Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

04/12/20 : Après 20 années de Présidence de la Chambre régionale d'agriculture Aquitaine puis Nouvelle-Aquitaine, Dominique Graciet confirme qu'il démissionnera de son mandat le 7 décembre prochain.

04/12/20 : Bordeaux-L'Observatoire girondin des libertés publiques organise ce vendredi 4 décembre 18h, Place de la Victoire, un rassemblement contre la loi "Sécurité Globale". Dans ce cadre, la mobilisation du 28 novembre avaient déjà réuni 20 000 personnes+ d'info

03/12/20 : Ce 3 décembre, les communes de Bordeaux et Le Tourne ont été reconnues en état de catastrophe naturelle pour inondations et coulées de boue pour la période du 9 au 11 mai 2020.

03/12/20 : Valéry Giscard d'Estaing est mort ce 2 décembre à 94 ans. Son élection en 1974 a été considérée comme un tournant dans le cours de la société française avec l'abaissement à 18 ans de l'âge de la majorité et le soutien à la loi sur l'IVG de Simone Veil

24/11/20 : Âgé de 90 ans, André Luberriaga, ancien maire d'Ascain, au Pays basque, s’est éteint lundi, une semaine après son épouse Martta. Conseiller général d’Ustaritz de 1976 à 1988, l'UDF André Luberriaga, avait dirigé la commune de 1977 à 2001.

19/11/20 : Charente-Maritime : le taux de positivité au Covid-19 était ce soir de 75 pour 100 000 habitants, et de 90 pour La Rochelle, soit moitié moins que la semaine dernière, selon l'ARS. 34 patients sont hospitalisés à La Rochelle, dont 14 en réanimation.

17/11/20 : Le festival de la BD d'Angoulême se fera en deux temps: en janvier pour la remise des fauves et en juin pour un festival en présentiel. Une exposition sera dédié à l'art d'Emmanuel Guibert au musée des beaux arts d'Angoulême, inauguré le 20/11/2021.

15/11/20 : Le Centre communal d’action sociale CCAS de La Rochelle lance un appel à la solidarité et au bénévolat pour épauler les acteurs de l’aide alimentaire. Contact : Frédérique Duchesne àfrederique.duchesne@ccas-larochelle.fr ou au 05 46 35 21 16.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 04/12/20 | Une unité de méthanisation à Saugnacq-et-Muret

    Lire

    La société BFM Biométhane a été créée par trois entreprises agricoles pour porter une unité de méthanisation à Saugnacq-et-Muret dans les Landes. Dans le cadre du projet, plutôt que d'être détruites avant l'implantation de la culture principale, les cultures intermédiaires seront valorisées grâce à la méthanisation à des fins énergétiques. Le projet permettra d'éviter l'émission de 4600 tonnes équivalent CO2. Pour la construction de cette unité de méthanisation, la Région vient d’allouer une subvention de 700 000 euros.

  • 04/12/20 | La Flow Vélo poursuit son développement sur Grand Cognac

    Lire

    La Flow Vélo, qui relie l’Ile d’Aix à Thiviers longe le fleuve Charente et termine son tracé au coeur du Parc Naturel Régional du Périgord-Limousin. Un plan global d’aménagement a été élaboré pour mettre en œuvre le tracé définitif en garantissant la qualité et la sécurisation du parcours. C’est dans ce contexte que l’agglomération de Grand Cognac prend en charge la réalisation d’un linéaire de 35km au travers 3 phases de travaux. La 3ème phase, correspondant à l’aménagement entre Jarnac et Angeac bénéficie d’une aide régionale de 316 000 euros.

  • 04/12/20 | Restauration des zones humides en Corrèze

    Lire

    Dans le cadre de l'appel à projets « restauration des zones humides de têtes de bassin versant », la communauté de communes Ventadour-Egletons-Monédières en Corrèze, propose d'accentuer son action avec la reconquête pastorale de zones humides dégradées du bassin versant du ruisseau d'Egletons, ainsi que la restauration des fonctions hydrologiques et du potentiel d'autoépuration de la zone humide du Maumont. La Région vient d’attribuer une aide de 61 000 euros à la Communauté de Communes pour les travaux d’investissement.

  • 03/12/20 | Exelus poursuit sa quête de l'innovation

    Lire

    La société bordelaise Exelus, spécialisée dans la télé-médecine, lance un programme afin que la start-up soit LA référence dans ce domaine pour les professionnels de santé. Ce qui fait qu’elle se démarque? Son offre complète et évolutive ainsi que son avance en matière d’innovation. Un programme qui mobilisera 13 salariés jusqu’en mars 2022. Exelus reçoit le soutien du Conseil régional avec une aide à hauteur de 400 000€. Pour information, la start-up commercialise depuis 2016 la plateforme de télé-médecine Nomadeec, leader sur le marché français.

  • 03/12/20 | Le projet « Dock de légumes » va voir le jour

    Lire

    Lors de la dernière commission permanente de la Région Nouvelle-Aquitaine, celle-ci vient d’attribuer une aide de 55 842 euros au projet « Dock de légumes » porté par la Communauté d’Agglomération de Grand Angoulême. Cette action vise à préfigurer les équipements et services collectifs nécessaires pour sécuriser et développer les productions maraîchères biologiques et locales. Plusieurs études ont déjà été menées afin de réaliser l’état des lieux de l’écosystème agricole et alimentaire territorial notamment.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Métropole | La plateforme de divertissement Mérignac+ n'attend que vous

06/11/2020 | Entre le confinement de mars et celui-ci, la ville de Mérignac a mis en place une plateforme de divertissement, à destination des enfants de 0 à 16 ans et plus.

Plateforme Mérignac+

D'un certain point de vue, le premier confinement a été bénéfique pour la mairie de Mérignac. Depuis le mois de septembre, la plateforme pédagogique Mérignac+, est disponible. Elle propose un contenu ludique, autour de toutes sortes de rubriques : bricolage, sport, cuisine, sciences, aide aux devoirs, orientation, activités manuelles, voilà de quoi satisfaire tout le monde ! Clémence Coppey, responsable digital à la ville de Mérignac, nous en dit plus sur la plateforme.

Près de 10 000 euros et beaucoup de temps. C’est ce qu’a couté cet investissement. « Tout est parti d’une demande de deux élus », explique Clémence Coppey. Pendant le confinement au mois de mars, il a fallu trouver un moyen pour la Ville, de garder un lien avec ses publics, en particulier avec la petite enfance, l’enfance et la jeunesse.
Sur le site, différentes catégories sont à retrouver en fonction de l’âge. C’est donc autour de cinq univers que s’articule la plateforme Mérignac+: 0-3 ans, 4-6 ans, 7-10 ans, 11-15 ans, et 16 ans et plus. Le site plus.merignac.com est alimenté par presque tous les services de la Ville : directions de la culture, de l’éducation, des sports, de la jeunesse, de la petite enfance, etc. 

Page d'accueil plateforme Merignac+

Quel contenu? 

« Tout d’abord, il a fallu penser aux utilisateurs ! Comment capter l’attention, l’intérêt des enfants ? Quelle était notre légitimité en tant que ville ? Quel rôle avions-nous à jouer sur le numérique ? Comment associer toutes nos directions (culture, sport, jeunesse, développement durable) sur ce projet ?» Sur la partie scolaire, la ville est restée sur de l’accompagnement aux devoirs. Ce qui est envisageable par la suite, c’est que « si une école de la ville ou un collège, adore le projet et souhaite nous aider à publier du contenu pour les enfants, il serait tout à fait possible de les intégrer à la démarche », poursuit la responsable digital.

Quel genre de contenus est mis à disposition sur la plateforme? D’abord, il est possible de retrouver des contenus originaux créés par les différents services de la ville, pour valoriser un savoir-faire. Par exemple, Mickael, éducateur sportif, a mis à disposition un contenu course d’orientation. Pendant le confinement,  il a créé plein des vidéos qui ont été publiées sur les réseaux sociaux, dans le dispositif sport à la maison. Autre exemple, des podcasts, avec par exemple des comptines qui ont été créées par une assistante maternelle du RAM (Relais Assistantes Maternelles) de Mérignac. « Stratégiquement, on est en train de former nos équipes pour qu’elles soient capables de créer seules du contenu pour le web », explique Clémence Coppey.  « L’idée à terme étant d’aller vers la mise en place de comités édito et la co-construction de contenus ». poursuit-elle. « Ce sont des contenus qui existent déjà pour la plupart, en version papier et donc là l’idée, c’est d’aider nos services à digitaliser ces différents supports pour ensuite les mettre à disposition sur Mérignac+ ». 

Ensuite, on retrouve du contenu qui va plutôt valoriser une offre de service. Par exemple dans la rubrique 0-3 ans il y a un contenu qui s’appelle « Bête et Méchant », qui est publié par la médiathèque. « Le contenu de « Bête et Méchant » est un contenu disponible sur YouTube musique mais surtout, je vois que je peux emprunter cet album gratuitement à la médiathèque », explique-t-elle.

Bete et méchant

Inciter à utiliser les services de la ville

« Nous allons nous poser la question différemment «  Comment faire connaitre le conservatoire aux enfants et leurs donner envie de venir nous voir, de s’y inscrire ? » », raconte Clémence Coppey. L’idée qui va être mise en place dans les jours à venir, c’est de créer des vidéos avec des professeurs du conservatoire. « On fait le pari que si l’enfant a suivi ces cours en ligne, il sera plus facile pour lui de passer le cap de venir nous voir dans nos structures physiquement pour s’inscrire ». Ici, on est plus sur la valorisation d’un service. 

En clair, les bibliothécaires de la médiathèque peuvent poster des coups de coeur littéraires, les animateurs de l’Espace Jeunes des conseils pour faire son CV, les assistantes maternelles des comptines ou des idées d’activités, les médiateurs culturels de la Vieille Église des astuces pour mieux cadrer ses photos, etc.

Mais sur la plateforme, il est aussi possible de créer son espace personnel, qui permet une offre sur-mesure. L’idée, c’est que grâce à leur compte utilisateur, les familles ou les jeunes, peuvent suivre leurs structures préférées, ajouter des contenus en favoris dans leur carnet de bord et disposer d’une page d’accueil personnalisée. 

Les + pour la ville

Mérignac+ ce n’est pas seulement un service à l’usager mais également un outil permettant d’ajuster la stratégie de communication de la Ville au plus près des usages et des besoins. « Grâce au site et aux statistiques, on va savoir précisément ce qui intéresse les jeunes. On va pouvoir adapter nos contenus mais aussi les différents évènements qu’on peut leur proposer ». Un « passeport vacances » leur sera aussi proposé pour les vacances de Noël, dans lequel les jeunes retrouveront des idées d'activités afin de s'occuper. 

Vous pouvez retrouver la vidéo de démonstration sur Youtube

 

Mélanie Philips
Par Mélanie Philips

Crédit Photo : Ville de Mérignac

Partager sur Facebook
Vu par vous
7935
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Métropole
Métropole
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 7 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires