Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

16/02/19 : Quelques 2 à 3.000 personnes à Saint Vincent de Cosse en bord de Dordogne ce samedi en présence de nombreux maires et du président du département pour soutenir le contournement de Beynac dont les travaux sont suspendus après l'arrêt du Conseil d'Etat

16/02/19 : Charente : le rectorat a annoncé hier douze fermetures d'écoles et vingt trois fermetures de classes, particulièrement en milieu rural, pour la rentrée 2019. A Voulgezac/Plassac-Rouffiac, c'est carrément le groupe scolaire qui disparaît.

15/02/19 : La Rochelle : Réunion publique dans le cadre du grand débat national « Transition écologique, un devoir laïc, démocratique et citoyen » Salle de l’Oratoire, ce dimanche à 14h.

15/02/19 : Charente-Maritime : la mairie de Clavette, près de La Rochelle, organise un Grand Débat national sur le thème de la fiscalité, mardi 26 février à 19h à la salle des fêtes.

15/02/19 : La Rochelle : suite à un nouvel appel à manifestation sur les réseaux sociaux, non déclaré en préfecture, cette dernière a renforcé son dispositif de sécurité et réitéré son arrêté interdisant la vente et la détention de produits chimiques.

15/02/19 : Suite à une AG extraordinaire qui s’est tenue ce jour, le Frac Aquitaine change de nom. En référence à la dimension territoriale de ses missions et au nouveau bâtiment qu'il intégrera d'ici juin, il se nomme désormais Frac Nouvelle-Aquitaine MÉCA.

14/02/19 : Virginie Calmels a fait part de son retrait de la vie politique lors d'une réunion de la majorité municipale bordelaise ce jeudi 14 évrier et devrait renoncer à son mandat municipal concomitamment avec Alain Juppé début mars.

13/02/19 : Les artistes Benjamin Biolay et Melvil Poupaud se retrouvent sur la scène du théâtre Ducourneau d'Agen, vendredi 15 février à 20 h 30 pour présenter leur Songbook idéal.

13/02/19 : Contre la Réforme des lycées, les établissements de la Rive Droite se mobilisent, le jeudi 14 février, à 17h30. Depuis le lycée Elie Faure, direction les Iris puis le lycée Mauriac pour un rassemblement place Stalingrad.

13/02/19 : Le jeudi 21 février, O2 Radio organise une émission spéciale "Grand Débat National" en direct de 19h à 21h sur 91.3FM ou Facebook. L'émission s'articulera autour de trois thèmes : Fiscalité et dépenses publiques, Institutions et Transition écologique.

13/02/19 : A cause des manifestations le samedi, l'Opéra National de Bordeaux modifie l'accueil de la compagnie de danse « Nederlands Dans Theater ». Ainsi, la représentation initialement programmée le samedi 23 fév. 20 h est avancée au mercredi 20 fév 20 h.

12/02/19 : Le maire de Poitiers, Alain Claeys accueillera le 12 février à 18h15 les étudiants européens du programme Erasmus. Ils seront reçus à l'hôtel de ville, dans le cadre de leur séjour dont le thème est "Migration in Europe".

12/02/19 : La rocade sera fermée entre les échangeurs 2 et 4 pour travaux de maintenance et entretien dans les nuits du 13 au 14 février de 21h à 6h et du 14 au 15 février de 21h à 6h.

12/02/19 : Le collectif "Ensemble pour le climat La Rochelle" organise une nouvelle après-midi de sensibilisation sur le thème de la citoyenneté et du vivre ensemble le dimanche 17 février. Le rdv est donné à 14h30 à la plage de la concurrence pour une marche.

11/02/19 : "France-Maghreb : renforcer l'économie sociale et solidaire, élus et entrepreneurs unis", tel est le thème de la 16° convention « Europe-Afrique du Nord » qui aura lieu les 15 et 16 février Halle des Douves à Bordeaux. www.france-northafrica.com

07/02/19 : Pierre Camani (psdt du 47) à propos de sa rencontre ce jour, avec Jun Kuroda, cadre dirigeant de Taisho, repreneur d’UPSA : " Taisho veut véritablement investir dans l’entreprise agenaise en diversifiant et développant ses activités commerciales."

07/02/19 : Le chef Philippe Etchebest va ouvrir d'ici la fin de l'année 2019 un nouveau restaurant à Bordeaux dans le quartier des Chartrons. Comme au Quatrième Mur, la carte sera divisée en deux : une cuisine "populaire" et une plus haut-de-gamme.

Juppé : une démission lourde de sens

Il a tourné la page entre émotion et lassitude...Emotion lorsque la voix s'est brisée à l'évocation du couple qu'il formait avec la ville, lassitude lorsqu'il a esquissé les raisons de fond qui l'ont décidé à ne pas briguer un mandat supplémentaire, le « mandat de trop » que l'on n'allait pas tarder à lui jeter à la figure. Oui, ce qui nous a semblé le plus révélateur du choix d'Alain Juppé de renoncer à se représenter et à accepter, en 24 heures, la proposition qu'on lui a faite, c'est ce sentiment que le combat n'en valait plus forcément la peine, en tout cas pas sur la place publique, dans un contexte où, il l'a souligné, l'esprit public « est devenu délétère ». Et de pointer la haine, la violence, les mensonges qui envahissent les réseaux sociaux et ces affirmations péremptoires sur le mode « élus tous pourris et élites stigmatisées »... D'aucuns railleront ces propos et, déjà, sans sourciller égrènent les moments les plus rudes d'un parcours politique, longtemps dévoué à Jacques Chirac. C'est tout juste s'il ne faudrait pas s'excuser, aujourd'hui, d'accorder un peu d'attention aux propos d'un homme de droite qui n'a jamais placé ses désaccords au-dessus des valeurs de la République. Un républicain qui a claqué la porte d'un parti qui n'a plus rien à voir, sous Wauquiez, avec ce qui fut naguère l'UMP, l'Union pour un mouvement populaire. Désormais tenu à un vrai devoir de réserve, dans quelques semaines, au sein du Conseil constitutionnel, il exprimera des points de vue dont on peut penser qu'ils ne seront pas inutiles à un président qui va devoir, justement, ouvrir le chantier des réformes institutionnelles.


- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 16/02/19 | Landes : le Département refuse la carte scolaire

    Lire

    Le Comité Départemental de l'Éducation Nationale (CDEN) se tenait le 15 février à la Préfecture des Landes. Malgré les résultats positifs du partenariat entre la Région et le CDEN pour les transports, le Conseil départemental des Landes refuse de mettre en place la carte scolaire. Xavier Fortinon a dénoncé l'évolution de cette dernière, qui "fragilise l'équilibre du territoire". Le Président du Conseil départemental maintient toutefois la gratuité des transports scolaires.

  • 16/02/19 | La mort de Gérard Vandenbroucke

    Lire

    Réaction d'Alain Rousset après la mort de Gérard Vandenbroucke, 1° vice-président du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine : « De maire à président du Conseil régional du Limousin et de Limoges Métropole, il a offert sa vie à l'action publique et aux services des autres. À mes côtés, il fut un homme digne, amoureux de son territoire qu'il défendait avec conviction et passion. Je retiens aussi qu'il aimait rire, sourire et réfléchir. Preuve en est avec son salon du dessin de presse et d'humour à Saint-Just Le Martel dont il était si fier. Courageux, chaleureux, accessible, ardent défenseur de la liberté de la presse, tel était Gérard.»

  • 16/02/19 | Gilets Jaunes : la Région intervient

    Lire

    Un geste financier pour les commerçants. Dans un communiqué du 15 février, la Région annonce avoir débloqué une enveloppe de 2 millions d'euros à destinations des commerçants et artisans victime du mouvement des Gilets Jaunes. Le montant de l'aide sera compris entre 2.000 et 10.000 euros. D'après le Conseil régional, "les entreprises éligibles à ce soutien exceptionnel devront avoir constaté une baisse de leur exploitation d'au moins 30% par rapport aux années précédentes".

  • 15/02/19 | Royan : imaginez la plage du futur !

    Lire

    La Communauté d'Agglomération Royan Atlantique (CARA) organise un concours d'artistes amateurs. Ce dernier a pour thème "ma plage en 2040" et s'inscrit dans le cadre du plan plage territorial de l'agglomération. Toutes les formes d'art sont acceptées, du dessin à la sculpture en passant par la vidéo. La CARA souhaite prendre en compte la vision des citoyens dans sa politique d'aménagement du territoire. Les candidatures d'artistes sont à envoyer pour le 3 mai au siège de la collectivité.

  • 15/02/19 | Rénovation de la Cité administrative d'Agen

    Lire

    Le plan de rénovation énergétique des bâtiments de 2018 prévoit la rénovation des cités administratives à l’échelle nationale pour 1 milliard d’euros sur 5 ans. Les objectifs prioritaires de cette rénovation sont l’amélioration de la performance énergétique et la réduction des dépenses de fonctionnement. Le dossier de la Cité administrative de Lot-et-Garonne a donc obtenu la labellisation lors de la Conférence nationale de l’immobilier de l’État qui s'est tenue le 6 décembre dernier.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Métropole | Le pont de pierre restera fermé aux voitures

05/07/2018 | Le maire de Bordeaux a annoncé ce matin, à l'issue d'un comité de pilotage, que le pont de pierre resterait définitivement fermé à la circulation automobile.

pont de pierre

Le pont de pierre restera définitivement fermé aux voitures, c'est l'annonce qu'à fait ce jeudi le maire de Bordeaux Alain Juppé alors qu'un comité de pilotage devait se réunir pour voter ou non le maintien de l'expérimentation en cours depuis l'été 2017. Chiffres à l'appui, la métropole a tranché tout en déroulant une série d'annonces sensées réguler le trafic. Après le retard annoncé de la livraison du Pont Simone Veil, les automobilistes vont apparemment devoir s'habituer à ne plus emprunter le plus vieil ouvrage de franchissement de la Garonne. Une décision qui, comme l'a précisé Alain Juppé, devrait "provoquer autant de satisfactions que de critiques".

La décision est visiblement ferme et définitive : ce jeudi 5 juillet, le maire de Bordeaux Alain Juppé a annoncé le maintien de façon définitive de la fermeture du pont de pierre aux véhicules à moteur, ce dernier restera donc réservé aux bus, taxis, véhicules prioritaires, vélos et piétons. La décision, prise en comité de pilotage alors que l'expérimentation était en cours depuis l'été 2017, intervient dans un contexte compliqué justifié par le retard pris dans la construction du pont Simone Veil, dont la livraison a récemment été décalée entre un et trois ans. Et les maires de Floirac, Carbon Blanc ou Ambès ont eu beau argumenter un problème de temporalité et d'importante congestion automobile, le maire de Bordeaux, après "de larges débats", a préféré la solution du maintien de la fermeture. "Tous les comptages et les chiffres montrent qu'il n'y a pas eu de dégradation de la situation. Sur certains itinéraires, on a même constaté une légère amélioration. Si la congestion s'aggrave, c'est pour d'autres raisons. Le retard du pont Simone Veil ne change rien et on travaille d'arrache-pied pour que le retard soit réduit autant que possible".

Des arguments chiffrés

Derrière cette décision, le comité de pilotage s'est basé sur des chiffres précis, notamment le "succès" du pont de pierre auprès des cyclistes et des piétons : 18 000 utilisations quotidiennes en vélo ou à pied "en jours ouvrés" en juin 2018. En termes de report modal selon une enquête interne réalisée au début du mois de juin auprès de 1000 cyclistes et piétons, 11% des cyclistes et 13% des piétons sur le pont sont d'anciens automobilistes, 2% des cyclistes et 4% des piétons viennent du tramway "et y ont été remplacés par d'anciens automobilistes". 3150 franchissements de la Garonne en voiture auraient ainsi été évités chaque jour. La métropole affirme par ailleurs que la congestion automobile "est globalement revenue au niveau de l'automne 2016 alors que le nombre de déplacements a nettement augmenté". L'une des deux enquêtes de la CCI de Bordeaux précisant qu'une majorité de commerçants se déclarent impactés négativement et sont défavorables à l'expérimentation a elle aussi été prise en compte : "sur 100 commerçants interrogés, sept ont délivré leurs comptes d'exploitation, soit une très faible minorité". Toujours côté cycliste, 16% d'entre eux utilisaient un autre mode de déplacement avant l'expérimentation, 70% ont abandonné la voiture, 60% pour les piétons. Du côté du trafic routier, en heure de pointe, il correspondait "à moins de 3% du trafic automobile franchissant la Garonne depuis la rive droite", contre 21% depuis l'expérimentation, soit une hausse de la fréquentation en heure de pointe.

Des mesures d'accompagnement

Enfin, Alain Juppé a affirmé que le pont de pierre était un "point de congestion important" (avec un temps de parcours à l'heure de pointe "plus de quatre fois supérieur à celui en heure creuse"). Et aux associations qui demandaient une ouverture partielle en guise de solution intermédiaire, elles vont être déçues : "ce serait ingérable et ça représenterait un risque d'accident majeur". Surtout, cette fermeture définitive représente un aspect symbolique : "Le réouvrir serait un contre-signal dans le contexte métropolitain, national et international. La transition énergétique avance à pas comptés, approuver ce retour en arrière irait à rebours de l'Histoire". Enfin, l'argument de consolidation des piliers du pont a plaidé en la faveur du maintien de la fermeture : si une opération de mécénat avait été lancée par la métropole pour financer les travaux, elle est depuis restée bien silencieuse. Comme l'Histoire et les automobilistes doivent quand même avancer, plusieurs mesures à courte ou plus longue échéance ont été annoncées dans la foulée, "pour faciliter les choses". Dès le mois de septembre prochain, la métropole va mettre en place un "bonus covoiturage" pour inciter les automobilistes à changer leurs pratiques. Ce "bonus", bien que sa nature n'aie pas encore été définie (peut-être des réductions pour l'abonnement au réseau de transports ?) se fera via une application mobile.

La rocade, elle, bénéficiera d'une régulation d'accès : concrètement, il s'agira d'installer des feux sur certaines bretelles pour réguler l'axe principal, notamment aux heures de pointe. Côté rive droite, quatre rames de tramway supplémentaires devraient être livrées d'ici à la fin de l'année 2018, dont deux rames supplémentaires par heure toute la journée (une depuis la Gardette et une depuis Dravemont) et des incitations au développement du vélo de l'autre côté de la Garonne devrait être enclenchée via les futures maisons de la mobilité votées dans le dernier plan vélo métropolitain. Pour 2019, le Syndicat Mixte (qui doit toujours être officiellement lancé en ce mois de juillet) aura deux missions urgentes à mettre en place : une première ligne de cars express sur l'aire métropolitaine de Bordeaux et même au delà : une liaison avec Libourne est prévue (espérant provoquer un allègement de l'utilisation de la voiture individuelle pour les trajets vers Bordeaux) et des discussions sont actuellement en cours, notamment, avec Marmande et le Cubzacais. D'autres cars express spécifiques à la Rive Droite sont également dans l'agenda du Syndicat, à "moyen terme". Enfin, et c'est peut-être l'une des annonces les plus attendues par les habitants, la métropole a annoncé travailler sur une amélioration du réseau TER "pour leur redonner une place qu'ils n'ont pas, le système régional étant insuffisant". Cela passerait notamment par la réouverture de la Gare de La Médoquine, à Talence et une meilleure desserte, notamment sur la Presqu'île, un axe fort récemment défendu par les maires de la Rive Droite, qui partagaient également de manière assez concertée l'idée d'un téléphérique. Quant aux opposants à la fermeture du pont de pierre, ils vont visiblement devoir s'habituer...

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
3986
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Métropole
Métropole
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 18 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires