Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/01/21 : Au 16 janvier, 34 689 vaccinations ont été réalisées en Nouvelle-Aquitaine, la plaçant parmi les régions ayant le plus vacciné. L’objectif national de 1 million de vaccinations à fin janvier, se traduit par un objectif régional de 100 000 vaccinations.

11/01/21 : Le 18/01 à 18h le MEF 33, le Centre Europe Direct Bordeaux-Aquitaine et les Jeunes Européens Bordeaux organisent un webinaire le "Plan de Relance et budget européens: Où va l'Europe?" Commission et Parlement européens, et la Région seront représentés+ d'info

08/01/21 : Influenza aviaire - la Préfecture des Pyrénées-Atlantiques annonce désormais 159 communes en zone réglementée en lien avec 2 foyers dans des élevages de palmipèdes à Baigts-de-Béarn et Préchacq-Navarrenx et 4 suspicions fortes à Arget, Lichos et Garlin

06/01/21 : 823kg de jouets et de livres ont été collectés par la Communauté d’Agglo de Pau et ses partenaires grâce à l’opération "Le père Noël fait de la récup’"! Elle se poursuit jusqu'au 17 janvier dans les déchetteries et points de dépôts.+ d'info

28/12/20 : Le 22 décembre, les communes de Tocane-Saint-Apre et Bergerac en Dordogne ont été reconnues en état de catastrophe naturelle pour inondations et coulées de boues en septembre 2020.

28/12/20 : Suite aux inondations et coulées de boues survenues dans les Landes en octobre dernier, les communes de Mimbaste, Bélus et Rivière-Saas-et-Gourby ont été reconnues le 22 décembre en état de catastrophe naturelle.

23/12/20 : Le préfet de la Charente-Maritime a validé la sortie de la communauté d'agglomération de La Rochelle du syndicat départemental Eau 17, à compter du 1er janvier 2021.

23/12/20 : 60 000 € ont été votés lors de la dernière commission permanente du Département des Deux-Sèvres en faveur de la recherche scientifique et l'innovation. Cette somme sera attribuée sous formes de bourses doctorales

23/12/20 : Le Conseil communal des jeunes de Poitiers a organisé mi-décembre, une collecte de produits de puériculture dans les collèges. Plus de 150 produits (couches, lait, produits d’hygiène…) ont ainsi été remis au restos du Coeur et au Secours Populaire

19/12/20 : Le Biarrot Jacques Lajuncomme-Hirigoyen, 64 ans, est le nouveau président de la Fédération française de surf. Il succède à Jean-Luc Arassus, élu en 2005 . Il sera le président qui inaugurera l'entrée du surf à Tokio, mais aussi aux JO 2024 à Teahupoo.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 20/01/21 | La Charente, premier département Néo-terra

    Lire

    Mercredi, la Charente a adhéré à Néo Terra, le programme néo-aquitain de préservation de l’environnement. « On risque d’être dans le climat de Séville dans une trentaine d’années, on a un travail d’adaptation à faire », signale Alain Rousset, présent pour l'occasion. Gestion de l’eau, transports, alimentation, habitat… « Il faut que l’action publique retrouve de l’anticipation et bouscule certaines habitudes et certaines certitudes ». Parmi les actions que la Charente veut lancer, 200000 € serviront à accompagner les agriculteurs dans la certification Haute Valeur Environnementale, et 1M€ à l’achat de voitures électriques pour l'aide à domicile.

  • 20/01/21 | Divagation d'ours : le tribunal de Pau annule 20 arrétés municipaux

    Lire

    A l'automne 2018, 20 maires des Pyrénées-Atlantiques ont pris des arrêtés interdisant la divagation des ours sur le territoire de leur commune. Déférés devant le tribunal administratif de Pau, ces arrêtés viennent d'être annulés par le juge considérant d'une part qu'"aucune circonstance particulière ne mettait en évidence les dangers auxquels les personnes ou les biens seraient exposés en raison de la présence d’ours sur le territoire" et d'autre part que ces arrêtés "ne précisaient pas les mesures susceptibles d’être prises dans l’hypothèse où, malgré l’interdiction, la divagation d’ours serait néanmoins constatée".

  • 20/01/21 | Rive droite bordelaise : les élus demandent un deuxième centre de vaccination

    Lire

    Les maires du Grand Projet des Villes rive droite - Bassens, Cenon, Floirac et Lormont - estiment que « le centre de vaccination de la clinique Bordeaux Tondu à Floirac ne suffira pas si on veut proposer un service efficace ». Selon eux, la problématique des transports pourrait dissuader les habitants de Bassens, Carbon-Blanc, Ambès ou encore Ambarès-et-Lagrave. Ainsi, les élus demandent l'ouverture d'un centre de vaccination à Lormont, « permettant aussi de soulager les soignants ».

  • 20/01/21 | La MONA change de gouvernance

    Lire

    Après son directeur pendant l'été 2020, la Mission des Offices de Tourisme de Nouvelle-Aquitaine (MONA) change de président. En effet, Nicolas Martin, directeur de l'office de tourisme du Pays Basque a pris cette fonction ce mardi 19 janvier. Il succède à la landaise Frédérique Dugény, présidente de la Mona dix-sept ans durant. Mona est un réseau de 171 organismes de tourisme, représentant plus de 1 400 salariés.

  • 20/01/21 | Gironde : le Département a lancé sa campagne de vaccination

    Lire

    Elle a débuté le 18 janvier. Le Conseil départemental de Gironde commence à vacciner les personnels soignants et les publics prioritaires à la Maison du Département de la Promotion de la Santé (2 Rue du Moulin Rouge, à Bordeaux). Ainsi, les personnels soignants de plus de 50 ans, ceux présentant des signes de comorbidité et les personnes de 75 ans et plus peuvent s'inscrire sur Doctolib pour se faire vacciner dans l'établissement public, « dans l'attente de la mise en place d'autres centres de vaccination sur la Métropole et le département », indique la collectivité.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Métropole | Insécurité à Bordeaux : Pierre Hurmic annonce des mesures

30/07/2020 | Pierre Hurmic et Amine Smihi ont confirmé la création d’un nouveau Groupe Local de Traitement de la Délinquence pour le quartier St-Michel au début du mois de septembre.

Pierre Hurmic et Amine Smihi

Le mercredi 29 juillet, Pierre Hurmic s’est exprimé face à la presse au sujet de la récente vague de phénomènes d’insécurité qui secoue Bordeaux. Aux côtés de son adjoint responsable de la tranquillité publique, Amine Smihi, le nouveau maire de Bordeaux entend bien enrayer cette délinquance qui sévit tout particulièrement sur le quartier Saint-Michel.

« Je rappelle que le phénomène existait déjà avant notre arrivée, il date de plusieurs mois », affirme Pierre Hurmic, le nouveau maire de Bordeaux, en réponse à ceux qui pourraient soulever l’idée d’une corrélation entre l’augmentation de l’insécurité et l’arrivée de la nouvelle équipe écologiste au Palais Rohan. Ce dernier rappelle cependant que les phénomènes de violences se sont multipliés depuis le déconfinement. Cette augmentation inquiétante de la violence n’a pourtant pas précipité la prise de parole de Pierre Hurmic sur ce sujet de la sécurité, « nous n’avons pas souhaité communiquer pour communiquer, on a voulu donner de la consistance à notre réponse donc on a parlé avec les acteurs de la sécurité, avant tout nous avions besoin de rencontrer des policiers sur le terrain et de parler avec les personnes qualifiées », explique Amine Smihi, adjoint responsable de la tranquillité publique.
De cette concertation avec les acteurs de la sécurité sur le territoire parmi lesquels Frédérique Porterie, procureure de Bordeaux et Fabienne Buccio, préfète de Gironde et de Nouvelle-Aquitaine, l’équipe de Pierre Hurmic a identifié plusieurs points importants devant permettre de freiner cette vague de délinquance.

Mobilisation de la police municipale

Premier point du dispositif de sécurité autour du quartier Saint-Michel, la mobilisation importante des policiers municipaux, « il y a déjà 120 personnes mobilisées sur le terrain et nous allons renforcer cette présence », explique l’adjoint au maire tout en rappelant la priorité des habitants, « ce que disent les habitants de Saint-Michel c’est qu’ils aimeraient voir des policiers municipaux dans les rues », explique-t-il. En réponse à cette exigence de la population, Pierre Hurmic et son adjoint annoncent l’augmentation du nombre de policiers municipaux avec toutefois une impossibilité de chiffrer cette augmentation d’effectif. Le maire de Bordeaux explique cette impossibilité par la difficulté de recrutement, « le problème pour augmenter les effectifs des forces de l’ordre n’est pas financier, il faut faciliter le recrutement notamment grâce à une meilleure attractivité », annonce Amine Smihi. Pierre Hurmic a ensuite tenu à saluer l’engagement de la police municipale non sans oublier de rappeler que régulièrement, « ils se retrouvent en premier sur les lieux de confrontation ».

L’adjoint à la tranquillité publique en appelle donc à l’État afin que les policiers municipaux ne se retrouvent plus obligés de dépasser leurs prérogatives, « la police nationale est très engagée, mais en revanche il y a une nécessité absolue que l’Etat prenne conscience du développement de Bordeaux et donc qu’il donne les moyens d’occuper le terrain », clame Amine Smihi. Ici l’adjoint touche du doigt l’une des sources du problème d’insécurité selon lui à savoir la taille grandissante de la ville, « nous ne souhaitons pas que la taille grandissante de la ville conduise à des faits qui sont le lot quotidien des grandes villes », prône-t-il.

Création d’un groupe local de traitement de la délinquance

En plus de l’augmentation de la présence policière sur le terrain à la demande des habitants, Pierre Hurmic annonce la création d’un Groupe Local de Traitement de la Délinquance (GLTD). Une mesure déjà mise en place dans le quartier du Grand Parc et en laquelle le nouveau maire croit, « cet outil à déjà fait ses preuves dans d’autres villes de France à Grenoble notamment », signale le maire de Bordeaux tout en listant les partenaires concernés, «  ce projet réunit plusieurs administrations publiques, le procureur de la République, la préfecture, le représentant de la police, un représentant de la mairie, les bailleurs sociaux et les associations locales », énumère-t-il.

Pourtant si le volet répressif représente une réponse à court terme à cette vague de violence elle ne saurait à elle seule satisfaire l’équipe municipale. La prévention est toujours au cœur de la stratégie de gestion de l’insécurité et Amine Smihi rappelle que l’usage seul de la répression ne fait que déplacer le problème dans les quartiers limitrophes. Une décision qui s’inscrit dans la vision globale du volet sécurité de Pierre Hurmic et de ses équipes, qui, bien qu’ayant conscience de l’urgence de la situation, ne souhaite pas revenir sur plusieurs aspects parmi lesquels la démultiplication des caméras de vidéosurveillance et l’armement de la police municipale. Si l’adjoint à la tranquillité publique reconnait l’apport de la vidéo protection dans la gestion de la tranquillité de la ville, lui et Pierre Hurmic affirme ne pas être « des adorateurs de la vidéo surveillance ». « Nous n’avons pas ces valeurs, par contre il y aura de notre part beaucoup de pragmatisme », affirme Pierre Hurmic.

Clément  Bordenave
Par Clément Bordenave

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
17516
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Métropole
Métropole
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires