Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

24/11/20 : Âgé de 90 ans, André Luberriaga, ancien maire d'Ascain, au Pays basque, s’est éteint lundi, une semaine après son épouse Martta. Conseiller général d’Ustaritz de 1976 à 1988, l'UDF André Luberriaga, avait dirigé la commune de 1977 à 2001.

24/11/20 : Assistante importante ce mardi soir pour manifester à Bordeaux, place de la Comédie, contre la loi " sécurité globale" adoptée en première lecture ce jour même à l'assemblée par 388 voix contre 104 et 66 abstentions.

19/11/20 : Charente-Maritime : le taux de positivité au Covid-19 était ce soir de 75 pour 100 000 habitants, et de 90 pour La Rochelle, soit moitié moins que la semaine dernière, selon l'ARS. 34 patients sont hospitalisés à La Rochelle, dont 14 en réanimation.

17/11/20 : Charente-Maritime: dans le cadre de la poursuite du chantier de changement des câbles du Pont de Ré, la circulation automobile aura de courtes interruptions jeudi 19 novembre entre 12 et 13h, sans conséquence pour le passage des piétons et des vélos.

17/11/20 : Le festival de la BD d'Angoulême se fera en deux temps: en janvier pour la remise des fauves et en juin pour un festival en présentiel. Une exposition sera dédié à l'art d'Emmanuel Guibert au musée des beaux arts d'Angoulême, inauguré le 20/11/2021.

16/11/20 : Les communes de La Mothe Saint Héray et Saint Maixent l'Ecole dans les Deux-Sèvres ont été reconnues en état de catastrophe naturelle, suite aux inondations subies au mois de mars.

15/11/20 : Le Centre communal d’action sociale CCAS de La Rochelle lance un appel à la solidarité et au bénévolat pour épauler les acteurs de l’aide alimentaire. Contact : Frédérique Duchesne àfrederique.duchesne@ccas-larochelle.fr ou au 05 46 35 21 16.

13/11/20 : Les élections régionales et départementales prévues en mars auront très vraisemblablement lieu en juin suite à la proposition faite en ce sens par Jean-Louis Debré qui a remis son rapport au premier ministre: option retenue par le gouvernement.

12/11/20 : Confinement: Il serait irresponsable de lever ou d'alléger le dispositif actuel a déclaré le premier ministre, lequel a ajouté qu'un allégement strictement réservé aux commerces pourrait être envisagé le 1°décembre.

09/11/20 : Dans le cadre du reconfinement, la Ville de Bayonne et son maire J.R. Etchegaray ont aménagé 45 box au Palais des sports de Lauga pour accueillir les sans abri. Les lits ont été fournis par le 1er RPIma et dispositif assuré par l'association Atherbea

09/11/20 : Mme Estelle Leprêtre, directrice adjointe de la direction départementale de la cohésion sociale du Morbihan, est nommée sous-préfète de Jonzac en Charente-Maritime. Elle prendra ses fonctions le 23 novembre prochain.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 26/11/20 | Reconfinement: le gouvernement précise certaines aides

    Lire

    Sur le pan socio-économique de la crise, une "garantie de ressource de 900 € par mois" va être apportée jusqu’en février 2021 à destination des travailleurs précaires de la restauration (extras), de l'évènement ou d’autres secteurs. Annonce aussi d'un renforcement d'aides à destination des jeunes via le doublement de la garantie jeune, ainsi qu'une montée en puissance du dispositif des jobs étudiants. Pour les entreprises des secteurs touchés par la crise mais non fermés (hôtellerie, tourisme ou événementiel), et dont le chiffre d’affaires a chuté de 50% ou plus, une aide de 15 à 20 % du CA sera accordée.

  • 26/11/20 | Les détails du "retour par étape à la vie normale"

    Lire

    Pour la réouverture des commerces ce samedi, la jauge est limitée à 8m2 par client, mais les horaires d'ouverture pourront être étendus jusqu'à 21h et les ouvertures dominicales seront facilitées. La réouverture des lieux de culte est conditionnée à un maximum de 30 fidèles. A partir du 15/12, les séances de cinéma et spectacles pourront reprendre s'ils se terminent à 21h, heure du couvre-feu. A la même date la circulation entre les régions sera libre, mais les grandes tablées de fêtes seront fortement déconseillées. Pas de ski au menu de vos vacances de Noël, les pistes resteront fermées, comme les bars et restaurants.

  • 26/11/20 | Le sous-préfet de Bayonne promu préfet de...Wallis et Futuna

    Lire

    Nommé en janvier 2018 à Bayonne, le sous-préfet Hervé Jonathan quittera le Pays Basque en janvier, comme l'indique le journal officiel de ce jour pour devenir préfet, administrateur supérieur des îles Wallis et Futuna, en Polynésie. Infatigable homme de terrain, de proximité, apprécié par les élus comme un homme de dialogue, il avait été très précieux lors de G7 de Biarritz qu'il allait expliquer auprès des la population, mais s'était aussi investi pour la réussite du contre G7 auprès du maire d'Hendaye Kotte Ecenarro. Il aimait le Pays basque et c'était, semble-t-il réciproque.

  • 26/11/20 | Jean-Jacques Lasserre favorable à l'ouverture des stations de ski

    Lire

    Jean-Jacques Lasserre, Président du Conseil départemental des Pyrénées-Atlantiques, est signataire d’une tribune publiée ce jour sur le site Internet du Figaro et sur celui du Dauphiné Libéré. Signé par près de 60 élus, le texte détaille les protocoles sanitaires "complets et inédits" imaginés par les domaines skiables et leurs partenaires publics et privés, et demande au Président de la République de réétudier sa position concernant l’ouverture des stations de sports d’hiver dès les vacances de Noël.

  • 26/11/20 | Une cagnotte du Biarritz Olympique de 8 600 euros pour l'hôpital de Bayonne

    Lire

    La cagnotte du Biarritz Olympique en soutien au personnel soignant du Centre Hospitalier de la Côte Basque de Bayonne a été une grande réussite. Grâce à cette initiative menée par l’ensemble des joueurs du BOPB et ses fidèles supporters, il a été possible de reverser plus de 8600€ à l’hôpital de Bayonne, afin de pouvoir lutter contre la crise sanitaire de la COVID-19. Une somme plus conséquente que ses organisateurs ne l'espéraient, grâce, donc, à l'investissement de chacun durant ces derniers mois.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Métropole | Lormont : l'atelier de co-construction de Génicart a eu lieu

22/06/2019 | C'est à l'ECG qu'a eu lieu ce jeudi, le quatrième volet des ateliers de co-construction de la ville de Lormont.

atelier génicart une

Tout comme pour le quartier de La Ramade, la semaine dernière, c'est à l'ECG qu'a eu lieu, ce jeudi, l'atelier de co-construction du quartier de Génicart. Une rencontre dirigée, comme toujours, par Jean Bac, Directeur du Pôle Participation des habitants et Quotidienneté et à laquelle participaient notamment Claude Dambrine, adjointe à l'habitat, au cadre de vie et à l'urbanisme, Yasmina Boultam, adjointe à la citoyenneté, Philippe Quertinmont, adjoint au projet de ville, à la modernisation des services et aux affaires générales ainsi que des représentants de la police municipale et nationale.

C'est donc dans la salle d’apparat de l'ECG qu'a eu lieu, ce jeudi, le quatrième volet des ateliers de co-construction de la ville de Lormont. Une rencontre lors de laquelle ont notamment été évoqués des problèmes de nuisances sonores et d'incivilités, rue Henri Dunant. Une situation dont la police nationale se soucie visiblement ; de nombreuses interventions ayant eu lieu depuis une quinzaine de jours et du matériel sonore ayant été saisi. Des propositions étant également à l'étude avec Domofrance pour envisager d'autres types de sanctions pouvant aller jusqu'à l'expulsion des locataires indélicats. Domofrance étant d'ailleurs très présent sur ces sujets puisqu'il a fait installer une vidéo protection sur Saint Hilaire. Une remise en forme de certains éclairages étant également prévue sur ce secteur. Problème : « on a souvent affaire à des mineurs, note le responsable de la police Nationale du secteur. Un public dont la gestion judiciaire s'avère difficile ». Une difficulté à laquelle s'ajoutent des problèmes de visualisation du côté de Saint Hilaire, obstacle rendant délicate l'intervention de la police, ainsi que l'impossibilité, afin d'éviter tout accident, de poursuivre un jeune motorisé. « La seule solution est que la police reconnaisse l'individu et puisse ainsi procéder à son interpellation », note le responsable. Également évoqués lors de cette rencontre, des cas de tapage nocturne (dont l'estimation demeure à l'appréciation de la police) qui ont déjà donné lieu à la saisie de matériel par les autorités qui maintiennent leur présence sur le terrain.

Autre question : est-il vraiment judicieux de laisser la rue Henri Dunant piétonne ? « Une zone de non droit où les mamans et les personnes âgées sont obligées de s'écarter pour laisser passer les motos », dénonce une riveraine qui souhaiterait l'implantation d'un commissariat à proximité. Un point que tempère Yasmina Boultam : « quand on parle de sécurité publique, c'est l'affaire de tous, pas simplement de la police nationale ». Autre demande: la surveillance durant le week-end, du parc François Mitterrand, lieu de rassemblements et de bagarres. « Peu d'architectes et d'aménageurs acceptent de voir en face, qu'une même place aura plusieurs vocations selon les heures de la journée. Et parfois, la République est démunie car chacun travaille de son côté », note Jean Bac, qui évoque l’intérêt des Groupes Locaux de Traitement de la Délinquance comme « moyen de coordonner toutes les forces disponibles ».

Autre souci abordé lors de cette réunion : les difficultés de stationnement et les comportements violents de jeunes autour du Leader Price. Un centre commercial que la Mairie souhaiterait raser et reconstruire. A condition d'avoir l'aval des copropriétaires...

 

Des problèmes d'hygiène récurrents

 

Question récurrente de ces réunions, les problèmes d'hygiène ont également été abordés. « Une cellule d'urgence travaille en permanence. Elle traite les demandes en relation avec le prestataire chargé d'enlever les ordures, les propriétaires, bailleurs et nos services », précise Yasmina Boultam.

Des problèmes d'hygiène notamment liés à l'impossibilité, pour Véolia, de passer dans certains endroits (dont les rues Aragon et Jean-Jacques Rousseau) en raison de stationnements gênants. Des véhicules régulièrement verbalisés mais qui restent sur place. « L'idéal serait la fourrière,mais on n'a pas les moyens », déplore le responsable de la police, précisant au passage que quelques 80 véhicules sont actuellement à enlever sur la commune, les plus récents datant du début de l'année. « Il y a quelques semaines, Véolia a fait une tournée avec la police pour qu'elle puisse verbaliser et enlever les voitures, mais c'est difficile à organiser », précise Jean Bac. La mairie ayant également prévu des cartes d'avertissement à mettre dans les boîtes aux lettres des auteurs de dépôts sauvages. Alors, quelles solutions ? Les bornes enterrées ? « Le système a montré ses limites. Et même si la borne est à moitié vide, le prestataire ne la lève pas s'il y a une poche sur la plate-forme. Ce qui fait que les poches s'entassent », poursuit-il. La mise en place de caméras pour verbaliser ? « Pour que les vidéos soient lues par la police nationale, celle-ci doit recevoir une réquisition de lecture du Procureur ». Les images restent alors inexploitées car ce document ne peut être délivré sans plainte.

 

Des problèmes de circulation

 

Plusieurs questions ont été soulevées dans cette thématique et notamment celle de l'installation « sans consultation préalable », d'un panneau de sens interdit rue Jean Itey. Un panneau, rappelle Jean Bac, installé pour des raisons de sécurité dans une rue qui « tourne beaucoup ». « Une consultation a été effectuée pour le maintien ou non de ce panneau. Sur les 100 personnes de la rue, seules 22 ont répondu et on a laissé le sens interdit. Ce soir, j'ai deux habitants qui contestent ce dispositif et disent qu'ils en représentent beaucoup d'autres. Dites-nous qui vous représentez, écrivez-nous et les services techniques verront ce qu'ils peuvent faire », poursuit-il.

 

Et des annonces !

 

Profitant de la réunion, Claude Dambrine a annoncé plusieurs mesures et notamment, la constitution prochaine d'une équipe complète pour la police municipale. Une partie du service devant travailler le matin, l'autre l'après-midi.

Autre annonce : le passage en zone bleue de l'esplanade François Mitterrand. Deux nouvelles aires de stationnement étant prévues à la place de l'école Montaigne (qui a été démolie) et sur le parking Camus. Des macarons devant être distribués aux habitants pour un stationnement autorisé de 1h30.

Enfin, un travail de concertation avec le Centre Social DIDEE est en cours pour l'aménagement de l'espace vert en face de l'école Camus. L'installation de jeux ou d'un jardin partagé est envisagée.

Prochain atelier : Bourg Doyen, le 2 juillet à 17h, à l'Espace Castelldefels

Emmanuelle Diaz
Par Emmanuelle Diaz

Crédit Photo : ED

Partager sur Facebook
Vu par vous
4946
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Métropole
Métropole
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 29 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires