Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

31/03/20 : La ville de La Rochelle a déposé une plainte lundi suite à un grave cambriolage de l’un de ses équipements de services publics. Du matériel d'entretien et de l’alimentation destinées aux écoles ont été volés. La Police national enquête.

30/03/20 : Transport. Suite à l'interpellation du Conseil Régional par la FNAUT Nouvelle Aquitaine, les prélèvement bancaires des abonnements TER annuels sont suspendus jusqu'à nouvel ordre.

30/03/20 : Covid-19. 19 professionnels de santé de NA répartis en 2 équipes - 9 et 10 personnes - sont partis en mission de 4 jours au CHR de Metz-Thionville et au CHU de Nancy en lien avec la SNCF et la Mairie de Paris qui coordonnent leur transport.

30/03/20 : L'Université de Bordeaux et la RoboCup Federation, au nom du comité local d'organisation, annoncent le report de la 24ème édition de la RoboCup en France du 22 au 28 juin 2021. L'évènement est donc décalé d'une année.

27/03/20 : Confinement prolongé jusqu'au 15 avril annonce Edouard Philippe: "Avec l'accord du président de la République, j'annonce aujourd'hui le renouvellement de la période de confinement pour deux semaines supplémentaires à compter de mardi prochain"

27/03/20 : En raison de l’accueil prévu ce week-end de 6 patients des hôpitaux du Grand Est au service de réanimation du Centre Hospitalier de Bayonne, le niveau 1 du plan blanc système de santé pour répondre aux situations sanitaires exceptionnelles a été déclenché

26/03/20 : Charente-Maritime : A Rochefort, le marché reste ouvert les mardi et samedi (fermeture les jeudis), avec les conditions de sécurité sanitaire renforcées et un nombre maximum de personnes : 100 avenue De Gaulle et 40 sous la Halle.

26/03/20 : Michel Hidalgo qui fut pendant neuf ans l'entraîneur de l'équipe de France de football des Platini, Giresse et Tigana vainqueurs du championnat d'Europe de 1984 et un familier de la Gironde est décédé à l'âge de 87 ans

26/03/20 : Covid-19. Compte-tenu des incertitudes liées au confinement sanitaire, les organisateurs de Forexpo ont décidé de reporter la 26ème édition du salon européen de la sylviculture et de l'exploitation forestière au 16, 17 et 18 juin 2021 à Mimizan (40).

26/03/20 : E.Macron annonce une prime exceptionnelle pour les soignants. La crise passée "un plan massif d'investissement pour l'hôpital". Une opération Résilience de l'armée lancée en soutien aux populations et aux services publics en métropole et en Outre-mer

25/03/20 : La Rochelle : suite à une dérogation préfectorale, le Marché central se tiendra le mercredi et le samedi matin, dans la halle intérieure (pas de marché extérieur). Idem pour le marché de La Pallice le dimanche matin.

25/03/20 : Dès aujourd'hui 7 psychologues de la Ville de St-Médard-en-Jalles (33) proposent des permanences téléphoniques gratuites aux familles fragilisées ou en difficulté psychologique face au confinement. Du lundi au vendredi de 13h à 18h: 06 32 59 53 82

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 31/03/20 | Vote de la taxe sur le foncier bâti en Dordogne

    Lire

    En raison des restrictions de déplacement pour faire face à la crise sanitaire du Covid-19, le conseil départemental de la Dordogne a donc procédé à un vote électronique pour l’examen du seul et unique rapport à l’ordre du jour. Conformément à ce qui avait été annoncé lors de l’examen du budget primitif 2020, l’Assemblée départementale a voté à l’unanimité la reconduction du taux de Foncier Bâti identique à celui de 2019, s’établissant à 25,98 %, sans augmentation pour la deuxième année consécutive.

  • 31/03/20 | Grand Angoulême se mobilise pendant la crise sanitaire

    Lire

    Suite à la demande de l'ARS, Grand Angoulême a mis en place un soutien pour assurer des collectes et des distributions d'équipements individuels (masques, gants, blouses, charlottes, lunettes, etc). Depuis vendredi, la Préfète a autorisé la vente de plants de fruits et légumes en Charente. Grand Angoulême vient soutenir l'agriculture et la consommation locale en ces temps de crise. Les producteurs du territoire peuvent contacter Grand Angoulême à l'adresse suivante : agriculture@grandangouleme.ff.

  • 31/03/20 | Charente-Maritime : à Royan, le transport en commun est désormais à la demande

    Lire

    A compter du mercredi 1er avril, l'ensemble des lignes urbaines (10, 11, 12, 13 et 14) et des lignes inter-urbaines (21, 22, 23, 24 et 25) sont transformées en lignes "à la demande". La totalité des horaires et trajets habituels restent disponibles mais nécessitent une réservation au 0.810.810.977 (n° Azur - Service 0,08€ / appel + prix appel). Avant 17 heures pour pouvoir voyager le lendemain matin, avant 10 heures pour voyager l’après-midi.

  • 31/03/20 | À Bordeaux, Darwin accueille des SDF

    Lire

    La Direction Départementale de la Cohésion Sociale a indiqué que, sur proposition de l'écosystème Darwin basé sur la rive droite de Bordeaux, un hangar est mis dès ce lundi à disposition pour les SDF durant la période de confinement. Au départ composé d'une vingtaine de lits, le site est géré par Darwin pour les repas et la logistique (installations de cloisons mobiles et de douches). Un jardin proche permettra aussi l'accueil de leurs chiens, un garde maître-chien mis à disposition et de l'alimentation pour animaux fournie par des associations.

  • 30/03/20 | ADS Show à Mérignac les 24, 25, 26 septembre

    Lire

    Le Salon International de l'Aéronautique et de la Défense, l'ADS ShOW, se tiendra bien les 24, 25 et 26 septembre à la BA 106 de Mérignac: la confirmation a été apportée, ce 30 mars par Jérôme Verschave, le directeur général d'Aérocompus à Latresne (33): " Cet événement sera l'occasion de démontrer la capacité de résilience et de mobilisation de la filière Aéronautique, Spatial, Défense pour faire face aux enjeux qui seront d'autant plus cruciaux au sortir de cette crise inédite" note Jérôme Verschave.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Métropole | Bordeaux Métropole : mutualisation, un pari gagnant ?

20/12/2019 | Le dernier conseil de Bordeaux métropole a été l'occasion d'obtenir un premier bilan financier réel des effets de la mutualisation des compétences de 21 communes de la métropole.

métropole mutualisation

C'est le dernier rapport avant le renouvellement des élus du conseil métropolitain. Ce vendredi 20 décembre, Bordeaux Métropole a présenté en séance plénière l'édition 2019 de son "rapport d'avancement sur la mutualisation" des 28 communes de la métropole bordelaise. Lancée le 1er janvier 2016, cette mutualisation "à la carte" censée profiter aux communes volontaires, n'avait depuis pas réellement été auditée, du moins en ce qui concernait un réel bilan financier. On a mis le nez dans le rapport en question et on vous livre l'essentiel de ce qu'on peut tirer de cette dynamique métropolitaine, à la veille de son entrée dans un nouveau cycle, opérationnel comme électoral.

Depuis 2016, la situation a donc évolué pour la mutualisation des communes de Bordeaux Métropole. Dans le cinquième cycle qui débutera au 1er janvier prochain, Saint-Médard sera la 21ème commune à franchir le pas, ce qui fait un total de 70% des communes représentant 80% de la population métropolitaine. Au 1er janvier 2020, 21 communes sur les 28 ont donc mutualisé leurs services, le tout à des degrés divers, et non sans de sérieux à-coups sociaux, avec un baromètre annuel qui affichait en 2017 des résultats au mieux mitigés. Depuis, la situation a-t-elle évolué ? Globalement, oui. Un baromètre social réalisé entre mars et avril 2019 (35% de taux de participation contre 38% pour la précédente étude) situe la note de satisfaction globale à 6.1 (contre 5.9 pour les 80 000 agents au niveau national). L'étude précise ainsi que "le ressenti positif au travail (44%) est en augmentation de onze points mais encore inférieur au ressenti négatif (56%)" et que "les impacts négatifs du travail sur la santé sont en nette diminution". Enfin, le rapport note un manque de reconnaissance au travail et un "climat de confiance et de respect encore à améliorer". Lors du précédent baromètre, 65% des répondants jugeaient le climat de confiance et de respect non-satisfaisant. "On ressent que la grande crise est aujourd'hui dépassée, même s'il reste des poches d'irritation", a commenté ce vendredi l'un des maîtres d'œuvre de la mutualisation, le maire de Mérignac Alain Anziani.

L'effet levier 

La partie la plus intéressante du rapport, c'est celle du bilan financier. Elle répond à une question importante : la mutualisation des services de la part des communes vers la métropole a-t-elle permis, pour les unes ou pour l'autre, de réaliser des économies ? Là encore, la réponse est oui, si l'on en croit la synthèse. Cette dernière note une multiplication par vingt du nombre de groupements d'achats, opérations qui ont permis de dégager des économies dans divers domaines : 12% sur l'achat d'électricité, 15% sur le mobilier scolaire, 12% sur les produits d'entretien, 18% sur les fournitures pédagogiques et 50% sur les marchés d'impression. Par exemple, Pessac a pu économiser 250 000 euros sur 164 marchés passés en 2018. À titre de comparaison, notons que la dernière "dotation de solidarité métropolitaine" (de la métropole vers la ville) présentée dans le budget 2020 de la ville s'établit à 2,8 millions d'euros, en légère progression depuis 2015 (2,7 millions) pour un budget municipal total de 81 millions d'euros (contre 95,2 millions en 2019). Au niveau des dépenses de fonctionnement de la métropole et des communes ayant mutualisé au premier cycle, on constate aussi une diminution : de 1270 euros ("constants par habitant") en 2014, elles passent à 1228 euros en 2018.

Selon l'étude, "les quinze communes qui ont mutualisé depuis 2016 (autrement dit les premières) sont celles qui ont le plus gagné". Cela a-t 'il coûté plus cher à la métropole d'absorber toutes ces dépenses ? Si l'on en croit le graphique des dépenses de fonctionnement liées à la mutualisation, elles ont diminué de 2,87% entre 2016 et 2018 "en incluant les transferts de charges", mais augmenté de 6,90% sans ce lissage (avec une grosse augmentation de 23,75% en 2016 et des baisses successives de 0,64% et 2,40% en 2017 et 2018). Enfin, en termes de gains financiers pour les communes, il est estimé à un total de 13,5 millions d'euros à fin 2018 (avec un transfert de masse salariale représentant 80,3 millions d'euros au 1er janvier 2016) et une projection les évaluent à 28,8 millions d'euros fin 2020. Service concernant directement les habitants de la métropole, la fibre aurait même bénéficié d'un déploiement accéléré grâce à la force de frappe de la métropole, avec 100% des logements adressables en 2020 et 85% raccordables fin 2020. Dans les faits, on constate en effet une accélération du déploiement depuis la métropolisation (de 13% en 2014 à 19% en 2015, de 35% en 2016 à 51% en 2017). À noter que les services les plus mutualisés par les communes sont la propreté (16 communes), l'informatique/numérique (14), les espaces verts (13), les ressources humaines (finances) et domaine public (11) et enfin l'urbanisme et le cadre de vie (9). 

De nouvelles perspectives ?

"C'est un modèle assez particulier en France, la plupart des modèles sont plutôt sur de la coopération entre les communes que sur de la mutualisation", a commenté Alain Anziani. "Aujourd'hui, 21 sont montées dans le train, le cinquième cycle débutera le 1er janvier 2020. On en a profité pour régulariser notre prise en charge des fonctions opérationnelles (voiries, espaces verts), dont la loi de 1965 précisait qu'elles devaient relever de la Cub, ce qui n'était pas le cas, on a donc régularisé la situation. Au total, 2800 agents sont passés à la métropole, l'effectif total est de plus de 5000 aujourd'hui dont 1600 qui travaillent dans les quatre pôles territoriaux". La question qui reste encore à définir, à l'aune d'un renouvellement des élus en mars, est celle des perspectives d'évolution. Les 7 communes réticentes (Martignas-sur-Jalles, Saint-Médard-en-Jalles, Eysines, Bouliac, Gradignan, Villenave d'Ornon et Cenon) y viendront-elles ? Comment peuvent évoluer celles qui ont mutualisé dès le début ?

"Il y a encore beaucoup de chantier, notamment sur l'informatique : on a 1200 applications à faire converger, un logiciel à réinventer. On pense aussi qu'il y a des marges sur la réactivité, on veut encore progresser même si ça s'est amélioré depuis un an", a précisé le maire (PS) de Mérignac. "On a perdu cette proximité qu'avaient les mairies, mais on a gagné en efficacité opérationnelle. Quand on fait l'équilibre, l'intérêt est clair", a pour sa part ajouté le maire du Bouscat et président de Bordeaux Métropole, Patrick Bobet. "Pour les communes qui n'ont pas adhéré, il y a des oppositions de principes mais aussi des opportunités. Saint-Médard-en-Jalles était au départ réticente, elle y vient". À venir aussi, une baisse des charges de structures pour les communes qui transfèrent du personnel, afin qu'elles n'aient plus à assumer deux portefeuilles équivalents et soient donc moins réticentes, là encore des charges à analyser "selon les cas. Les petites communes, paradoxalement, sont les grandes gagnantes parce que leurs services sont renforcés. Ce qu'on peut espérer dans les prochaines années, c'est un élargissement du champ de mutualisation (comme pour Bègles, par exemple). Peu à peu, notre mutualisation devient plus attractive, il y aura sans doute d'autres communes et celles qui sont déjà là élargiront leur champ".

Lors du vote de son budget 2020, Bordeaux Métropole a acté 34,8 millions d'euros de "dotation de solidarité" aux communes pour des recettes et dépenses de fonctionnement établies respectivement à 797 (+0,57%) et 614 millions d'euros (stable) et un volume d'investissement de 754 millions d'euros. En guise de dernière perspective, notons que le rapport présente aussi une étude réalisée par des élèves de l'INET en 2019 sur les autres types de métropolisations. Elle révèle que cette manière de développer des services communes "à la carte" n'a pas vraiment d'équivalent au niveau national, mais que cette dynamique voulue comme inclusive trouve tout de même quelques échos (même si non-similaires) à Tours, Orléans, Dijon ou Dunkerque. Le renouvellement de la carte des élus devrait donc, pour cette dynamique encore en cours, être intéressante à, plus d'un titre...

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
6118
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Métropole
Métropole
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 33 + 9 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires