Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 27/09/21 | Coquelicontes en Creuse et en Corrèze

    Lire

    La 24ème édition du festival Coquelicontes se déroulera du 28 septembre au 10 octobre. Itinérant entre la Creuse et la Corrèze, ce sont près de 74 rendez-vous dans 57 communes qui attendent les spectateurs. Au programme : des balades, des goûters ou encore des veillées autour du conte. L'inauguration se fera le 28 septembre à 20h à la Cité de la Tapisserie d'Aubusson avec le spectacle « Chroniques des bouts du monde » de Kwal. Programme

  • 27/09/21 | Une soirée pour découvrir la Jeune Chambre Economique

    Lire

    Le 28 septembre à 19h30, la Fédération des Jeunes Chambres Economiques de Nouvelle-Aquitaine organise une soirée de présentation de l'association à destination des jeunes de 18 à 40 ans. A Agen, Bergerac, Bordeaux et Niort, la soirée se fera en présentielle mais elle aura également lieu en version dématérialisée. Billetterie et inscription

  • 27/09/21 | Girl's day à Bressuire (79)

    Lire

    Dans le cadre du plan « 1jeune, 1solution » et à l'occasion de la journée de la mixité dans l'emploi, la maison de l'emploi du Bocage dans les Deux-Sèvres, en partenariat avec la SNCF, organise mardi 28 septembre un « Girl's day : journée de la mixité ». Lors de cette journée, toutes les femmes sont invitées à la Cité de la Jeunesse et des Métiers pour découvrir les métiers de la SNCF notamment techniques, souvent considérés comme des métiers « masculins ».

  • 24/09/21 | Salon de l'agriculture de Nouvelle-Aquitaine 2022 : 1ères infos !

    Lire

    Lors de la rentrée de la Chambre régionale d'agriculture, Bruno Millet, Commissaire général du Salon de l'agriculture Nouvelle-Aquitaine a révélé que si Bordeaux sera le centre physique de la manifestation, des événements auront aussi lieu sur l'ensemble des territoires, en partenariat avec les établissements d'enseignement agricole. Autre "nouveauté" issue de l'expérience de la crise sanitaire, les débats pourront être suivis à distance sur Agriweb tv. Enfin, les animaux seront désormais présents sur toute la durée du Salon, soit du 21 au 29 mai 2022, de même que le Marché de producteurs !

  • 24/09/21 | Le CHU de Bordeaux 2ème meilleur hôpital de France

    Lire

    Selon un palmarès du Point paru le 23 septembre, le CHU de Bordeaux se classe comme 2ème meilleur hôpital public de France. 31 des spécialités du CHU se classe dans les 5 premières places dont 12 relatives à la prise en charge des cancers. Le palmarès s'est appuyé sur une enquête menée auprès d'un millier d'établissements publics ou privés à but non lucratif et d'établissements privés à but commercial. Signe d'excellence, cette position dans le top 3 des hôpitaux français est tenue depuis 19 ans !

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Métropole | Bordeaux : l'opposition pointe un débat de « désorientation budgétaire »

24/02/2021 | L’équipe municipale de Pierre Hurmic s’est livrée ce mardi à son premier exercice de débat d’orientations budgétaires, avant le vote du budget, prévu pour mars.

1

Les élus de la nouvelle majorité étaient attendus de pieds fermes par l’opposition. En effet, certains membres de l’équipe de Pierre Hurmic, lui compris, regrettaient une situation financière compliquée, laissant « peu de marge de manœuvre » à la nouvelle équipe municipale. Un discours à contrebalancer avec l’audit financier de la Ville, paru début février. Là où la majorité décrit une mauvaise interprétation des propos, la droite et le centre, Nicolas Florian en tête, regrettent un « manque de clarté » dans le projet de la nouvelle municipalité.

Le premier débat d’orientation budgétaire de la mandature. Dans un contexte économique, sanitaire et social tendu, le Conseil municipal a débattu des orientations budgétaires de la Ville ce mardi après-midi. En se basant tant sur ce contexte que sur l’audit financier de Bordeaux, paru début février, la première adjointe Claudine Bichet a présenté les ambitions budgétaires de la Ville. « Il faudra attendre 2022 pour que nous retrouvions une situation financière comparable à celle de 2019 », prévient l’adjointe aux finances. En effet, si l’impact de la crise sanitaire a été moins violent pour les collectivités que l’État, cela représente tout de même une perte de vingt millions d’euros pour la Ville de Bordeaux.

Ce coût de la crise sanitaire est à ajouter au fait que la fin de la taxe d’habitation (111 millions d’euros dans les caisses de la Mairie en 2020) est effective depuis le début d’année 2021. « Même si la perte de cette taxe sera compensée à l’euro près par l’État, pour la première année, à nous – élus municipaux – de voir si nous voulons que Bordeaux conserve sa capacité d’investissement sur la mandature », affirme Claudine Bichet. La majorité estime son plan pluriannuel d’investissement à 530 millions d’euros pour mener à bien son projet, en limitant dans le même temps la hausse ses recettes fiscales (taxe foncière sur les propriétés bâties).

« Un peu de sérieux »

Comme au mois de janvier, les débats étaient animés lors de ce conseil municipal. Le climat du débat peut être résumé en une phrase, tenue par Pierre de Gaétan Njikam, élu Bordeaux Ensemble. « C'est un débat de désorientation budgétaire que vous nous présentez. Cela sonne creux », attaque-t-il. Son chef de file, Nicolas Florian n’a pas mâché ses mots après la présentation de Claudine Bichet. « Nous ne sommes pas à un débat d’orientation budgétaire. Vous évoquez l’enveloppe globale dont vous disposez, mais aucun fléchage n’est précisé, un peu de sérieux... » Du côté de Bordeaux en Luttes, Philippe Poutou se dit, lui aussi, confus. « On ne sait pas quels sont les priorités que vous définissez, si c'est l'écologie, le social ou l'éducation... Comment voulez-vous qu’on ait un débat ? », demande l’ancien de chez Ford Blanquefort. Ce manque de clarté, Thomas Cazenave le regrette également. « Vos perspectives sont étranges. Vous voulez faire mieux avec moins. Ce à quoi nous nous attendions, c'était un état des lieux complet de la situation financière de Bordeaux. On ne le retrouve ni dans ce débat, ni dans l'audit  », lance l’élu Renouveau Bordeaux.

L’opposition a également cherché à faire entendre sa voix sur les propos de Pierre Hurmic et Claudine Bichet, affirmant avoir une marge de manœuvre financière « amputée », en partie à cause de la mandature précédente. « Peut-être cherchez-vous à nous prévenir que vous ne tiendrez pas toutes vos promesses, provoque Fabien Robert. Vous comptez mobiliser 530 millions d’euros d’investissement, ce n’est pas rien ». L’adjointe aux finances tient à éclaircir cette déclaration. « L’audit financier nous dit que la situation financière de la Ville était saine. Nous arrivons dans un contexte économique tendu. Nous ne bénéficierons pas des mêmes aubaines que la précédente majorité », affirme-t-elle. Il sera à nouveau question de cette marge de manœuvre à l’occasion du prochain conseil municipal de Bordeaux, le 30 mars prochain, où les élus voteront le budget 2021.

Yoan Denéchau
Par Yoan Denéchau

Crédit Photo : 4111111111111111

Partager sur Facebook
Vu par vous
9754
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Métropole
Métropole
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 29 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires