Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

30/11/21 : Bordeaux - Dans le cadre de la quinzaine franco-russe soutenue par Bordeaux Métropole, l'Association des russisants d'Aquitaine organise le 9 décembre, la conférence : "De Lénine à Poutine: le sport, un enjeu politique en URSS et en Russie"+ d'info

29/11/21 : A la suite des annonces gouvernementales concernant la 3ème dose, le centre de vaccination du Parc des expositions de Pau s’adapte dès ce lundi en ouvrant 6 jours/semaine (contre 3 précédemment) permettant de passer de 1500 à 3600 vaccins par semaine.

26/11/21 : Les marchés de Noël reviennent! A Bordeaux (Place Tourny) et à Pau (place Clemenceau et allées d’Aragon) notamment, l'ouverture des chalets et des animations qui les accompagnent insuffle un vent de magie (de Noël) dès ce vendredi 26 novembre en soirée!

26/11/21 : Les 5,6 et 7 août, le Sun ska festival revient (en vrai!) sur le domaine de Nodris en Gironde! La billetterie est ouverte et les premiers noms dévoilés: Ska-P, Tryo, Biga*Ranx, Danakil, Tiken Jah Fakoly ou encore Takana Zion.+ d'info

24/11/21 : Un préfet délégué Ours, Jean-Yves Chiaro a été nommé auprès du préfet coordonnateur du massif des Pyrénées. Sur les sujets ours, il a pour mission de renforcer le dialogue entre tous les acteurs et d'appuyer les préfets de département dans leur action.

22/11/21 : Jean-Pierre Farandou PDG de SNCF, a rencontré vendredi 19 novembre à Bordeaux, Alain Rousset, président de la Nouvelle-Aquitaine, et Alain Anziani, président de Bordeaux Métropole. Sans surprise les 3 présidents ont réaffirmé leur soutien au projet GPSO.

17/11/21 : A Bayonne un groupe de travail a été lancé en vue de l'organisation des Fêtes de Bayonne 2022. A cette occasion les dates des éditions 2022 2023 et 2024 ont été actées: du 27 au 31 juillet 2022, du 26 au 30 juillet 2023, du 24 au 28 juillet 2024

17/11/21 : Les 2 et 3 décembre 2021, le World Impact Summit, le sommet international des solutions pour la planète, revient pour une 4e édition mixant présentiel et digital au Palais de la Bourse à Bordeaux. L'eau en sera la thématique principale+ d'info

09/11/21 : Les élus régionaux se sont réunis en Commission permanente lundi 8 novembre à l'Hôtel de Région à Bordeaux. Au total, 436 délibérations ont été votées et 3 517 subventions attribuées pour un montant total de 878 392 914,59 euros.

03/11/21 : Le Drive fermier Gironde annonce un nouveau et 6ème point de retrait à compter du vendredi 19 novembre de 13h30 à 18h30. Les produits fermiers seront désormais aussi livrés à la Chambre d'Agriculture de la Gironde, 17 cours Xavier Arnozan.

28/10/21 : Rive Droite - La Nuit Verte 2022 se prépare déjà: Geörgette Power, artiste invité de cette 6e Nuit Verte est en résidence à Cenon. Objectif : s’immerger dans le territoire afin de proposer une œuvre in situ, conçue pour l'évènement.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 30/11/21 | Tartas se dote d'une unité de bioéthanol

    Lire

    A Tartas dans les Landes, la société Rayonier AM Avébène est l'un des plus importants producteurs mondial de cellulose de spécialités, raffinée à partir de la pâte à bois, et utilisée par les industries pharmaceutiques, alimentaires ou encore de la construction. Souhaitant s'engager dans la transition énergétique, la société va convertir le site en unité de production de biocarburant en construisant sur place une unité de production de bioéthanol de deuxième génération.

  • 30/11/21 | Recyclage des friches : 101 nouveaux projets retenus

    Lire

    Le 19 novembre, les lauréats du deuxième appel à projets pour le recyclage des friches ont été dévoilés. En Nouvelle-Aquitaine, 101 projets ont été retenus. Les projets sélectionnés vont permettre de développer des logements sociaux ainsi que les démarches en matière de revitalisation des centres-villes et centres-bourgs. En Nouvelle-Aquitaine, l'enveloppe consacrée au recyclage de friches et de fonciers artificialisés s'élève à 29,6 M€. Lors d'un premier appel à projet "fond friches" 66 lauréats avaient été retenus pour une dotation globale de 23 M€.

  • 30/11/21 | Francis Cabrel soutient la calendreta de Pessac !

    Lire

    L'école associative de Pessac La Calandreta de la Dauna propose un enseignement immersif en langue occitane. Afin de promouvoir l'école et la langue occitane, elle a décidé d'organiser une tombola dont un des 14 lots est une guitare offerte par Francis Cabrel, fervent défenseur de la langue. Les billets sont en vente du 1er décembre au 9 janvier et le tirage aura lieu le 15 janvier. Toutes les infos et les billets sont disponibles sur le site de l'école

  • 30/11/21 | Métiers : Une soirée pour découvrir le secteur du digital

    Lire

    Le 8 décembre de 18h à 21h, le Crédit Agricole lance « Youzful // Cafés », des événements inédits pour informer et accompagner les jeunes dans leur orientation professionnelle. Lors de cette soirée en ligne, ils pourront notamment participer à un atelier collaboratif sur les métiers du digital animé par un expert, assister à des conférences et échanger avec des professionnels afin d'affiner leur projet de carrière et savoir si oui ou non ce secteur est fait pour eux. Inscriptions obligatoires avant le 6 décembre : https://job.wiz.bi/mbgkx / carla@wizbii.com / 06 69 67 11 16.

  • 29/11/21 | Bioval cherche à remplacer les additifs dans l'alimentation

    Lire

    Le remplacement des additifs dans la filière agro-alimentaire est un enjeu majeur. En Vienne, le projet Bioval a pour ambition d'apporter de nouvelles solutions à cette problématique en proposant des substituts aux additifs dans les secteurs de l'agro-alimentaire et de la cosmétique. L'objectif est d'étudier les possibilités de valorisation de la biomasse végétale pour l'obtention de nouveaux ingrédients naturels. Ce projet se fera en collaboration avec le centre de recherche technologique Agir, basé en Gironde.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Métropole | Martignas a la "fibre commerciale"

18/01/2018 | La commune de Martignas-sur-Jalle a inauguré ce jeudi le premier point de mutualisation de fibre optique, déployée par l'opérateur SFR à titre privé.

1

C'est peut-être un détail pour vous, mais pour eux, ça veut dire beaucoup. Ce jeudi matin, élus et représentants d'SFR ont inaugurés le premier point de mutualisation de la fibre optique installé par l'opérateur à Martignas-sur-Jalle (7400 habitants en 2015). Ce nouveau raccordement fait de cette commune périurbaine située à l'extrême limite de la métropole bordelaise l'une des chanceuses à être le plus rapidement équipée en fibre, qui plus est par un investissement intégralement privé même si l'opérateur historique de la métropole bordelaise, Orange, compte bien y mettre son grain de sel.

Chacun son rythme

Ah, la fibre. Elle en fait rêver plus d'un, opérateurs y compris. Selon un sondage Opinion Way paru en mars 2017, 79% des français considèrent la qualité de la connexion internet comme un critère essentiel pour choisir un logement. Alors que le 25 janvier prochain devrait être dévoilé le lauréat du nouvel appel d'offre de Gironde Numérique sur le plan "Haut méga" de déploiement de la fibre optique, permettant de déployer 23 500 kilomètres de fibre pour un contrat à 650 millions d'euros, qui devrait concerner pas moins de 410 000 nouveaux foyers, de son côté, Bordeaux Métropole fait toujours copain-copain avec Orange. Le 1er avril 2016, elle a signé avec l'opérateur une convention pour faciliter le déploiement de la technologie sur l'agglomération, avec là aussi des objectifs chiffrés : 181 000 éligibles en 2016 et 67 000 de plus en 2017 sur le secteur métropolitain. Liée par le quasi-monopole en 2011 au moment d'un appel à manifestation d'intention d'investissement, Orange et Bordeaux Métropole continuent donc de vouloir accélérer la cadence pour une disponibilité sur l'intégralité de la métropole établie, selon les dernières estimations, entre 2020 et 2022. En l'état, le vice-président de la métropole en charge du numérique et maire de Carbon-Blanc, Alain Turby, l'affirme haut et fort à qui veut l'entendre : "nous sommes la première métropole de France en terme de déploiement de la fibre optique. Plus de 55% des prises sont raccordables sur le territoire de la métropole. Sur l'intégralité du territoire métropolitain, nous dépassons les 6000 prises d'avance par rapport à ce qui était prévu dans le cadre de la convention".

Et les zones blanches évoquées en 2016, alors ? Elles ne sont visiblement plus d'actualité. "Il n'y a plus de zones blanches sur le territoire métropolitain. Toutes les communes ont au moins une technologie ADSL à leur disposition, notamment Saint-Médard-en-Jalles qui rencontrait des difficultés. Il existe cela dit toujours des situations où les débits sont très mauvais. Sur Carbon-Blanc, par exemple, ils sont parfois inférieurs à deux mégas. Pour ça, on a mis en place des solutions d'acomptes : la métropole se propose de subventionner des équipements pour les habitations disposant d'un débit inférieur à trois mégas leur permettant d'utiliser le satellite ou la 4G via un modem, pour pouvoir patienter en attendant que la technologie se développe. Très honnêtement, c'est resté très anecdotique. L'administré, ce qu'il veut, c'est la fibre. Il y a eu quand même un peu plus d'une centaines de demandes sur lesquelles on a pu accompagner les gens qui le souhaitaient". Certaines communes, outre-Saint-Médard, ont quand même eu un peu plus de mal que les autres dans certains quartiers : Parempuyre, Mérignac ou Pessac sont notamment dans la liste. Une liste qui s'explique aisément et qui a trouvé une parade selon Alain Turby. "partout où il y a des poteaux aériens, c'est plus compliqué parce qu'il faut faire une étude de charge pour savoir si le fait de faire passer la fibre n'impacte pas la tension des câbles qui s'y trouvent et l'impacte en cas de tempête. Une convention a été signée avec Enedis qui permet d'utiliser leurs poteaux en cas de déploiement, ça nous a permis de résoudre le problème". On se résume : Orange et Bordeaux Métropole dans le cadre d'une zone définie par l'Arcep (Autorité de régulation des télécoms) à l'époque de la Cub; le conseil départemental au niveau du groupement d'intérêt collectif Gironde Numérique (auquel est aussi inscrit la métropole), tous veulent aller le plus vite possible pour raccorder un maximum de monde. Et puis... et puis il y a les exceptions.

Les derniers seront les premiers

Martignas-sur-Jalle en fait partie. Cette commune dite "périurbaine", située à une vingtaine de kilomètres de Bordeaux et à une trentaine du nord du Bassin d'Arcachon, est entrée au sein de Bordeaux Métropole (ex Cub) en 2013. Elle a donc échappé à la convention de l'Arcep sur le déploiement de la fibre. Paradoxalement, elle va être en avance sur toutes les autres. Ce jeudi matin, l'opérateur SFR a inauguré dans cette commune de 7500 habitants le premier point de mutualisation de la fibre. La promesse d'SFR : déployer, d'ici fin 2018, la fibre sur 2300 à 2400 logements, jusqu'à 1 Gbit par seconde. Sauf qu'entre temps, Orange a révisé sa copie et compte bien miser sur le même cheval que SFR, et peu importe si ce dernier à aussi prévu des boîtiers de raccordement pour d'autres opérateurs : ce sera chacun ses armoires. Pour Guillaume Fauré, directeur des relations régionales Sur-Ouest chez SFR, cette future mise en concurrence n'a rien de malsain, bien au contraire. "On est déjà présents sur Bordeaux Métropole pour environ 320 000 prises (sur vingt communes de l'agglomération) en fibre qui sont issues d'un réseau câblé qui a été intégralement rénové. Avant 2011, on avait déjà un réseau important. À l'époque, Martignas ne faisait pas partie de l'agglomération, elle était donc de toute façon laissée de côté. Elle ne faisait pas non plus partie du déploiement prévu par le syndicat mixte Gironde Numérique, elle était dans une sorte de zone floue qui relevait de l'initiative privée. Nous avons fait savoir à l'agglomération que nous étions intéressés par ce déploiement, Orange a probablement effectué les mêmes démarches. Ça garantit à la commune un déploiement très rapide. L'intérêt, c'est d'être le premier à avoir un réseau".

Après avoir informé les autres opérateurs et le régulateur des télécoms et obtenu les permissions de voiries et d'occupation du domaine public (gérés par la commune et la métropole), SFR s'est donc constitué son propre réseau, sans attendre les promesses d'investissement d'Orange, ce qui a, toujours selon le responsable de l'opérateur au logo rouge et blanc, plusieurs avantages non négligeables. "On est propriétaires de bout en bout de notre réseau, donc en cas de panne éventuelle ou de difficulté, les circuits sont beaucoup plus courts. Il y a un autre avantage économique : lorsqu'on a un client sur le cuivre, on verse, schématiquement, dix euros à l'opérateur historique parce qu'on utilise son réseau soit 120 euros par an multiplié par le nombre de clients. Vous voyez l'économie très rapide qu'on peut faire même si on déploie un autre réseau neuf à côté". Autre raison évoquée par le responsable local : l'ajout d'options "premium" gérées directement par l'opérateur. "Le développement d'SFR se fait sur les services très haut débit, la fibre en tant que contenant mais aussi les contenus : faire passer des services. Aujourd'hui, le service différenciant n'est pas le prix de l'abonnement, c'est ce qu'on met à côté de tout cela comme les accès à des chaînes premiums ou des contenus exclusifs. Or, on ne peut délivrer ces services en haute définition que si on a la fibre optique. C'est une boucle et un intérêt économique d'avoir des clients qui sont sur notre réseau et pas sur celui d'un prestataire", professe Guillaume Fauré.

"La mise en concurrence a joué son jeu"

Le déploiement de la fibre dans les rues de Martignas par SFR se poursuit donc, à la charge intégrale de l'opérateur. Si quelques milliers de foyers devraient déjà être élligibles en fin d'année, la totalité de la commune le serait d'ici à 2020. Reste que ces deux réseaux parallèles ont un coût important pour chacun des opérateurs. Sans avoir pu connaître celui de Martignas, on peut quand même citer les différents plans d'investissement au niveau national : 15 milliards d'euros pour Orange jusqu'en 2020, à peu près la même somme pour SFR. Alors même que les objectifs nationaux s'interrogent encore sur les délais à tenir, SFR a donc sauté sur une "zone floue", ce qu'avoue à demi-mot Alain Turby, pour qui le fait d'avoir "deux opérateurs qui investissent en fonds propres sur le territoire de Martignas" est un regret. "S'il y avait eu un co-investissement entre les deux opérateurs, chacun aurait peut-être pu consacrer une part d'investissement à desservir d'autres territoires, métropolitains ou non". L'affaire est cependant faite, et les armoires ne risquent pas d'être enlevées de sitôt. Michel Vernejoul, le maire de la commune, est évidemment le premier à se réjouir de cette nouvelle. "La mise en concurrence a joué pleinement son jeu. Il faut savoir être flexible et pragmatique (...) On est rentrés à la métropole en 2013, on devait se mettre à la fibre en 2020. On va gagner deux ans. C'est une ville "niche haute" à haut niveau de services, on a beaucoup de chefs d'entreprises, de gens qui font du télétravail, il y a donc une clientèle très forte. Ne demandant aucun financement public, SFR a le droit de pouvoir intervenir. D'autres opérateurs vont se raccorder via SFR, il n'y a donc pas de problème de monopole". L'entreprise Dassault, les trois zones d'activité et le collège de Martignas avaient précédemment été équipés de la fibre via Gironde Numérique. Dans cette guerre des câbles, les plus heureux dans l'histoire seront sans aucun doute les martignassais : deux opérateurs en concurrence, ce sera sans doute "tout bénef" pour leur porte-monnaie... 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
28751
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Métropole
Métropole
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 3 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires