Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/12/18 : Rochefort (17) : au vu du "contexte économique morose", la ville de Rochefort a décidé de rendre ses emplacements de parking du centre-ville gratuits le temps de Noël, du 21 décembre au 1 janvier inclus, afin de favoriser l'accès aux commerces.

18/12/18 : Concours Agrinove : inscription jusqu’au 31 mars 2019. Son but : mettre en avant les innovations en amont de l’agriculture. A la clé notamment : 15 000€ pour le 1er prix. Infos : 05 53 97 71 53 / contact@agrinove-technopole.com.

17/12/18 : En visite ce lundi en Dordogne, Jacqueline Gourault, ministre de la cohésion des territoires, a signé la convention ANRU à Coulounieix Chamiers avec les différents partenaires. L’État finance ce projet d’un coût total de 49 M€, à hauteur de 14 M€.

17/12/18 : Alain Juppé a annoncé ce lundi que la place des Quinconces, à Bordeaux, serait transformée en parking gratuit les 22, 23 et 24 décembre pour "faciliter l'accès aux commerces du centre-ville", touchés économiquement par les mouvements sociaux.

17/12/18 : Deux-Sèvres : la 7e édition de Capr'Inov a attiré 7000 visiteurs. 250 produits (dont 230 laitiers) de 8 pays ont participé aux concours : 21 médailles d’or, 46 d’argent et 53 de bronze ont été décernées, et 4 Capr’I d’Or à des entreprises innovantes.

17/12/18 : En mairie de Biarritz, en début d'après-midi, on aurait pris acte de la non venue du président Macron à la préparation du sommet du G7. Information non officiellement confirmée de la préfecture mais qui serait parvenue à certains élus de cette source

17/12/18 : En marge de sa visite en Dordogne, Jacqueline Gourault a rencontré des Gilets jaunes : il fut question du référendum d'initiative citoyenne et de désertification médicale lors de sa visite à Lanouaille, où doit être implantée une maison de santé.

15/12/18 : L'Association Petit Coeur de Beurre a décidé en accord avec la Jeune Académie Vocale d'Aquitaine JAVA et l'Ensemble Vocal Aquistriae d'annuler le concert "De choeurs à coeurs" prévu ce samedi 15 décembre en l'église St Louis des Chartrons à 20h30.

14/12/18 : Du 15/12/18 au 5/01/19 : le centre-ville montois sera piéton les week-ends du 15 et 22/12 et le 24/12 et le stationnement gratuit dans le centre-ville les samedis après-midi. 1h de stationnement gratuit par demi-journée, du lundi au samedi matin.

14/12/18 : Center Parcs Lot-et-Garonne. Les premiers coups de pioche de ce chantier sont donnés ce jour, 14 décembre, à l’étang du Papetier, à Pindères.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 18/12/18 | Niort et Bordeaux: ces bassines qui divisent

    Lire

    Nouvelle tension au sein de la majorité du Conseil régional, sur la question de l'eau, après la décision de deux élus EELV, Nicolas Thierry, vice-président en charge de l'environnement et de la biodiversité et Nicolas Gamache, conseiller régional des Deux-Sèvres de démissionner, le premier de la délégation à la qualité de l'eau, le second du bureau du Parc régional du Marais poitevin. Et ceci après le vote par la Région lundi du protocole d'accord permettant le financement des bassines fortement souhaitée notamment par l'agriculture, protocole signé ce mardi à la préfecture à Niort où les opposants ont manifesté.

  • 18/12/18 | Journée internationale des migrants vue de Pau

    Lire

    Ce 18 décembre à 18h, à l’occasion de la journée internationale des migrants, un cercle de silence se tiendra Place Clémenceau à Pau avec la Maison des Citoyen.ne.s du Monde des Pyrénées-Atlantiques. Tout au long de l’année, cette association coordonne un programme d’accompagnement de demandeurs d’asile dans leur apprentissage du français. Près de 90 demandeurs d’asile et réfugiés ont bénéficié de cet accompagnement qui permet aussi de tisser du lien social et de lutter contre les préjugés.

  • 18/12/18 | Charente-Maritime : Bussereau demande un Grenelle social et financier

    Lire

    Lors de la session du conseil départemental 17 ce lundi, les élus sont revenus sur le mouvement des gilets jaunes. Une motion du groupe LR a été proposée pour demander au gouvernement "de s'appuyer sur les élus locaux [...] afin d'engager au plus vite un dialogue constructif avec les Français". Quelques jours plus tôt, Dominique Bussereau avait déjà demandé au gouvernement une sorte de Grenelle sur le pouvoir d'achat, le social, la fiscalité et la transition écologique, ainsi qu'une réflexion sur la décentralisation.

  • 17/12/18 | "Péages gratuits" : Vinci veut écrire aux automobilistes

    Lire

    Ce lundi, on a appris l'intention de la société Vinci Autoroutes (gérant notamment le péage de Virsac) d'adresser des lettres aux automobilistes ayant profité des opérations "péages gratuits" organisées dans le cadre des manifestations des gilets jaunes, pour les inciter à "payer le péage correspondant à leur trajet". Les automobilistes dont la plaque d'immatriculation a été détectée à l'entrée aux entrées et sorties de péage seront concernées par ces demandes, même si aucune pénalité n'a pour l'instant été annoncée par le gestionnaire en cas de refus.

  • 17/12/18 | Justice : les frères Cazabonne condamnés

    Lire

    Le sénateur et ancien maire de Talence a été condamné ce lundi par le tribunal correctionnel de Bordeaux à une amende de 5000 euros pour prise illégale d'intérêt mais relaxé pour les accusations de favoritisme. Ce dernier, tout comme son frère Didier Cazabonne (élu adjoint à la mairie de Bordeaux), avaient des parts dans une entreprise (qu'ils avaient fondée) ayant décroché des marchés de fournitures de bureaux à la mairie de Talence. Didier Cazabonne, lui, a été reconnu coupable d'abus de bien sociaux et a écopé de 10 000 euros d'amende pour s'être fait rembourser sans justification près de 35 000 euros de frais kilométriques.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Métropole | L'Arena pourra-t-elle accueillir (tout) son public ?

10/01/2018 | La grande soirée d'ouverture de la nouvelle salle de spectacle métropolitaine, l'Arena, est prévue pour le 24 janvier. Comment compte-t-elle accueillir son public ?

Arena Floirac

Elle est décidément très attendue, cette Arena, autant par les amateurs de spectacles que par les riverains alentours qui se demandent encore bien comment la commune de Floirac et la métropole vont faire pour endiguer ce nouveau flot de spectateurs attendus dans la zone. Ce mercredi, à deux semaines de la grande soirée d'ouverture ou 11 000 spectateurs sont attendus pour Depeche Mode (les places se sont d'ailleurs vendues en quelques minutes cet été, preuve que la salle est attendue au tournant), questions et éléments de réponses sont apportées sur l'Arena et ce que son ouverture va engendrer pour les habitants.

Elle est annoncée depuis de longs mois, et même si le pont censé lui être associée pour en permettre un meilleur accès n'est pas attendu avant 2020 (études environnementales obligent...), la grande soirée d'ouverture de la nouvelle salle Arena de Floirac va bel et bien avoir lieu le 24 janvier prochain, et un certain groupe anglais (ça commence par Depeche et ça finit par Mode) devrait s'inviter à la fête. On ne va pas vous mentir, on a déjà beaucoup parlé de cette salle et de ses différents aspects (on l'a même visitée alors qu'elle n'était pas tout à fait terminée) : une jauge de 2500 à 11 300 places pour recevoir des concerts mais aussi des spectacles ou des compétitions sportives aux jauges plus modestes. En tout, pas moins de 20 configurations possibles sont promises dont les tribunes rétractables sont bien sûr, un des éléments clé. Mais si ces 17 000 mètres carrés (composés, entre autres, de huit bars intérieurs plus une brasserie ouverte en dehors des heures de spectacles) réalisés en contrat de concession de travaux publics sur vingt ans (après quoi Bordeaux Métropole en deviendra propriétaire puisqu'investisseur majoritaire à hauteur de 57 millions d'euros sur les 75 millions du coût de construction total), ont été réalisés selon un modèle plutôt solide (35% des lots confiés à des PME locales, 80% des travaux réalisées par des entreprises girondines ou régionales, 5% des heures de travail réalisées par 64 personnes en "difficulté sociale"), la question de son accès par les habitants de la métropole soulève encore quelques interrogations. 

"Un kilomètre à pied, ça use, ça use"

C'est que le pont Simone Veil et le futur bus à haut niveau de service censé passer dessus ne sont pas attendus avant 2020, qu'il se pourrait fort que le pont de pierre reste fermé à la circulation automobile et que la jauge de spectateurs lors des grands concerts n'est a priori pas vraiment adaptée à la géographie alentour, d'autant que le chantier du futur pont a déjà démarré. Interrogé sur la question ce matin, le maire de Bordeaux, Alain Juppé, a tenté d'atténuer les inquiétudes. "960 places de parking, ce n'est pas 960 personnes. Si les gens viennent dans la salle avec une personne par voiture, ça va évidemment poser un problème. Il faut absolument qu'on incite au co-voiturage. Dans 80% des cas, les spectacles auront une jauge inférieure à 7000 places, les spectacles à 11 000 seront, en pourcentage, tout à fait marginaux. La marche et le vélo, ça existe. Pour aller à l'Arena, il faut quinze minutes à bicyclette, dix minutes depuis la gare. Depuis Paludate, on met une demi-heure à pieds. On fera un peu la police : il y aura des dispositifs anti-stationnement sur les trottoirs, la fourrière sera mobilisée, nos polices municipales coordonneront leurs efforts pour faciliter la circulation. Au fur et à mesure de l'expérience, nous adapterons le dispositif", a assuré Alain Juppé. Six emplacements de taxis, des avertissements envoyés par sms aux spectateurs les soirs de spectacles pour les places de parking, des emplacements pour les cars de tourisme, 500 arceaux pour 1000 places de vélo : c'est sûr, la métropole et la commune font visiblement leur possible pour consolider le pansement. Mais la grande question, c'est au niveau des voitures qu'elle se pose.

Concrètement, un parking voiture de 962 places et un autre, provisoire, de 130 à 140 places situé juste à côté, seront mis à disposition. Fin décembre, le gestionnaire Parcub a révélé les tarifs de ces places, qui ne feront pas forcément l'unanimité : s'il est valide deux heures avant, pendant la durée du spectacle et deux heures après, le tarif unique de douze euros proposé (pour l'instant certain jusqu'au 27 mars 2019), qui s'ajoute au prix du billet sans tarif préférentiel notable, a effectivement de quoi inciter à utiliser ses jambes. "On a mis des moyens", assure pourtant Christophe Duprat. "Le jour où il n'y aura pas de spectacles, ce parking servira de parc relais. Nous allons également desservir l'Arena avec une navette spécifique entre la porte de Bourgogne, la place Stalingrad et la salle de l'Arena. Les jours de grandes jauges, on aura neuf véhicules attribués, soit plus de milles personnes à raison de 120 places par bus. Des arceaux à vélos et des cheminements piétons le long des quais ont aussi été aménagés. On permettra aux personnes qui prennent les transports en commun d'avoir un titre spécifique : pour trois euros, ils bénéficieront d'un pass Arena qui leur permettra de faire l'aller-retour. L'idéal, c'est que les gens sachent qu'il y ait plusieurs moyens de venir à la salle", précise l'élu métropolitain en charge des transports et du stationnement, tout en avouant que "bien sûr, au départ, il y aura une petite indulgence. 2020 nous donnera évidemment une bouffée d'oxygène". Les précédents lors de l'ouverture du stade Matmut Atlantique sont sans conteste là pour en témoigner. Concernant les dispositifs déjà existants, à savoir les parcs-relais des lignes A et C du tram et les lignes de bus TBM desservant la salle (10, 28, 32, 62), ils auront bien sûr la charge de venir renforcer le dispositif. 

Renforcer la tranquilité des riverains

La ville de Floirac, elle, s'occupe de son côté d'assurer une sécurité supplémentaire aux dispositifs déjà mis en place (dispositif anti véhicule bélier, blocs de béton implantés le long du parvis, fossé, gestion des files d'attente). Si la tranquillité des riverains, assurée par l'acoustique "adaptée" via notamment une cour intérieure permettant d'éviter les nuisances sonores, est promise, la commune veillera à éviter, avec "discernement" selon son maire Jean-Jacques Puyobrau, les stationnements "à la sauvage" sur les trottoirs. Elle renforcera ainsi la présence policière (de 4 à 12 agents), qui viendront sans doute s'ajouter à tout le personnel de sécurité présent sur place. La grande nouveauté, c'est l'annonce de la mise en place d'un stationnement résidentiel autour de l'Arena, piloté par la mairie de Floirac, "pour faciliter l'accès et le stationnement résidentiel les soirs de forte affluence". "Nous avons délimité un périmètre de tranqulllité qui sera doté de filtrage (barrière et agents)". Ces fameux riverains seront dotés d'une vignette à coller sur leur voiture, qu'ils pourront retirer directement à la mairie à partir de vendredi 12 janvier et via des permanences de 9h à 12h les samedis 13 et 20 janvier, en présentant des justificatifs adaptés (carte grise, pièce d'identité, justificatif de domicile). Ces vignettes concerneront essentiellement une zone délimitée par deux rues perpendiculaires à la Garonne : la rue Jules Guesde et l'avenue Jean-Alfonséa et sera restrictive : pas plus de deux vignettes par famille.

Enfin, la mairie indique que la zone de l'avenue Jean-Alfonséa située entre le quai de la Souys et la rue des Pibales sera réservée aux piétons "systématiquement". "Nous allons tester ces dispositifs qui ne sont pas figés dans le marbre et ont vocation à évoluer. Notre souci, c'est la tranquilité des habitants (...) il faut aussi qu'ils prennent d'autres habitudes. Ce qu'il nous faut gérer, c'est ce delta entre la livraison de la salle et celle du pont". C'est toute la question à laquelle les premières réponses ne pourront pas être apportées avant les différents tests de la programmation prévue. On parle là de soixante trois spectacles/concerts en 2018 (de Jamel à Charles Aznavour en passant par Véronique Sanson, Imagine Dragons, Celtic Legends, le Cirque du Soleil ou encore le spectacle équestre du Cadre noir de Saumur), dont neuf confirmés en jauge pleine, trente en moyenne jauge et cinquante spectacles de moins de quatre mille places. Seules absentes pour l'heure, les compétitions sportives : aucune n'est prévue pour cette année et ces dernières sont, aux dernières nouvelles, plutôt attendues pour 2019. Une politique d'offre est donc censée s'adapter aux remontées du terrain. Quand on questionne le maire de Floirac sur les perspectives d'évolution du nombre de places de parking, celui-ci reste assez timide. "Il y a sur la périphérie, des zones qui ont été identifiées comme stationnement potentiels". De son côté, la métropole assure "de nombreuses places de stationnement, entre 500 et 600, sont accessibles à proximité de la salle dans un périmètre d'un kilomètre". Quant-aux discussions potentielles évoquées il y a quelques mois avec, par exemple, le centre commercial Auchan Bouliac, les avis sont moins tranchés. "Le directeur (d'Auchan Bouliac) considère, à juste titre, qu'il est chez lui et qu'il n'a pas à subir de préjudice au regard de l'ouverture de la grande salle de spectacles. Il a émis des hypothèses, c'est quelqu'un avec qui nous discutons". Ce directeur de magasin ne serait-il pas fan de Depeche Mode ? En attendant d'en être sûr (ou pas), le 24 janvier sera à coup sûr une date à marquer d'une pierre blanche... où d'un galet.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : agence Rudy Ricciotti

Partager sur Facebook
Vu par vous
3343
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Métropole
Métropole
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires