Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

23/10/18 : La diffusion de la mini-série TV, "Victor Hugo ennemi d'Etat", tournée en Dordogne, est annoncée pour les 5 et 6 novembre. Elle se présente en quatre épisodes et met en scène les comédiens Isabelle Carré et Yannick Choirat dans le rôle principal.

22/10/18 : La Rochelle : la Ville et la Chambre d'Agriculture organisent un marché fermier d'automne, le 27 octobre de 10h à 19h place de Verdun. Thématique : la citrouille, avec des ateliers confections de citrouilles d'Halloween pour les enfants de 14 à 17h.

22/10/18 : La Charente-Maritime lance son premier forum des emplois saisonniers ostréicoles mardi 30 octobre de 14h à 18h au foyer culturel de La Tremblade. Pole emploi propose aussi le 25 à 10h un atelier découverte des métiers ostreicoles (sur inscription).

20/10/18 : Malgré les grèves qui ont affecté son trafic cette année,l'aéroport de Biarritz-Pays basque franchit, dès ce week-end des vacances de la Toussaint, le cap du million de passagers.

19/10/18 : Un salon gratuit sur la maladie de Crohn, la rectocolite hémorragique, la Polyarthrite et les rhumatismes inflammatoires chroniques est organisé samedi 20 octobre, à la maison des associations de Mérignac.Au menu: conférences, stands d'info, ateliers+ d'info

19/10/18 : Le Festival Garorock et Olympia production, filiale de Vivendi, ont annoncé ce 18 octobre la conclusion d'un accord d'acquisition du premier par le second. La finalisation de cette acquisition devrait intervenir d’ici la fin de l’année.

18/10/18 : En 2018, le Festival Musicalarue organisé à Luxey (40) a accueilli 49 110 personnes. Combien seront-elles pour l'édition des 30 ans ? Les dates viennent d'être dévoilées : le rendez-vous est donné les 15, 16 et 17 août 2019 !

16/10/18 : Des opposants au projet du contournement de Beynac ont bloqué ce mardi à Vézac, les véhicules qui participaient à une visite de presse du chantier organisée par le Département. Sur décision de la préfecture, les gendarmes ont délogé les manifestants.

16/10/18 : Christelle Dubos, secrétaire de la commission des affaires économiques de l'Assemblée Nationale et députée girondine, a été nommée ce mardi secrétaire d'Etat auprès de la ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn.

16/10/18 : Remaniement - Christophe Castaner : ministre de l'Intérieur ; Marc Fesneau (MoDem) : secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement ; Franck Riester (Ex-LR) : ministre de la Culture ; Didier Guillaume (ex-PS) : ministre de l'Agriculture

16/10/18 : Remaniement suite - Jacqueline Gourault (MoDem) : ministre de la Cohésion des Territoires et des Collectivités Locales ; Marlène Schiappa : secrétaire d'Etat à l'Egalité Femmes-Hommes et à la lutte contre les discrimination

16/10/18 : Le 17 octobre à 11h15, un coaching des demandeurs d'emploi est organisé à la Chambre des Métiers et de l'Artisanat de Poitiers en vue de les accompagner avant le Forum emploi qui aura lieu le lendemain.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 23/10/18 | Poitiers: Tous à la patinoire avec Pass’sport

    Lire

    Du 20 octobre au 4 novembre, la Communauté Urbaine de Grand Poitiers met en place son Pass’Sport. Il permet, pour les enfants des 40 communes jusqu’à 16 ans, un accès à la patinoire et le prêt de patins gratuitement tous les lundis, mardis, jeudis et vendredis de 14h30 à 17h. Pour obtenir le Pass’Sport, rdv dans la mairie de votre commune. Renseignements : 05 49 52 35 35 ou pass-sports@grandpoitiers.fr

  • 23/10/18 | La Rochelle : après les travaux, un exercice de protection contre les submersions

    Lire

    Suite aux travaux de protection contre les submersions marines menés dans le quartier du Gabut et de la Ville en Bois, la ville de La Rochelle va mener un exercice de simulation d'état d'alerte submersions, le vendredi 23 novembre à partir de 17h. Formés les 18 et 19 octobre, 18 des 26 agents chargés d'intervenir seront mobilisés pour mettre en place clapets et batardeaux entre le pont Scherzer et l'esplanade du Gabut pour un test grandeur nature avant l'hiver.

  • 22/10/18 | Le Plan Végétal Environnement est là !

    Lire

    Pour aider les agriculteurs à investir dans du matériel ou dans l’aménagement de leur exploitation, la Région Nouvelle-Aquitaine, les agences de l’eau Adour-Garonne et Loire-Bretagne, le FEADER, l’État et les collectivités territoriales lancent un nouvel appel à projets jusqu’au 31 mars 2019. Il permet de répondre à la réduction des pollutions et à l’optimisation de la consommation d’intrants ; à la réduction de l’érosion des sols ou à la réduction des prélèvements de la ressource en eau. Modalités et formulaire de réponse

  • 22/10/18 | Charente-Maritime : un nouveau sous-préfet pour le bassin de Jonzac

    Lire

    Jérôme Aymard, le nouveau sous-préfet de Jonzac, prend officiellement ses fonctions ce 22 octobre lors d'une cérémonie de commémoration aux Morts à Jonzac. C'est son premier poste en tant que sous-préfet, après avoir été chef de différents services de sous-préfectures dans la Loire et dans le Morbihan, où il était dernièrement DRH à la Préfecture.

  • 22/10/18 | Le retour des marchés au gras à partir du 3 novembre à Périgueux

    Lire

    La saison des marchés au gras et aux truffes a lieu du samedi 3 novembre au 16 mars 2019. Les mercredis et samedis matin, les producteurs locaux vendront leurs produits frais issus de l’élevage de canards et d’oies. La place Saint-Louis, accueillera une trentaine de producteurs de Dordogne venus faire découvrir, déguster et vendre des produits de haute qualité. Quatre marchés primés seront organisés, les 17 novembre, 15 décembre, 12 janvier et 16 février. Les marchés aux truffes débutent le 8 décembre.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Métropole | Martignas a la "fibre commerciale"

18/01/2018 | La commune de Martignas-sur-Jalle a inauguré ce jeudi le premier point de mutualisation de fibre optique, déployée par l'opérateur SFR à titre privé.

fibre optique Martignas

C'est peut-être un détail pour vous, mais pour eux, ça veut dire beaucoup. Ce jeudi matin, élus et représentants d'SFR ont inaugurés le premier point de mutualisation de la fibre optique installé par l'opérateur à Martignas-sur-Jalle (7400 habitants en 2015). Ce nouveau raccordement fait de cette commune périurbaine située à l'extrême limite de la métropole bordelaise l'une des chanceuses à être le plus rapidement équipée en fibre, qui plus est par un investissement intégralement privé même si l'opérateur historique de la métropole bordelaise, Orange, compte bien y mettre son grain de sel.

Chacun son rythme

Ah, la fibre. Elle en fait rêver plus d'un, opérateurs y compris. Selon un sondage Opinion Way paru en mars 2017, 79% des français considèrent la qualité de la connexion internet comme un critère essentiel pour choisir un logement. Alors que le 25 janvier prochain devrait être dévoilé le lauréat du nouvel appel d'offre de Gironde Numérique sur le plan "Haut méga" de déploiement de la fibre optique, permettant de déployer 23 500 kilomètres de fibre pour un contrat à 650 millions d'euros, qui devrait concerner pas moins de 410 000 nouveaux foyers, de son côté, Bordeaux Métropole fait toujours copain-copain avec Orange. Le 1er avril 2016, elle a signé avec l'opérateur une convention pour faciliter le déploiement de la technologie sur l'agglomération, avec là aussi des objectifs chiffrés : 181 000 éligibles en 2016 et 67 000 de plus en 2017 sur le secteur métropolitain. Liée par le quasi-monopole en 2011 au moment d'un appel à manifestation d'intention d'investissement, Orange et Bordeaux Métropole continuent donc de vouloir accélérer la cadence pour une disponibilité sur l'intégralité de la métropole établie, selon les dernières estimations, entre 2020 et 2022. En l'état, le vice-président de la métropole en charge du numérique et maire de Carbon-Blanc, Alain Turby, l'affirme haut et fort à qui veut l'entendre : "nous sommes la première métropole de France en terme de déploiement de la fibre optique. Plus de 55% des prises sont raccordables sur le territoire de la métropole. Sur l'intégralité du territoire métropolitain, nous dépassons les 6000 prises d'avance par rapport à ce qui était prévu dans le cadre de la convention".

Et les zones blanches évoquées en 2016, alors ? Elles ne sont visiblement plus d'actualité. "Il n'y a plus de zones blanches sur le territoire métropolitain. Toutes les communes ont au moins une technologie ADSL à leur disposition, notamment Saint-Médard-en-Jalles qui rencontrait des difficultés. Il existe cela dit toujours des situations où les débits sont très mauvais. Sur Carbon-Blanc, par exemple, ils sont parfois inférieurs à deux mégas. Pour ça, on a mis en place des solutions d'acomptes : la métropole se propose de subventionner des équipements pour les habitations disposant d'un débit inférieur à trois mégas leur permettant d'utiliser le satellite ou la 4G via un modem, pour pouvoir patienter en attendant que la technologie se développe. Très honnêtement, c'est resté très anecdotique. L'administré, ce qu'il veut, c'est la fibre. Il y a eu quand même un peu plus d'une centaines de demandes sur lesquelles on a pu accompagner les gens qui le souhaitaient". Certaines communes, outre-Saint-Médard, ont quand même eu un peu plus de mal que les autres dans certains quartiers : Parempuyre, Mérignac ou Pessac sont notamment dans la liste. Une liste qui s'explique aisément et qui a trouvé une parade selon Alain Turby. "partout où il y a des poteaux aériens, c'est plus compliqué parce qu'il faut faire une étude de charge pour savoir si le fait de faire passer la fibre n'impacte pas la tension des câbles qui s'y trouvent et l'impacte en cas de tempête. Une convention a été signée avec Enedis qui permet d'utiliser leurs poteaux en cas de déploiement, ça nous a permis de résoudre le problème". On se résume : Orange et Bordeaux Métropole dans le cadre d'une zone définie par l'Arcep (Autorité de régulation des télécoms) à l'époque de la Cub; le conseil départemental au niveau du groupement d'intérêt collectif Gironde Numérique (auquel est aussi inscrit la métropole), tous veulent aller le plus vite possible pour raccorder un maximum de monde. Et puis... et puis il y a les exceptions.

Les derniers seront les premiers

Martignas-sur-Jalle en fait partie. Cette commune dite "périurbaine", située à une vingtaine de kilomètres de Bordeaux et à une trentaine du nord du Bassin d'Arcachon, est entrée au sein de Bordeaux Métropole (ex Cub) en 2013. Elle a donc échappé à la convention de l'Arcep sur le déploiement de la fibre. Paradoxalement, elle va être en avance sur toutes les autres. Ce jeudi matin, l'opérateur SFR a inauguré dans cette commune de 7500 habitants le premier point de mutualisation de la fibre. La promesse d'SFR : déployer, d'ici fin 2018, la fibre sur 2300 à 2400 logements, jusqu'à 1 Gbit par seconde. Sauf qu'entre temps, Orange a révisé sa copie et compte bien miser sur le même cheval que SFR, et peu importe si ce dernier à aussi prévu des boîtiers de raccordement pour d'autres opérateurs : ce sera chacun ses armoires. Pour Guillaume Fauré, directeur des relations régionales Sur-Ouest chez SFR, cette future mise en concurrence n'a rien de malsain, bien au contraire. "On est déjà présents sur Bordeaux Métropole pour environ 320 000 prises (sur vingt communes de l'agglomération) en fibre qui sont issues d'un réseau câblé qui a été intégralement rénové. Avant 2011, on avait déjà un réseau important. À l'époque, Martignas ne faisait pas partie de l'agglomération, elle était donc de toute façon laissée de côté. Elle ne faisait pas non plus partie du déploiement prévu par le syndicat mixte Gironde Numérique, elle était dans une sorte de zone floue qui relevait de l'initiative privée. Nous avons fait savoir à l'agglomération que nous étions intéressés par ce déploiement, Orange a probablement effectué les mêmes démarches. Ça garantit à la commune un déploiement très rapide. L'intérêt, c'est d'être le premier à avoir un réseau".

Après avoir informé les autres opérateurs et le régulateur des télécoms et obtenu les permissions de voiries et d'occupation du domaine public (gérés par la commune et la métropole), SFR s'est donc constitué son propre réseau, sans attendre les promesses d'investissement d'Orange, ce qui a, toujours selon le responsable de l'opérateur au logo rouge et blanc, plusieurs avantages non négligeables. "On est propriétaires de bout en bout de notre réseau, donc en cas de panne éventuelle ou de difficulté, les circuits sont beaucoup plus courts. Il y a un autre avantage économique : lorsqu'on a un client sur le cuivre, on verse, schématiquement, dix euros à l'opérateur historique parce qu'on utilise son réseau soit 120 euros par an multiplié par le nombre de clients. Vous voyez l'économie très rapide qu'on peut faire même si on déploie un autre réseau neuf à côté". Autre raison évoquée par le responsable local : l'ajout d'options "premium" gérées directement par l'opérateur. "Le développement d'SFR se fait sur les services très haut débit, la fibre en tant que contenant mais aussi les contenus : faire passer des services. Aujourd'hui, le service différenciant n'est pas le prix de l'abonnement, c'est ce qu'on met à côté de tout cela comme les accès à des chaînes premiums ou des contenus exclusifs. Or, on ne peut délivrer ces services en haute définition que si on a la fibre optique. C'est une boucle et un intérêt économique d'avoir des clients qui sont sur notre réseau et pas sur celui d'un prestataire", professe Guillaume Fauré.

"La mise en concurrence a joué son jeu"

Le déploiement de la fibre dans les rues de Martignas par SFR se poursuit donc, à la charge intégrale de l'opérateur. Si quelques milliers de foyers devraient déjà être élligibles en fin d'année, la totalité de la commune le serait d'ici à 2020. Reste que ces deux réseaux parallèles ont un coût important pour chacun des opérateurs. Sans avoir pu connaître celui de Martignas, on peut quand même citer les différents plans d'investissement au niveau national : 15 milliards d'euros pour Orange jusqu'en 2020, à peu près la même somme pour SFR. Alors même que les objectifs nationaux s'interrogent encore sur les délais à tenir, SFR a donc sauté sur une "zone floue", ce qu'avoue à demi-mot Alain Turby, pour qui le fait d'avoir "deux opérateurs qui investissent en fonds propres sur le territoire de Martignas" est un regret. "S'il y avait eu un co-investissement entre les deux opérateurs, chacun aurait peut-être pu consacrer une part d'investissement à desservir d'autres territoires, métropolitains ou non". L'affaire est cependant faite, et les armoires ne risquent pas d'être enlevées de sitôt. Michel Vernejoul, le maire de la commune, est évidemment le premier à se réjouir de cette nouvelle. "La mise en concurrence a joué pleinement son jeu. Il faut savoir être flexible et pragmatique (...) On est rentrés à la métropole en 2013, on devait se mettre à la fibre en 2020. On va gagner deux ans. C'est une ville "niche haute" à haut niveau de services, on a beaucoup de chefs d'entreprises, de gens qui font du télétravail, il y a donc une clientèle très forte. Ne demandant aucun financement public, SFR a le droit de pouvoir intervenir. D'autres opérateurs vont se raccorder via SFR, il n'y a donc pas de problème de monopole". L'entreprise Dassault, les trois zones d'activité et le collège de Martignas avaient précédemment été équipés de la fibre via Gironde Numérique. Dans cette guerre des câbles, les plus heureux dans l'histoire seront sans aucun doute les martignassais : deux opérateurs en concurrence, ce sera sans doute "tout bénef" pour leur porte-monnaie... 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
24559
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Métropole
Métropole
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires