Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

27/03/20 : Confinement prolongé jusqu'au 15 avril annonce Edouard Philippe: "Avec l'accord du président de la République, j'annonce aujourd'hui le renouvellement de la période de confinement pour deux semaines supplémentaires à compter de mardi prochain"

27/03/20 : En raison de l’accueil prévu ce week-end de 6 patients des hôpitaux du Grand Est au service de réanimation du Centre Hospitalier de Bayonne, le niveau 1 du plan blanc système de santé pour répondre aux situations sanitaires exceptionnelles a été déclenché

26/03/20 : Charente-Maritime : A Rochefort, le marché reste ouvert les mardi et samedi (fermeture les jeudis), avec les conditions de sécurité sanitaire renforcées et un nombre maximum de personnes : 100 avenue De Gaulle et 40 sous la Halle.

26/03/20 : Michel Hidalgo qui fut pendant neuf ans l'entraîneur de l'équipe de France de football des Platini, Giresse et Tigana vainqueurs du championnat d'Europe de 1984 et un familier de la Gironde est décédé à l'âge de 87 ans

26/03/20 : Covid-19. Compte-tenu des incertitudes liées au confinement sanitaire, les organisateurs de Forexpo ont décidé de reporter la 26ème édition du salon européen de la sylviculture et de l'exploitation forestière au 16, 17 et 18 juin 2021 à Mimizan (40).

26/03/20 : E.Macron annonce une prime exceptionnelle pour les soignants. La crise passée "un plan massif d'investissement pour l'hôpital". Une opération Résilience de l'armée lancée en soutien aux populations et aux services publics en métropole et en Outre-mer

25/03/20 : La Rochelle : suite à une dérogation préfectorale, le Marché central se tiendra le mercredi et le samedi matin, dans la halle intérieure (pas de marché extérieur). Idem pour le marché de La Pallice le dimanche matin.

25/03/20 : Dès aujourd'hui 7 psychologues de la Ville de St-Médard-en-Jalles (33) proposent des permanences téléphoniques gratuites aux familles fragilisées ou en difficulté psychologique face au confinement. Du lundi au vendredi de 13h à 18h: 06 32 59 53 82

25/03/20 : En Nouvelle-Aquitaine, plus de 170 entreprises ont fait une promesse de dons qui devrait permettre de redistribuer plus de 300 000 masques. Pour autant, l'appel au don de masques lancé par l'ARS se poursuit.+ d'info

25/03/20 : Poitiers : Le maire demande la mise en place d'un couvre-feu sanitaire à la Préfecture de la Vienne pour renforcer les mesures prises contre le COVID- 19.

24/03/20 : Le conseil scientifique qui conseille l'exécutif préconisant six semaines de confinement celui-ci pourrait donc durer encore quatre semaines

24/03/20 : Charente-Maritime : les travaux liés aux changements de câbles se poursuivent sur l'île de Ré. La circulation sera mise en alternat mercredi matin et jeudi soir pour une opération de bétonnage et une installation du matériel pour la suite du chantier

24/03/20 : COVID-19 : L’épidémie poursuit sa progression dans notre région avec 65 nouveaux cas confirmés le 23 mars, ce qui porte le total à 656 cas confirmés recensés par l'ARS. 149 personnes sont hospitalisées dont 41 en réanimation et 13 décès.

24/03/20 : Agriculture : la FNSEA a appelé ce matin aux bonnes volontés pour aider les agriculteurs qui peinent à recruter de la main d'oeuvre en cette période de confinement. Une plateforme pour s'inscrire a été créée: desbraspourtonassiette.wizi.farm/

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 28/03/20 | Gironde: hébergement d'urgence renforcé

    Lire

    Renforcement de l'hébergement d'urgence par l'Etat et les collectivités en particulier dans la perspective d'un retour du froid : 44 places ouvertes pour répondre aux besoins de personnes en grande difficulté signalées par le 115: 40 à Bordeaux et 4 à Libourne après 60 places ouvertes il y a une semaine dans l'auberge de jeunesse de Bordeaux ce qui porte à 104 le nombre de places ouvertes depuis la crise sanitaire; 1857 places d'hébergement d'urgence ainsi ouvertes en Gironde; 2 centres spécialisés de 72 places ont été ouverts cette semaine pour l'accueil éventuel de sans abris atteints du virus mais ne nécessitant pas hospitalisation

  • 27/03/20 | Plan d'urgence de l'Adie pour les travailleurs indépendants

    Lire

    L'Adie Nouvelle-Aquitaine a contacté les 5 500 entrepreneurs qu'elle accompagne en région pour leur expliquer les mesures d'aide mises en place par l'Etat mais aussi pour leur proposer les mesures d'urgence exceptionnelles qu'elle met en place. En clair : une procédure accélérée de report d'échéance et de rééchelonnement ; pour les entrepreneurs confrontés à des problèmes de trésorerie, l'association a également débloqué à l'échelle nationale une ligne d'1 million d'euros afin de financer un dispositif de crédit de trésorerie pour les situations d'urgence. L'association développe également une offre gratuite d'accompagnement digital.

  • 27/03/20 | Consignes coronavirus : pas de tri sélectif pour les mouchoirs, les masques et les gants !

    Lire

    Pour des raisons sanitaires, il est demandé aux particuliers de jeter les mouchoirs, masques et gants usagés dans un sac plastique dédié, résistant et disposant d’un système de fermeture fonctionnel. Ce sac doit être soigneusement refermé puis conservé 24 heures avant d’être placé dans le sac plastique pour ordures ménagères. En tout état de cause les mouchoirs, masques et gants usagés ne doivent jamais être triés avec les déchets recyclables.

  • 27/03/20 | La Sobéval de Boulazac (24) offre des masques aux personnels soignants

    Lire

    La Sobéval, à Boulazac Isle Manoire, a donné 2000 masques FFP2 pour la clinique Francheville. Ceux-ci ont été livrés mardi après midi par l’un des chefs d’atelier de l’entreprise. 2000 autres masques ont aussi été proposés au Centre Hospitalier de Périgueux ; les masques ont été remis à l’établissement jeudi, ainsi que des combinaisons jetables et des gants. Quelques masques FFP2 restent disponibles pour les soignants libéraux qui en auraient besoin.

  • 27/03/20 | Covid-19 : l'entreprise bordelaise Dydu lance le chatbot “Gestion de crise”

    Lire

    En cette période de crise sanitaire inédite pour les sociétés, l’éditeur de logiciel automatisé dydu basé à Paris et Bordeaux adapte sa technologie au contexte et aux besoins urgents des entreprises. Il vient de déployer un chatbot “Gestion de crise” gratuit visant à fluidifier le déploiement du télétravail au sein des équipes, à rassurer les collaborateurs en répondant instantanément à leurs différentes questions 24/7 et à venir en renfort des services RH particulièrement surchargés en ce moment. https://content.dydu.ai/chatbot-gestion-crise

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Métropole | Lormont : Les Folies, un lotissement en quête de tranquillité

15/11/2019 | Pour la seconde fois en trois mois, Jean Touzeau a rendu visite aux habitants du lotissement et a écouté leurs doléances.

les folies de lormont une

Déjà de passage en juillet, Jean Touzeau, Maire de la commune est revenu, il y a quelques jours, aux Folies. L'occasion de dresser un nouveau bilan de la situation de ce lotissement atypique malheureusement miné par des problèmes d’incivilités et de constructions inadaptées aux périodes de canicule. Une rencontre qui s'est notamment déroulée en présence d'Alexis Rousselin, Responsable de l'agence Aquitanis des Hauts de Garonne, de Fabienne Tapon, Responsable du service Développement local et Médiation de la ville et de Yasmina Boultam et Stéphane Peres dit Perey, respectivement adjoints à la citoyenneté et à la culture et l'animation.

Il s'y était engagé. Il l'a fait ! Déjà de passage en juillet pour dresser, avec les habitants des Folies, un état des lieux des différents problèmes afférents à ce lotissement, l'élu avait promis de revenir après l'été pour une seconde rencontre avec les résidents.

Les Folies ? Mais si, souvenez-vous ! Un lotissement atypique aux maisons colorées longeant la bien-nommée rue de Arts et peuplé d'artistes et de créateurs. Un projet ambitieux réalisé en partenariat avec le bailleur social Aquitanis et qui vient de fêter ses deux ans ; l'objectif était alors de permettre à des créatifs d'acquérir leur logement afin de pouvoir également travailler à domicile. Une ambition prometteuse mais, las... force est de constater qu'à l'heure du bilan, les opinions des habitants sont plus que mitigées. Divers problèmes minant leur quotidien.

Des constructions inadaptées aux fortes températures estivales

En cause ? Des maisons dont la conception ne protège pas des fortes chaleurs estivales rencontrées dans le Sud-Ouest. Des périodes de canicule transformant -aux dires mêmes des résidents- ces habitations en fournaises. Un problème d'ailleurs évoqué lors de la dernière rencontre. « Les maisons sont exposées à l'ouest, ce qui fait qu'on a le soleil tout l'après-midi. En septembre, on a encore 24°C à l'intérieur. Ailleurs, c'est 24°C en plein été. Ce ne sont pas les températures qu'on a. Nous, ça fait deux étés qu'on atteint les 40°C », tempête une résidente. Un point de vue que modère Alexis Rousselin : « on a fait des mesures et celles qu'on a pu réaliser ne sont pas vraiment concluantes : on a pris des mesures (de température) dans deux logements des Folies dont l'un était exposé à l'ouest et l'autre non (situé à Génicart). Elles ont été effectuées sur un peu moins de quinze jours. Or, au final, à la même période, il faisait sensiblement plus chaud dans le logement de Génicart. » « Ça ne veut pas dire qu'on ne va pas travailler sur ce point de confort d'été », poursuit-il, rassurant. Seul problème : l'impossibilité de travailler sur l'aspect technique car « aucun défaut n'a été découvert dans les maisons ». Une objection que nuance une habitante : « Pour moi, l'isolation des maisons n'est pas à remettre en cause. Le problème est qu'on est sur un effet thermos. Il n'y a pas de volets pour se protéger durant la journée et comme les jardin sont « visités » la nuit, on ne peut pas ouvrir les fenêtres pour faire baisser la température durant les longues périodes de chaleur. Les maisons étant bien isolées, on garde alors la chaleur au maximum tout le temps ». Un réel souci compte tenu de l'importance des températures estivales sur l'ensemble de la région bordelaise. « On sait éviter la déperdition de chaleur l'hiver mais pas l'isolement l'été », déplore le responsable qui, dans la foulée, propose la mise en place d'un mur végétal pour rafraîchir les extérieurs. Une fausse solution pour les habitants présents, compte tenu de l'impossibilité d'ouvrir les fenêtres pour évacuer la chaleur. Écueil d'ailleurs accentué par la présence de toits en tôle : « l'été, quand ça cogne, le plafond est brûlant ». « Dans les années qui viennent, ça va être un vrai challenge d'adapter, d'imaginer tout ce qui peut répondre aux évolutions climatiques », renchérit Jean Touzeau qui lui, croit beaucoup à l'impact de la nature et notamment aux murs végétaux pour gagner quelques degrés. L'élu rappelant à l'occasion que la mairie est à l'écoute de toute les propositions et « disposée à aider ».

Autre remarque, d'ordre financier, celle-ci : le prix « élevé » du chauffage pour des maisons « soit disant bien isolées et récupérant l'énergie ». « Je paie autant que quand j'étais en appartement avec des radiateurs. Avec la Réglementation Thermique 2012, on n'est pas censé payer aussi cher. », se plaint une habitante. « La consommation moyenne est calculée à 19°C. Elle est basée sur un calcul théorique en fonction des matériaux. Ce que vous m'annoncez, c'est 500€ à 600€ de chauffage annuel. De l'expérience que j'en ai, on est sur quelque chose de normal », lui réfute Alexis Rousselin.

Des problèmes de voisinage et d'incivilités

Autre question abordée à l'occasion de la visite du Maire : les problèmes d'incivilité, voire d'agressions auxquels semblent régulièrement soumis les habitants des Folies. Des soucis qui pour l'élu « ne concernent pas que la rive droite et constituent une préoccupation générale très forte ». Jean Touzeau mettant en avant le côté préventif, éducatif, répressif, voire le volet justice pour régler la question : «  On travaille en complémentarité avec les services de police. Il y a des lois et on les applique avec beaucoup de rigueur ». Médiation, Maison de la justice et du droit, Lormont cité Éducative : autant d'arguments mis en avant par l'élu qui rappelle aussi l'importance de faire le lien avec les parents, de recevoir les familles. Quant à l'obligation de jouissance paisible due par le bailleur : « Il faut que les fauteurs de trouble soient nos locataires et quand ils sont dans l'espace commun, comme ici, ce n'est pas forcément le cas. Il faut aussi un certain nombre de témoignages suffisamment étayés pour pouvoir demander au juge la résiliation du bail », précise Alexis Rousselin qui convient que tout cela n'est pas simple. Alors, quel avenir pour les Folies ? En attendant de trouver une solution plus pérenne, le délégué cohésion police population, les correspondants de nuit mis en place par la Mairie et les voisins solidaires capables de donner l'alerte semblent encore avoir de (beaux) jours devant eux.

Emmanuelle Diaz
Par Emmanuelle Diaz

Crédit Photo : ville de Lormont

Partager sur Facebook
Vu par vous
5500
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Métropole
Métropole
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 30 + 9 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires