Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

23/09/20 : Après consultation du comité d’experts, la préfète des Landes a décidé qu'à compter de ce jour 14h00, la vigilance revient au niveau jaune pour les feux de forêt. Autrement dit une vigilance moyenne, au niveau 2 sur une échelle de 5.

22/09/20 : La Chambre d'agriculture de la Haute-Vienne va engager une procédure pour obtenir le statut de calamité sécheresse en raison du déficit en eau des derniers mois. Les agriculteurs bénéficieraient d’aides pour pallier la baisse de rendement en céréales.

22/09/20 : L'édition 2020 du festival Animasia, prévue les 10 et 11 octobre prochains a finalement été annulée pour respecter les annonces de la Préfecture concernant les nouvelles restrictions sanitaires notamment la réduction de la jauge d'évènements publics.

18/09/20 : L'incendie du 17 septembre en Nord Gironde avait causé l'interruption du trafic sur la LGV Sud Europe Atlantique. Après vérification du bon fonctionnement des installations par Lisea, le trafic a repris très progressivement depuis 16 heures.

17/09/20 : Dans le 47, la fibre optique arrive dans le Pays de Duras. 1ers foyers lot-et-garonnais raccordables début septembre grâce à l’action d’Orange passé avec le Conseil départemental.

17/09/20 : Touchés par la crise liée au Covid, les producteurs de Foie gras ouvrent leurs portes lors des journées du patrimoine (19-20/09). En Lot-et-Garonne, 2 élevages accueillent le public : La Ferme de Souleilles à Frespech et la Ferme de Ramon à Lagarrigue.

16/09/20 : Trois statues de la flèche de Notre-Dame⁩ sont de retour à Paris depuis mardi, plus précisément à la cité de l'architecture. Elles avaient été déplacées dans le cadre de travaux trois jours avant l’incendie pour être restaurées en Dordogne.

10/09/20 : Le Mouvement Européen France - Gironde a tenu son Assemblée Générale début septembre. François Adoue, directeur de l'Observatoire International des Métiers Internet a été élu président de l'association et succède ainsi à Jean-Michel Arrivé.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 25/09/20 | Bordeaux célèbre Mauriac

    Lire

    À l’occasion du 50ème anniversaire de la disparition de François Mauriac, les bibliothèques de Bordeaux proposent tout au long de l’automne une saison dédiée à l'écrivain, journaliste et Prix Nobel de la littérature. Conférences, expositions, projections et match d'improvisation exploreront les résonances contemporaines des engagements de François Mauriac, au travers de documents rarement montrés voire pour certains inédits. Point d’orgue de la saison, l’exposition "Écrire, c’est agir", à la bibliothèque Mériadeck du 5 novembre 2020 au 17 janvier 2021. http://mauriac2020.bordeaux.fr

  • 25/09/20 | Angoulême : vers un festival de la BD en deux temps

    Lire

    Au vu du contexte sanitaire, les organisateurs du FIBD s'orientent vers un festival en deux temps. Un premier temps, une version modifiée avec des événements à Angoulême et hors les murs sur les dates initiales du 28 au 3& janvier), "répondant aux contingences en vigueur imposées par la pandémie". Un deuxième temps en présentiel à Angoulême, à la période printemps-été, pour rassembler plus de monde. Le contenu du projet sera présenté dans les prochaines semaines.

  • 25/09/20 | Nouvelle-Aquitaine : le don entre particuliers boosté par la crise sanitaire

    Lire

    L'application de dons bordelaise Geev a réalisé un classement des régions les plus actives en matières de dons entre particuliers. « Si le don a le vent en poupe ces dernières années, il a connu un essor particulier pendant la crise sanitaire », affirme la société. Ainsi, la société a dénombré les dons par régions entre février et juillet. La Nouvelle-Aquitaine est quatrième du classement "dons d'objets" avec 126 000 dons, derrière l'Île de France (458 000), les Hauts de France (171 000) et l'Auvergne-Rhône Alpes (143 000).

  • 24/09/20 | Covid-19: après les premiers tests, l'UPPA reste vigilante

    Lire

    Dans la matinée du mardi 22 septembre 2020, le Laboratoire Bio-Pyrénées a réalisé sur le campus de Pau une campagne de 200 tests de dépistage à la Covid-19 auprès des étudiants. Celle-ci a révélé 6 cas positifs à la Covid-19 sur les 107 prélévements nasopharyngés analysés par PCR, soit 5,6 % des étudiants testés. Un résultat qui incite l'Université "à rester vigilante" au regard de la moyenne au niveau nationale du taux de positivité (6.2 % au 23/09/20 à 14h) et des moyennes départementales publiées le 17/09/20 : Pyrénées-Atlantiques (4.2%), Landes (4.8 %) et Hautes-Pyrénées (3.1%).

  • 24/09/20 | Charente-Maritime : premier bilan de la tornade du 23 septembre

    Lire

    Mercredi vers 16h30, une tornade s'est abattue d'un coup sur le sud de l'île d'Oléron. Elle a ensuite traversé le pertuis pour remonter par Marennes, Port-des-Barques, Fouras et Saint-Laurent-de-la-Prée avant de perdre en intensité à l'intérieur des terres. Renforcés par le SDIS de Charente, les pompiers ont effectué une soixantaine d'interventions. Hormis deux blessés légers la tornade a fait de nombreux dégâts matériels : véhicules retournés, tuiles ou toitures arrachées, arbres à terre...

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Métropole | L’Éternel Retour au Littoral

11/04/2017 | La photographe et artiste Brigitte Olivier présente à la Vieille Église St Vincent de Mérignac « Littoralité». Un hommage à ses racines arcachonnaises.

Brigitte Olivier, Vanités

Brigitte Olivier est née en 1954 à Arcachon. C'est une fille et petite fille d’ostréiculteurs. Elle ne l'a jamais oublié. Le littoral fait partie de l’imaginaire de cette photographe et plasticienne, diplômée des Beaux arts de Bordeaux. Elle partage sa vie désormais entre la région parisienne et son Sud-Ouest natal. Jusqu'au 28 mai prochain, elle présente à la Vieille Église St Vincent, plusieurs séries photographiques et artistiques réalisées des années 1980 à nos jours. Elle explique sa démarche:« les littoraux sont peu représentés par les photographes, ce sont les territoires de mon enfance, j'aime y revenir pour voir comme le temps agit sur la nature, la modifie, l’abîme».

De Borges à la poésie

 Brigitte Olivier, Disparaitre

Pour la série Disparition, elle a par exemple photographié des vieux troncs d'arbres coupés, comme des visages de vieillards. Brigitte Olivier est obsédée par "le cycle de la nature" qui voue tout élément à «l’émiettement», à la «désagrégation» avant la «renaissance» sous une autre forme. «Le temps est un fleuve qui m'emporte mais je suis le fleuve». Cette phrase du grand écrivain argentin José Luis Borges est inscrit sur un mur où est projeté en boucle le mouvement d'un cours d'eau. Une façon assez majestueuse de résumer le paradoxe de nos vies. Nous subissons le passage du temps mais nous pouvons tout de même influer sur le chemin que nous allons parcourir avant de mourir. Voilà ce que semble nous dire Brigitte Olivier en citant Borges. Les années qui défilent sont au cœur de toutes les œuvres de la photographe. L'artiste a par exemple photographié d'année en année les chaussures- méduses de sa fille pour sa Petite collection. Ces objets prosaïques destinés à être jetés sont élevés au rang de reliques, symboles de la transmission de l’attachement au littoral. Il y a de la poésie dans le travail de la photographe arcachonnaise. Elle le reconnaît volontiers: «Je joue avec les mots comme les poètes et je laisse comme eux mon travail ouvert à toutes les interprétations». Dans son «ciel de traîne», l'expression métaphorique devient réelle puisque une image de ciel à l'humeur changeante est imprimée sur un long voile. On n'est pas loin de la poésie dadaïste. Et face aux très nombreuses photos d’huîtres qui jalonnent l'exposition, on pense au poème de Francis Ponge qui décrit si bien ce « galet moyen, […] d'une apparence plus rugueuse, d'une couleur moins unie, brillamment blanchâtre.»

Une nouvelle série pour rompre avec le réalisme

La série la plus récente de l'exposition s'appelle Sur la terre comme au ciel, elle marque une forte rupture dans l’œuvre de Brigitte Olivier. Elle qui photographie de très prés les objets s'est envolée en hélicoptère pour prendre des images du bassin d’Arcachon vu du ciel. « C'est un grand changement! C'est comme si en m’élevant, j'avais envie de quitter le minimalisme et le réalisme pour aller plus vers l’imaginaire» explique-t-elle. C'est le premier projet où elle transforme l'image, en rajoutant de la couleur grâce à Photoshop. La photographe a envie de poursuivre dans cette veine, elle a retrouvé un nouveau souffle en choisissant une réinvention plus forte du réel.

Matthias Hardoy
Par Matthias Hardoy

Crédit Photo : Brigitte Olivier/ Ville de Merignac-Vieille Eglise St Vincent

Partager sur Facebook
Vu par vous
1906
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Métropole
Métropole
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires