Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

26/10/20 : Dominique Bussereau président du département de Charente-Maritime et de l'ADF vient d'annoncer que le Congrès des Départements de France qui devait avoir lieu lieu les 5 et 6 novembre à La Rochelle est ajourné compte tenu de la situation sanitaire

24/10/20 : En raison du couvre-feu, la maire de Biarritz, Maïder Arosteguy a décidé d'instituer un stationnement de la ville gratuit en surface dès 18 heures, afin d'inciter les clients des restaurants de venir plus tôt dans ces établissements de la ville.

22/10/20 : Ce 22 octobre Jean Castex a annoncé 38 nouveaux départements et une collectivité d’Outre-mer la Polynésie soumis au couvre-feu de 21h à 6h dès demain soir. En Nouvelle-Aquitaine, Haute-Vienne et Pyrénées-Atlantiques sont concernés.

22/10/20 : Le Pôle Expérimental Métiers d’Art du Périgord-Limousin organise un marché des métiers d’art en plein air, sur la Place Alfred Agard à Nontron, le samedi 24 octobre de 10h à 18h, en remplacement du Salon de la Rue des métiers d'art, qui est annulé.

22/10/20 : La Rochelle : Michel Carmona, adjoint au maire depuis 2014, est décédé dimanche. Ses obsèques auront lieu vendredi à 15h30 au crématorium de Mireuil.

22/10/20 : Charente-Maritime : en plus d'une obligation de porter le masque dans 52 commune du département, le préfet de Charente-Maritime a pris un arrêté interdisant les buvettes et certaines restaurations dans les établissements sportifs.

21/10/20 : Le Conseil scientifique Covid 19 a dans un communiqué rendu public l'avis favorable donné au gouvernement le 19 octobre pour la prorogation du régime transitoire de l'urgence sanitaire jusqu'au 16 février et son prolongement jusqu'au 1° avril 2021.

21/10/20 : La Cour de Cassation a rejeté ce mercredi le pourvoi de Monsanto dans le dossier l'opposant à un agriculteur charentais. La justice avait tranché en faveur de l'agriculteur en 2012, puis en appel en 2015.

21/10/20 : L’agglo Pau Béarn Pyrénées met en garde contre des individus se faisant passer pour des agents de collecte des déchets auprès des particuliers pour vendre des calendriers 2021. En effet tout démarchage de ce type est interdit de la part de ses agents.

20/10/20 : Le Maire de Lormont, Jean Touzeau, et l'équipe municipale, invitent la population, ce mercredi 21 octobre à 12h, à s'associer à leurs côtés à l'hommage national rendu à Samuel Paty, professeur d'histoire-géographie victime du terrorisme.

20/10/20 : Municipales :A Saint Astier, en Dordogne, l'élection municipale, remportée par la maire sortante Elisabeth Marty (DVD) avec 17 voix d’avance, a été annulée ce mardi 20 octobre par le tribunal administratif de Bordeaux.

18/10/20 : Périgueux : Près d'un millier de personnes se sont rassemblées devant l'arbre de la liberté cet après-midi en hommage à Samuel Paty enseignant assassiné à Conflans-Sainte-Honorine, pour défendre la liberté d'expression et dire non à la terreur.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 27/10/20 | Pont de l'île de Ré : pas de tarif préférentiel pour les Charentais-Maritimes

    Lire

    Arlésienne du territoire, la question de faire un tarif préférentiel pour les habitants du 17 est revenu sur la table lors de la session d'automne du Département ce lundi, suite aux revendications d'une association locale. Le vice-président Lionel Quillet a mis un terme au débat en rappelant que la question avait été tranchée il y a quelques années par le Conseil constitutionnel: le pont n'étant pas financé par les impôts, et par soucis d'équité, le tarif doit être le même pour tout le monde.

  • 27/10/20 | Un Challenge Positif en Charente

    Lire

    La technopole Eurekatech et Grand Angoulême lance la 1ère édition du Challenge Positif qui a pour but de faire émerger des projets innovants à impact positif pour le territoire. Gratuit et ouvert à tous, ce challenge s’adresse aux entreprises et à tous ceux et celles qui ont une idée de projet mais aussi à tous ceux qui souhaitent contribuer en proposant leurs compétences. Le projet retenu bénéficiera d’une dotation de 5 000 €. Les projets sont à déposer avant le 12 novembre sur le site d'Eurekatech

  • 27/10/20 | Covid-19 : la Charente-Maritime bientôt en vulnérabilité élevée

    Lire

    "Nous avons dépassé la semaine dernière la barre critique des 70 cas pour 100 000", a annoncé le préfet 17 ce 26 octobre. Selon l'ARS, le taux de positivité progresse : 5,1 la semaine du 12 au 18 octobre contre 2,8 quinze jours plus tôt. Une quarantaine de personnes seraient actuellement hospitalisée pour cause de Covid-19. Il ne resterait que 5 lits de réanimation disponible. S'il reste le moins touché de Nouvelle-Aquitaine, le département devrait passer sous peu en "vulnérabilité élevée".

  • 27/10/20 | Limoges et sa métropole veulent accueillir un nouvel établissement pénitentiaire

    Lire

    Guillaume Guérin, président de Limoges Métropole et Emile Roger Lombertie ont adressé un courrier commun au Ministre de la Justice, Eric Dupond-Moretti, pour lui proposer d’accueillir un nouvel établissement pénitentiaire sur le territoire. Actuellement, la Maison d’Arrêt de Limoges dispose de 58 places... pour un taux d’occupation de 150 %. Ils proposent donc au ministre la mise à disposition de foncier susceptible d’accueillir une telle opération.

  • 27/10/20 | La Région investit dans la détection du Covid19 dans les eaux usées

    Lire

    En juillet, la Région Nouvelle-Aquitaine a attribué une enveloppe de 200 000 euros pour accompagner les laboratoires départementaux dans l’investissement de matériel pour la réalisation d’analyses dans les eaux des stations d’épuration en zone touristique. Pour permettre la poursuite de ces travaux, une aide de 27 412 euros vient d’être allouée en faveur du syndicat mixte Qualyse de Champdeniers dans les Deux-Sèvres afin de leur permettre l’achat d’une ultracentrifugeuse et d’un agitateur.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Métropole | Bordeaux Métropole : renouvellements et départs anticipés

17/07/2020 | Ce vendredi 17 juillet, le premier conseil communautaire de Bordeaux Métropole, suite aux élections municipales, a été marqué par le départ de la droite, qui n'a pas participé au vote.

Bordeaux métropole

Ce vendredi 17 juillet s'est déroulé le premier conseil métropolitain de la nouvelle mandature de Bordeaux Métropole, qui acte par l'élection du maire de Mérignac, deuxième plus importante ville de Gironde, le passage de la cogestion métropolitaine à une majorité verte et rose. On vous résume l'essentiel de la matinée.

L'ambiance était électrique et les termes secs. Ce vendredi, en préambule du vote chargé d'élire le nouveau président de la métropole bordelaise, celui qui en est encore le président et maire du Bouscat, Patrick Bobet, n'a, comme il fallait s'y attendre, pas mâché ses mots face à la nouvelle assemblée. "J'ai toujours pensé qu'il valait mieux partir avec élégance qu'être congédié avec arrogance. Nous sommes en effet congédiés, brutalement, après 50 ans de cogestion et de partage de la gouvernance. Mr Anziani, vous pensiez comme Michel Sainte-Marie, que "la cogestion est consubstantielle de l'existence de la communauté urbaine de Bordeaux" il y a trois semaines. Brusquement, tout a changé et vous tournez le dos à l'élégance qui vous a été faite il y a six ans, renouvelée il y a seize mois, de rester nombreux à la table exécutive lorsque vous étiez minoritaire", a continué le chef de file de Communauté d'Avenir.

"Je suis convaincu que c'est une erreur, une triple erreur. Politique, du fait de ce déni démocratique qui exclut 11 communes. Humaine car c'est bafouer et mépriser le vote des habitants de ces 11 communes (250 000 habitants, le tiers de la métropole) puisque leurs élus n'auront, de fait, aucun pouvoir. Stratégique enfin car tous ces élus ne porteront pas de la même manière les projets et les décisions dont ils auront été écartés alors qu'elles ont parfois besoin d'un portage politique fort pour se réaliser". Patrick Bobet n'a pas épargné le nouveau maire écologiste de Bordeaux. "Dès le départ, au soir du 28 juin, la volonté du maire de Bordeaux et de ses collègues verts était d'exclure sèchement les élus de notre groupe, pourtant le plus important numériquement".

Conséquence directe : les 38 sièges occupés par l'ancienne majorité ont "séché" l'assemblée en décidant de ne pas participer au vote. L'ancien maire de Bordeaux, Nicolas Florian, interrogé à la sortie du conseil, l'a affirmé : "privilégier un accord d'étiquette et exclure onze villes d'une gouvernance, c'est le contresens même de ce qui se fait dans toutes les agglomérations. Se priver de cet engagement, c'est une faute politique, démocratique et ce sera un risque majeur d'équilibre sur notre agglomération dans les mois qui viennent".

Vision métropolitaine

Deux présidents se sont présentés : la majorité, sans surprise, a proposé Alain Anziani. Philippe Poutou, quant à lui, s'est présenté lui-même (puisqu'il était le seul représentant de "Bordeaux en Luttes"). Tout comme il l'a avoué lors du premier conseil municipal de Bordeaux, cette candidature est avant tout symbolique, visant à "aller au bout de notre démarche, faire entendre la colère sociale. Nous sommes en désaccord avec la majorité actuelle qui ne propose pas de politique en rupture". Au final, Philippe Poutou n'aura qu'un seul vote.

Avec 66 suffrages exprimés, 65 votes ont donc plébiscité Alain Anziani, élu donc à la majorité absolue septième président de Bordeaux Métropole. Il a répondu directement aux griefs en affirmant que "censurer une commune, c'est censurer toute une population. C'est renier notre raison d'être qui est de représenter les populations. Je serai le garant du dynamisme et de l'innovation. Je souhaite une métropole agile, déconcentrée, proche de ses habitants et aussi en coopération avec les autres territoires. Je crois en la commune, je me méfie des grandes structures et des ambitions supra-communales. Il faudra qu'on arrive à créer un nouveau modèle qui alliera l'efficacité et la proximité". Après un discours qui reprenait, peu ou prou, les objectifs cités lors de la conférence de presse de ce jeudi, le maire de Bordeaux, pour sa part, a souligné que "cette nouvelle gouvernance n'a(vait) rien d'extravagant. Elle a aussi été choisie à Nantes, Lyon, Strasbourg et Grenoble. Elle n'exclut pas, elle partage et elle clarifie les échelons de pouvoir". Thomas Cazenave, élu En Marche, préfère alerter sur le changement démocratique : "est-ce une rupture ou un modèle de cogestion limité ? Il vous appartient de dissiper ce malentendu. Les citoyens sont les grands absents", a-t-il notamment affirmé, plaidant à nouveau, comme il l'a fait pendant la campagne des municipales, pour l'arrivée à la métropole du suffrage universel direct. 

Les 20 vice-président(e)s de Bordeaux Métropole

1) Pierre Hurmic (EELV), maire de Bordeaux (pilotage et évaluation du projet de transition métropolitaine)

2) Christine Bost (PS), maire d'Eysines (aménagement urbain et naturel et foncier opérationnel)

3) Clément Rossignol-Puech (EELV), maire de Bègles (mobilités et prospective)

4) Stéphane Delpeyrat (Génération.s), maire de Saint-Médard-en-Jalles (développement économique, emploi, enseignement supérieur et recherche)

5) Patrick Labesse, maire de Carbon-Blanc (collecte, tri, valorisation des déchets)

6) Véronique Ferreira (PS), maire de Blanquefort (finances)

7) Alain Garnier (EELV), maire d'Artigues-Près-Bordeaux (ESS et économie de proximité)

8) Jean Touzeau (PS), maire de Lormont (valorisation du fleuve, franchissement et rééquilibrage rive droite)

9) Bernad Louis Blanc, adjoint à la mairie de Bordeaux en charge de l'urbanisme (stratégies urbaines, PLU, gestion des risques inondations et technologiques)

10) Jean-François Egron (PS), maire de Cenon (ressources humaines)

11) Sylvie Cassou-Schotte (EELV), adjointe à Mérignac (eau et assainissement)

12) Brigitte Terraza (PS), maire de Bruges (proximité et déconcentration de l'action métropolitaine)

13) Claudine Bichet (EELV), première adjointe à la mairie de Bordeaux en charge des finances (climat, transition énergétique, santé)

14) Jean-Jacques Puyobrau (PS), maire de Floirac (logement, habitat et politique de la ville)

15) Claudine Mellier (PC), élue à Mérignac (transport routier et ferroviaire)

16) Brigitte Bloch, élue à Bordeaux (tourisme, évènements et équipements métropolitains)

17) Béatrice de François (PS), maire de Parempuyre (transports en commun et stationnement)

18) Céline Papin (EELV), adjointe à Bordeaux (équilibre des territoires, relations internationales et dialogue citoyen)

19) Andréa Kiss (Génération.s), maire du Haillan (espaces publics et Fonds d'Intérêt Communal)

20) Patrick Papadato (EELV), élu à Bordeaux (stratégie nature, biodiversité et résilience alimentaire)

Les huit conseillers délégués au bureau de Bordeaux Métropole

1) Delphine Jamet (EELV), adjointe à Bordeaux (numérique)

2) Maxime Ghesquière (EELV), élu à Bordeaux (habitat inclusif et accès aux biens essentiels)

3) Marie-Claude Noël (EELV), élue à Bordeaux (PLU et foncier)

4) Alexandre Rubio (PS), maire de Bassens (Opération d'Intérêt Métropolitain rive droite)

5) Emmanuelle Ajon (PS), adjointe à Bordeaux et vice-présidente du département de la Gironde (innovation sociale de l'habitat)

6) Nordine Guendez (PS), maire d'Ambarès-et-Lagrave (multimodalités et plans de déplacement des entreprises)

7) Josiane Zambon (PS), maire de Saint-Louis-de-Montferrand (santé)

8) Isabelle Rami (EELV), élue à Talence (mobilités alternatives)

L'info en plus : Vous pouvez retrouver les premiers axes politiques de la métropole ici.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
6889
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Métropole
Métropole
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 29 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires