Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

29/05/20 : Municipales : A Melle (79), la liste menée par Sarah Klingler ayant obtenu la majorité absolue (28 voix) au premier tour, le conseil a été installé hier, avec 9 postes d'adjoints créés, avec Jérôme Texier et Favienne Manguy comme 1er et 2e adjoints.

27/05/20 : Les 11 Clowns Stéthoscopes organisent une "déambulade festive" aux fenêtres des patients qu’ils ont l’habitude de côtoyer au CHU de Bordeaux à l'Hôpital des enfants afin de renouer le lien physique rompu par le confinement, le 29 mai dès 15h00.

26/05/20 : Le Conseil municipal de Libourne a réélu à sa tête Philippe Buisson. Laurence Rouède se voit confier la délégation de 1ere adjointe, déléguée à la coordination des activités municipales, aux ressources humaines, à l’urbanisme et au foncier.

25/05/20 : Le secrétaire d'État en charge du tourisme, Jean-Baptiste Lemoyne, a assuré que l'exécutif réfléchissait à un "élargissement significatif" de la limite de déplacement (100 km autour du domicile), qui pourrait entrer en vigueur la semaine prochaine.

25/05/20 : Les hospitaliers du CHU Pellegrin à Bordeaux sont en grève illimitée depuis le 22 mai sur préavis de SUD Santé. Un rassemblement de soutien est organisé le 26 mai devant l'hôpital.

22/05/20 : Dans le cadre de la célébration de la Journée Mondiale des Oiseaux Migrateurs, les 24 et 31 mai 2020 à Vitrezay, BioSphère Environnement propose 2 sorties de découverte des oiseaux des marais de Gironde, de 8h30 à 10h30. Réservations: 05 46 49 89 89.

19/05/20 : Allant dans le sens de la déclaration du Premier Ministre ce matin, le préfet des Pyrénées Atlantiques Eric Spitz déclare que les Bordelais et les Toulousains en zone verte pourraient venir en vacances en juillet et août dans les Pyrénées Atlantiques

18/05/20 : L’incertitude de l’évolution sanitaire, et l’impossibilité de mettre en œuvre les mesures barrières, entrainent l’annulation de l’opération de sensibilisation des jeunes à la nage, Objectif Nage, pour l’été 2020, annonce le Département de la Gironde.

15/05/20 : Initialement prévu le samedi 12 septembre prochain, la 36ème édition du marathon des Châteaux du Médoc est reportée au samedi 11 septembre 2021.

14/05/20 : L'activité partielle pour les entreprises du tourisme et de l'évènementiel sera maintenue jusqu'à fin 2020 et que l'accès au fonds de solidarité est prolongé jusqu'à fin septembre. En revanche, pas de baisse prévue pour la TVA.

12/05/20 : La Compagnie aérienne Chalair annonce la reprise progressive de ses vols entre Bordeaux, Brest et Montpellier. Au rythme de 2 vols hebdomadaires, rdv le 8 juin, pour la reprise des liaisons Bordeaux-Brest puis le 15 juin, pour Bordeaux-Montpellier

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 01/06/20 | Océan: I Clean My Sea joue collectif contre la pollution plastique

    Lire

    La pollution plastique de l'océan est la 2ème urgence environnementale après le réchauffement climatique. Partant du principe que les fleuves sont le vecteur le plus important de contribution à cette pollution, la société I Clean My Sea, basée à Bidart, propose avec le soutien du Conseil Régional, l'exploitation d'un navire spécialisé pour la collecte et le tri des déchets flottants sur l'estuaire de l'Adour. Afin d'optimiser le repérage des déchets flottants, elle propose l'exploitation d'une application mobile permettant à tous les usagers de la mer d'aider gratuitement les marins dans leurs efforts de collecte.

  • 01/06/20 | La Rochelle : une piétonnisation progressive du centre-ville

    Lire

    Afin d'assurer la réouverture des bars et des restaurants, la ville de La Rochelle a décidé d'étendre temporairement ses espaces piétons. Objectif : étendre, voire créer des terrasses pour que les restaurateurs puissent travailler dans le respect des normes Covid. "Nous n'augmentons pas la capacité d'accueil, nous la répartissons différemment", précise le maire Jean-François Fountaine. La piétonnisation va s'effectuer dès le 4 juin au niveau du marché, et être étendue à partir de mi-juin.

  • 31/05/20 | Covid 19 : les personnels de l'hôpital de Périgueux pourront recevoir la prime de 1500 €

    Lire

    Les personnels de l'hôpital de Périgueux, mobilisés pendant la crise sanitaire, pourront toucher la prime Covid de 1500€. Le député de Dordogne Philippe Chassaing, qui a appuyé la demande auprès du gouvernement, l'a annoncé ce samedi 30 mai dans un communiqué. Il précise que "le chef d'établissement pourra en effet décider du relèvement de la prime à 1500€ dans les services au sein desquels les agents ont été particulièrement impliqués, dans la limite de 40% des effectifs de l'hôpital."

  • 31/05/20 | Covid 19: dépistage dans 40 communes de Creuse

    Lire

    Existence préoccupante d'un Foyer de contamination du Covid 19 en Creuse où un cas, parmi les professionnels de santé à domicile, a été détecté le 24 mai à Guéret et deux autres depuis. L'Agence Régionale de santé et sa délégation départementale ont donc mis en œuvre des tests collectifs auprès de 59 particuliers et 40 professionnels . En outre une campagne de dépistage est entreprise dans 40 communes du département qui va concerner près d'un millier de personnes, notamment âgées bénéficiant de soins à domicile.

  • 31/05/20 | Arette (64): L'usine d'espadrille devenue tiers-lieu

    Lire

    Le tiers-lieu Pic Nic implanté à Arette (1 000 habitants) dans le Haut-Béarn, en vallée de Barétous au sud de Pau et d'Oloron-Sainte-Marie se développe. Impulsé en 2013 par l'achat par un couple d'architectes de l'ancienne usine d'espadrille du village, le lieu, espace de travail partagé et est devenu un outil commun à une dizaine de professionnels indépendants et télétravailleurs salariés. Afin de développer le tiers-lieu, tout en permettant l'émergence de projets communs, il a pris le statut de Société Coopérative d'Intérêt Collectif, que la commune souhaite intégrer. La création d'extensions est aussi envisageé.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Métropole | Girondins de Bordeaux : la métropole donne son feu vert pour le rachat

12/10/2018 | Moment décisif ce vendredi pour le club des Girondins de Bordeaux : les élus métropolitains se sont prononcés à main levée sur son rachat par un fonds américain.

Girondins de Bordeaux

Ce vendredi 12 octobre signait peut-être la fin du feuilleton de la vente du club de football des Girondins de Bordeaux. Interrogé ce jeudi par les élus de la métropole, le dirigeant du fonds d'investissement américain GACP, Joseph Da Grosa, a eu à charge de lever leurs doutes sur les ambitions de la société aux multiples filiales, King Street, censée mettre la main au portefeuille dans le rachat du club. Le vote à main levée de ce vendredi en conseil de métropole, au vu de la tentative claire des différents partis de rassurer, n'est donc apparue que comme une simple formalité, après avoir tout de même été repoussée en septembre. On analyse ce virage vers une "nouvelle ère" pour le club.

L'obsession fiscale

"Tout est réuni pour laisser cette opération se dérouler". Tels ont été les mots d'Alain Juppé ce vendredi 12 octobre à l'occasion d'une session extraordinaire du conseil de métropole censé voter à main levée le transfert des obligations du groupe M6 vers le futur nouvel actionnaire du club de football des Girondins de Bordeaux. Les résultats du vote de la délibération ont donc été, sans grande surprise, en majorité en faveur de son adoption (79 voix pour, 13 voix contre et 12 abstentions). Ce jeudi soir, les élus métropolitains ont longuement interrogé Joseph Da Grosa, représentant du fonds d'investissement américain GACP (General American Capital Partners), soutenu et crédité par deux autres fonds, King Street (fonds d'investissement spéculatif) et Fortress. Ce montage financier complexe avait un temps mobilisé une crainte de l'opposition, notamment de l'élu socialiste Matthieu Rouveyre, qui avait déposé en septembre sur son blog un billet dénonçant ce qu'il interprétait comme une tentative d'évasion fiscale au Luxembourg, l'entreprise censée acheter le club (La Dynamie SAS) étant elle-même filiale d'une holding (FC Bordeaux Holdings) domiciliée au Luxembourg. Pour l'élu, "acheter un club de foot français pour abriter une partie de ses activités dans un paradis fiscal ne démontre pas non plus un très grand respect pour le pays dans lequel il vient investir". Les ultramarines Bordeaux 87 avaient également fait part de leur vive inquiétude, notamment sur les réseaux sociaux, apparemment très motivés pour "ne pas laisser le club devenir le jouet de brigands internationaux".

Ils avaient d'ailleurs manifesté le 14 septembre dernier en affichant des banderoles autour de différents monuments de la ville sous le slogan "FCGB : un monument en danger". Un article de l'Equipe datant du 30 août avait ainsi souligné l'aspect "serial entrepreneur" de Joseph Da Grosa et fait parler un économiste qualifiant King Street de "fonds vautour" et souligné qu'il y avait "à coup sûr une notion de rentabilisation". France Football, plus récemment, avait même relevé quelques indiscrétions, montrant notamment le patron d'M6, Nicolas de Tavernost, n'excluant pas "un plan B" en cas de vote négatif. Il faut dire aussi que le terme "argent sale", lancé par les ultramarines, n'avait pas manqué de faire réagir Alain Juppé lors de sa conférence de rentrée en septembre, qui avait rappelé alors s'être "toujours abstenu de s'immiscer dans le fonctionnement du club. Ce qui m'importe, c'est que les garanties apportées par M6 au moment de la signature du partenariat public - privé (soit le loyer du stade Matmut) soient confirmées par GACP. Tout ça est absurde. Je ne comprends pas trop cette campagne, le terme "argent sale" est grave. Le club repart dans des conditions plus favorables car la dette de 60 M€ du club envers M6 sera effacée" avait-il souligné.

Lever les doutes

La réunion de ce jeudi entre Joseph Da Grosa et les élus métropolitains, qui s'est clôturée par un échange avec la presse, avait d'abord une volonté de rassurer. Non, l'activité de GACP au club des Girondins de Bordeaux "ne sera pas basée sur les ventes de joueurs, on ne compte pas sur ça pour dégager des bénéfices" a affirmé, particulièrement altruiste, Joseph Da Grosa. "Ce que nous souhaitons c'est améliorer les performances du club, mettre les meilleurs joueurs au meilleur endroit. Par contre, si nous avons des joueurs que l'on ne peut pas occuper, on les vendra". Oui, selon le maire de Bordeaux, il y a bien un projet sportif derrière la reprise, même si "ce n'est pas notre affaire. Nous n'avons pas à délibérer sur cette question mais le club des Girondins appartient à l'histoire, à la culture de Bordeaux et il est parfaitement légitime que nous nous intéressions à son avenir. La première des réponses apportées, c'est qu'en cas de difficultés, GACP a confirmé que les premières dettes payées le seraient à la métropole" (en l'occurence le paiement du loyer du Matmut Atlantique, qui représente 3,8 millions d'euros par an, 150 000 € de frais d'entretien de la pelouse jusqu'en 2045 et une redevance au prorata du chiffre d'affaires réalisé sur le stade). "J'ai enregistré la volonté de GACP de porter ce club à un haut niveau et de prendre les moyens d'atteindre cet objectif sportif. Nous avons senti chez Joseph Da Grosa une empathie pour Bordeaux et pour le club, il a eu l'honnêteté de nous dire qu'il n'était pas un spécialiste du football à la française mais qu'il était un amoureux du sport et qu'il s'engageait pour réussir".

Oui, la dette du club à M6 sera bien effacée, a confirmé Nicolas de Tavernost. "Nous ne partons pas parce que le club est en difficulté mais parce que nous avons des investissements à effectuer après ceux que nous avons fait dans le domaine de la radio. Aujourd'hui, le football n'est pas une priorité dans notre domaine d'activité. Est-ce que nous avons trouvé le bon repreneur ? Nous avons en tous les cas pris des garanties pour que la reprise se passe correctement. Nous n'avons pas trouvé de repreneur français, encore moins aquitain, mais des américains motivés avec lesquels nous avons travaillé de longs mois pour mettre au point un accord dans lequel il y avait un certain nombre de garanties. Nous effacerons les dettes que le club a vis-à-vis de M6 à l'occasion de la transaction et nous avons demandé des engagements, notamment dans l'exploitation du club, qui ont été repris dans les documents permettant la cession" a précisé ce dernier.

Pour Joseph Da Grosa, l'heure était aussi à la levée des doutes. "La DNCG a fait des commentaires sur le rapport, elle nous a interrogé sur notre plan financier. Nous avons fourni un plan financier très sûr et nous sommes très confortables avec celui-ci. Notre prêteur (Fortress, donc) viendra aussi abonder ce financement pour atteindre les 80 millions d'euros de budget dont nous avons besoin. Nous avons pris l'engagement de répondre aux demandes de la DNCG, nous la reverrons d'ici quelques mois et nous serons à cette occasion accompagnés de KingStreet". Pas de réponses en revanches pour savoir les modalités précises de l'abondement de Fortress. De son côté, l'élue socialiste et maire de Blanquefort, Véronique Ferreira et Présidente de la commission des finances de Bordeaux Métropole, a affirmé avoir obtenu "des réponses à 80% par rapport à mes inquiétudes, c'est déjà pas mal. Je pense qu'il y a une vraie volonté personnelle de la part de Joseph Da Grosa, ce qui est très positif. Il y a eu des réponses sur les aspects financiers, la place de Fortress, la manière dont ça se passera s'il y a un problème de remboursement de dettes et le fait que le paiement du stade venait en tête du paiement des créances. Cela dit, j'aurais bien aimé voir KingStreet. L'engagement juridique est pris par Joseph Da Grosa mais financièrement, ce sont eux les propriétaires du club. Lui a le mandat pour travailler et pour tenir la lettre d'intention avec l'assise importante de GACP". L'élue a cependant précisé qu'elle ne s'opposerait pas au vote de ce vendredi.

Premières pistes

Tout a donc l'air en ordre et une grande partie des soupçons levés, y compris sur la gouvernance du club. "On veut mettre en place la bonne équipe de direction et diriger le club à ce niveau. Nous avons déjà quelques idées. Le centre de formation sera l'un des points clé parce qu'il représente des opportunités importantes pour la santé du club et nous souhaitons y investir des ressources pour améliorer encore son potentiel", a souligné Joseph Da Grosa, qui a également précisé avoir déjà auditionné plusieurs candidats pour remplacer l'ancien président Stéphane Martin, et que le futur désigné serait "un professionnel ou une personnalité à l'aise dans le monde du football français et européen". Le vote de la reprise, un temps repoussé, avait aussi fait surgir une crainte concernant une éventuelle réduction de charges de dix millions d'euros lors de la première année de reprise. Selon Alain Juppé, cette dernière n'est plus à l'ordre du jour. "J'ai été totalement rassuré sur ce point puisque la DNCG a fait parvenir au club une note rectificative. La DNCG a confirmé que l'écart de dix millions d'euros par rapport à la présentation budgétaire initiale provenait d'un reclassement des dotations aux amortissements et qu'il n'y avait pas d'économies de charges prévues par le repreneur au titre de la saison 2018-2019 par rapport au budget initial du club". GACP, qui s'est engagé sur une durée minimum de cinq ans, a dévoilé des pistes (évasives et sans précisions sur certaines inquiétudes évoquées par le socialiste Vincent Feltesse, notamment concernant la rentabilité de 15 à 20% visée par King Street et les éventuels nouveaux aménagements/hausse du prix des places que cette question pourrait engendrer) sur leur souhait de "développer des synergies entre la "marque Bordeaux" et le club. "Nous souhaitons développer des opportunités et exporter l'image de Bordeaux. Nous avons des perspectives de partenariats vers les Etats-Unis ou la Chine notamment, et GACP vient de faire un investissement très important récemment dans une convention d'affaires du monde du football à Miami". 

Il faut dire que la proposition de GACP est bien la seule en lice. "Si nous bloquons l'opération, allons nous trouver un autre repreneur ? Nous n'avons pas le droit de conduire ce club au déclin, non plus celui d'imposer à M6 de rester s'il ne le souhaite pas", a rajouté le maire de Bordeaux, précisant que la DNCG continuerait ses contrôles après la cession du club. Et même si GACP n'a pas manifesté le souhait de racheter le stade Matmut Atlantique, développer une stratégie pour y attirer du monde pourrait sérieusement jouer sur l'affluence de ses visiteurs. En effet, malgré un bilan positif de la Cour des Comptes concernant l'impact du grand stade sur les financements de Bordeaux Métropole en 2017, Vinci et Fayat (actionnaires de la société SBA, constructeur et exploitant du bâtiment pour trente ans dans un partenariat public privé) affichent un déficit de 10,3 millions d'euros sur les exercices 2015, 2016 et 2017, soit des dettes trois fois supérieures aux prévisions de départ. L'affluence au stade est apparemment loin d'être au beau fixe, avec notamment une moyenne de 23 000 spectateurs pour les 23 rencontres des Girondins en 2017 sur une capacité totale de 42 000 places. Et l'avenir n'est pas non plus très encourageant : le président de l'UBB, Laurent Marti, n'a resigné que pour un seul match. L'entrée de GACP est donc, en sous-main, plutôt bienvenue, y compris pour la très discrète société Stade Bordeaux Atlantique. Les Girondins, eux, doivent toujours affronter Montpellier le 21 octobre prochain. Le patron d'M6 a affirmé que la vente serait définitivement actée "avant la fin du mois".

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
4068
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Métropole
Métropole
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 4 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires