Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/01/18 : "Progrès et Sagesse": ce sera le thème de la 24° Université Hommes-Entreprise du CECA les 30 et 31 août au Château Smith Haut Lafitte. Il y sera question d'éthique et de sens, en particulier celui de l'intelligence artificielle: bienfait ou menace?

16/01/18 : France Télévision a compris l'utilité de France 3 Euskal Herri au Pays basque. Les sept minutes quotidiennes ont été maintenues, dans l'état. C'est à dire dans sa structure au studio des allées Marines de Bayonne et non prestataire de reportages

16/01/18 : Cyrille Guimard, sélectionneur de l'équipe de France de cyclisme, parrainera la 23e édition du Tour de Lot-et-Garonne et sa cyclosportive les 14 et 15 avril prochains.

16/01/18 : L'agglo de La Rochelle a été choisie par le cabinet Missions Publiques pour faire partie des 4 collectivités françaises à organiser un débat publique atour de l'essor des transports sans conducteur, le 27/01 de 9h à 17h. Inscription : debatcitoyen.fr

15/01/18 : La Rochelle participe à la 2e Nuit de la lecture samedi 20 janvier de 16h30 à minuit à la médiathèque de Villeneuve-les-Salines et dans le Hall de l’Agora au Centre social. Au programme : des lectures et des animations variées. Tout public. Gratuit.

13/01/18 : Cognac: les Trophées du vin 2018 ont récompensé le 11 janvier l'association cognaçaise Les Etapes du cognac avec le prix "meilleur accueil dans le vignoble", récompensant son développement de l'oenotourisme sur le territoire.

11/01/18 : Opération de régulation des sangliers à Agen et Foulayronnes. Un grand nombre de sangliers a été signalé et confirmé dans ces deux communes. Les services de l’Etat ont donc décidé d'organiser des opérations de régulation jusqu’au 28 février inclus.

S’abonner ici !
  • 17/01/18 | Le Reggae Sun Ska repart en Médoc

    Lire

    Clap de fin pour la version "campus" du Reggae Sun Ska. À la suite d'un courrier et de plusieurs échanges téléphoniques avec les maires de Pessac, Talence et Gradignan soulignant des plaintes de riverains soumis à des "nuisances sonores", la 21ème édition du festival se délocalise. Elle aura lieu sur le domaine de Nodris, à Vertheuil, pouvant accueillir 12 000 festivaliers par jour (contre 27 000 sur le campus). Ce mercredi, les premiers noms de la programmation annoncent notamment Jimmy Cliff en tête d'affiche.

  • 17/01/18 | Le trafic de l'aéroport de Biarritz Pays-Basque: +4,7%

    Lire

    Les gestionnaires de l'aéroport de Biarritz Pays basque pourront avoir le sourire lors de la présentation des vœux la semaine prochaine. Si les chiffres de décembre ont connu une légère baisse, (74 091 passagers contre 74 727 en 2016) vraisemblablement en raison de l'enneigement précoce des stations de sports d'hiver, en revanche 2017 affiche des chiffres flamboyants avec 1 190 991 passagers, soit une augmentation de 4,88% qui confirme largement sa place de deuxième plateforme aéroportuaire de la Nouvelle-Aquitaine.

  • 17/01/18 | Contrat juteux pour Gaz de Bordeaux

    Lire

    La SAS Gaz de Bordeaux peut se frotter les mains : elle vient de décrocher un marché auprès de la Direction des Achats de l'État pour fournir plus de 2000 sites en gaz naturel pendant deux ans. Parmi eux, on retrouve la Cour des Comptes, Météo France, plusieurs ministères mais aussi l'ensemble des centres pénitentiaires de France. En 2016, cette société possédée par Régaz dont Bordeaux Métropole est actionnaire à 51,93% a réalisé un chiffre d'affaires de 355 millions d'euros, dont 70% hors Gironde.

  • 17/01/18 | La réforme de l'enseignement supérieur avance

    Lire

    Frédérique Vidal, la Ministre de l'Enseignement supérieur, s'est rendue ce mardi à Bordeaux. Elle y a effectué un nouveau point d'étape à la rencontre des présidents des universités de Bordeaux Montaigne, Poitiers, Limoges, Pau et La Rochelle et de la communauté d'enseignants. L'ordre du jour était évidemment consacré à la réforme de la réussite et de l'orientation, dont la première étape (remplacer "APB" par Parcours Sup) est effective depuis lundi. Cette réforme représente un budget d'un milliard d'euros sur cinq ans.

  • 17/01/18 | Le maire de Bayonne s'inquiète pour l'avenir des Galeries Lafayette

    Lire

    Après avoir appris que dans le cadre du projet de cession en franchise de magasins Galeries Lafayette en province celui de Bayonne serait éventuellement concerné. Le maire a fait part de sa "totale incompréhension et sa plus vive réprobation si une telle information venait à être confirmée". Pour Jean-René Etchegaray, cette décision irait à l’encontre des efforts conjugués pour renforcer le dynamisme commercial et l’attractivité d'un centre-ville, dont les Galeries Lafayette sont une des locomotives".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Métropole | La métropole et le "manger sain"

08/01/2018 | Les initiatives labellisées bio ou "agriculture raisonnée" fleurissent sur la métropole bordelaise. On a mis les pieds dans le plat et enquêté sur ces nouvelles manières de consommer.

dossier alimentation métropole

"Manger local, manger sain, manger durable". C'est sûr, avec tous ces logos verts et ces images de beaux pâturages, l'"agriculture raisonnée" et le bio, depuis quelques années, sont devenus "in". En France, ce marché a même enregistré une progression de +20% au premier semestre 2016 et générait, la même année, un chiffre d'affaires de sept milliards d'euros, soit un milliard de plus en un an à peine. Et la Nouvelle Aquitaine, plus grande région agricole d'Europe, aurait tort de ne pas s'y mettre : en juin 2016, on comptait 4801 producteurs engagés en bio sur quelques 207 255 hectares, soit 5,3% de la surface agricole utile régionale, contre 5,7% au niveau national.

Des efforts visibles

Il a beau exister, de temps en temps, quelques petites carottes ou de très sérieux doutes sur les marges, les nouveaux modes de consommation ont la côte : d'après un baromètre édité par l'agence Bio et le CSA, près de neuf français sur dix déclarent avoir consommé des produits biologiques au cours des douze derniers mois. Fruits et légumes sans pesticides, viande nourrie plus sainement et élevée en plein air, pâtes au blé produit directement sur l'exploitation... les exemples et les promesses ne manquent pas. Il était donc logique de se poser la question, à l'aube d'une année 2018 au cours de laquelle les grands travaux d'aménagement de l'agglomération bordelaise ne manqueront pas de truster les unes de l'actualité dans les prochaines semaines, à savoir comment le bio et le "manger sain" se développent-ils sur la métropole ? Ce marché, souvent très lucratif (le groupement Biocoop, pour ne citer que lui, enregistrait déjà une croissance de 25% de ses ventes en 2016) est-il réellement mature ? Que valent les nouveaux modèles émergeants, les initatives des associations, les ruches, les AMAP ? Peut-on vraiment faire confiance à l'étiquette "zéro pesticides" ?

Le relief de l'économie locale est au moins d'accord sur un point : les alternatives au "tout supermarché" fleurissent un peu partout au détour des 28 communes de la métropole. Elle même soutient d'ailleurs le développement du circuit court par le biais de divers engagements : projet FRCIVAM de "couveuse agricole" pour pousser de nouveaux agriculteurs à s'installer sur le territoire métropolitain, marché d'intérêt national, sauvegarde des zones maraîchères inscrite dans le plan local d'urbanisme... Au niveau des collectivités aussi, on s'engage : Bègles, Bordeaux, Mérignac, Pessac et d'autres n'ont pas attendu la future loi gouvernementale ayant l'objectif de fixer à 50% la part du bio dans les cantines scolaires pour s'emparer du sujet, grâce au soutien du département de la Gironde. Face à des États généraux de l'alimentation aux propositions anémiques et polluées par les lobbys de l'agro-alimentaire, face au lait contaminé de Lactalis et à tous les autres scandales alimentaires récents assez vite oubliés, la "société civile" locale, elle, s'organise pour se mettre de plus en plus au courant de ce qu'elle a chaque jour dans son assiette. 

Des légumes militants

Le petit scandale suscité par les assiettes en plastique dans les cantines bordelaises et le plus gros soulevé par Cash Investigation sur l'usage des pesticides en viticulture l'ont bien prouvé : plus grand-chose ne passe inaperçu. Selon les chiffres de la DRAAF, les habitants de la métropole consomment 162 kilos de fruits et légumes par ménage et par an, le critère d'origine comptant à 25% comme critère d'achat. La métropole, bien que son autosuffisance alimentaire soit désormais un mythe avoué, concentre 50% du "potentiel de consommation". Pour autant, le territoire, regardé à la loupe par ce diagnostic territorial, est jugé comme étant "à deux vitesses". C'est que le bio et les produits de qualité, c'est logiquement bien plus cher à la caisse qu'un sachet de trois sucrines espagnoles à un euro. Et le prix varie même souvent en fonction des modèles proposés : association, magasin de producteurs, marché, drives : même si tous se partagent plus ou moins les bonnes adresses des paysans girondins et aquitains, leur méthode de fonctionnement, ce qu'on appelle en langage "start-up" leur "business model", est souvent différente d'une adresse à l'autre. Cette donnée n'est bien sûr pas anodine, car d'un autre côté, on comptait en 2015 quelques 33 000 bénéficiaires de l'aide alimentaire, dont 70% en zone urbaine... et ce chiffre ne cesse de grimper. Selon les données révelées par le Secours Catholique en novembre, les demandes d'aide alimentaire représentent désormais pour 37% des motifs d'accueil. Les nouvelles "épiceries solidaires", qui proposent des prix défiant toute concurrence et un tarif "minimas sociaux", paraissent former, aux côtés des aides alimentaires, l'autre côté du miroir.

Malgré ces constats en demi-teinte, l'explosion des modes de consommations alternatifs interroge. Nous avons voulu pousser les portes et les préjugés pour questionner ceux qui les font vivre sur la métropole bordelaise : par exemple ces producteurs regroupés au sein de la Coop Paysanne rive droite dont le modèle se cherche encore, ces locavores qui, dans leur coin, cultivent le "manger sain", ces "drives fermiers" qui font des paysans des livreurs de paniers hebdomadaires. Sans être totalement exhaustifs, nous ouvrons la page d'un dossier aux multiples interrogations  : cette métropole attirant chaque jour de nouveaux habitants leur permet-elle de bien manger sans se ruiner ? Comment fonctionnent, en interne, ces nouvelles façons de mieux consommer ? En quoi permet-elle aux agriculteurs de mieux vivre de leur travail ? Cette enquête, vouée à s'étoffer au fil des semaines, vous emmènera faire un petit tour d'horizon des solutions alternatives qui, bien qu'encore jeunes, prennent de plus en plus des airs de lutte sociale. Alors, les enseignes vertes sont-elles aussi vertueuses qu'elles le prétendent ? Premiers exemples, à l'échelle de l'agglomération bordelaise, fournissant des éléments de réponses. 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
1510
Aimé par vous
2 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Métropole
Métropole
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires