Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/12/18 : Rochefort (17) : au vu du "contexte économique morose", la ville de Rochefort a décidé de rendre ses emplacements de parking du centre-ville gratuits le temps de Noël, du 21 décembre au 1 janvier inclus, afin de favoriser l'accès aux commerces.

18/12/18 : Concours Agrinove : inscription jusqu’au 31 mars 2019. Son but : mettre en avant les innovations en amont de l’agriculture. A la clé notamment : 15 000€ pour le 1er prix. Infos : 05 53 97 71 53 / contact@agrinove-technopole.com.

17/12/18 : En visite ce lundi en Dordogne, Jacqueline Gourault, ministre de la cohésion des territoires, a signé la convention ANRU à Coulounieix Chamiers avec les différents partenaires. L’État finance ce projet d’un coût total de 49 M€, à hauteur de 14 M€.

17/12/18 : Alain Juppé a annoncé ce lundi que la place des Quinconces, à Bordeaux, serait transformée en parking gratuit les 22, 23 et 24 décembre pour "faciliter l'accès aux commerces du centre-ville", touchés économiquement par les mouvements sociaux.

17/12/18 : Deux-Sèvres : la 7e édition de Capr'Inov a attiré 7000 visiteurs. 250 produits (dont 230 laitiers) de 8 pays ont participé aux concours : 21 médailles d’or, 46 d’argent et 53 de bronze ont été décernées, et 4 Capr’I d’Or à des entreprises innovantes.

17/12/18 : En mairie de Biarritz, en début d'après-midi, on aurait pris acte de la non venue du président Macron à la préparation du sommet du G7. Information non officiellement confirmée de la préfecture mais qui serait parvenue à certains élus de cette source

17/12/18 : En marge de sa visite en Dordogne, Jacqueline Gourault a rencontré des Gilets jaunes : il fut question du référendum d'initiative citoyenne et de désertification médicale lors de sa visite à Lanouaille, où doit être implantée une maison de santé.

15/12/18 : L'Association Petit Coeur de Beurre a décidé en accord avec la Jeune Académie Vocale d'Aquitaine JAVA et l'Ensemble Vocal Aquistriae d'annuler le concert "De choeurs à coeurs" prévu ce samedi 15 décembre en l'église St Louis des Chartrons à 20h30.

14/12/18 : Du 15/12/18 au 5/01/19 : le centre-ville montois sera piéton les week-ends du 15 et 22/12 et le 24/12 et le stationnement gratuit dans le centre-ville les samedis après-midi. 1h de stationnement gratuit par demi-journée, du lundi au samedi matin.

14/12/18 : Center Parcs Lot-et-Garonne. Les premiers coups de pioche de ce chantier sont donnés ce jour, 14 décembre, à l’étang du Papetier, à Pindères.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 18/12/18 | Niort et Bordeaux: ces bassines qui divisent

    Lire

    Nouvelle tension au sein de la majorité du Conseil régional, sur la question de l'eau, après la décision de deux élus EELV, Nicolas Thierry, vice-président en charge de l'environnement et de la biodiversité et Nicolas Gamache, conseiller régional des Deux-Sèvres de démissionner, le premier de la délégation à la qualité de l'eau, le second du bureau du Parc régional du Marais poitevin. Et ceci après le vote par la Région lundi du protocole d'accord permettant le financement des bassines fortement souhaitée notamment par l'agriculture, protocole signé ce mardi à la préfecture à Niort où les opposants ont manifesté.

  • 18/12/18 | Journée internationale des migrants vue de Pau

    Lire

    Ce 18 décembre à 18h, à l’occasion de la journée internationale des migrants, un cercle de silence se tiendra Place Clémenceau à Pau avec la Maison des Citoyen.ne.s du Monde des Pyrénées-Atlantiques. Tout au long de l’année, cette association coordonne un programme d’accompagnement de demandeurs d’asile dans leur apprentissage du français. Près de 90 demandeurs d’asile et réfugiés ont bénéficié de cet accompagnement qui permet aussi de tisser du lien social et de lutter contre les préjugés.

  • 18/12/18 | Charente-Maritime : Bussereau demande un Grenelle social et financier

    Lire

    Lors de la session du conseil départemental 17 ce lundi, les élus sont revenus sur le mouvement des gilets jaunes. Une motion du groupe LR a été proposée pour demander au gouvernement "de s'appuyer sur les élus locaux [...] afin d'engager au plus vite un dialogue constructif avec les Français". Quelques jours plus tôt, Dominique Bussereau avait déjà demandé au gouvernement une sorte de Grenelle sur le pouvoir d'achat, le social, la fiscalité et la transition écologique, ainsi qu'une réflexion sur la décentralisation.

  • 17/12/18 | "Péages gratuits" : Vinci veut écrire aux automobilistes

    Lire

    Ce lundi, on a appris l'intention de la société Vinci Autoroutes (gérant notamment le péage de Virsac) d'adresser des lettres aux automobilistes ayant profité des opérations "péages gratuits" organisées dans le cadre des manifestations des gilets jaunes, pour les inciter à "payer le péage correspondant à leur trajet". Les automobilistes dont la plaque d'immatriculation a été détectée à l'entrée aux entrées et sorties de péage seront concernées par ces demandes, même si aucune pénalité n'a pour l'instant été annoncée par le gestionnaire en cas de refus.

  • 17/12/18 | Justice : les frères Cazabonne condamnés

    Lire

    Le sénateur et ancien maire de Talence a été condamné ce lundi par le tribunal correctionnel de Bordeaux à une amende de 5000 euros pour prise illégale d'intérêt mais relaxé pour les accusations de favoritisme. Ce dernier, tout comme son frère Didier Cazabonne (élu adjoint à la mairie de Bordeaux), avaient des parts dans une entreprise (qu'ils avaient fondée) ayant décroché des marchés de fournitures de bureaux à la mairie de Talence. Didier Cazabonne, lui, a été reconnu coupable d'abus de bien sociaux et a écopé de 10 000 euros d'amende pour s'être fait rembourser sans justification près de 35 000 euros de frais kilométriques.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Métropole | Bordeaux : rentrée timide au Conseil municipal

18/09/2018 | Plusieurs dossiers, notamment de subventions, étaient à l'ordre du jour de ce premier conseil municipal de rentrée ce lundi 17 septembre. On aborde les principaux.

Conseil municipal Bordeaux

Rentrée plutôt habituelle pour le Conseil municipal de Bordeaux ce lundi 17 septembre. Après une rentrée politique très commentée, le maire de Bordeaux Alain Juppé est revenu à ses dossiers habituels, parmi lesquels on retrouve notamment un nouveau contrat de quatorze ans et neuf mois avec le groupe Lucien Barrière pour l'exploitation du Casino de Bordeaux Lac, une nouvelle résidence à vocation sociale ou encore un volet de subventions destiné au développement du cinéma. On vous fait un résumé des principaux dossiers à l'ordre du jour.

Casino de Bordeaux Lac : une nouvelle mise

Bordeaux, qui accueille depuis 2000, le casino de Bordeaux Lac au titre de "ville touristique", se devait de renouveler légalement son contrat de délégation de service public avec la Société d'Animation Touristique de Bordeaux (SATB), appartenant presque exclusivement au groupe Lucien Barrière, celui-ci se terminant le 31 janvier prochain. Ce lundi, lors d'une conférence de presse précédent le premier Conseil municipal de la rentrée, l'adjoint aux finances Nicolas Florian a précisé que la ville "avait relancé un protocole de consultation avec deux offres : sept ans et neuf mois ou quatorze ans et neuf mois. Un seul candidat s'est manifesté, il s'agit de l'exploitant actuel avec qui nous avons donc engagé des discussions. Au terme de celles-ci, nous avons obtenu un toilettage du contrat initial, avec notamment une redevance due à la ville sur le produit des jeux de 7,5%, soit 11,22 millions d'euros par an", soit environ un million d'euros supplémentaires qu'actuellement. Autre clause du contrat : l'engagement par le délégataire d'opérer "un gros entretien et d'investir dans une rénovation du bâtiment" d'un montant de six millions d'euros dans les deux prochaines années, avec à la clé "la création de nouveaux concepts de restauration et de bars". Enfin, en guise de subvention au "développement touristique", le groupe apportera 600 000 euros, au lieu des 200 000 du contrat précédent. Du côté de l'opposition socialiste et EELV, on a voté contre cette motion, jugeant "une durée de contrat trop longue et une subvention culturelle trop faible". La motion a tout de même été adoptée à la majorité.

Aménagement : la Jallère se concerte

La phase de concertation est proche pour le site de La Jallère (situé au Nord de Bordeaux dans le quartier du Lac). L'avenir de cette zone, a rappelé la mairie, est en réflexion et en concertation depuis 2014. Des études servant à remplir un "dossier d'évaluation environnementale" ont démarré depuis l'été 2016 (le secteur comportant des zones humides servant entre autres à la prévention des inondations). Le projet comporte notamment la construction de 2000 logements, un pôle d'agriculture urbaine (servant à alimenter le centre commercial Auchan de Bordeaux Lac) et de nouvelles liaisons, notamment en transports en commun. Il a été confié à l'urbaniste Nicolas Michelin (déjà responsable de l'aménagement du nouveau quartier des Bassins à Flots). La mairie l'a encore martelé ce lundi : visiblement, pas question de toucher aux treize hectares de zones humides présentes sur le site. A ce stade des études, l'enjeu est donc de faire des logements moins denses (vingt logements par hectares contre 90 aux Bassins à Flots selon les derniers chiffres) et de développer l'aspect énergétique des bâtiment (notamment photovoltaïque). L'opposition, notamment écologiste, était déjà largement revenue sur le sujet lors d'un précédent conseil en juillet. Dans les faits, la concertation "donnera aux habitants, usagers actuels et futurs une occasion de s’exprimer sur l’ensemble du projet urbain de la Jallère". Elle devrait être lancée dans la foulée.

Social et cinéma

Dans le reste du menu du jour, citons notamment la réalisation d'une RHVS (pour Résidence Hôtelière à vocation sociale) de 20 logements "dont quinze logements agréés au titre des publics prioritaires de l’État", a précisé la mairie, ajoutant que le projet serait localisé sur le quartier Saint-Augustin/Tauzin/Alphonse Dupeux. L'idée est de proposer essentiellement des studios (de 22 mètres carrés) destinés à des courts et moyens séjours réservés aux personnes les plus en difficulté. En effet, dans ce type de structure, les tarifs sont inférieurs à ceux du marché mais aussi dégressifs en fonction de la durée du séjour. La ville a annoncé qu'elle allait "participer à l’équilibre financier de ce programme par le versement d’une subvention de 150 000 euros".

La ville de Bordeaux et la métropole apportent également leur soutien à la création cinématographique au travers de la "première convention signée entre le CNC et une collectivité territoriale autre que régionale en matière de soutien à la création". Si Bordeaux soutient déjà les actions associatives dans ce domaine (au premier semestre 2018, elle a en effet accordé 100 250 euros à des associations et festivals locaux), la métropole se charge du soutien aux professionnels du secteur (455 000 euros en 2017 à l'industrie créative dont 265 000 au cinéma). Pour 2018, ce chiffre devrait grimper à 570 000 euros. Une convention triennale et reconductible avec la CNC est donc en chantier et prévoierait notamment un fonds de soutien à la création numérique. Elle devrait entrer en vigueur officiellement avant la fin 2018 et permettrait de lancer "un premier appel à projet au titre du fonds d’aide à la création".

Déchets et mégots

Le Marché des Capucins est un lieu emblématique pour les habitants de Bordeaux. Il va prochainement réviser sa politique de production de déchets, un sujet pris visiblement au sérieux par la municipalité, notamment depuis la privatisation de la collecte dans l'hypercentre de la ville et les mesures annoncées contre les dépôts sauvages.
"Ce processus s’inscrit dans une démarche de responsabilisation des professionnels, dans une volonté de tri et de réduction du tonnage des déchets enlevés et traités ainsi que des coûts de gestion", a notamment précisé la ville. Concrètement, c'est le principe "pollueur payeur" qui s'appliquera désormais, avec une évacuation des déchets opérée par le délégataire et refacturée au poids aux commerçants producteurs du marché. Le redevance, elle, devrait évoluer en fonction des charges et des volumes à traiter, en sachant qu'une première estimation réalisée en 2017 était de 79 924 euros pour un volume annuel de 400 tonnes et que la redevance sera de 0,20 centimes d'euros par kilo de déchets pesés.

L'autre annonce actée a été une demande, effectuée par la cancérologue et conseillère municipale Michèle Delaunay : l'interdiction de la cigarette aux abords des écoles maternelles, à laquelle le maire de Bordeaux a donné un accord de principe, même s'il a qualifié la mesure de "petite anecdote". Interrogée sur la question ce lundi, l'élue défend son point de vue. "Concrètement, on met un panneau de chaque côté à l'abord des écoles sur un périmètre d'une trentaine de mètre à l'abord des écoles en indiquant que c'est désormais un espace sans tabac. Si on est encore plus performant, on met des cendriers recycleurs aux limites de cet espace. On n'est pas sur la punition ni sur l'interdiction. Cependant, il faut qu'il y ait la possibilité d'une pénalité par les agents municipaux. Cela peut-être l'amende de l'abandon de déchêts à 35 euros ou plus faible, mais cette sanction doit exister. Si Bordeaux décide de faire ces espaces sans tabac, je suis sûre qu'il y aura dans les mois à venir plusieurs dizaines de villes qui le feront". La mairie, de son côté, a déjà annoncé son souhait de lancer des actions de sensibilisation via le "conseil municipal des enfants". C'est en tout cas un pas de plus pour Bordeaux où la cigarette est déjà interdite dans les aires de jeux et les jardins publics.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
2276
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Métropole
Métropole
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires