Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

23/07/19 : Plan canicule, une cellule de crise a été mise en place à l'Hôtel de ville de Poitiers pour porter secours aux personnes en détresse inscrites sur le registre canicule. Pour s'y inscrire et bénéficier de conseils adaptés, un numéro : 0549308075

23/07/19 : En raison de la canicule, la Ville de Bayonne a installé un brumisateur, place de la Liberté, pour rafraichir les promeneurs en ce lieu même où demain mercredi à 22 h sera donné le coup d'envoi de ses célèbres fêtes depuis le balcon de la mairie.

23/07/19 : Vigilance canicule à Agen. La piscine Aquasud est ouverte non-stop tous les jours de 11h à 19h. Des salles rafraîchies sont également ouvertes notamment dans la médiathèque, la résidence La Salève ou encore la Salle des Illustres de la mairie.

23/07/19 : Mémoires & Partages lance un appel à un rassemblement à la mémoire de Mamoudou Barry, ce chercheur en droit à Rouen battu à mort vendredi soir. Ce rassemblement se tiendra jeudi 25 juillet à 18 h 30 sur le Parvis des droits de l'homme à Bordeaux.

23/07/19 : Canicule. EDF a décidé d'arrêter les deux réacteurs de la centrale nucléaire de Golfech dans le Tarn-et-Garonne car l'eau de la Garonne qui sert à refroidir les réacteurs est trop chaude.

23/07/19 : Depuis le 19 juillet, au vu des conditions climatiques et de la hausse des températures, les maraudes du SAMU social ont été adaptées dans les rues de Bordeaux et de la métropole pour venir en aide aux personnes sans domicile.

21/07/19 : Canicule:Le département de Gironde active dès ce lundi 22 juillet une cellule de crise et un numéro d'information et d'orientation [05 56 99 66 99] afin d’apporter un soutien aux personnes âgées et aux personnes handicapées, ainsi qu’aux professionnels.

21/07/19 : La Gironde en alerte canicule ORANGE - niveau 3 - à compter de ce lundi 22 juillet à 6h00 et ce jusqu’à nouvel ordre. Les températures devraient dépasser les 35°C dès demain, les 40°C la journée de mardi et ne pas descendre en dessous de 21°C la nuit

19/07/19 : Un nouveau cas de dengue diagnostiqué en Lot-et-Garonne suite au retour d’une personne ayant séjourné sur l’île de la Réunion. Le traitement de démoustication interviendra dans la nuit du 22 au 23 juillet à Bajamont, Foulayronnes et Castelculier.

19/07/19 : Épisode de fortes chaleurs ce week-end dans le 47. Le risque de feux de forêt devrait basculer en niveau sévère dès lundi, avec un renforcement des effectifs et des moyens sapeurs-pompiers. Le SDIS active dés à présent sa vidéosurveillance.

19/07/19 : Le Château de Bonaguil en Lot-et-Garonne vient de recevoir le label « Sécuri-Site ». Délivré par la Préfète du Département, ce label certifie la mise en place d’un dispositif de sécurité complet, à l’intérieur comme aux abords d’un site touristique.

18/07/19 : Suite à l’interruption à mi-spectacle du traditionnel feu d'artifice du 14 juillet sur les quais de Bordeaux, pour cause d'incendie sur la barge de tir, Nicolas Florian a décidé d'en proposer un nouveau le samedi 7 septembre pour marquer la rentrée.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/07/19 | Canicule : le niveau 3 du plan déclenché en Dordogne

    Lire

    La Dordogne est en vigilance orange "canicule. Les températures maximales devraient dépasser les 40°C, les températures nocturnes elles, pouvant dépasser les 20° C pendant 3 jours. Entre le mardi 23 et jeudi 25 juillet, les minimales seront de 22° et les maximales de 41,6°. Le préfet a déclenché le niveau 3 alerte canicule qui se traduit par des mesures pour les sans abri avec l'ouverture de places en hébergement d'urgence et des maraudes. Les activités sportives entre 12 h et 20 h sont déconseillées.

  • 23/07/19 | Municipales à Périgueux : Patrick Palem désigné par laRem Dordogne

    Lire

    Patrick Palem, ancien PDG de la Socra, société spécialisée dans la restauration du patrimoine, et désormais conseiller a été désigné par les instances départementales de la République en Marche comme chef de file du parti présidentiel pour les municipales à Périgueux. Patrick Palem bénéficie du soutien Philippe Chassaing, député LaREM et du sénateur Bernard Cazeau, du Modem et de Jérôme Gabuteau, chef d'entreprise et référent local de laREM, qui devrait être numéro 2 sur la future liste. ^

  • 23/07/19 | Candidatures ouvertes pour "Les trophées de l'accueil"

    Lire

    Les candidatures sont ouvertes pour la 2ème édition des « Trophées de l’accueil », un concours qui récompense les professionnels du tourisme et les commerçants girondins qui accordent de l'importance à la qualité du traitement réservé aux touristes. Les participants peuvent s'inscrire dans l'une des quatre catégories proposées : commerce, hébergement, restauration ou loisirs. A la clé, 12 lauréats seront mis à l'honneur dans le guide annuel Bordeaux Shopping. Candidatures ouvertes jusqu'au 20 août. Inscriptions en ligne ici

  • 23/07/19 | Collège et lycée du Barp (33), les choses se précisent!

    Lire

    L'équipe Atelier des architectes Mazières associé à Nicolas Ragueneau, Antoine Roux Architectes, et Patrick Arotcharen a été sélectionnée pour la construction du futur lycée et collège du Barp. Le futur établissement accueillera, sur 22 000 m², un lycée de 1 200 élèves et un collège de 800 élèves. Au menu : construction en bois, espaces mutualisés, création d'un Centre de Connaissances et de Culture, salles de classes modulables et informatisées, certification HQE et démarche de bâtiments à énergie positive et bas carbone. Budget total estimé 60 M€, début du chantier au 2ème semestre 2020 et mise en service à la rentrée 2022.

  • 23/07/19 | Ouverture d'une Première année commune aux études de santé à Agen en sept. 2019

    Lire

    En septembre prochain, la PACES, cette année d’enseignement qui prépare aux concours des cursus des médecins, pharmaciens, dentistes et sages-femmes, verra le jour à Agen. L’enseignement sera assuré à distance par les enseignants du collège des sciences et santé nourris de cours magistraux audio et vidéo en différé, d’enseignements dirigés dispensés par visioconférence interactive. Une aide régionale de 800 000 euros a été accordée pour l'ouverture de cette année d'enseignement.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Métropole | Entre les lignes : quel futur pour la métropole bordelaise ?

13/06/2019 | Deux livres, l'un autour de Bordeaux Métropole 2050, l'autre écrit par Vincent Feltesse et le collectif Bordeaux Métropole des quartiers, s'interrogent sur l'avenir.

BM250 Feltesse

Le premier fait 226 pages, le second 370. L'un sert de conclusion, l'autre d'introduction. Ils ont beau ne revendiquer aucun lien, on sait qu'ils se posent une question et y apportent des réponses : quelle ville et quelle métropole pour Bordeaux dans 10, 20, 30 ans ? Eux, ce sont les livres autour desquels la station Ausone a organisé deux débats cette semaine : le premier censé clôturer la grande réflexion BM2050 entamée en février 2018, le second proposé par Vincent Feltesse et son collectif Bordeaux Métropole des Quartiers pour faire un diagnostic des grands chantiers à venir au sein d'une collectivité qu'il a un temps dirigé. Lectures croisées.

BM2050

La métropole se projette

La prospection était évidemment le sujet central de toutes les initiatives du programme égréné pendant plusieurs mois au travers de BM 2050. Ce "kilo gratuit", disponible pour les habitants qui en feront la demande à l'hôtel de Bordeaux Métropole, constitue la somme des quelques 2000 contributions retenues pour y figurer et élabore en quatre parties (éveiller, contribuer, débattre et enfin les scénarios et propositions émergeantes) un panorama assez complet de cet exercice de prospective qui a mobilisé assez largement autour de lui. Pour le président de Bordeaux Métropole, Patrick Bobet, "faire le distinguo entre l'urgence du jour et la projection n'est pas si compliqué. Le grand changement qui est en train d'émerger, c'est celui de la démocratie participative. Aujourd'hui, prendre des décisions sans concertations serait tout à fait impensable. Nous avons mobilisés plus de 520 000 personnes lors des différents temps de concertation, 50 000 habitants ont participé au serious-game et 15 000 questionnaires ont été recueillis auprès de personnes de tous âges et milieux sociaux. Maintenant, il faut s'en servir, quelques idées sont bonnes à prendre tout de suite, d'autres dans un temps plus long".

"Nous avons un adn local et une capacité à évoluer collectivement. Le foisonnement de la gouvernance partagée a permis de faire avancer de grands dossiers, il serait paradoxal que rien de ce qui est sorti de BM 2050 ne soit utilisé dès maintenant", a pour sa part ajouté le maire de Bordeaux, Nicolas Florian. Pour Jacques Mangon, maire de Saint-Médard-en-Jalles et en charge de BM 2050, "le point commun entre les gilets jaunes et BM2050, c'est qu'ils ont montré le grand pouvoir d'attraction de Bordeaux et le besoin de penser à la périphérie. La question sera de savoir comment cette périphérie métropolitaine peut apporter à la dynamique globale de la métropole". Les contributions partagées dans cet ouvrage massif sont larges : de l'autonomie alimentaire à l'école, de l'urbanisme aux boulevards, de l'emploi à la mobilité. Elle ne se termine pas par un point final mais plutôt par une ouverture réalisée par Jacques Mangon.

Quatre scénarios, tous très larges, se dessinent : une métropolisation "qui continue et s'autorégule" (avec des conséquences : prix de l'immobilier en hausse, "étalement urbain, conséquences sociales), une "exigence décarbonée qui règle la ville" (interdiction des véhicules thermiques, des voitures diesel, logistique urbaine dense et en hauteur pour éviter l'étalement, bannissement du béton...), une "nature qui redessine la ville" (développement raisonné autour des 28 000 hectares de nature, "central park métropolitain", organisation plus souple des mobilités et transformation de la nature en vraie stratégie politique) et enfin un "équilibre des territoires qui fait la vie" (réseau de RER, échanges plus souples avec les villes moyennes, réaménagement de l'estuaire, le tout après une "nécessaire réorganisation budgétaire et administrative"). "Nous ne savons pas de quoi sera fait BM 2050 mais ce qui est sûr, c'est que nous en seront les artisans", conclue l'exercice, dans lequel on retrouve une somme assez foisonnante de réflexion. S'il ne dresse pas un panorama complet de la métropole et de son avenir, il permet en tout cas de dresser un portait assez dense de toutes les réflexions ayant animé ces mois de débats. Et rien que pour ça, il risque de fortement intéresser tous ceux qui y ont participé... et tous ceux qui, peut-être, en espéraient un résultat.

Vincent Feltesse

Besoin de rupture

Le second ouvrage, présenté à la station Ausone à l'occasion d'une dédicade de Vincent Feltesse organisée ce mercredi 12 juin, est évidemment bien plus politique. Il correspondrait presque aux prémices de la campagne municipale d'un candidat qui, s'il ne s'est pas déclaré, s'agite déjà pour définir des priorités à venir. Une dizaine de personnes a participé à sa rédaction, toutes font bien évidemment partie du collectif citoyen "Bordeaux Métropole des Quartiers" initié par l'ancien candidat aux municipales et président de la Communauté Urbaine de Bordeaux entre 2007 et 2014. Ce dernier en signe d'ailleurs l'introduction et la conclusion, en y ajoutant quelques idées qui risquent de faire les beaux jours de la prochaine campagne dans les semaines à venir. "C'est un livre qui définit un projet pour la métropole bordelaise avec des choix de changements assez radicaux. Le nouveau maire de Bordeaux s'est déjà planté sur le BHNS, la journée "Bordeaux ville morte", il a fait quelques approximations. Ce que je peux reprocher à la majorité, c'est de ne pas avoir anticipé la flambée des prix et les problèmes de logement. L'opposition propose depuis longtemps des outils pour maîtriser le foncier mais pour des raisons internes, Alain Juppé a refusé et on n'a pas vraiment avancé, ce que l'on paye aujourd'hui très cher. Le maire a été longtemps frileux sur les logements sociaux, aujourd'hui ça nous rattrape". 

Au travers des différentes entrées de l'ouvrage, qui n'hésite pas à comparer la métropole avec d'autres grandes villes de France ou d'ailleurs (Taïwann, par exemple), intitulé "783 001 : Bordeaux, la métropole" (en raison de son nombre d'habitants), Vincent Feltesse se prête volontiers des envies de "rupture". "Rien ne serait plus terrible qu'une sorte de continuité affadie", écrit l'élu qui a pris ses distancs avec le parti socialiste, préférant plutôt une "utopie réalisable". Il propose également un "moratoire avec effet immédiat sur toutes les grandes opérations de la rive droite et de Bordeaux-Nord pour permettre à minima aux infrastructures de se mettre en place. Peut-être le gel de toutes ces opérations". Parmi les autres propositions fortes, on comptera notamment un pacte "eau/nature/énergie" pour aider la métropole bordelaise dans ses ambitions zéro carbone, développer la voie ferrée de ceinture, réfléchir à un péage urbain et même supprimer les voitures "entre Garonne et Tourny/Gambetta et Victor Hugo et Arnozan". "L'idée serait d'étendre la zone piétonne au centre de Bordeaux sur l'équivalent du périmètre de l'opération "dimanche sans voiture" et d'enclencher la suppression progressive du stationnement de surface, pas pour supprimer complètement l'automobile mais plutôt améliorer l'utilisation de l'espace public, ce stationnement représentant un tiers des rues. Cela nécessitera évidemment de nouvelles infrastructures", précise d'ailleurs Vincent Feltesse, qui prône un "grand-débat" et un référendum local sur trois sujets centraux : la gratuité des transports publics, le développement de l'aéroport et la possibilité d'un métro. Un début de programme ? Certainement, d'autant que, tout comme la conclusion de BM 2050, l'élu d'opposition ouvre des pistes plus qu'il n'en ferme. 

Le dernier point commun entre les deux initiatives, on l'a relevé dans les propos combinés de Vincent Feltesse et de Patrick Bobet : et si la métropole élisait ses membres plutôt que de placer les maires des communes qui y sont affiliées ? "Si on veut continuer à bien vivre, ce n'est pas en continuant les recettes d'avant. Je trouve incroyable que les maires soient ambassadeurs de leur propre ville au sein de la métropole et que les habitants ne puissent pas choisir les représentants de cette collectivité qui gère tout de même un budget de plus d'un milliard et demie d'euros", dénonce le premier. "Pour un suffrage direct, je pense qu'il est trop tôt. Nous ne sommes pas prêts, mais on y viendra. Le fait que ce soit des maires qui siègent à la métropole est parfois un pousse-au-crime et à la dépense, nous avançons donc petit à petit dans cette direction", contredit le second sans fermer la porte. Le maire de Bordeaux, lui, tranche quelque part entre les deux : "nous ne sommes pas un guichet, nous ne faisons pas de troc entre nous. C'est la volonté collective qui prime". Le mot de la fin sera pour Jean de la Fontaine, cité au sein du livre de BM 2050 : "Ne faut-il que délibérer, la cour en conseillers foisonne. Est-il besoin d'exécuter, l'on ne rencontre plus personne".

"BM2050 commence aujourd'hui" (gratuit, édité par Bordeaux Métropole)

"783 001* : Bordeaux, la métropole" 15 euros, éditions confluences)

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
1480
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Métropole
Métropole
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires