Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

01/04/20 : Covid-19 : le nombre de malades est établi ce mercredi soir à 1845 cas depuis le début de l'épidémie, selon l'ARS. 700 personnes sont hospitalisées; 215 en soins intensifs; 414 sont sorties guéries de l'hôpital. 82 décès sont à déplorer.

01/04/20 : Charente-Maritime : la ville de Marennes et son association de commerçants lancent un appel à manifestation d'intérêt pour créer une boutique en ligne rassemblant les commerçants locaux pour faire de la vente en ligne. Contact:j.girard@gigamotors.fr

01/04/20 : La ville de Périgueux maintient le stationnement gratuit, en voirie et sur le parking Bugeaud, pour toute la période de confinement. Une manière d'inciter les Périgourdins à rester chez eux, mais aussi pour soutenir les commerces restant ouverts.

01/04/20 : La Charente-Maritime se prépare à affronter la "vague" de malades du covid 19 : une quinzaine de centres de consultation temporaire, avec un dispositif sanitaire particulier, seront mis en place entre demain et la fin de semaine (sur rdv uniquement).

31/03/20 : Débuts prometteurs pour la plateforme www.produits-locaux-nouvelle-aquitaine.fr qui met en relation les producteurs et artisans de l'agro-alimentaire et les consommateurs : plus de 1 000 inscriptions de producteurs et 28 700 de consommateurs.

31/03/20 : Covid-19. Afin de permettre aux habitants de faire leurs courses et aux commerçants de poursuivre leur activité, le maire de Mérignac a obtenu de la préfecture une dérogation de réouverture des marchés sous la forme de drives sécurisés.

31/03/20 : La ville de La Rochelle a déposé une plainte lundi suite à un grave cambriolage de l’un de ses équipements de services publics. Du matériel d'entretien et de l’alimentation destinées aux écoles ont été volés. La Police national enquête.

30/03/20 : Transport. Suite à l'interpellation du Conseil Régional par la FNAUT Nouvelle Aquitaine, les prélèvement bancaires des abonnements TER annuels sont suspendus jusqu'à nouvel ordre.

30/03/20 : Covid-19. 19 professionnels de santé de NA répartis en 2 équipes - 9 et 10 personnes - sont partis en mission de 4 jours au CHR de Metz-Thionville et au CHU de Nancy en lien avec la SNCF et la Mairie de Paris qui coordonnent leur transport.

30/03/20 : L'Université de Bordeaux et la RoboCup Federation, au nom du comité local d'organisation, annoncent le report de la 24ème édition de la RoboCup en France du 22 au 28 juin 2021. L'évènement est donc décalé d'une année.

27/03/20 : Confinement prolongé jusqu'au 15 avril annonce Edouard Philippe: "Avec l'accord du président de la République, j'annonce aujourd'hui le renouvellement de la période de confinement pour deux semaines supplémentaires à compter de mardi prochain"

27/03/20 : En raison de l’accueil prévu ce week-end de 6 patients des hôpitaux du Grand Est au service de réanimation du Centre Hospitalier de Bayonne, le niveau 1 du plan blanc système de santé pour répondre aux situations sanitaires exceptionnelles a été déclenché

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 01/04/20 | Niort : 10 places d'hébergement supplémentaires pour les sans-abris

    Lire

    Depuis le 18 mars, la Ville de Niort a mis à disposition des sans-abris 10 places d'hébergement d'urgence en lien avec la Croix-Rouge afin de lutter contre la propagation du Covid-19 et de protéger les plus vulnérables. Ce soir la ville va ouvrir 10 places supplémentaires dans un second lieu accompagnées cette fois par la Protection civile. Pour toute nécessité d’hébergement il est demandé de passer par le numéro du SAMU social au 115.

  • 01/04/20 | Ile de Ré : un faux arrêté préfectoral contre les résidents secondaires

    Lire

    Un faux arrêté circule ces jours-ci sur l’île de Ré, demandant aux personnes non résidentes permanentes de justifier de la nécessité de leur séjour, et les exhortant à rejoindre leur habitation principale. Il s'agit d'un faux, prévient la préfecture, qui n'a jamais pris un tel arrêté. "Ceux qui ont choisi de se confiner dans leur résidence secondaire doivent y rester jusqu’à la fin du confinement, et sans nécessité de se justifier", rappelle le préfet, qui a saisi la gendarmerie et le procureur.

  • 01/04/20 | Musiques actuelles : les délais des contrats de filière reportés

    Lire

    Les partenaires du Contrat de filière que sont la Région Nouvelle-Aquitaine, le CNM, l'État et le RIM ont décidé de maintenir leurs appels à projet sur le développement des coopérations professionnelles, le soutien aux projets culturels de proximité et la transition énergétique des festivals. La date limite de candidature a été portée au 15 juin. Le critères de jugement ont aussi été revus, privilégiant les projets de "reprise d’activités, de recherche de nouvelles solidarités et coopérations".

  • 01/04/20 | Les Clowns Stéthoscopes présents virtuellement

    Lire

    Depuis le 10 mars, Les Clowns Stéthoscopes -association qui aide les enfants à surmonter l’épreuve de la maladie par le rire et une présence bienveillante - sont absents de l'hôpital des enfants du CHU de Bordeaux et de 4 EHPAD de la Métropole dans lesquels ils interviennent quotidiennement. Mais, "pour les enfants, le personnel de santé, les parents, les résidents, toutes celles et ceux qui prennent des risques pour nous, nous sommes heureux, joyeux et émotionnés de vous annoncer le lancement mondial de notre chaîne YOUTUBE". https://www.youtube.com/channel/UCL1RxJyV5bd70Wanen96D7A?view_as=subscriber.

  • 01/04/20 | Covid-19. Bordeaux encourage la production de masques barrières

    Lire

    Le maire de Bordeaux, Nicolas Florian, incite chaque citoyen de bonne volonté ou association, à fabriquer artisanalement ou en série, des « masques barrières » en tissu, suivant le modèle agréé par l’AFNOR. La plateforme jeparticipe.bordeaux.fr mettra en relation des producteurs et des demandeurs.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Métropole | Cenon: une charte pour reloger les habitants de La Saraillère

19/07/2019 | C'est à la Maison des Associations que s'est déroulée la signature de la charte de relogement des habitants de la Résidence La Saraillère.

signature charte cenon une

Ils étaient quelques dizaines, tous habitants de la Saraillère, à être venus assister, en début de semaine, à la signature de la charte relative à leur relogement. Une signature entre la ville de Cenon et le bailleur Mésolia qui s'inscrit dans le cadre du projet de rénovation urbaine du quartier et de sa démolition partielle. Outre les signataires -Jean-François Egron, Maire de la ville et Emmanuel Picard, Directeur Général de Mésolia- étaient également présents : Christine Monnier (Direction patrimoine de Mésolia), Aurélie Jégu (en charge du relogement) et Fabien Stapp (Responsable du Pôle Territorial Mésolia).

C'est donc en début de semaine qu'a eu lieu la signature, entre la ville de Cenon et le bailleur Mésolia, de la charte relative au relogement et à l'accompagnement social des familles de La Saraillère. Une étape qui s'inscrit dans la cadre du projet de rénovation urbaine d'intérêt régional du quartier, impliquant une partie de la démolition de celui-ci. « C'est un moment fort, symbolique. Les choses se concrétisent. Quatre ans qu'on se bat pour cela », se réjouit Jean-François Egron qui poursuit en détaillant les principaux changements à venir: la démolition de la tour, la création d'allées bordées d'arbres, la restructuration des logements et le Centre de Prévention et de Loisirs de jeunes de Cenon (CPLJ) qui sera rétabli dans de nouveaux locaux. « La Résidence La Saraillère, c'est 560 logements. Ce n'est pas un petit quartier », note pour sa part Emmanuel Picard, lui aussi visiblement ravi de cette opération réalisée sous l'égide de l'ANRU (agence Nationale pour la Rénovation Urbaine) et principalement financée par Mésolia à hauteur de 51M€. 136 logements (la tour et deux bâtiments alentour) devant être démolis ; les autres simplement rénovés. Une transformation du quartier qui implique donc le relogement d'une partie de ses habitants, ce qui nécessite des explications et un accompagnement des personnes concernées. La charte prévoyant à ce titre, nombre de mesures en vue de faciliter la transition  : des réunions d'information collectives, des propositions de relogement adaptées aux demandes des familles, une aide financière pour le déménagement et un suivi (y compris social grâce à la CAF, au CCAS, aux services sociaux de la Gironde ou encore au FSL) personnalisé.

 

Des habitants à rassurer

 

Des mesures non négligeables destinées à rassurer les habitants concernés, ce qui n'empêche pas certains de s'inquiéter malgré tout. Notamment pour des problèmes de sécurité ; certains appartements étant « visités » après le départ de leurs locataires et des trafics ayant lieu en bas de immeubles. « Un vigile est déjà là de 16h à 3h du matin. S'il faut adapter (les horaires), on les adaptera », répond Christine Monnier avant de rappeler que Mésolia n'est pas la police. Une mise au point avec les forces de l'ordre étant d'ailleurs prévue.

Autre souci : les frais de déménagement qui tardent à être remboursés. Un problème que Mésolia assure pouvoir régler rapidement.

D'autres inquiétudes ont également trait aux propositions de relogement :

-quant à l'obligation d'accepter un appartement au bout de trois propositions : « Aurélie va tenter de coller au mieux à votre demande. Elle pourra aussi vous faire des propositions orales notamment pour des appartements qui ne correspondent pas totalement à vos souhaits initiaux mais qui pourraient vous plaire. Et on ne les comptabilisera pas. »

-quant à une possible limitation des offres et donc du choix : « Votre premier interlocuteur, c'est Mésolia mais si vous dites à Aurélie que Domofrance ou Aquitanis a une résidence qui vous intéresse, on prendra contact avec eux car il y a une charte inter-bailleurs sur les projets de l'ANRU. »

-quant à la « loi égalité et citoyenneté » de 2016 et la crainte de ne pouvoir choisir un appartement plus grand en raison d'une « sous-occupation » des lieux : « Les projets ANRU permettent souvent aux bailleurs de régler des problèmes de sur ou sous-occupation logement mais c'est une chose rare en Gironde. En plus, vous êtes prioritaires en termes de relogement. On regardera au cas pas cas. »

Et à ceux qui contestent le bien fondé des travaux ou craignent d'être purement et simplement chassés de Cenon faute de moyens financiers suffisants, Jean-François Egron objecte : « lors de la première opération de renouvellement urbain, personne n'a rien dit de tel à Alain David lorsqu'il a détruit la grande barre André Gide (qui était d'ailleurs beaucoup plus grande que ce que nous avons ici). Aujourd'hui, le quartier de la Marègue n'a plus rien à voir avec ce qu'il était avant. Et pas un habitant ne souhaiterait revenir en arrière. Je suis attaché à tous mes habitants. On est là pour améliorer les conditions de logement que vous avez. Et à Cenon, il y a 40% de logements sociaux et très sociaux. Je m'inquiète pour la Métropole car sans des villes comme la nôtre, il y a des gens (à très petits revenus) qui ne trouveraient justement pas où se loger. »

Des travaux qui s'inscrivent dans le cadre d'un projet de rénovation urbaine d'intérêt régional impliquant, outre la Saraillère, les quartiers Palmer et 8 mai 1945 et dont la dernière tranche sera lancée en 2024.

Emmanuelle Diaz
Par Emmanuelle Diaz

Crédit Photo : ED

Partager sur Facebook
Vu par vous
5266
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Métropole
Métropole
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 4 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires