Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

13/12/19 : Ce jour, Claude Olive, le maire d'Anglet (64), 40 000 habitants, a annoncé, sans surprise pour ses administrés, qu'il repartait pour un deuxième mandat. A ce jour, trois listes avec gauche, LFI sont en lice. Y aura-t-il une liste abertzale (basque)?

13/12/19 : Inquiétude de crues à Bayonne demain encore, en aval de l'Adour et de la Nive, après les pluies torrentielles qui se sont abattues des derniers jours. La ville fait en effet office d'entonnoir de ces flux, aggravé par le reflux des marées montantes

13/12/19 : Dans le 64, le service de prévision des crues a placé en niveau de vigilance ROUGE le Gave de d'Oloron, en particulier pour les communes de Caresse, Saint-Pé-de-Léren et Léren. De nombreux autres cours d'eau sont placés en vigilance ORANGE

13/12/19 : Dans le 47, 35 interventions du SDIS sont en cours, succédant aux 84 interventions tout au long de la nuit. 17 000 foyers sont privés d’électricité. Rétablissement prévu dans la journée. Sur la D656, circulation interrompue en sortie d’Agen.

13/12/19 : En raison des fortes rafales de vent qui ont sévi ces dernières heures, la circulation des tramways bordelais a été arrêtée. Retour progressif à la normale à 9h30(ligne C) et à 10h(ligne A). La Ligne B ne roule qu'entre Quinconces/Berges de la Garonne

12/12/19 : En raison de conditions météo de forte tempête et de vagues de submersion, le Conseil départemental des Pyrénées atlantiques a décidé de fermer la route de la Corniche entre Ciboure et Hendaye jusqu'à samedi.

12/12/19 : Météo-France a placé la Dordogne en alerte orange pour vents violents et en alerte jaune pour pluie inondation. Des rafales de vent pouvant atteindre 90 à 100 km/h et des averses soutenues sont attendues en seconde partie de nuit.

12/12/19 : La CR 47 appelle les professionnels de l’agriculture et citoyens à soutenir l’agriculteur Vincent Rigo "attaqué en justice pour une non mise en conformité du déversoir de crue rehaussé de 40 cm » à se rassembler le 18 déc à 8h30 au TGI d’Agen

11/12/19 : MeteoFrance a placé la Nouvelle Aquitaine en vigilance jaune vents violents avec des risques de submersions, notamment en Pays Basque et dans les Landes. Des rafales à 95 km/h et 85 km/h sont attendus à respectivement à La Rochelle et à Hendaye.

10/12/19 : Charente-Maritime : 2300 personnes ont manifesté aujourd'hui à La Rochelle, 1100 à Saintes et 700 à Rochefort, selon la préfecture.

10/12/19 : A Poitiers, mobilisation moins importante ce mardi après-midi contre la réforme des retraites. Le cortège est parti de Rebeillau à 14h pour rejoindre la Porte de Paris. Selon la police, il y avait 2 900 manifestants, la CGT en recensait 7 à 8 000.

10/12/19 : A Agen, 3000 personnes ont participé à la manifestation contre la réforme des retraites. Ils étaient 2000 à Bayonne et 5000 à Limoges (chiffres police).

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 14/12/19 | Forte crue des Gaves

    Lire

    Les vents très violents ont ajouté aux précipitations et les Pyrénées-Atlantiques et les Landes sont ce samedi 14 décembre encore les plus impactées. A Ilharre au Pays basque un homme au volant de sa voiture a trouvé la mort en heurtant un arbre couché sur la route. La montée des eaux des Gaves a particulièrement touché Peyrehorade obligeant des habitants à évacuer leur maison avant d'être accueillies dans la salle communale. Les pompiers ont secouru des automobilistes et à Saint-Martin de Seignanx les résidents d'un EPHAD ont été évacués par précaution. Ce samedi matin la crue était surveillée de très près particulièrement à Peyrehorade

  • 13/12/19 | Un nouveau président à la CCI des Landes

    Lire

    Ce 13 décembre, François Lafitte a été élu président de la CCI des Landes. Ce dirigeant de Primland SAS, entreprise landaise tournée vers l’export et l’international, était également élu de la CCI depuis 2011. Membre aussi de l’interprofession Interfel, la représentation des intérêts de l’entreprise de l’économie du territoire ont toujours fait partie de ses priorités. Au cours de son mandat, il souhaite maintenir le cap tout en mettant ses compétences et sa créativité au service de la CCI.

  • 13/12/19 | Dordogne : bilan des intempéries des 12 et 13 décembre

    Lire

    La nuit dernière, un fort coup de vent a touché la Dordogne. De fortes bourrasques de vents ont été enregistrées (122 km/h à St Martial de Viveyrols et 104 km/h à Bassillac) ainsi que des fortes précipitations. On observe de nombreuses chutes d'arbres : 50 interventions ont été réalisées pour dégager les routes par les services du Département. A midi, 25 000 personnes étaient toujours privées d’électricité. Une vigilance crue / inondation est en place sur la commune de Terrasson, tronçon Vézère aval.

  • 13/12/19 | Tahiti choisie pour les épreuves de surf aux Jeux Olympiques

    Lire

    Le Comité olympique France 2024 a effectué son choix sur le site des épreuves de surf aux JO 2024, préférant Tahiti et son extraordinaire spot de Tehuapo'o aux littoraux breton (La Torche) et aquitain,(Lacanau, Hossegor et Biarritz). En ces lieux, les dates estivales n'offraient pas la garantie de vagues, contrairement à l'archipel d'Outre mer. Biarritz en a fait les frais en son temps. Le risque d'absence de vagues condamnerait définitivement le surf des Jeux. Le choix définitif devrait intervenir le 6 janvier.

  • 13/12/19 | Attractivité : Bordeaux en décrochage ?

    Lire

    Dans une enquête récemment parue (dévoilée par 20 Minutes) sur la perception de l'attractivité dans 18 métropoles françaises (par Hellowork et le cabinet Hays), Bordeaux arrive en septième position, notamment derrière Rennes, Toulouse Strasbourg ou encore Tours. Dans l'ensemble des six critères d'attractivité (dynamisme économique, marché du travail, qualité de vie, coût de la vie, loisirs/culture et qualité des infrastructures), Bordeaux ne figure qu'une seule fois dans les cinq premières villes, à la cinquième place de la catégorie "loisirs".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Métropole | Mobilités : Vincent Feltesse entre deux voies

22/10/2019 | Le candidat à la mairie de Bordeaux a donné lors d'une conférence de presse ce mardi ses priorités en termes de mobilité sur Bordeaux et la métropole. On y reparle du RER...

Vincent Feltesse

Vincent Feltesse, candidat à la mairie de Bordeaux, a profité des premiers jours des vacances scolaires pour donner une conférence de presse au sujet de ses propositions sur la mobilité bordelaise et métropolitaine. On y retrouve plusieurs dossiers déjà largement débattus depuis plusieurs mois : RER métropolitain, péage urbain, place du vélo... et un bilan plutôt négatif de la mandature qui s'achève, avec un budget transports et mobilité métropolitain de "755 millions d'euros" en 2018 ("sur 1900 millions d'euros de dépenses"). Le candidat, qui se présente avec une liste créditée "société civile", évoque le sens de ses priorités.

"Ce qu'on peut retenir, c'est que Nicolas Florian va être battu. Perdre quinze points en six mois, c'est assez remarquable...". Lorsqu'on lui a posé la question de ce qu'il avait pensé du premier sondage des municipales bordelaises (réalisé par Elabe pour La Tribune), Vincent Feltesse ne s'est pas fait prier pour répondre. Candidat malheureux aux dernières municipales de 2014, l'ancien président de la Communauté Urbaine de Bordeaux brigue, avec Bordeaux Métropole des Quartiers, le fauteuil de maire comme annoncé depuis janvier. Au moment de lister ses propositions sur les mobilités, il tire un bilan plutôt catastrophé de la dernière mandature en termes de transports. "On sort d'une mandature très particulière. On n'avait jamais vu un tel empilage d'annonces et aussi peu de résultats. Le pont Simone Veil est encalaminé, le BHNS vers Saint-Aubin-de-Médoc est un échec juridique et les annonces font des confusions en mettant au même niveau le batcub, le projet de téléphérique et les trotinettes. Il faut sortir du concours Lépine permanent et avoir des vraies priorités", a réaffirmé l'ancien conseiller de François Hollande, non sans évoquer le best-of d'annonces effectué la semaine dernière par le maire sortant. 

Remise à plat

"Il faut une remise à plat totale de la politique de mobilités, à l'exception de ce qui est déjà dans les tuyaux comme les extensions des lignes D et A du tramway". Exit, donc, la liaison tram vers Gradignan, le BHNS ou l'extension du tram D vers Saint-Médard. Même sort (ou presque) pour le métro bordelais, dont l'étude de faisabilité avait beaucoup fait parler avant que la métropole ne sonne la fin de la récréation. Remis aux "calendes grecques", tout comme le spectre tenace (et réapparu sous la forme d'un barreau routier) du grand contournement. La priorité majeure pour le candidat, c'est le RER métropolitain. Il pourrait prendre une forme inédite avec quatre lignes de "tram+" envisagées : une ligne Cestas/Ambarès sur la liaison Libourne/Arcachon (qui desservirait les gares de Pessac-Alouette (BHNS), Pessac (tram B), la gare Saint-Jean (tram C), Cenon (tram A) et Bassens La Gorp); une ligne Villenave/Cubzac sur la liaison Langon/St Mariens (qui desservirait Villenave/Bègles, la gare Saint-Jean (tram C), Cenon (tram A), Sainte-Eulalie et Ambarès); une ligne Macau/Pessac/Bordeaux "par dédoublement de la ligne du Verdon" (avec desserte des gares Saint-Jean (tram C), Talence Médoquine (BHNS), Arlac (tram A), Caudéran, Le Bouscat (tram D), Bruges, Blanquefort (tram C) et Parempuyre) et enfin la ligne de ceinture Pessac/Arlac/Le Bouscat/Cracovie/Cité du Vin/Cenon.

"Ping-pong institutionnel"

Le but de cette diamétralisation ? "Repousser le terminus des TER au-delà de la gare de Bordeaux et créer un parcours urbain en correspondance avec plusieurs lignes de tram". Les ambitions sont grandes, autant en termes de fréquence (toutes les 10 à 15 minutes aux heures de pointe et un objectif de traverser la métropole en 30 minutes) que d'implication financière. Cette dernière n'a d'ailleurs toujours pas été clairement tranchée par la SNCF qui s'est associée aux discussions. Mais Vincent Feltesse plaide, de son côté, pour un volontarisme fort de la métropole. "Il faudra dégager des marges de manœuvre financières parce que ce projet là devient très structurant pour la métropole, c'est à partir de ça qu'on réarticulera les circuits de bus, les BHNS, ect. On est aussi dans la prespective d'un renouvellement proche de la DSP (Délégation de Service Public), il faut commencer à réfléchir ce qu'on met dedans et comment cette question de la tarification unique pourrait être traitée de manière aisée. On n'arrivera pas à tout faire". Coût potentiel de l'opération ? Entre 800 et 900 millions d'euros, une assiette qui reste encore à répartir entre la région, l'État et la métropole, à qui la facture pourrait potentiellement coûter "environ 300 millions d'euros, sans compter potentiellement un déficit en termes de fonctionnement (le tarif du train étant plus élevé que celui du réseau TBM)". Pour trancher définitivement le gâteau, il faudrait un "G5" auquel la SNCF serait associée "pour déployer en cinq ans 80% du projet". Ce dernier serait "à échéance trimestrielle pour éviter les parties de ping-pong institutionnel".

Péage et partage

Le grand contournement mis confortablement dans le carton duquel il est régulièrement ressorti depuis quarante ans, le candidat Feltesse, faisant bande à part (alors qu'un potentiel accord entre les socialistes bordelais et EELV serait actuellement en discussion), y oppose plutôt un péage urbain sur la rocade, "un terme qui incite au débat". Voilà sans doute pourquoi cette proposition est formulée par des questions plus que par de vraies réponses : vignette locale et abonnement obligatoire au "réseau urbain" ? Un péage modulé en fonction des heures pour les poids lourds (pour lesquels Vincent Feltesse avait réfléchi pour la région à une écotaxe, depuis rangée dans les tiroirs) ? Une tarification sociale ? Un péage en hyper-centre, en franchissement de la rocade ou des boulevards ? Des recettes qui pourraient permettre une gratuité des transports ? Pas beaucoup de réponses concrètes à ce stade, si ce n'est que l'élu parle d'une potentielle "baisse de trafic de l'ordre de 15%" et d'une possibilité de "faire payer les mauvais circulants (ceux qui ne co-voiturent pas" ou les poids lourds de transit), le tout en gardant à l'esprit que la mesure pourrait constituer une forme de "régulation sociale" et être dans une logique "redistributive" selon Boubbakar Ska, co-lisiter de Vincent-Feltesse. Le débat reste ouvert, et il est aussi corellé avec la volonté de supprimer le stationnement de surface pour les voitures dans l'hyper-centre pour donner plus de place aux vélos et aux piétons. On lui préfererait des parkings de rabattement, de l'autopartage et des dérogations spécifiques pour certains professionnels, ce qui correspondrait à la volonté affichée d'"apaisement du trafic dans les zones résidentielles" et de la "primauté donnée à la question économique et au trajet domicile/travail".
Concernant le vélo, justement, hormis un "grand emprunt vert" dont l'une des priorités serait le développement des vélos, Vincent Feltesse n'a pas vraiment avancé de plan précis ni de chiffres concrets à opposer aux propositions du maire sortant, qui envisageait un nouveau "plan vélo" à vingt millions d'euros et le doublement du nombre de kilomètres de pistes cyclables. Pour ce qui est de la question des boulevards enfin, s'il s'est "abstenu de voter pour au lancement de la concertation parce que la question de la mobilité n'était pas traitée", la candidat à la liste "100% société civile" prône un aménagement "tronçon par tronçon" (couloirs de bus, pistes cyclables sécurisées) et un politique commune entre le RER et la rocade. "À Oslo, la gauche s'est alliée aux écologistes pour réaliser le péage urbain" glisse l'un des co-listiers de Vincent Feltesse, Thierry Fahmy. Plus qu'à savoir si cet appel du pied sera entendu ou non...

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
4666
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Métropole
Métropole
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 16 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires