Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

15/08/20 : Forts orages attendus en cette fin de samedi 15 août et une partie de la nuit avec Gironde, Dordogne, Charente et Charente-Maritime, Vienne, Haute-Vienne et Deux-Sèvres en vigilance orange

14/08/20 : Charente-Maritime : après Saint-Denis d'Oléron, Le Château et Fouras, le préfet vient de prendre un arrêté pour imposer le port de masque sur l'île de Ré, à Saintes et à Saint-Georges d'Oléron.

13/08/20 : Jean-Luc Gleyze, président du département de la Gironde, va proposer au vote lors de la prochaine plénière, une aide de 30 000 euros pour la population libanaise.

13/08/20 : Depuis hier après-midi, la Gironde est repassée en vigilance jaune pour le risque feux de forêt. Les mesures de restrictions concernant la circulation des véhicules motorisés, les activités ludiques et sportives et les travaux forestiers sont levées.

12/08/20 : A compter de 18h, le département des Landes est placé en vigilance orange aux orages.

11/08/20 : Charente-Maritime : 2000, c'est le nombre de bottes de paille qui vont être disposées un peu partout dans le département sur le trajet du Tour de France. Une quarantaine d'agents de la collectivité sont déployés sur l'opération à partir d'aujourd'hui

11/08/20 : La ministre de l'Ecologie et de la transition écologique Barbara Pompili se rendra à Anglet, suite à l'incendie de la Forêt de Chiberta ce mercredi. Auparavant elle sera passée à Biarritz pour évoquer le ramassage des plastiques dans l'océan.

07/08/20 : Suite au décret du 30 juillet dernier, le préfet des Pyrénées-Atlantiques a décidé de rendre obligatoire le port du masque dans l'espace public dans les communes de Bidart, Espelette, Guéthary et Saint-Jean-Pied-de-Port.

05/08/20 : Jean-Baptiste Irigoyen, le maire de Saint-Jean-Luz a fait savoir en début de soirée que sa ville rejoignait le club des villes du littoral basque exigeant le port du masque dans le centre-ville et notamment la rue piétonne Gambetta hyper fréquentée

04/08/20 : A compter du 05 août et jusqu'à nouvel ordre, le département de la Gironde et du Lot-et-Garonne sont placés en vigilance orange pour le risque "feux de forêt". Le département des Landes a cette vigilance depuis le 29 juillet dernier.

30/07/20 : 600 millions d'euros, c'est l'enveloppe annoncée par le premier ministre au président des Régions de France Renaud Muselier dans le cadre d'un "accord de méthode" signé à Matignon pour préserver leur capacité d'investissements après la crise du Covid

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 15/08/20 | Une passerelle pour les piétons et les vélos à Bordeaux

    Lire

    Dans le cadre du projet de mise à 2*3 voies de la rocade bordelaise, une passerelle assurant la continuité des cheminements piétons et cyclables vient d’être mise en service. Longue de 200 mètres, la passerelle franchit le lac de Bordeaux. Cet ouvrage de 5,5M d’euros s’inscrit dans la volonté de l’État et de Bordeaux Métropole, co-financeurs du projet, de promouvoir les circulations douces.

  • 15/08/20 | Covid-19 : Le préfet de la Corrèze rend le port du masque obligatoire

    Lire

    En raison de l’affluence touristique dans les communes de Collonges-la-Rouge et de Turenne, et des difficultés de respecter les règles de distanciation, le port du masque sera obligatoire tous les jours, jusqu’au 14 septembre, entre 10h00 et 20h00. La liste des lieux concernés par l’obligation de port du masque pourra être actualisée en fonction de l’évolution de la situation sanitaire. Les contrôles seront renforcés dans les prochains jours, et pourront donner lieu à une amende de 135 € en cas de non-respect de cette obligation.

  • 14/08/20 | Roselyne Bachelot au Prix Maison rouge de Biarritz

    Lire

    La ministre de la Culture Roselyne Bachelot sera présente ce vendredi soir à la remise du Prix Maison rouge à Biarritz, créé l'an dernier à l'initiative de Frédéric Beigbeder et Frédéric Schiffert. Les membres du jury, présidé par l'écrivain et scénariste Philippe Djian, d'Isabelle Carré à Diane Ducret, ont un point commun: leur passion du Pays Basque où la plupart résident, qu'ils veulent doter d'un prix littéraire. Depuis des années, la nouvelle ministre de la Culture a toujours inscrit Biarritz au programme de ses vacances estivales.

  • 14/08/20 | Le devoir de vacances de Bruno Lemaire au Pays basque

    Lire

    L'an dernier, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, depuis son maison de vacances de Saint-Pée-sur Nivelle au Pays basque avait visité deux entreprises à Ascain. Cette année, son devoir de vacances consistait à se rendre, ce jeudi matin au poste frontière de Biriatou à une dizaine de kilomètres pour aller à la rencontre des douaniers. Et confirmer aussi, en présence des caméras d'infos en continu le plan de relance qu'il présentera en fin du mois. Ce ministre en matière de com ne s'économise pas. Même pendant ses vacances.

  • 14/08/20 | Rendez-vous le 15 août à Lacanau pour célébrer la traditionnelle « Fête de la mer »

    Lire

    Au programme : recueillement et hommage aux disparus en mer lors d’une messe en plein-air en compagnie des familles, sauveteurs, pêcheurs et surfeurs, puis dépôt de gerbe de fleurs dans l’océan, sur fond sonore des bandas et autres groupes de musique. Une journée de commémoration, mais aussi de festivités grâce aux animations et concerts proposés par la station littorale de Lacanau. Rendez-vous samedi 15 août à 19h00 au large de la plage de Lacanau.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Métropole | Bordeaux Métropole : pour Alain Anziani, "la co-gouvernance n'empêche pas les choix"

01/07/2020 | La désignation d'un(e) nouveau/lle chef de file à la présidence de la métropole doit avoir lieu en juillet. Deux visions s'opposent déjà, entre rupture et continuité.

Bordeaux métropole

Le second tour des élections municipales à peine digéré, le chamboulement vert et rose de la métropole bordelaise agite tous les regards, qui se tournent désormais vers la métropole, qui devra élire un nouveau chef de file en juillet. Deux camps s'affrontent : le futur nouveau maire de Bordeaux ne veut pas d'une poursuite de la co-gestion qu'il dénonce comme un "club de maires". D'autres, parmi lesquels Alain Anziani et Patrick Bobet, sont favorables à une alliance avec la droite. Les écologistes, troisième force en nombre de sièges, vont donc devoir se faire une place. Ce qui ne devrait pas se faire sans compromis...

La co-gestion, ce "club des maires" qu'a dénoncé Pierre Hurmic à de multiples reprises pendant cette campagne des municipales, a-t-elle encore un avenir ? Si, ce vendredi, le futur nouveau maire de Bordeaux sera officiellement élu, il y a un autre chantier sur lequel se tournent déjà tous les regards, c'est celui de la métropole. "Il n'a peut-être pas tort de dire ça, mais maintenant, il est maire. La loi prévoit une conférence des maires, la métropole est un établissement de coopération intercommunal. Qu'il soit pour une élection au suffrage universel, je peux le comprendre. Alain Juppé était aussi pour, mais il s'est rendu compte que ce n'est pas aussi simple", a souligné ce matin Alain Anziani, réélu maire de Mérignac après une alliance avec la candidate écologiste durant l'entre-deux tours, et l'un des potentiels candidats pour siéger dans le fauteuil.

"En 2014, on s'est mis d'accord avec Alain Juppé sur un contrat de mandature. S'il avait fermé la porte, beaucoup de verts auraient râlé. Je pense qu'il faut continuer de cette façon. Le jour où il y aura une élection au suffrage universel, ce sera peut-être caduque, mais nous n'y sommes pas. La seule fois où il n'y a pas eu de coalition, c'était après l'élection d'Alain Juppé alors qu'Alain Rousset était majoritaire. La gauche n'a pas voulu participer mais ça a duré six mois, après quoi tous les maires se sont dit qu'il valait mieux être associés aux décisions. Le souci d'efficacité de Pierre Hurmic, je le partage, mais je pense qu'on peut être efficace dans une structure de gouvernance où les choses sont claires dès le départ". 

Politique et compromis

Les tractations actuelles, qui ont déjà commencé entre Alain Anziani et Patrick Bobet, précédent président de la métropole, ont suscité de récents commentaires assez vifs de la part de Pierre Hurmic, qualifiant "l'alliance Bobet/Anziani" d'"ancien monde. Ces tractations sont précipitées, prématurées. Cela prouve que le vieux monde se sent menacé. Il faut que le futur président ou la future présidente de la métropole s’engage vers une nouvelle gouvernance non cogestionnaire".  À la question de la personnalité qui pourrait l'incarner, le juriste avoue ne pas avoir écarté la possibilité de candidater, et menacé de "voter contre" si une cogestion devait se dessiner. "Je peux me tromper, mais j’ai la conviction qu’il existe des socialistes modernes et que tous ne seront pas derrière Alain Anziani".

La situation du deuxième tour a évidemment redistribué les cartes de la métropole, 17 communes sur les 28 étant désormais en rose et vert, les onze restantes restant à droite ou au centre. Sauf que le groupe de droite, Communauté d'Avenir, majoritaire il y a encore quelques mois, passe de 62 sièges à 38. Le PS, lui, en a 32, les verts 29, le PC 4 et NPA un. La majorité métropolitaine, à 53 voix, est donc largement incertaine : si les socialistes en viennent à suivre Alain Anziani, le PS pourrait bien être obligé de s'allier... à droite, ce qui risquerait évidemment de faire mauvais genre et d'être perçu comme une alliance pour contrer les écologistes. On comprend donc bien la logique du "compromis" annoncée.

Ce matin, au moment de présenter ses propres "propositions pour un contrat de coopération métropolitain", l'ancien sénateur socialiste n'y va pas par quatre chemins. "C'est sans doute dans l'ADN même d'une intercommunalité que de faire travailler les communes ensemble, quelles que soient les couleurs politiques. La co-gouvernance n'empêche pas les choix. S'il y avait demain une majorité purement monolithique et de même couleur, je ne pense pas que ça accélèrerait les choses. Il faut avoir une vision métropolitaine mais ne pas effacer les communes. À chaque fois, les maires se sont mis d'accord. On ne va pas exclure des habitants parce qu'ils n'ont pas la même sensibilité politique que d'autres.  La politique, c'est une suite de compromis, sinon ça n'existe pas. Faire des compromis, ça correspond tout à fait à la culture des écologistes. Je ne vois pas une métropole qui deviendrait un bunker, elle doit être en mouvement. Je lui reproche d'ailleurs d'être trop lourde, trop fermée. Demain, il faudra l'ouvrir et mettre davantage ses habitants dans les processus de décision".

Pas de glissement sémantique ni de candidature claire et nette (bien qu'aucune porte n'ait vraiment été fermée), mais un petit rappel d'usage lourd de sens vient tout de même boucler le tout : "Noël Mamère a été lui-même dans la cogestion. Clément Rossignol-Puech (le nouveau maire de Bègles) l'est aussi. Les verts ne peuvent pas être heurtés par ce modèle, ils l'ont pratiqué pendant des années. Les écologistes ont toute leur place à la métropole. On a pu constituer des majorités avec des écologistes dans beaucoup de communes, c'est à eux de décider, mais comment peut-on être écologiste et condamner une gouvernance commune ?". 

"Tout le monde a besoin de tout le monde"

À l'intérieur de ses "propositions" qui sont en fait de grands axes communs, la transition écologique est placée en premier, comme "une évidence" pour l'élu. "La métropole devra faire preuve d'audace dans ses propres choix énergétiques pour ses transports comme pour ses bâtiments". Mobilité, développement économique (y compris de l'aéronautique, sujet clivant s'il en est pour les écologistes...) et urbanisme viennent prolonger la marche, qui se termine par un "désenclavement de la rive droite à finaliser. Une Opération d'Intérêt Métropolitain favorisera l'attractivité de la rive droite sur des thèmes à définir (économie du fleuve, énergies renouvelables...)".

L'administration, enfin, devra être "plus déconcentrée", notamment avec un directeur général des services spécifiques et non plus également affilié à la mairie de Bordeaux. Mais au moment de se retrouver au carrefour, la conclusion d'Alain Anziani, malgré des contraintes financières annoncées comme "très fortes", est sans appel : "Tout le monde a besoin de tout le monde (...) Je n'ai pas d'adversaire, je n'ai que des futurs amis". Si le tout ressemble fortement à un appel du pied un brin pudique, les propositions du maire de Mérignac ont en tout cas été envoyées "à Pierre Hurmic, à Patrick Bobet et à d'autres". La désignation du nouveau chef de file de Bordeaux Métropole est attendue pour le 17 juillet.

L'info en plus Pour revoir le bilan des résultats sur Bordeaux, la métropole et la Gironde, rendez-vous iciPour en apprendre plus sur l'ambiance du côté du l'équipe du futur maire de Bordeaux au soir du second tourc'est par là.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
9302
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Métropole
Métropole
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 17 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires