18/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Dans la 6 e circo, LREM prononce l’exclusion de Philippe Jouvet, candidat contre Vincent Bru, le sortant LREM. Philippe Jouvet était jusqu'ici le suppléant de Florence Lasserre dans la 5e circonscription.

18/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Dans la 4e, l'écolo Julien Brunel se retire au profit d'Inaki Echaniz PS-Nupes. "Notre responsabilité politique nous oblige au retrait. Mais notre responsabilité morale nous interdit de soutenir le candidat PS," tweete J. Brunel

13/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES - Dans la 3ème circonscription, David Habib député socialiste sortant critique sur la NUPES, est candidat à sa succession en son nom propre face à un candidat LFI /NUPES. Alain Rousset vient de lui apporter son soutien.

12/05/22 : GIRONDE. Dans la 2e circonscription, Cyril Mouquet , candidat Nouvelle Donne se désiste au profit du candidat investi par la Nupes, l'écologiste Nicolas Thierry, au nom de "l'intérêt général premier avant tout" tweete Cyril Mouquet.

11/05/22 : GIRONDE. La sortante Christelle Dubos (LREM), 46 ans, lâche la 12e circonscription. Elue en 2017, secrétaire d'Etat de 2018 à 2020, elle a créé le service public du versement des pensions alimentaires. Son suppléant, Pascal Lavergne devient candidat.

11/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Le Hendayais Tom Dubois-Robin, 29 ans, portera les couleurs de la NUPES dans la 6e circonscription. Ex gilet jaune, il a aussi interpellé, en tant que riverain, les pouvoirs publics sur le sort des migrants à la frontière basque.

10/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Dans la 6e circonscription, le sortant Vincent Bru, majorité présidentielle, se représente. L'ex-maire de Cambo et ex-conseiller départemental est concurrencé par l'adjoint au commerce de Biarritz, Fabrice-Sebastien Bach (LR).

10/05/22 : GIRONDE. Dans la 2e circonscription de Bordeaux, le leader EELV au conseil régional, Nicolas Thierry annonce sa candidature au poste de député face à Catherine Fabre (LREM), élue en 2017 après avoir battu Michèle Delaunay (PS) et Pierre Hurmic(EELV).

10/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Colette Capdevielle, députée PS de 2012 à 2017, ne se présente pas dans la 5e circonscription, réservée à LFI par l'accord politique NUPES. "Nous entendons le message qui demande à la gauche de se réunir" indique la section du PS.

05/05/22 : LIMOUSIN. Après l’accord entre LFI, PC, EELV et PS, un seul candidat PS pourra se présenter dans l’ancienne région, sur la 2ème circonscription de la Haute-Vienne détenue par le député LREM Pierre Venteau. Six socialistes avaient été élus en 2012.

05/05/22 : HAUTE-VIENNE. Sur la 2ème circonscription, le député LREM Pierre Venteau, qui avait remplacé Jean-Baptiste Djebbari en novembre 2019 nommé secrétaire d'État aux transports, annonce qu’il ne sollicitera pas l’investiture aux élections législatives.

27/04/22 : DORDOGNE- L'épizootie aviaire se poursuit: au 26 avril, 52 foyers sont confirmés, soit 7 foyers de plus en 3 jours. 2 suspicions de foyers sont encore en cours d'analyse. Le dépeuplement préventif des élevages frôle les 500 000 volailles abattues.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 18/05/22 | 36 Ukrainiens accueillis à Bayonne

    Lire

    Mardi 17 mai, un bus de 36 déplacés d’Ukraine est arrivé à Bayonne, en provenance de Paris. Logés au lycée Louis de Foix, à Bayonne, ils s’ajoutent aux 782 déplacés d’Ukraine déjà en Pyrénées-Atlantiques, dont 288 enfants. Ils bénéficient d'une autorisation de séjour, d'une complémentaire santé et possibilité de travailler et de demander l’allocation pour demandeurs d’asile. Les enfants sont accueillis dans les établissements publics et privés et tous bénéficient d’un accompagnement social par l’association Atherbea.

  • 18/05/22 | La Maison Barthouil agrandit son espace de visite

    Lire

    A Peyrehorade dans les Landes, la Maison Barthouil est spécialisée dans la production artisanale de saumons fumés et de foie gras. Labellisée « Entreprise Patrimoine Vivant » en 2021, elle souhaite agrandir et rénover son espace de visite. Grâce au rachat de la parcelle attenante aux ateliers de production, l'espace de visite pourra accueillir à la fin de l'été trois fois plus de visiteurs. Le futur espace de visite vise la labellisation « Tourisme et Handicap ».

  • 18/05/22 | 32 actions pour le Parc Naturel Régional Millevaches

    Lire

    Le Parc Naturel Régional Millevaches en Limousin propose pour cette année 2022, 32 actions portant sur l'amélioration des connaissances naturalistes et de la biodiversité du territoire, la valorisation et la diffusion de la culture occitane. Elle souhaite également développer une agriculture et une alimentation durable. Ce programme d'actions 2022 s'accompagnera aussi de missions d'animation ainsi qu'une promotion du tourisme durable.

  • 18/05/22 | Influenza aviaire : un 2nd foyer en Charente

    Lire

    Un 2nd foyer d'influenza aviaire vient d'être révélé dans un élevage de canards de Laprade en Charente. Une zone de protection de 3km autour du foyer ainsi qu'une zone de surveillance de 10km ont été mises en place tout comme la désinfection de l'exploitation. Afin de prévenir une éventuelle diffusion du virus, l'exploitation a été dépeuplée.

  • 17/05/22 | Pays Basque : un projet structurant pour la filière ovin viande

    Lire

    La coopérative Amatik dans le Pays Basque, rassemble 75 éleveurs ovins races laitières et en race viande. Afin de mutualiser et sécuriser les circuits logistiques amont et aval des animaux, elle va créer un centre de rassemblement et d'engraissement sur un même site. Objectif: plus d'attractivité pour la filière viande par le retour de la valeur ajoutée aux éleveurs, le développement de l’approvisionnement des boucheries traditionnelles locales ainsi que la valorisation de la production des agneaux de lait sous label rouge fermier. Un projet soutenu par le Conseil régional à hauteur de 116 706 €

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Métropole | Fêtes de fin d'année : KBM veille à la sécurité de ses voyageurs

20/12/2021 | Entre une affluence augmentée et une menace sanitaire qui ne cesse de s'accroître, le réseau TBM et son gestionnaire Kéolis Bordeaux Métropole s'adaptent, et les dispositifs de sécurité aussi.

Présence des agents KBM dans une rale de tram

Achat des cadeaux ou de sa tenue de fête, marchés de Noël, illuminations... La fréquentation des transports en commun de la métropole bordelaise va croissante en cette période de fin d'année. Pour y faire face, et faciliter la vie des bordelais et de leurs voisins métropolitains, Kéolis Bordeaux Métropole a notamment renforcé les fréquentations de certaines lignes de tram et de bus. Mais en ces périodes d'affluence, la sûreté et le sentiment de sécurité à bord des transports sont aussi, plus que jamais, un indispensable, y compris du point de vue sanitaire. Isabelle Bellue, responsable de la sûreté et de la lutte contre la fraude à KBM, œuvre avec ses équipes, à ce que rien ni personne ne vienne troubler la sérénité des voyageurs en cette fin d'année. Elle nous dit comment.

« Mettre en place des dispositifs et des moyens humains pour lutter contre les actes de malveillance volontaires sur l'ensemble du réseau de transport à savoir les incivilités et la délinquance au sens large, qu'elle soit à l'encontre des individus ou des infrastructures », voilà la grande et délicate mission des équipes d'Isabelle Bellue au sein de Kéolis Bordeaux Métropole. En tout temps et en tout lieu sur le réseau TBM.

Pour ce faire, il y a d'abord le panel des outils « classiques » à sa disposition : la vidéoprotection, des boutons d'alarme dans les trams, la diffusion de messages sonores et visuels dans les véhicules et en station, un poste de commandement sûreté, mais aussi bien sûr des ressources humaines : agents de sûreté internes à Kéolis, contrôleurs de titres de transport, ainsi que le recours à des agents de sécurité externes.


Partenariats entre KBM et forces de l'ordre, de la prévention à la répression
Autres outils précieux de la sûreté sur les lignes et aux abords, le développement de partenariats avec les polices municipales des communes de la Métropole, la gendarmerie, et la police nationale. « Chacun agissant bien sûr dans le champ de ses compétences et dans les limites de ses prérogatives », insiste la responsable. « A eux les contrôles d'identités et mesures coercitives. A nous, opérateur, notre pouvoir de persuasion par la discussion mais qui peut aller jusqu'à la verbalisation en cas de fraude et d'incivilités telles que la consommation d'alcool ou de cigarettes à bord, ou par exemple encore, la dégradation de matériel », illustre-t-elle.

Objectif de ces conventions de partenariat entre Kéolis Bordeaux Métropole et la force publique, « lutter ensemble contre toutes les formes de délinquance et d'incivilité dans les transports en commun ». Comment ? En mettant en œuvre des actions pour rassurer et sensibiliser les voyeurs et les salariés de KBM (conducteurs notamment), ainsi que l'établissement de « contacts privilégiés » afin de faciliter les échanges pour plus de réactivité réciproque en cas de problème. Enfin, ces partenariats donnent aussi l'occasion de coordonner des opérations conjointes stationnaires ou à bord des véhicules. « Elles peuvent viser tant les contrôles de titres de transport que les opérations de lutte contre les incivilités ou bien encore s'organiser autour d'opérations de prévention », détaille la responsable.

Des opérations de prévention communes sur le réseau mais aussi dans les établissements d'enseignement de la métropole, des écoles aux universités. « Dans ce cadre, et en coopération avec l'Education Nationale aussi, on sensibilise 8000 à 9000 élèves par an », détaille Isabelle Bellue. Sécurité, règlement d'usage dans les transports, mais aussi prévention de l'alcoolisation excessive peuvent faire partie des thématiques d'intervention en fonction de l'âge du public ciblé.


"Plus on approche du Nouvel an, plus on augmente les dispositifs"
Au total, une présence large et quotidienne d'agents sur le réseau, complétée par une vingtaine de médiateurs du Pimms de Cenon, toujours ouverts à l'échange, aux conseils et surtout l'apaisement des conflits. Un dispositif large mais habituel, qui est renforcé en période de fêtes par des agents de sécurité externes. « Et plus on s'approche de Noël, et surtout du nouvel an, plus on augmente les dispositifs. Car le soir du 31 décembre on a vraiment tous les ans un dispositif très renforcé », précise Isabelle Bellue, qui préfère par souci de discrétion et d'efficacité ne pas dévoiler le nombre d'agents qui seront sur le terrain que ce soit à pied, ou à bord de patrouille en voiture ou en moto.

Car s'il peut y avoir des inconvénients et autres gênes dans les rames ou bus, du fait de la présence de personnes un peu trop alcoolisées, les craintes, le soir du Réveillon, sont surtout liées à des comportements exogènes : « jets de projectiles, feux de poubelles, tirs de mortier... des éléments qui peuvent créer un sentiment d'insécurité et qui ont un caractère anxiogène. Face à ça, nous avons nos véhicules en patrouille, il y a aussi la présence de la police et nous avons aussi la possibilité de mettre en œuvre des plans de déviation », explique la responsable.

Ces plans de sûreté visent à éviter certains quartiers si la sécurité n'y est plus assurée. « En tant que service public notre cœur de métier, c'est de faire circuler des bus et des trams partout. Nous n'avons pas de zone de non droit. Mais notre limite, c'est de faire circuler les bus et les trams partout, en toute sécurité pour les voyageurs et pour notre personnel », nuance-t-elle.


"Nous agissons pour faire respecter les consignes sanitaires "
Autre outil, « très utilisé » durant en cette période de fêtes de fin d'année : les annonces sonores et visuelles, elles aussi renforcées, dans les bus, les trams et en station. « C'est pour nous l'occasion de faire passer des messages de rappel, de vigilance divers et variés à l'attention des voyageurs : colis abandonnés, présence de picks pockets ou encore les règles civiles et sanitaires de base telles en ce moment, le port du masque obligatoire, « sur la bouche et sur le nez » », cite Isabelle Bellue .

D'ailleurs, reconnaît-elle volontiers, « la quasi totalité des voyageurs portent des masques, mais malheureusement il y a quelques irréductibles qui s'y refusent par provocation, conviction ou bêtise. C'est ceux-là qui font souvent déraper des rappels de la part de nos agents leur demandant de porter le masque ». Car en la matière, le principe pour les agents Kéolis, est d'abord d'agir en prévention insiste-telle. « Pour être claire, on rappelle les règles et on demande de mettre un masque. Nos équipes ont des masques sur eux, pour en donner si besoin. Ce n'est que face à un refus qu'on verbalise », souligne celle qui reçoit régulièrement des interpellations sur le sujet. « Pourtant nous agissons autant que possible pour faire respecter les consignes sanitaires, et inciter les gens à porter le masque », plaide-t-elle, rappelant au passage la présence de gel hydroalcoolique dans les véhicules.

Soucieuse de démontrer l'implication de Kéolis Bordeaux Métropole sur la question des règles sanitaires, elle pointe que pour les fêtes de fin d'année, une dizaine d'opérations conjointes avec les forces de l'ordre est programmée sur des arrêts ou en embarqué, aux abords des centres commerciaux. « Il s'agit pour nous d'être visibles des gens qui empruntent les transports en commun pour faire leur courses. Sur la prévention sanitaire aussi on a des renforts d'agents de sécurité privé. Être visible c'est d'ailleurs globalement une manière aussi de renforcer le sentiment de sécurité pour les voyageurs et les conducteurs ».

KBM rejoint Angela contre le harcèlement sexuel et sexiste

Une manière de prévention qui dépasse même la sûreté au sein même du réseau. « Nos agents, s'ils ont sans doute une image un peu répressive, sont aussi un élément de lien social et de solidarité important. Et notamment à l'égard de personnes en difficulté qui souvent les interpellent. Dans ce cadre, Kéolis a passé un certain nombre de partenariats plus ou moins formels avec des associations vers lesquelles nous pouvons réorienter ces personnes ». Parmi elles, il y a l'association La porte ouverte qui accueille les gens « mal dans leur peau et qui ont un besoin de se livrer et de parler » ; des associations pour la prise en charge de personnes sans abri qui pourraient par exemple avoir besoin de soins ou encore l'accueil au sein du bus Hangover Café, des jeunes fêtads, un peu trop alcoolisés, les soirs de fin de semaine.

Autre dispositif qui devrait se lancer en début d'année, « dans la suite logique de l'implication forte de KBM dans la lutte contre le harcèlement sexuel et sexiste » : l'opérateur va rejoindre le réseau Angela qui compte déjà quelques structures adhérentes sur Bordeaux. L'objectif ici est de pouvoir faire des véhicules du réseau (tram et bus), des lieux d'accueil et de refuge de personnes victimes, soit en se signalant en difficulté auprès du conducteur, soit par le bouton d'alerte « qui sera rendu plus visible » dans les trams, promet Isabelle Bellue. L'objectif est de permettre la mise en sécurité de la victime et de prévenir les forces de l'ordre face à ces attaques. L'expérimentation devrait débuter sur 10 rames, fin janvier pour une durée d'environ 3 mois, avant une pérennisation espérée sur l'ensemble du réseau. C'est bien l'ambition en tout cas de l'opérateur et d'Isabelle Bellue.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : ©Nicolas Gornas

Partager sur Facebook
Vu par vous
9211
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Métropole
Métropole
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

Présentation du programme de la Foire 2022 avec Frédéric Espugne-Darses. Métropole | 10/05/2022

Foire Internationale de Bordeaux : des retrouvailles « festives et conviviales »

Le moulin de Noès, à Pessac. Métropole | 28/04/2022

Moulin de Noès : Coup de projecteur sur un témoin de l’histoire

colibris Métropole | 28/04/2022

Résilience alimentaire : quels voies et moyens à Bordeaux ?

Corentin et Lucie, de l'entreprise ReSanté-Vous, font une démonstration de l'équipement. Métropole | 14/04/2022

Dans un tram bordelais, les voyageurs testent des simulateurs de vieillesse

Harmonie Lecerf, adjointe au maire de Bordeaux en charge de l’accès aux droits et des solidarités, vice-présidente du CCAS, devant l'entrée de la Halte de jour Métropole | 06/04/2022

A Bordeaux, une halte de jour ouvre ses portes aux sans-abris et personnes à la rue

image d'illustration - cantine Métropole | 01/04/2022

La mairie de Bordeaux revoit ses calculs pour une tarification solidaire « plus équitable »

Laurent Guillemin, Claudine Bichet, Pierre Hurmic, Delphine Jamet et Céline Papin au point presse précédant le conseil municipal. Métropole | 31/03/2022

La Ville de Bordeaux vise le cap des 25% d’autonomie énergétique d'ici 2026

Jean-François Egron, maire de Cenon Métropole | 28/03/2022

Piscine, quartiers, jeunesse, citoyenneté : Cenon vit au rythme des projets

charpente pont S. Veil une Métropole | 09/03/2022

Bordeaux : La pose de la charpente du pont Simone-Veil démarre

RC lissandre une Métropole | 04/03/2022

Lormont : Dernières rencontres citoyennes placées sous le signe du renouveau pour Lissandre

bassins à flots une Métropole | 02/03/2022

Bordeaux : un nouveau foyer de jeunes travailleurs aux Bassins à flot

demandez angela une Métropole | 18/02/2022

Bordeaux : « Demandez Angela », un dispositif pour lutter contre le harcèlement dans les transports

RC génicart une Métropole | 14/02/2022

Lormont : Génicart Centre, Montaigne et Herriot, une rencontre citoyenne placée sous le signe des grands travaux de la ville

alpilles-vincennes une Métropole | 04/02/2022

Lormont : Rencontres citoyennes à Alpilles-Vincennes et Bois fleuri, "quartiers en devenir"

RC la ramade St Hilaire une Métropole | 31/01/2022

Lormont : une rencontre citoyenne marquée par les événements du 31 décembre