Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

07/08/20 : Suite au décret du 30 juillet dernier, le préfet des Pyrénées-Atlantiques a décidé de rendre obligatoire le port du masque dans l'espace public dans les communes de Bidart, Espelette, Guéthary et Saint-Jean-Pied-de-Port.

05/08/20 : Dès aujourd'hui, le port du masque est obligatoire dans les secteurs piétonniers d'Hossegor.

05/08/20 : Jean-Baptiste Irigoyen, le maire de Saint-Jean-Luz a fait savoir en début de soirée que sa ville rejoignait le club des villes du littoral basque exigeant le port du masque dans le centre-ville et notamment la rue piétonne Gambetta hyper fréquentée

04/08/20 : A compter du 05 août et jusqu'à nouvel ordre, le département de la Gironde et du Lot-et-Garonne sont placés en vigilance orange pour le risque "feux de forêt". Le département des Landes a cette vigilance depuis le 29 juillet dernier.

30/07/20 : 600 millions d'euros, c'est l'enveloppe annoncée par le premier ministre au président des Régions de France Renaud Muselier dans le cadre d'un "accord de méthode" signé à Matignon pour préserver leur capacité d'investissements après la crise du Covid

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 09/08/20 | Un cluster de Covid à Idaux-Mendy en Soule

    Lire

    l’ARS Nouvelle-Aquitaine signale l’existence d’un cluster à Idaux-Mendy (64); Il s’est formé lors d’un stage organisé par une association toulousaine fin juillet dans un gîte de la commune. Un premier cas positif a été détecté au retour à Toulouse le 31 juillet chez un enfant symptomatique, puis chez un deuxième enfant le lendemain. Tous deux avaient participé au même séjour à Idaux-Mendy. Au total, 6 enfants et 1 éducateur ont été contaminés. Le cluster est géré par l’ARS Occitanie en lien avec Nouvelle-Aquitaine, afin d’établir un traçage efficace.

  • 08/08/20 | La LPO Aquitaine cherche des "rapatrieurs"

    Lire

    Face au grand nombre d'animaux retrouvés en détresse par des particuliers, la Ligue de protection des oiseaux vient de lancer un appel à bénévoles pour transporter ceux-ci dans leur véhicule personnel. Leur mission : aller du lieu où a été trouvé l'animal jusqu'au centre de soins d'Audenge. La LPO cherche des volontaires en particulier sur les secteurs du Médoc, de Blaye, Libourne ainsi qu'en Dordogne. Contact : benevolot.cds33@lpo.fr.

  • 08/08/20 | Incendie d'Anglet: un adolescent mis en examen

    Lire

    C'est le procureur de la République qui l'a annoncé: un jeune apprenti de 16 ans, apprenti menuisier et vivant dans un foyer de Bayonne dans le cadre d'une assistance a été mis en examen. Il se serait vanté de son "exploit" à des camarades. Il avait déjà tenté de mettre le feu à sa chambre. S'il n'a pas reconnu les faits, le Procureur l'a mis en examen en raison d'indices graves concordants", mais Jérôme Bourrier insiste: "La présomption d'innocence doit être respectée". La peine maximale pour cet acte de destruction volontaire est de vingt ans de prison.

  • 08/08/20 | L’Open de France Espoirs et 100% filles de Surf annulés et reportés à Lacanau

    Lire

    Initialement prévu du 12 au 16 août, l’Open de France Espoirs et l’Open de France 100 % filles ont été annulés et reportés par les services de l’État, la ville de Lacanau et le Lacanau Surf Club. Cette décision a été prise suite aux conditions sanitaires actuelles, du pic de fréquentation touristique et du brassage géographique des compétiteurs. La Fédération et ses partenaires travaillent actuellement pour trouver une nouvelle date pour l’Open de France 100 % filles.

  • 07/08/20 | Bordeaux Métropole soutient le Liban

    Lire

    Suite aux évènements qui viennent de se dérouler à Beyrouth, le président de Bordeaux Métropole, Alain Anziani, propose d’allouer une aide exceptionnelle à Médecins Sans Frontières, qui est actuellement dans la capitale libanaise pour assurer l’aide médicale d’urgence, de 50 000€. MSF depuis 25 ans a sa plus grande base logistique à Mérignac. Fin septembre lors du prochain Conseil de Bordeaux Métropole, une délibération formalisera ce soutien.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Métropole | Lormont : Alpilles-Vincennes-Bois Fleuri en recherche de solutions.

18/09/2019 | C'est à l'ECG qu'a eu lieu, en présence d'une vingtaine d'habitants, l'avant dernier atelier de co-construction de l'année.

alpilles vincennes 2019 une

Sixième et avant dernier rendez-vous lormontais de l'année, c'est à l'ECG et en présence d'une vingtaine d'habitants que s'est déroulé, la semaine dernière, l'atelier de co-construction du quartier Alpilles-Vincennes-Bois Fleuri. Une rencontre à laquelle participaient également Jean Bac, chef du service Démocratie participative de la ville, la première adjointe Josette Belloq et Yasmina Boultam, respectivement déléguées à l'éducation et à la citoyenneté, ainsi que Hervé Chrétien, responsable de la police municipale ; rencontre lors de laquelle ont notamment été évoquées les questions de stationnement, de propreté et d'incivilités.

C'est donc à l'ECG qu'a eu lieu en fin de semaine, l'atelier du quartier Alpilles-Vincennes-Bois Fleuri. Une rencontre à laquelle participait une vingtaine d'habitants et lors de laquelle ont notamment été évoquées les questions de propreté. Ou plus exactement, d'absence de propreté, entre autres sur les balcons de la ville. « On en a fait le constat mais il n'y a pas grand-chose à faire, déplore Jean Bac. Les bailleurs sont privés et si les architectes visionnaires dessinaient les choses comme on doit y vivre, il y aurait moins de problèmes ».

Également abordés : certains soucis dus aux racines d'arbres sortant des terre-pleins mais dépendant de bailleurs et ne pouvant donc pas être pris en charge par la municipalité. Yasmina Boultam rappelant par ailleurs qu'une réunion globale est prévue début 2020 pour faire le point sur ce que les services auront apporté en terme d'éclairage. La rue Valvert devant, quant à elle, être refaite.

Autre souci lié, cette fois, davantage à l'hygiène qu'à l’esthétique : l'impossibilité d'ouvrir certaines bornes enterrées, notamment Rue Espéranto. Hervé Chrétien rappelant à cette occasion qu'il convient de lui signaler ces faits.

Autre demande formulée par les habitants : la possibilité d'avoir un ou une préposée habilitée par la mairie et qui ferait des rondes pour signaler les problèmes d'hygiène. Une requête que Jean Bac a réfuté, rappelant qu'il y a déjà huit policiers municipaux qui « font 3000 kms par trimestre » pour signaler les problèmes de propreté. « On ne peut malheureusement pas être partout tout le temps. Il importe de nous donner des lieux et des moments précis », note pour sa part Hervé Chrétien. « C'est un sujet auquel nous sommes très attentifs. Une cellule de veille propreté a été mise en place il y a quelques mois. On travaille aussi avec les bailleurs car on n'est pas chez nous partout. Des initiatives sont aussi portées par les habitants du quartier pour le tri des déchets et le compostage », poursuit Yasmina Boultam. Reste que sur certains territoires et de l'avis général, les soucis d'hygiène sont aussi liés à des problèmes de comportement : « avant de signer le bail, on devrait demander aux personnes de s'engager à respecter un règlement », avance une habitante contrariée par les voitures régulièrement garées devant les poubelles ». « On a l’impression d’écoper à la petite cuillère par le bas ce qui se charge à gros bouillons par le haut », poursuit Jean Bac.

Toujours des problèmes d'incivilités et de stationnement

Autre problème pointé du doigt : celui des incivilités, tel que les enfants qui arrachent des légumes à la composterie. Josette Belloq préférant rappeler quant à elle, les « nombreuses actions invisibles » comme la présence sur Carriet d'un médiateur pour s'occuper de l'école, notamment pour les cas d'absentéisme. Trois autres devant prochainement être embauchés pour couvrir les différentes zones de la ville. De même, la présence d'associations intermédiaires servant de traductrices pour les parents, facilitent le vivre ensemble. Une éducatrice pour jeunes enfants devant également être recrutée par les écoles maternelles de la ville. Autre souci plus sérieux : les incivilités et les violences émanant de jeunes dans le lotissement des Folies. Un problème apparemment sérieux et qui nécessiterait l'intervention de la police : « On est labellisé « cité éducative », ce qui inclut les jeunes de 3 à 25 ans, mais là, on est en présence de jeunes décrocheurs. C'est un autre traitement », déplore Josette Belloq.

Autre souci : les problèmes de stationnement. Une habitante se plaignant de l'occupation par des véhicules servant de réserve et stationnés depuis plusieurs mois dans la contre-allée située près de l'avenue de la libération. « Si la voie et publique, elle devraient être enlevées sans problème. En cas de passage privé, la police nationale ne peut se déplacer qu'en cas de demande du syndic ou du bailleur ». Jean Bac rappelant aussi que les moyens de la fourrière mis à la disposition de la rive droite sont minimes : un plateau d'enlèvement sur douze, seulement. Une journée par semaine pour la ville devrait être négociée pour 2020. Toujours pour des questions de stationnement difficile, la mise en place d'une zone bleue au niveau de la Résidence Aliénor d'Aquitaine est sérieusement envisagée. Yasmina Boultam en profitant pour rappeler la volonté du Maire de privilégier les circulations douces, la ville étant « particulièrement bien desservie ». Enfin, rue des Gravières, le sens interdit fait toujours polémique, bien que mis en place pour « éviter les embouteillages », note Jean Bac. « C'est le type même de décision qui est au début impopulaire mais qui préserve l'intérêt général ».

Emmanuelle Diaz
Par Emmanuelle Diaz

Crédit Photo : ED

Partager sur Facebook
Vu par vous
5011
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Métropole
Métropole
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 12 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires