Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/12/18 : Concours Agrinove : inscription jusqu’au 31 mars 2019. Son but : mettre en avant les innovations en amont de l’agriculture. A la clé notamment : 15 000€ pour le 1er prix. Infos : 05 53 97 71 53 / contact@agrinove-technopole.com.

18/12/18 : Rochefort (17) : en vue du "contexte économique morose", la ville de Rochefort a décidé de rendre ses emplacements de parking du centre-ville gratuits le temps de Noël, du 21 décembre au 1 janvier inclus, afin de favoriser l'accès aux commerces.

17/12/18 : En visite ce lundi en Dordogne, Jacqueline Gourault, ministre de la cohésion des territoires, a signé la convention ANRU à Coulounieix Chamiers avec les différents partenaires. L’État finance ce projet d’un coût total de 49 M€, à hauteur de 14 M€.

17/12/18 : Alain Juppé a annoncé ce lundi que la place des Quinconces, à Bordeaux, serait transformée en parking gratuit les 22, 23 et 24 décembre pour "faciliter l'accès aux commerces du centre-ville", touchés économiquement par les mouvements sociaux.

17/12/18 : Deux-Sèvres : la 7e édition de Capr'Inov a attiré 7000 visiteurs. 250 produits (dont 230 laitiers) de 8 pays ont participé aux concours : 21 médailles d’or, 46 d’argent et 53 de bronze ont été décernées, et 4 Capr’I d’Or à des entreprises innovantes.

17/12/18 : En mairie de Biarritz, en début d'après-midi, on aurait pris acte de la non venue du président Macron à la préparation du sommet du G7. Information non officiellement confirmée de la préfecture mais qui serait parvenue à certains élus de cette source

17/12/18 : En marge de sa visite en Dordogne, Jacqueline Gourault a rencontré des Gilets jaunes : il fut question du référendum d'initiative citoyenne et de désertification médicale lors de sa visite à Lanouaille, où doit être implantée une maison de santé.

17/12/18 : Les retraités lot-et-garonnais battront le pavé le 18 décembre à 15 h 00 devant la Préfecture à Agen. "Déçus par les annonces du Président E. Macron" , ces derniers préciseront leurs revendications auprès de la Préfète.

15/12/18 : L'Association Petit Coeur de Beurre a décidé en accord avec la Jeune Académie Vocale d'Aquitaine JAVA et l'Ensemble Vocal Aquistriae d'annuler le concert "De choeurs à coeurs" prévu ce samedi 15 décembre en l'église St Louis des Chartrons à 20h30.

14/12/18 : Du 15/12/18 au 5/01/19 : le centre-ville montois sera piéton les week-ends du 15 et 22/12 et le 24/12 et le stationnement gratuit dans le centre-ville les samedis après-midi. 1h de stationnement gratuit par demi-journée, du lundi au samedi matin.

14/12/18 : Center Parcs Lot-et-Garonne. Les premiers coups de pioche de ce chantier sont donnés ce jour, 14 décembre, à l’étang du Papetier, à Pindères.

14/12/18 : En raison des mouvements sociaux actuels, le Grand-Théâtre sera fermé au public ce samedi 15 décembre entraînant le report du récital de Sondra Radvanovsky au 31 mars 2019. Les visites guidées sont également annulées.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 18/12/18 | Niort et Bordeaux: ces bassines qui divisent

    Lire

    Nouvelle tension au sein de la majorité du Conseil régional, sur la question de l'eau, après la décision de deux élus EELV, Nicolas Thierry, vice-président en charge de l'environnement et de la biodiversité et Nicolas Gamache, conseiller régional des Deux-Sèvres de démissionner, le premier de la délégation à la qualité de l'eau, le second du bureau du Parc régional du Marais poitevin. Et ceci après le vote par la Région lundi du protocole d'accord permettant le financement des bassines fortement souhaitée notamment par l'agriculture, protocole signé ce mardi à la préfecture à Niort où les opposants ont manifesté.

  • 18/12/18 | Journée internationale des migrants vue de Pau

    Lire

    Ce 18 décembre à 18h, à l’occasion de la journée internationale des migrants, un cercle de silence se tiendra Place Clémenceau à Pau avec la Maison des Citoyen.ne.s du Monde des Pyrénées-Atlantiques. Tout au long de l’année, cette association coordonne un programme d’accompagnement de demandeurs d’asile dans leur apprentissage du français. Près de 90 demandeurs d’asile et réfugiés ont bénéficié de cet accompagnement qui permet aussi de tisser du lien social et de lutter contre les préjugés.

  • 18/12/18 | Charente-Maritime : Bussereau demande un Grenelle social et financier

    Lire

    Lors de la session du conseil départemental 17 ce lundi, les élus sont revenus sur le mouvement des gilets jaunes. Une motion du groupe LR a été proposée pour demander au gouvernement "de s'appuyer sur les élus locaux [...] afin d'engager au plus vite un dialogue constructif avec les Français". Quelques jours plus tôt, Dominique Bussereau avait déjà demandé au gouvernement une sorte de Grenelle sur le pouvoir d'achat, le social, la fiscalité et la transition écologique, ainsi qu'une réflexion sur la décentralisation.

  • 17/12/18 | "Péages gratuits" : Vinci veut écrire aux automobilistes

    Lire

    Ce lundi, on a appris l'intention de la société Vinci Autoroutes (gérant notamment le péage de Virsac) d'adresser des lettres aux automobilistes ayant profité des opérations "péages gratuits" organisées dans le cadre des manifestations des gilets jaunes, pour les inciter à "payer le péage correspondant à leur trajet". Les automobilistes dont la plaque d'immatriculation a été détectée à l'entrée aux entrées et sorties de péage seront concernées par ces demandes, même si aucune pénalité n'a pour l'instant été annoncée par le gestionnaire en cas de refus.

  • 17/12/18 | Justice : les frères Cazabonne condamnés

    Lire

    Le sénateur et ancien maire de Talence a été condamné ce lundi par le tribunal correctionnel de Bordeaux à une amende de 5000 euros pour prise illégale d'intérêt mais relaxé pour les accusations de favoritisme. Ce dernier, tout comme son frère Didier Cazabonne (élu adjoint à la mairie de Bordeaux), avaient des parts dans une entreprise (qu'ils avaient fondée) ayant décroché des marchés de fournitures de bureaux à la mairie de Talence. Didier Cazabonne, lui, a été reconnu coupable d'abus de bien sociaux et a écopé de 10 000 euros d'amende pour s'être fait rembourser sans justification près de 35 000 euros de frais kilométriques.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Métropole | Gwénaël Lamarque lance la fête de l’Europe à la MEBA

04/05/2018 | La fête de l'Europe, organisée par la MEBA, aura lieu du 5 au 25 mai à Bordeaux. Conférences, village européen et musique sont au programme.

Gwenael Lamarque et ses ambassadeurs à la MEBA

Directeur de la Maison de l’Europe de Bordeaux depuis 2013, Gwénaël Lamarque est ingénieur des universités de formation, et docteur en histoire contemporaine. À 40 ans, celui qui est aussi adjoint au maire de la ville du Bouscat (33) nous a présenté la fête de l’Europe à Bordeaux, qui aura lieu du 5 au 25 mai. Un village européen, où le public pourra découvrir des spécialités culinaires des 28 pays membres, ainsi que des conférences, notamment sur la question migratoire, le 16 mai, seront organisés. Le 25 mai, la remise des prix européens, récompensant des initiatives originales pour l’Europe, clôturera ce mois de l’Europe.

@qui : Dès l’entrée de la Maison de l’Europe de Bordeaux Aquitaine (MEBA), située place Jean Jaurès à Bordeaux, le slogan de l’Europe « Unis dans la diversité » accapare le regard, écrit en gros caractères orange sur le mur blanc. La MEBA est une institution rattachée à l’Union européenne, pourriez-vous nous expliquer sa mission ?

Gwénaël Lamarque : Il s’agit d’une petite institution servant de hub européen, un incubateur de projets à l’échelle locale, qui permet de mettre en connexion les Bordelais avec l’Union Européenne. Nous y animons régulièrement des conférences, libres d’entrée et gratuites, avec des sujets très hétéroclites, allant des minorités sexuelles en Europe, au TAFTA, en passant par l’Europe sociale.

La MEBA existe depuis 2009. Elle prodiguait des cours de langue à l’origine, puis sa dynamique s’est peu à peu essoufflée. En 2015, elle a été relancée en tant que structure pilote en France, pour le grand projet d’éducation non-formelle de l’Europe, dépendant du ministère de la jeunesse et des sports, contrairement à l’éducation formelle, qui dépend du ministère de l’éducation. Avec le concours d’un conseil d’administration, la présidente de la MEBA, Yana Langlois, détermine les lignes directives de l’institution d’une année sur l’autre. Trente volontaires travaillent avec nous tous les ans : 50 % sont des Français en service civique, et 50 %, des Européens, en service de volontariat européen (SVE).

@qui : Ce mercredi matin, nous avons rencontré plusieurs volontaires dans les bureaux de la MEBA : Guillaume, Français de 25 ans, en service civique après un master en droit européen, intervient dans les écoles et participe à l’écriture d’un livre sur l’UE, mais aussi Magda, Géorgienne de 25 ans, en service volontaire européen (SVE), qui rêve que son pays entre dans l’UE, et Lucia, Slovaque de 28 ans, ancienne SVE aujourd’hui salariée de la MEBA. Unis dans la diversité, donc, quelle est la mission de ces ambassadeurs ?

G L - Ces jeunes forment des petites équipes pour aller à la rencontre des écoles, de septembre à juin, pour parler de l’Europe, en animant des ateliers, de cuisine notamment, ou en engageant simplement des discussions, où les Européens racontent comment ils vivent dans leur pays. Comme c’est informel, les sujets de discussion sont assez libres, le but étant de favoriser le vivre ensemble européen et de stimuler un sentiment d’appartenance.

@qui : La fête de l’Europe est célébrée depuis 1986 au mois de mai, en hommage à la déclaration Schuman du 9 mai 1950, à l’origine de la création de la Communauté Économique du Charbon et de l’Acier (CECA). Soixante-huit ans plus tard, quelle va être la ligne directive de cette édition 2018 ?

G L - La CECA, c’est le début du processus de paix en Europe. Le charbon et l’acier sont deux matériaux qui étaient utilisés pour faire la guerre ; leur mise en commun est le point de départ d’une mutualisation qui rend l’affrontement impossible entre ses différents membres. C’est cet esprit que nous célébrons et qui est porté par nos volontaires, qui participent vivement à la programmation de la fête de l’Europe. Ils sont à l’origine de l’exposition « L’Europe en un cliché », réunissant 27 photographies sélectionnés par eux, suite un appel à participation lancé dans toute la France : « quel cliché est représentatif de la France, selon vous ? », jouant sur le double sens du mot « cliché ». Le vernissage aura lieu mardi 9 mai, pour la journée de l’Europe, à la Maison de l’Europe. Très actifs sur les questions environnementales, ils ont aussi instauré la plantation d’un chêne au parc des Angéliques, lors d’un grand pique-nique à Bordeaux Bastide, le 18 mai, ainsi qu’une conférence sur l’alimentation durable, mercredi 23 mai.  

Pour cette édition 2018, la fête de l’Europe s’ouvrira sur l’inauguration du village européen, le samedi 5 mai, place Jean Jaurès, où tous les acteurs de l’Europe à l’échelle locale seront présents : les consulats, les associations… Avec une soirée consulaire, où le public pourra déguster quelques spécialités de chaque pays. Avis aux connaisseurs, le stand de petits gâteaux roumains sera de nouveau présent ! Le 9 mai, il y aura aussi une journée des enfants, avec des jeux et des animations sur la paix. Les amateurs de musique ne seront pas en reste, avec le concert du nouveau festival des lycéens au Rocher de Palmer à Cenon (33), le 17 mai, ainsi que la soirée « Europe Lounge », à la Base sous-marine, le 19 mai. Le mois de l’Europe s’achèvera par la remise des prix européens à l’Hôtel de ville, en présence d’Alain Juppé, valorisant un ou une bénévole, une collectivité, un collège, un lycée, et une association, entre autres, qui agissent en bien pour l’Europe.

 programme fête de l'europe

 

@qui : Conseil européen, directives, espace Schengen… Le « jargon européen » et ses institutions nous paraissent parfois nébuleux et compliqués à comprendre. Comment les ambassadeurs de la MEBA parviennent-ils à se les approprier pour les rendre plus compréhensibles ?

G L - Nous essayons de montrer aux gens que l’Europe, c’est très concret. Notre nouveau slogan est, d’ailleurs, « L’Europe près de chez vous ». Cette année, nous avons édité une brochure sur une famille fictive, les Martin, qui vivent à Bordeaux, pour montrer à quel point l’Europe change leur vie de tous les jours : cela va de l’étiquetage en supermarché, à la crèche cofinancée grâce à des fonds européens. Nos ambassadeurs jouent un rôle central dans cette mission : ils font entrer l’Europe, non seulement dans les classes, mais aussi dans les familles, par ricochet. L’enfant qui va échanger avec une Estonienne pendant une journée, par exemple, va le raconter à ses parents le soir. Tout cela contribue au vivre ensemble européen que nous souhaitons véhiculer, pour que les Français se sentent acteurs. Nous allons, à ce titre, participer à la mise en place des consultations citoyennes, voulues par le président de la République, qui auront lieu à la rentrée en Gironde, pour recueillir l’avis des citoyens sur l’Europe.

@qui : Avec la mise en place du Brexit, ou encore, l’assassinat douteux de la journaliste d’investigation Daphne Caruana Galizia, l’actualité européenne est très virulente, en ce moment. Comment la MEBA la traite-t-elle dans ses conférences ?

G L - Il faut savoir que la MEBA n’a pas pour mission de parler politique. Quand nous organisons des conférences sur des sujets européens, nous essayons d’ailleurs de faire intervenir des acteurs de tous les champs politiques. Pour des sujets chauds comme le Brexit, nous avons essayé de voir concrètement ce que cela changeait dans le quotidien des personnes concernées, en faisant intervenir un retraité anglais du Périgord, ou encore un jeune couple d’Anglais installé à Bordeaux. Nous suivons donc l’actualité européenne, mais surtout sur les sujets qui touchent le plus grand nombre. Par exemple, saviez-vous que le « roaming », soit le fait de pouvoir appeler et envoyer des messages sans surcoût en Europe, avait été mis en place grâce à l’UE en 2017 ?

Un enjeu majeur arrive en 2019 dans l’actualité européenne : les élections, qui auront lieu du 23 au 26 mai, et dont le mode de scrutin a changé. Les régions sont abolies, au profit d’une seule circonscription, la France. Tous les partis politiques vont présenter leur liste, qui seront élus à la proportionnelle intégrale : si 50 % des Français votent pour la droite, par exemple, 50 % des députés qui iront au Parlement européen seront de droite, avec un minimum de 5 % de vote pour pouvoir être représenté. Un scrutin complexe à comprendre, mais qui est pourtant primordial, étant donné que les Français votent au suffrage direct. Dans des questions d’actualité comme celle-là, la pédagogie reste un enjeu de taille pour la MEBA.

Alix Fourcade
Par Alix Fourcade

Crédit Photo : Alix Fourcade

Partager sur Facebook
Vu par vous
3385
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Métropole
Métropole
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires