Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

15/08/18 : Charente: 6 communes viennent d'être reconnues en état de catastrophe naturelle, suite à des mouvements de terrains liés à la sécheresse, survenue entre janvier et juin 2017. Il s'agit de Balzac, Chalais, La Couronne, Fouquebrune, Linars et Nabinaud.

06/08/18 : Dominique Laurent, sous préfète de Bergerac depuis quatre ans, vient d'être nommée à ce même poste à Guingamp (22). Stéphanie Monteuil, sous préfète de Saint-Jean-d'Angely (17) lui succède et prendra ses fonctions le 27 août.

06/08/18 : Jean-Philippe Dargent vient d'être nommé sous-préêfet de Lesparre-Médoc en remplacement de Claude Gobin. Il est actuellement directeur à la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques.

04/08/18 : Le meeting aérien de Belvès(24), le 15 août, est maintenu. L’Aéroclub Belvès Périgord a pris la décision de ne pas annuler la manifestation, suite au décès de son président. Lundi Alain Valleron a trouvé la mort dans le crash du Cessna qu’il pilotait.

03/08/18 : Jean-Philippe DARGENT nommé le 31 juillet sous-préfet de Lesparre-Médoc prendra ses fonctions le 3 septembre. Il était directeur de la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques (64)

03/08/18 : Renforcement des mesures de limitation de prélèvements d’eau dans le 47 sur les cours d’eau non réalimentés. Ces restrictions impactent environ 2% de la surface agricole irriguée, 95% des surfaces irriguées bénéficiant de ressources en eau sécurisées

- Publicité -
S’abonner ici !
  • 19/08/18 | La mobilité durable s'expose à Irun

    Lire

    Le Parc d’Expositions Ficoba à Irun, au Cœur de l’Eurorégion Euskadi-Navarre-Aquitaine, accueillera les 27 et 28 novembre le salon Go Mobility, la 1ère exposition industrielle du Sud de l’Europe sur la mobilité durable. Point de rencontre des professionnels, des territoires et des entreprises consacrées au secteur de la mobilité durable et au stockage d’énergie, il vise à encourager les échanges à forte valeur ajoutée et favoriser les projets innovants et la transformation industrielle du territoire. Au menu : une zone d’exposition, des conférences et tables rondes et une zone de test.l*

  • 18/08/18 | Jürgen Essel en concert à La Réole

    Lire

    Privilège pour La Réole qui accueille le 26 août à 16h l'organiste allemand de renommée internationale Jürgen Essel en résidence dans le Réolais. Accueilli par les Amis de l’Orgue de La Réole l'organiste donnera un concert exceptionnel. Jürgen Essel est organiste, compositeur et enseignant à la prestigieuse école de Stuttgart. Interprète et improvisateur son répertoire s’étend de la musique ancienne jusqu’à la création de musique contemporaine. A son actif vingt enregistrements sur CD et des productions conjointes avec de grandes chaînes de radio (Entrée:libre participation) www.orgueslareole.com

  • 18/08/18 | Charente-Maritime : 7 communes reconnues en état de catastrophe naturelle

    Lire

    Suite aux fortes pluies du premier semestre 2018, l'Etat a reconnu 7 communes sinistrées en état de catastrophe naturelle - pour inondations et coulées de boues - publié au Journal Officiel du 15 août 2018 : Fléac-sur-Seugne, Pons, Bazauges, Chaillevette, Champagne, Léoville, Saint-Seurin-de-Palenne. Les sinistrés disposent d’un délai de 10 jours, à compter du 15 août 2018, date de publication de l’arrêté, pour déposer un état estimatif de leurs pertes auprès de leur compagnie d’assurance.

  • 16/08/18 | Charente : le festival de Confolens fête ses 60 ans

    Lire

    Le festival de danses folkloriques du monde de Confolens attire chaque année 100 000 visiteurs. Débutée le 13 aout, cette 60e édition se déroule jusqu'au 19 inclus, avec de nombreux spectacles costumés mais aussi des ateliers de danse ouvert au public. Parmi les pays les plus représentés cette année : la République Dominicaine, le Brésil, le Pérou, la Bolivie, la Moldavie et le Botswana. Onze groupes de nationalités différentes se produiront le dimanche soir pour la soirée de clôture.

  • 15/08/18 | Corrèze: l'agriculture au rdv du numérique

    Lire

    Le 25 août, lors de la 50e édition du Festival de l'élevage de Brive, la Chambre d'agriculture de la Corrèze lance un vaste plan de développement des usages numériques agricoles: AgriNumérik 19. Son objectif: mettre à disposition de tous les agriculteurs volontaires du territoire un smartphone avec des applications et services associés. Une initiative d'ampleur unique en France, sous le regard bienveillant d'Hervé Pillaud, membre du Conseil national du numérique et VP de la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire, invité de ce lancement.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Métropole | Gwénaël Lamarque lance la fête de l’Europe à la MEBA

04/05/2018 | La fête de l'Europe, organisée par la MEBA, aura lieu du 5 au 25 mai à Bordeaux. Conférences, village européen et musique sont au programme.

Gwenael Lamarque et ses ambassadeurs à la MEBA

Directeur de la Maison de l’Europe de Bordeaux depuis 2013, Gwénaël Lamarque est ingénieur des universités de formation, et docteur en histoire contemporaine. À 40 ans, celui qui est aussi adjoint au maire de la ville du Bouscat (33) nous a présenté la fête de l’Europe à Bordeaux, qui aura lieu du 5 au 25 mai. Un village européen, où le public pourra découvrir des spécialités culinaires des 28 pays membres, ainsi que des conférences, notamment sur la question migratoire, le 16 mai, seront organisés. Le 25 mai, la remise des prix européens, récompensant des initiatives originales pour l’Europe, clôturera ce mois de l’Europe.

@qui : Dès l’entrée de la Maison de l’Europe de Bordeaux Aquitaine (MEBA), située place Jean Jaurès à Bordeaux, le slogan de l’Europe « Unis dans la diversité » accapare le regard, écrit en gros caractères orange sur le mur blanc. La MEBA est une institution rattachée à l’Union européenne, pourriez-vous nous expliquer sa mission ?

Gwénaël Lamarque : Il s’agit d’une petite institution servant de hub européen, un incubateur de projets à l’échelle locale, qui permet de mettre en connexion les Bordelais avec l’Union Européenne. Nous y animons régulièrement des conférences, libres d’entrée et gratuites, avec des sujets très hétéroclites, allant des minorités sexuelles en Europe, au TAFTA, en passant par l’Europe sociale.

La MEBA existe depuis 2009. Elle prodiguait des cours de langue à l’origine, puis sa dynamique s’est peu à peu essoufflée. En 2015, elle a été relancée en tant que structure pilote en France, pour le grand projet d’éducation non-formelle de l’Europe, dépendant du ministère de la jeunesse et des sports, contrairement à l’éducation formelle, qui dépend du ministère de l’éducation. Avec le concours d’un conseil d’administration, la présidente de la MEBA, Yana Langlois, détermine les lignes directives de l’institution d’une année sur l’autre. Trente volontaires travaillent avec nous tous les ans : 50 % sont des Français en service civique, et 50 %, des Européens, en service de volontariat européen (SVE).

@qui : Ce mercredi matin, nous avons rencontré plusieurs volontaires dans les bureaux de la MEBA : Guillaume, Français de 25 ans, en service civique après un master en droit européen, intervient dans les écoles et participe à l’écriture d’un livre sur l’UE, mais aussi Magda, Géorgienne de 25 ans, en service volontaire européen (SVE), qui rêve que son pays entre dans l’UE, et Lucia, Slovaque de 28 ans, ancienne SVE aujourd’hui salariée de la MEBA. Unis dans la diversité, donc, quelle est la mission de ces ambassadeurs ?

G L - Ces jeunes forment des petites équipes pour aller à la rencontre des écoles, de septembre à juin, pour parler de l’Europe, en animant des ateliers, de cuisine notamment, ou en engageant simplement des discussions, où les Européens racontent comment ils vivent dans leur pays. Comme c’est informel, les sujets de discussion sont assez libres, le but étant de favoriser le vivre ensemble européen et de stimuler un sentiment d’appartenance.

@qui : La fête de l’Europe est célébrée depuis 1986 au mois de mai, en hommage à la déclaration Schuman du 9 mai 1950, à l’origine de la création de la Communauté Économique du Charbon et de l’Acier (CECA). Soixante-huit ans plus tard, quelle va être la ligne directive de cette édition 2018 ?

G L - La CECA, c’est le début du processus de paix en Europe. Le charbon et l’acier sont deux matériaux qui étaient utilisés pour faire la guerre ; leur mise en commun est le point de départ d’une mutualisation qui rend l’affrontement impossible entre ses différents membres. C’est cet esprit que nous célébrons et qui est porté par nos volontaires, qui participent vivement à la programmation de la fête de l’Europe. Ils sont à l’origine de l’exposition « L’Europe en un cliché », réunissant 27 photographies sélectionnés par eux, suite un appel à participation lancé dans toute la France : « quel cliché est représentatif de la France, selon vous ? », jouant sur le double sens du mot « cliché ». Le vernissage aura lieu mardi 9 mai, pour la journée de l’Europe, à la Maison de l’Europe. Très actifs sur les questions environnementales, ils ont aussi instauré la plantation d’un chêne au parc des Angéliques, lors d’un grand pique-nique à Bordeaux Bastide, le 18 mai, ainsi qu’une conférence sur l’alimentation durable, mercredi 23 mai.  

Pour cette édition 2018, la fête de l’Europe s’ouvrira sur l’inauguration du village européen, le samedi 5 mai, place Jean Jaurès, où tous les acteurs de l’Europe à l’échelle locale seront présents : les consulats, les associations… Avec une soirée consulaire, où le public pourra déguster quelques spécialités de chaque pays. Avis aux connaisseurs, le stand de petits gâteaux roumains sera de nouveau présent ! Le 9 mai, il y aura aussi une journée des enfants, avec des jeux et des animations sur la paix. Les amateurs de musique ne seront pas en reste, avec le concert du nouveau festival des lycéens au Rocher de Palmer à Cenon (33), le 17 mai, ainsi que la soirée « Europe Lounge », à la Base sous-marine, le 19 mai. Le mois de l’Europe s’achèvera par la remise des prix européens à l’Hôtel de ville, en présence d’Alain Juppé, valorisant un ou une bénévole, une collectivité, un collège, un lycée, et une association, entre autres, qui agissent en bien pour l’Europe.

 programme fête de l'europe

 

@qui : Conseil européen, directives, espace Schengen… Le « jargon européen » et ses institutions nous paraissent parfois nébuleux et compliqués à comprendre. Comment les ambassadeurs de la MEBA parviennent-ils à se les approprier pour les rendre plus compréhensibles ?

G L - Nous essayons de montrer aux gens que l’Europe, c’est très concret. Notre nouveau slogan est, d’ailleurs, « L’Europe près de chez vous ». Cette année, nous avons édité une brochure sur une famille fictive, les Martin, qui vivent à Bordeaux, pour montrer à quel point l’Europe change leur vie de tous les jours : cela va de l’étiquetage en supermarché, à la crèche cofinancée grâce à des fonds européens. Nos ambassadeurs jouent un rôle central dans cette mission : ils font entrer l’Europe, non seulement dans les classes, mais aussi dans les familles, par ricochet. L’enfant qui va échanger avec une Estonienne pendant une journée, par exemple, va le raconter à ses parents le soir. Tout cela contribue au vivre ensemble européen que nous souhaitons véhiculer, pour que les Français se sentent acteurs. Nous allons, à ce titre, participer à la mise en place des consultations citoyennes, voulues par le président de la République, qui auront lieu à la rentrée en Gironde, pour recueillir l’avis des citoyens sur l’Europe.

@qui : Avec la mise en place du Brexit, ou encore, l’assassinat douteux de la journaliste d’investigation Daphne Caruana Galizia, l’actualité européenne est très virulente, en ce moment. Comment la MEBA la traite-t-elle dans ses conférences ?

G L - Il faut savoir que la MEBA n’a pas pour mission de parler politique. Quand nous organisons des conférences sur des sujets européens, nous essayons d’ailleurs de faire intervenir des acteurs de tous les champs politiques. Pour des sujets chauds comme le Brexit, nous avons essayé de voir concrètement ce que cela changeait dans le quotidien des personnes concernées, en faisant intervenir un retraité anglais du Périgord, ou encore un jeune couple d’Anglais installé à Bordeaux. Nous suivons donc l’actualité européenne, mais surtout sur les sujets qui touchent le plus grand nombre. Par exemple, saviez-vous que le « roaming », soit le fait de pouvoir appeler et envoyer des messages sans surcoût en Europe, avait été mis en place grâce à l’UE en 2017 ?

Un enjeu majeur arrive en 2019 dans l’actualité européenne : les élections, qui auront lieu du 23 au 26 mai, et dont le mode de scrutin a changé. Les régions sont abolies, au profit d’une seule circonscription, la France. Tous les partis politiques vont présenter leur liste, qui seront élus à la proportionnelle intégrale : si 50 % des Français votent pour la droite, par exemple, 50 % des députés qui iront au Parlement européen seront de droite, avec un minimum de 5 % de vote pour pouvoir être représenté. Un scrutin complexe à comprendre, mais qui est pourtant primordial, étant donné que les Français votent au suffrage direct. Dans des questions d’actualité comme celle-là, la pédagogie reste un enjeu de taille pour la MEBA.

Alix Fourcade
Par Alix Fourcade

Crédit Photo : Alix Fourcade

Partager sur Facebook
Vu par vous
2848
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Métropole
Métropole
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires