Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

25/02/20 : Le Ministère des Sports a suspendu provisoirement, à titre conservatoire Michel Poueyts, directeur technique national au sein de la Fédération de pelote basque suite à sa mise en examen pour corruption avec un employé de la sous préfecture de Bayonne.

25/02/20 : Au SIA à Paris, les récompenses commencent à pleuvoir sur la Dordogne, hier ont été décernés 4 médailles d’or, 12 médailles d’argent et 12 médailles de bronze pour les produits, ainsi qu’un prix d’excellence au concours des vins du Sud-Ouest.

21/02/20 : Le TramBus de l'agglomération Bayonne-Anglet-Biarritz a franchi le cap du million de voyages, dont 200 000 en janvier. Les abonnements mensuels et annuels observent une progression de plus de 50%; les abonnements scolaires ont eux augmenté de +14 %

20/02/20 : A partir du lundi 24 février, les détenteurs d'un abonnement TBM pourront emprunter la ligne 42 du TER entre Bordeaux Saint-Jean et Parempuyre, et entre Pessac-Centre et Parempuyre, avec cette même carte TBM. Une expérimentation d'1 an renouvelable.

20/02/20 : C'était une figure de la presse française: Jean Daniel le fondateur du Nouvel Observateur s'est éteint ce 19 février à 99 ans. Ce natif d'Algérie, comme Camus, fut aussi un des témoins exigeants de la renaissance du parti socialiste dans les années 70.

19/02/20 : La métropole de Bordeaux a choisi le groupement Eiffage/UCPA/Dalkia et Banque des Territoires pour construire le futur stade nautique de Mérignac. Les travaux doivent démarrer en novembre pour une livraison en 2022.

19/02/20 : Municipales: la liste "Changer!" présente son programme pour Villenave d'Ornon autour de Patrick Bouillot et Florence Rialland ce samedi 22 février, à 10h, salle Jacques Brel

18/02/20 : Présence annoncée de Benoît Biteau député européen EELV et agriculteur en Charente-Maritime à la réunion, ce jeudi 20 février à 19h30, de la liste "Villenave écologique, solidaire et citoyenne" à l'auditorium de Sourreil.

18/02/20 : Dans le cadre des Conférences Montaigne organisées par l'Université bordelaise du même nom, Noël Mamère interviendra ce jeudi 20 février (Amphi B - 18h) sur le thème de "L’écologie, le paradigme politique du XXIe siècle".

18/02/20 : La FDSEA 64 a renouvelé son bureau: Franck Laborde, céréalier, secrétaire général de l’AGPM et éleveur de canards à Préchacq-Navarrenx en est le nouveau président, remplaçant Bernard Layre, devenu l'an dernier Président de la Chambre d'agriculture 64

16/02/20 : Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, a démissionné et conduira finalement la liste LREM aux municipales de Paris sur décision évidente d'Emmanuel Macron; le député Olivier Véran lui succède au ministère.

10/02/20 : Charente-Maritime : le festival electro Stereoparc a dévoilé les premiers noms de la programmation de la soirée Coco Coast du samedi 18 juillet 2020 : Martin Solveig, Bakermat et Bellecour.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 25/02/20 | Nouvelle présidence pour les stations N'PY

    Lire

    Président de N’PY depuis sa création en 2004, Michel Pélieu a cédé son siège à Michel Boussaton le 24 janvier. Après l’entrée au capital de la Région Occitanie en juillet 2019, ce changement à la tête de N’PY est une nouvelle étape dans le processus de transformation amorcé en 2018 pour accompagner les domaines skiables et sites touristiques dans la diversification de leur activité et l’adaptation de l’immobilier de tourisme. N’PY va prendre une dimension "chaîne des Pyrénées" avec l’appui de la Région Occitanie et de la Banque des Territoires auxquels pourraient s’associer la Région Nouvelle-Aquitaine et les départements.

  • 25/02/20 | La colocation en HLM, une solution pour le logement des réfugiés ?

    Lire

    Pour la première fois en France, une convention régionale favorisant la colocation en baux directs pour les personnes bénéficiant de la protection internationale a été signée en Nouvelle-Aquitaine par l’État, les bailleurs sociaux et les associations de la région. Ce dispositif, expérimenté en Gironde à compter de mars 2020, a pour objectif de répondre à la forte tension locative présente sur les petits logements. Il sera soutenu financièrement par l’État avec l'ambition de l'étendre rapidement à toute la région et à d'autres publics.

  • 25/02/20 | L’ex-pdg d’Heuliez confie ses archives personnelles au département des Deux-Sèvres

    Lire

    Gérard Quéveau, l’ancien pdg de Heuliez basée à Cerizay, donne ses fonds personnels aux archives départementales des Deux-Sèvres. Les premières caisses d'archives sont arrivées à la maison du département. Le traitement des documents a débuté. Cela représente tout de même 170 mètres linéaires dédiés à cette entreprise de carrosserie automobile. Ce mardi 25 février, une convention de don du fonds d’archives de l’entreprise va être signé entre le président du département et l’ancien pdg de Heuliez.

  • 25/02/20 | Salon Aquibat : 6 structures néo-aquitaines recherchent des pros du BTP

    Lire

    A l’occasion du salon Aquibat (Parc des Expositions de Bordeaux), la CCI Bordeaux Gironde organise, le 28 février prochain, une rencontre « Convergence Marchés ». L’objectif est de mettre en relation des entreprises du bâtiments et 6 structures qui recherchent des professionnels du BTP comme Bordeaux Métropole ou l’ESID (Service d’infrastructure de la Défense). Des rencontres de 15min sont prévues avec ces donneurs d’ordre locaux de 10h à 13h. Les inscriptions sont gratuites.

  • 24/02/20 | Aéroport de Bordeaux-Mérignac : des agents de sécurité en grève

    Lire

    Une centaine d'agents de la société Hubsafe chargés de contrôler la sécurité à l'aéroport de Mérignac ont manifesté devant les portes ce lundi matin pour la quatrième journée consécutive. Ils dénoncent leurs conditions de travail et un entretien "exécrable" de leurs postes de travail. La société a choisi de rapatrier des salariés de Paris et Nantes pour assurer le service et éviter des annulations ou perturbations dans les vols. Le préavis de grève de la majorité des 135 agents est illimité. Hubsafe n'a pour l'instant pas entamé de négociations.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Métropole | Cenon 2030 : "renforcer les liens"

10/02/2019 | La restitution des débats organisés dans le cadre de l'initiative municipale "Cenon 2030" a eu lieu ce samedi 9 février au Rocher de Palmer. Elle a été riche en débats.

Assises Cenon 2030

Ce samedi 9 février, au Rocher de Palmer, à Cenon, c'était l'heure du bilan. La démarche de concertation "Cenon 2030", débutée en octobre par le biais de quatre "conférences débats" thématiques autour des enjeux d'un "futur souhaitable" pour une commune en pleine transformation, a livré ses résultats. Ils sont riches en enseignements et révèlent des attentes très fortes et actuelles des citoyens : représentativité, lien social, ouverture culturelle. Petit tour d'horizon non-exhaustif des principaux témoignages/résultats entendus lors de cette restitution particulièrement dense, qui reflètent des attentes très fortes dans un contexte national de divisions.

En quête de satisfaction

C'est un bilan attendu par les quelques 300 personnes ayant participé aux quatre soirées débat thématiques autour de la ville de Cenon en 2030 auquel s'est livré le maire de la ville, Jean-François Egron (accompagné d'invités ayant fait office de "représentants culturels" de la commune) ce samedi 9 février. Ce travail de concertation, réalisé par le cabinet d'expertise Neorama, consistait à identifier les enjeux des futures politiques à venir. Il a démarré en octobre dernier, en amont des réflexions nationales autour du grand débat. Et après avoir épluché les 502 réponses au questionnaire diffusé en ligne et les différentes propositions effectuées lors de ces quatre "soirées à thème", l'heure du bilan global a su montrer l'appétit grandissant des participants pour la cohésion, le lien, l'ouverture sociale et la démocratie participative.

Les réponses au questionnaire, d'abord, on livré les premiers enseignements pour une commune dans laquelle 62,09% des 502 personnes interrogées sont "satisfaites" de vivre (21,12% de "très satisfaits", 13,39% de "peu satisfaits" et 3,31% de "pas du tout satisfaits"), à des degrés divers selon les thèmes abordés : 89% de satisfaction pour les services de santé, 75% pour les actions de solidarité, 47% pour le développement des crèches et des modes de garde et 41% seulement pour le développement des commerces. Des "centres d'intérêts prioritaires" ont également été présentés à l'occasion de ces assises : les écoles, la tranquillité publique, la propreté de la ville et la dynamique culturelle et sportive arrivent en tête quand le stationnement et la dématérialisation des procédures restent en bout de piste.

Ouverture et sécurité

Les pistes d'action dessinées par l'étude sont, elles aussi, riches en conclusions car elles répondent en large partie à des envies très actuelles : urbanisation maîtrisée, transports alternatifs, ville plus verte, actions en faveur des jeunes, moins de formalités dans les conseils de quartier, une action de concertation sur les grands projets immobiliers de la commune ont été clairement soulignés. En plus des nombreuses questions posées par les participants durant cette matinée d'échange, de nombreux témoignages sont venus ponctuer les restitutions, et il n'ont pas oublié de dénoncer les problèmes, notamment lorsqu'il s'agissait de "mieux comprendre les besoins des jeunes en allant vers eux". Pour le cinéaste cennonnais Zangro, venu témoigner, le constat est clair : "On est face à une jeunesse éloignée de la pratique culturelle. Si les jeunes voyaient plus souvent des démarches artistiques comme l’improvisation, ils en feraient peut-être une passion, voire un métier. Ce qui manque ici, ce sont les personnes relais. Entre anciens animateurs, on s’appelait "la chair à canons" : mal payés, sans gratitude face à un public désœuvré et marginalisé. On a besoin d’avoir des associations qui fassent ces passerelles là, d’avoir des éducateurs de rue bien plus présents".

Si le problème du trafic de drogue dans les quartiers a lui aussi été abordé par un participant comme une des raisons de cet éloignement, la tranquillité publique et les moyens mis en place pour la préserver ont également fait partie des nombreuses  questions soulevées et abondées par le maire de la commune face aux incertitudes et aux questionnements des participants (beaucoup de responsables associatifs, peu d'"habitants", ce qui a également été regretté). "Nous devons recréer une politique d’intervention dans les quartiers. La police est un problème en termes de moyens mis à notre disposition. On a perdu trente postes de policiers en quinze ans. On avait onze îlotiers sur Cenon, il n’y en a désormais plus que cinq pour toute la presqu’île", a notamment souligné Jean-François Egron. "La suppression des contrats d’avenir a mis des associations à plat, pareil pour le fonds national de développement du sport qui a disparu. La municipalité doit essayer de jouer les équilibristes pour tenter de conserver la culture, le sport et le reste à un niveau convenable. J’ai regretté que la deuxième vague de la Police de Sécurité du Quotidien ait oublié Cenon, j’espère qu’à l’avenir on y pensera". Globalement, ce besoin de lien et de représentativité a dominé le fond d'une grande partie des débats : pourquoi ne pas filmer le conseil municipal, créer un budget participatif, poursuivre le développement des conseils de quartier déjà mis en place ? Pour Zangro, la ville dispose "d'espaces ouverts, comme le parc Palmer. Il faut que ça reste comme ça". 

Une ville qui continue sa mue

Assises Cenon 2030

L'une des nombreuses restitutions présentées, ici sur l'attractivité de la ville

Les enjeux d'urbanisme n'ont évidemment pas été oubliés, dans une commune où le programme des 50 000 logements de Bordeaux Métropole a permis de faire pousser beaucoup de murs et où de nouveaux projets sont toujours en cours. "À Cenon, qui est une des plus petites villes de la métropole avec Le Bouscat, la densification urbaine se voit beaucoup plus qu’ailleurs. Aujourd’hui, on est arrivés à un niveau où il faut modérer les choses. On a mis en place une charte de qualité environnementale mais il y aura d’autres étapes, notamment le prochain plan local d’urbanisme dans lequel on va encore plus préserver les secteurs pavillonnaires. La parole des habitants a bien été entendue sur ce sujet", a largement répété le maire de la commune, qui dit également "pousser pour que 20% de l’espace de terrain occupé par les nouvelles constructions soit en pleine terre, en sachant que ce pourcentage est aussi celui de la surface de Cenon consacrée aux espaces verts. Il faut préserver ça, c’est la raison pour laquelle les deux parcs sont classés en espace naturels sensibles. Personne ne pourra y toucher". Plusieurs pistes ont également été données pour le "développement économique" de Cenon : beaucoup d'espoirs sont ainsi fondés sur le projet de la Vieille cure, censé devenir un nouveau "phare économique du territoire", qui sera discuté lors du prochain conseil municipal et où l'on a promis aux habitants qu'ils seraient "très agréablement surpris".

L'Agence Nationale de la Rénovation Urbaine (ANRU) a validé, en début d'année, une enveloppe globale d'investissements de l'ordre de 24 millions d'euros. "Je regrette que nous n’ayons pas pu qualifier l’opération Palmer-Saraillère d’enjeu national. Néanmoins, nous avons obtenu des sommes qui vont nous permettre de rénover et de restructurer tous les logements de Palmer (888 logements) et de la Saraillère (environ 300 logements avec une tour qui va être détruite). On va créer des allées pour valoriser le parc de Palmer pour faire en sorte qu’elles soient le plus agréables possibles. On a aussi acté des reconstructions d’écoles et un nouvel usage sous l’Estacade  (viaduc construit pour le passage de la LGV) qui va devenir, dans un premier temps, un complexe sportif qui se fera en concertation avec la population. Au niveau de l'ouverture des quartiers on a déjà franchi une première étape en créant un espace de rencontre ou un espace vert dans chacun d'eux. La seconde étape sur laquelle on doit se pencher, c'est celle du lien. La ville continue de se transformer". Si la restitution a fait office de grand bilan de concertation et que la municipalité s'interdit toute démarche similaire dans les mois à venir faute d'un renouvellement municipal à venir, elle promet que les échanges vont continuer : les panneaux d'exposition présentés lors de ces assises, qui reprennent quelques idées abordées au cours des quatre soirées thématiques, vont devenir itinérantes, notamment dans les mairies de quartier, "avec des boîtes à idées dans lesquelles les gens pourront déposer des réflexions ou des propositions destinées à affiner le projet", promet Jean-François Egron. L'ensemble des résultats des questionnaires et une synthèse des quelques 180 propositions relevées devraient être publiées par la ville dans les prochaines semaines. Plus que jamais, le débat reste ouvert.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
3563
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Métropole
Métropole
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 28 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires