Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

23/09/20 : Après consultation du comité d’experts, la préfète des Landes a décidé qu'à compter de ce jour 14h00, la vigilance revient au niveau jaune pour les feux de forêt. Autrement dit une vigilance moyenne, au niveau 2 sur une échelle de 5.

22/09/20 : La Chambre d'agriculture de la Haute-Vienne va engager une procédure pour obtenir le statut de calamité sécheresse en raison du déficit en eau des derniers mois. Les agriculteurs bénéficieraient d’aides pour pallier la baisse de rendement en céréales.

22/09/20 : L'édition 2020 du festival Animasia, prévue les 10 et 11 octobre prochains a finalement été annulée pour respecter les annonces de la Préfecture concernant les nouvelles restrictions sanitaires notamment la réduction de la jauge d'évènements publics.

18/09/20 : L'incendie du 17 septembre en Nord Gironde avait causé l'interruption du trafic sur la LGV Sud Europe Atlantique. Après vérification du bon fonctionnement des installations par Lisea, le trafic a repris très progressivement depuis 16 heures.

17/09/20 : Dans le 47, la fibre optique arrive dans le Pays de Duras. 1ers foyers lot-et-garonnais raccordables début septembre grâce à l’action d’Orange passé avec le Conseil départemental.

17/09/20 : Touchés par la crise liée au Covid, les producteurs de Foie gras ouvrent leurs portes lors des journées du patrimoine (19-20/09). En Lot-et-Garonne, 2 élevages accueillent le public : La Ferme de Souleilles à Frespech et la Ferme de Ramon à Lagarrigue.

16/09/20 : Trois statues de la flèche de Notre-Dame⁩ sont de retour à Paris depuis mardi, plus précisément à la cité de l'architecture. Elles avaient été déplacées dans le cadre de travaux trois jours avant l’incendie pour être restaurées en Dordogne.

10/09/20 : Le Mouvement Européen France - Gironde a tenu son Assemblée Générale début septembre. François Adoue, directeur de l'Observatoire International des Métiers Internet a été élu président de l'association et succède ainsi à Jean-Michel Arrivé.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 24/09/20 | La Nature s’expose à Guéret

    Lire

    Du 22 septembre au 10 octobre, la Ville de Guéret, en partenariat avec l’association Creusographie, propose l’exposition du Concours Photo 2020 au centre culturel Espace Fayolle. Chacun des 23 participants à cette exposition sera récompensé avec une attention particulière. Les 3 premiers se verront remettre officiellement leur lot le 1er octobre prochain, pour des raisons sanitaires.

  • 24/09/20 | Bordeaux : opération de dépistage COVID-19 pour les publics prioritaires

    Lire

    L’ARS Nouvelle-Aquitaine en lien avec la Préfecture de la Gironde, la Mairie et la Métropole de Bordeaux et avec l’appui du CHU de Bordeaux et de la Protection civile, organisent une opération de dépistage gratuit de la COVID-19 Place des Quinconces à Bordeaux du 23 septembre au 30 octobre, de 13h à 17h. Cette opération concerne les personnes présentant des symptômes compatibles avec la Covid-19 munies d’une prescription médicale et celles définies comme contact à risque d’un cas confirmé par l’autorité sanitaire disposant d’un justificatif de l’Assurance maladie.

  • 23/09/20 | EELV appelle aux candidatures pour les cantonales

    Lire

    Ils entendent faire "basculer" la majorité départementale. Les écologistes de Charente-Maritime appellent aujourd'hui à candidature dans les 26 cantons. Un projet commun sera bâti sur des thèmes comme l’eau, de l’agriculture de la conchyliculture ; l’action sociale; le handicap ; l’insertion ; le tourisme durable ; la biodiversité; le transport - ainsi que la création d'emplois utiles et non délocalisables respectueux de la nature et des hommes au service des nouvelles solidarités écologiques.

  • 23/09/20 | Pau et Pays de l'Adour: l'Université labellisée université européenne

    Lire

    L'UPPA est lauréate de l'appel à projet sur les universités européennes et bénéficie du soutien de la commission européenne pour 3 ans, afin de déployer son projet UNITA. Alliant 6 universités de régions pour partie rurales, montagneuses, transfrontières et qui parlent toutes une langue romane, ce projet vise à concevoir un modèle d'université européenne intégrée autour de 3 axes : le patrimoine culturel, l'énergie renouvelable et l'économie circulaire, outre les caractéristiques géographiques et idiomatiques communes.

  • 23/09/20 | La Convention Citoyenne pour le Climat en escale dans le Sud-Gironde

    Lire

    La Députée LREM de la neuvième circonscription de la Gironde Sophie Mette se rendra ce jeudi 24 septembre à Barsac, proche de Cadillac-sur-Garonne, à l'occasion d'ateliers pour la Convention Citoyenne pour le Climat (CCC). Ces ateliers seront articulés autour de cinq thèmes : les mobilités, la consommation, le logement, le travail, l'alimentation. Une partie des propositions de la CCC sera retranscrite puis présentée dans un projet de loi présenté à l'Assemblée Nationale début 2021.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Métropole | L'Université de Bordeaux veut devenir propriétaire

19/10/2018 | Ce jeudi 18 octobre, le conseil d'administration a validé le principe d'une cession du patrimoine de l'Etat à l'Université de Bordeaux. Elle serait signée en 2019.

Université Bordeaux

Ce jeudi 18 octobre, l'Université de Bordeaux a posé la première pierre d'un vaste chantier qui l'engage sur les vingt prochaines années : elle devrait devenir, en 2019, propriétaire à 85% de son patrimoine immobilier et foncier, appartenant jusque à à 82% à l'Etat. Plus que symbolique, ce changement de cap pourrait constituer un important virage pour le campus bordelais, qui suivra l'exemple poitevin dont la dévolution a été signée en 2011. A la clé : une vision à plus long terme de ses futures transformations et une indépendance financière favorisant une valorisation sur 26 hectares. On vous explique ce que ça va changer.

Il était une fois la dévolution

C'est l'un des plus vastes campus d'Europe. Jugez plutôt : 187 hectares (dont 88% soit 117 hectares répartis entre Pessac, Talence et Gradignan), 293 bâtiments et 572 000 mètres carrés de patrimoine bâti. L'Université de Bordeaux veut pourtant encore grandir, et elle va devoir pour cela changer sa méthode : elle devrait, avant la fin de l'année, signer un acte officiel de la dévolution de son patrimoine, et ainsi devenir propriétaire de 85% de ce dernier, le reste étant répartis entre des biens construits dans le cadre des CPER (Contrat de Plan Etat Région), des biens appartenant à des collectivités territoriales (notamment les départements) ou encore issus de divers échanges et héritages. La dévolution du patrimoine aux universités n'est pas un sujet récent : l'Université de Poitiers a fait partie, aux côtés de l'Université d'Auvergne et de Toulouse 1, de la première vague de dévolutions, rendue possible par la loi LRU de 2007 (neuf universités s'étaient portées candidates en 2009).

Mais concrètement, que signifie cette reprise de biens ? D'abord que l'Université de Bordeaux ne sera, sur le papier, plus dépendante de l'Etat pour réaliser et financer ses futurs travaux. Elle pourra décider seule d'éventuelles cessions et récupérer 100% des bénéfices en cas de vente et enfin elle peut planifier des projets sur le long terme, notamment grâce à l'emprunt. De l'aveu même du président de l'Université de Bordeaux, Manuel Tunon de Lara, ces trois perspectives changent beaucoup de choses. Déjà parce que même si la vaste Opération d'Intérêt Métropolitain Campus (500 millions d'euros) ne concerne qu'un tiers d'un campus aux bâtiments souvent vieillissants, et que l'entretien de ces derniers coûte cher (25 millions d'euros par an environ en budget de fonctionnement hors Opération campus), 63% des dépenses immobilières globales sont dédiés au fonctionnement des bâtiments, et 37% aux travaux (dont 8% pour la maintenance lourde). "Sur la maintenance, l'Opération Campus peut mettre treize euros par an et par mètre carré. De notre côté, nous n'arrivons pas à mettre cinq euros. Notre modèle économique va donc permettre de chercher cette différence dans la valorisation de ce que l'on a".

Un campus à la loupe

Le relief du campus est complexe et ses différentes antennes ont été construites en puzzle dont les pièces ont été rajoutées au fil des ans et des différentes opérations, nationales ou non. La première étape pour préparer cette transformation était donc de réaliser un panel complet du patrimoine immobilier. Ce jeudi, le conseil d'administration a adopté un schéma directeur réalisé par la société Colliers International. Cette vaste étude a permis de mettre sur le papier "les orienations stratégiques pour les vingt prochaines années" et d'identifier le cadre d'une future valorisation, montages financiers et juridiques compris. Cette phase de diagnostic, démarrée il y a plus deux ans, a permis de mettre en place un SPSI (Schéma Pluriannuel de Stratégie Immobilière), une case nécessaire pour tout opérateur public. Un panel de 1200 personnes a été associé à cette enquête sur "l'enseignement du futur", et les collectivités locales y ont également été associées. "Ca nous a permis de définir un périmètre académique précis dévolu à nos missions essentielles, tout en tenant compte de notre évolution future", précise le président de l'Université.

On l'a dit, la convention de dévolution devrait être signée par la ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, Frédérique Vidal. Les actes notariés qui devraient suivre permettront, eux, d'effectuer le transfert de propriété en bonne et due forme. Mais une fois ceci fait, que compte en faire l'Université de Bordeaux ? Que se cache-t-il sous le voile un peu abstrait de ce long processus de "valorisation" espéré par Manuel Tunon de Lara ? Toutes les pistes sont ouvertes, et il est encore un peu tôt pour définir des objectifs précis. Mais quelques pistes sont déjà à l'étude. Concrètement, le potentiel de construction est de 29 hectares, soit 450 000 mètres carrés constructibles, avec un potentiel de valorisation établi à 400 millions d'euros de retours sur investissement sur vingt ans. Autant dire que ce portefeuille attire les promoteurs immobiliers. "On a déjà été contacté par certains. L'un d'entre eux m'a même proposé de construire une fac privée. Mais on reste un opérateur public, on ne va pas faire n'importe quoi. Notre objectif n'est pas de dégager une marge financière mais de mener une Université vers les standards internationaux". Vaste chantier : le classement de Shangai, palmarès mondial des universités, a rétrogradé Bordeaux en 2018 dans le groupe allant de la 201ème à la 300ème place (en 2017, dans ce même classement, elle était positionné dans le groupe allant de la 151ème à la 200ème place). Et même si ce classement est contesté, d'autres confirment peu ou prou cette position, comme le "Times Higher Education". En 2018, l'Université de Bordeaux est passé de la fourchette 301-350 à la 401-500. Il y a donc encore une sacrée marge, même si elle se classait en 2017 en huitième position des meilleurs universités françaises.

Des idées plein la hotte

Comment valoriser un tel patrimoine et essayer d'atteindre "les standards internationaux", donc ? Déjà par des opérations comme celles inscrites dans le CPER et le Plan Campus : dans les cinq prochaines années, une cinquantaine de projets (démolitions, rénovations ou reconstructions) ont été identifiés. Paradoxalement, l'Université souhaite aussi diminuer son emprise, en réduisant les surfaces des bâtiments qu'elle occupe de 4,4% d'ici 2023. Cela pourrait, par exemple, passer par l'arrêt de la politique des grands amphis pour les remplacer par des plus petits, connectés entre eux, ou même modulaires, tout ça dans le but d'une "optimisation" des surfaces occupées. Une autre des priorités identifiées par l'Université, c'est celle des logements étudiants. Sur le campus bordelais, le manque de logements est un problème depuis plusieurs années, mais il est plus visible et accentué ces derniers temps à cause de plusieurs facteurs, dont l'augmentation croissante de l'effectif étudiant chaque année, le phénomène airbnb ou la "logique inflationniste" dénoncée dernièrement à grands coups d'affiches par un enseignant du collège Sciences et Technologies de Gradignan, Marc Carrey.

La pénurie de logements est une priorité politique depuis longtemps, et les efforts ne cessent pas, même s'ils sont visiblement insuffisants. Défini par le président du Conseil régional comme "un problème à franchir", il fait l'objet de nombreuses opérations, que celles-ci proviennent de la région seule (la récente résidence Simone Veil), d'un contrat signé entre elle et l'Etat (visant à inaugurer 2000 logements d'ici 2020 et 1500 de plus avant la fin du quinquennat Macron), du Crous (réhabilitation de 300 logements en 2019 à Pessac et construction d'un nouveau Village de 400 places à la rentrée prochaine) ou d'opérateurs comme Domofrance (qui a récemment lancé une marque dédiée, baptisée Yellome et visant 1000 logements de plus d'ici 2021).
De son côté, l'Université de Bordeaux se dit consciente du "déficit structurel, malgré les efforts significatifs, notamment régionaux". Pour faire face à ce problème, elle compte mettre les mains dans le cambouis. "On pense pouvoir construire jusqu'à 10 000 logements étudiants. En tout cas, on va en faire une priorité, même cela se fera aux côtés du Crous et sans s'y substituer. Sans parler du privé". Oui, car pour avoir recours à l'emprunt, il reste encore à créer une Société Universitaire de Recherche. Cela devrait être fait en 2019, et l'Université de Bordeaux en sera l'actionnaire majoritaire, aux côtés de Bordeaux Montaigne et des collectivités (région et métropole). Cela pourra ouvrir le champ à des opérateurs privés, et aux fameux PPP (Partenariats Publics Privés). A voir comment ces derniers vont être utilisés, mais les revenus de loyers issus d'un parc privé, "géré par une filiale" ont été identifiés comme un volet "récurrent" des ressources à dégager pour favoriser le réinvestissement, aux côtés de ressources "ponctuelles", comme quelques cessions et l'octroi de baux de construction.

Mais le logement étudiant n'est pas le seul plan de la fac bordelaise à long terme. Elle réfléchit par exemple aux côtés du CHU de Bordeaux, à la rénovation du bâtiment de recherche et l'hôpital du Tondu situé dans le secteur Carreire, souhaitant transformer ce dernier en résidence pour les chercheurs (ils sont 6500 sur le campus) et en logements étudiants. Dans le secteur Rocquencourt, l'Université a dessiné les premiers plans d'un potentiel futur "quartier de vie développé autour du sport, de la santé et du bien-être" avec des logements, des résidences( à la fois pour les étudiants et les enseignants-chercheurs), des commerces et services, des bureaux et des équipements dédiés. Manuel Tunon de Lara n'a pas non plus caché sa volonté d'accélérer "l'accueil des entreprises. Nous devons franchir une étape. On en loge déjà, mais ça ne suffit pas, nous avons une attractivité à faire valoir", affirme-t-il. D'autres pistes (des équipements pour accueillir les futurs athlètes des Jeux Olympiques, un hôtel destiné à accueillir du public et des chercheurs "emblématiques", un "learning center" par site, un Open Lab, des expérimentations menées sur les dix hectares de la forêt de Floirac, le déménagement potentiel de L'ESPE (Ecole Supérieure du Professorat et de l'Education) de Mérignac...) sont en cours de réflexion. Pour autant, cette dévolution ne devrait pas empêcher l'Université de Bordeaux de participer et de recevoir des financements aux futures grandes opérations nationales et au CPER (dont une clause de revoyure est prévue pour janvier prochain). En tout cas, une chose est sûre : l'Université de Bordeaux pourrait bel et bien arriver à un virage important de sa stratégie de développement à long terme.

Volontarisme exigé

Si l'on ne sait pas encore comment et avec quel calendrier précis tout ça pourra se mettre en place, sur le papier les avis sont mitigés. En 2016, l'Inspection Générale des Finances a rédigé un vaste rapport sur la première vagues des universités ayant procédé à une dévolution de leur patrimoine. Le résultat a identifié une accélération sensible des projets immobiliers, une restructuration de la recherche et un "renforcement du sentiment d'appartenance", objectif confirmé par Manuel Tunon de Lara. "La place de l'université change politiquement, le personnel est plus attentif au sort des bâtiments. Nous avons besoin d'un ancrage professionnel plus fort", résume-t-il. L'IGF a tout de même identifié des recettes de cession et de valorisation jugées "décevantes" (respectivement 420 000 et 75 000 euros à Clermont-Ferrand en 2015, par exemple) et une faiblesse au niveau du taux d'occupation des salles toujours tenace (46% pour Poitiers en 2015 contre 72% en moyenne). Une récente étude de la Cour des Comptes plaide cependant indirectement en faveur de ce mouvement, dont la vision à long terme a été identifiée par les principaux interessés comme un avantage. Elle tire en effet un bilan très mitigé de l'opération Campus, qui se terminera en 2023 avec six ans de retard sur le calendrier initial. A voir donc si des changements notables seront visibles sur le campus bordelais une fois que l'Université aura repris la main.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
7213
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Métropole
Métropole
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires