique des dépenses de fonctionnement liées à la mutualisation, elles ont diminué de 2,87% entre 2016 et 2018 "en incluant les transferts de charges", mais augmenté de 6,90% sans ce lissage (avec une grosse augmentation de 23,75% en 2016 et des baisses successives de 0,64% et 2,40% en 2017 et 2018). Enfin, en termes de gains financiers pour les communes, il est estimé à un total de 13,5 millions d'euros à fin 2018 (avec un transfert de masse salariale représentant 80,3 millions d'euros au 1er janvier 2016) et une projection les évaluent à 28,8 millions d'euros fin 2020. Service concernant directement les habitants de la métropole, la fibre aurait même bénéficié d'un déploiement accéléré grâce à la force de frappe de la métropole, avec 100% des logements adressables en 2020 et 85% raccordables fin 2020. Dans les faits, on constate en effet une accélération du déploiement depuis la métropolisation (de 13% en 2014 à 19% en 2015, de 35% en 2016 à 51% en 2017). À noter que les services les plus mutualisés par les communes sont la propreté (16 communes), l'informatique/numérique (14), les espaces verts (13), les ressources humaines (finances) et domaine public (11) et enfin l'urbanisme et le cadre de vie (9). 

De nouvelles perspectives ?

"C'est un modèle assez particulier en France, la plupart des modèles sont plutôt sur de la coopération entre les communes que sur de la mutualisation", a commenté Alain Anziani. "Aujourd'hui, 21 sont montées dans le train, le cinquième cycle débutera le 1er janvier 2020. On en a profité pour régulariser notre prise en charge des fonctions opérationnelles (voiries, espaces verts), dont la loi de 1965 précisait qu'elles devaient relever de la Cub, ce qui n'était pas le cas, on a donc régularisé la situation. Au total, 2800 agents sont passés à la métropole, l'effectif total est de plus de 5000 aujourd'hui dont 1600 qui travaillent dans les quatre pôles territoriaux". La question qui reste encore à définir, à l'aune d'un renouvellement des élus en mars, est celle des perspectives d'évolution. Les 7 communes réticentes (Martignas-sur-Jalles, Saint-Médard-en-Jalles, Eysines, Bouliac, Gradignan, Villenave d'Ornon et Cenon) y viendront-elles ? Comment peuvent évoluer celles qui ont mutualisé dès le début ?

"Il y a encore beaucoup de chantier, notamment sur l'informatique : on a 1200 applications à faire converger, un logiciel à réinventer. On pense aussi qu'il y a des marges sur la réactivité, on veut encore progresser même si ça s'est amélioré depuis un an", a précisé le maire (PS) de Mérignac. "On a perdu cette proximité qu'avaient les mairies, mais on a gagné en efficacité opérationnelle. Quand on fait l'équilibre, l'intérêt est clair", a pour sa part ajouté le maire du Bouscat et président de Bordeaux Métropole, Patrick Bobet. "Pour les communes qui n'ont pas adhéré, il y a des oppositions de principes mais aussi des opportunités. Saint-Médard-en-Jalles était au départ réticente, elle y vient". À venir aussi, une baisse des charges de structures pour les communes qui transfèrent du personnel, afin qu'elles n'aient plus à assumer deux portefeuilles équivalents et soient donc moins réticentes, là encore des charges à analyser "selon les cas. Les petites communes, paradoxalement, sont les grandes gagnantes parce que leurs services sont renforcés. Ce qu'on peut espérer dans les prochaines années, c'est un élargissement du champ de mutualisation (comme pour Bègles, par exemple). Peu à peu, notre mutualisation devient plus attractive, il y aura sans doute d'autres communes et celles qui sont déjà là élargiront leur champ".

Lors du vote de son budget 2020, Bordeaux Métropole a acté 34,8 millions d'euros de "dotation de solidarité" aux communes pour des recettes et dépenses de fonctionnement établies respectivement à 797 (+0,57%) et 614 millions d'euros (stable) et un volume d'investissement de 754 millions d'euros. En guise de dernière perspective, notons que le rapport présente aussi une étude réalisée par des élèves de l'INET en 2019 sur les autres types de métropolisations. Elle révèle que cette manière de développer des services communes "à la carte" n'a pas vraiment d'équivalent au niveau national, mais que cette dynamique voulue comme inclusive trouve tout de même quelques échos (même si non-similaires) à Tours, Orléans, Dijon ou Dunkerque. Le renouvellement de la carte des élus devrait donc, pour cette dynamique encore en cours, être intéressante à, plus d'un titre...

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
5317
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Métropole
Métropole
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 18 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires