17/06/22 : Le département des Landes est placé en vigilance rouge pour canicule extrême à compter de ce jour 14 h. En conséquence, les manifestations en plein air (sauf marchés) et les manifestations sportives en salles fermées non climatisées sont interdites

17/06/22 : En raison de la canicule, la Mairie de Cenon annonce l'annulation de la fête du Cypressat (ce soir) ainsi que celle de la Commémoration du 18 juin 1940 qui aurait du avoir lieu demain.

17/06/22 : Le département de la Gironde est placé en vigilance ROUGE canicule dès 14h ce jour jusqu’à la fin de l’épisode caniculaire. La température estimées ce jour est de 40°C et 41°C samedi. Elle restera supérieure à 23°C la nuit de vendredi à samedi.

12/06/22 : A Anglet (64), la députée sortante Florence Lasserre Modem) est en tête de ballotage de la cinquième circonscription avec 39,83% de suffrages, devant Sandra Pereira-Ostanel (Nupes), 22,12%. LR n'avait pas présenté de candidats.

10/06/22 : La préfecture de Nouvelle-Aquitaine appelle à la prudence sur toutes les plages de la région samedi 11 juin en raison de conditions de baignade dangereuses entre houle, vagues de bord, forts courants et baïnes, températures de l’air et de l’eau élevées.

02/06/22 : En Dordogne, la RD66 à Peyzac-le-Moustier est rouverte à la circulation depuis le 1er juin. Elle avait été fermée suite à la chute de blocs rocheux de plusieurs mètres cubes en novembre 2018 et dans l'attente du confortement définitif de la falaise.

20/05/22 : HAUTE-VIENNE Sur la 2e circonscription, la candidate LREM investie Shérazade Zaiter devra composer avec le dissident Jean-Luc Bonnet, maire du Vigen et son suppléant Bertrand Venteau, président de la Chambre d’agriculture et frère du député sortant.

19/05/22 : DORDOGNE. Dans la 4e circonscription, Jérôme Peyrat LREM, maire de La Roque-Gageac, se retire après une polémique sur sa condamnation pour violence conjugale. Il briguait le siège de la sortante Jacqueline Dubois, qui repart non investie par LREM.

18/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Dans la 6 e circo, LREM prononce l’exclusion de Philippe Jouvet, candidat contre Vincent Bru, le sortant LREM. Philippe Jouvet était jusqu'ici le suppléant de Florence Lasserre dans la 5e circonscription.

18/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Dans la 4e, l'écolo Julien Brunel se retire au profit d'Inaki Echaniz PS-Nupes. "Notre responsabilité politique nous oblige au retrait. Mais notre responsabilité morale nous interdit de soutenir le candidat PS," tweete J. Brunel

13/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES - Dans la 3ème circonscription, David Habib député socialiste sortant critique sur la NUPES, est candidat à sa succession en son nom propre face à un candidat LFI /NUPES. Alain Rousset vient de lui apporter son soutien.

12/05/22 : GIRONDE. Dans la 2e circonscription, Cyril Mouquet , candidat Nouvelle Donne se désiste au profit du candidat investi par la Nupes, l'écologiste Nicolas Thierry, au nom de "l'intérêt général premier avant tout" tweete Cyril Mouquet.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 24/06/22 | Partons à la découverte du Mas d'Agenais

    Lire

    Afin de valoriser son patrimoine, le Mas d'Agenais va se doter d'un espace de médiation patrimoniale. Pour cela, la municipalité va restaurer une maison à pans de bois en face de la collégiale pour y installer un espace de médiation patrimoniale, valorisant ainsi l'histoire du Mas d'Agenais, la collégiale et l’œuvre exceptionnelle qu’elle abrite : le "Christ en Croix" par Rembrandt. L'espace abordera plusieurs thématiques comme la collégiale, le Rembrandt, le patrimoine bâti et l'histoire du Mas d'Agenais accessibles aux petits et aux grands au moyen d'outils numériques, de maquettes, d'archives visuelles ou sonores.

  • 24/06/22 | Restauration collective: "Nourrir l'Avenir" pour mieux se nourrir

    Lire

    A Périgueux, l'Association Collectif les Pieds dans le Plat propose une restauration collective bio-locale depuis 15 ans. Pour mieux accompagner l'intérêt croissant des collectivités et de la société civile pour la restauration collective bio-locale, une société coopérative d'intérêt collectif va être montée (SCIC), Nourrir l'Avenir, qui aura pour mission de porter l'activité économique de formation et d'accompagnement notamment dans la mise en œuvre d’une transition alimentaire biologique, saine et durable au sein des collectivités et des établissements.

  • 23/06/22 | Le député des Landes, Boris Vallaud, président du groupe PS à l'Assemblée

    Lire

    Elu député PS des Landes en 2017, réélu confortablement dimanche dernier dans la troisième circonscription, Boris Vallaud est depuis ce jeudi 23 juin, président du groupe socialiste à l'Assemblée Nationale. Enarque âgé de 46 ans, négociateur de la Nupes pour le PS, il succède à Valérie Rabault (Lot et Garonne) qui ne se représentait pas. Il a emporté l'élection avec 26 voix d'avance sur son collègue de la Mayenne, Guillaume Garot.

  • 23/06/22 | "1 million d'arbres" : Votez pour vos projets de plantations préférés

    Lire

    En janvier dernier, Bordeaux Métropole a lancé le 1er budget participatif lié au programme « Plantons 1 million d'arbres ». Suite au dépôt des projets par les associations, vous avez jusqu'au 30 juin pour voter pour votre projet de plantation préféré : verger urbain, micro-forêt, parc, jardin... Les projets lauréats seront dévoilés début juillet et les plantations auront lieu cet hiver. Pour découvrir les projets et voter: budgetparticipatif.bordeaux-metropole.fr

  • 23/06/22 | Landes : Enedis soutient l'insertion des jeunes

    Lire

    Pour faciliter les actions de la Mission Locale des Landes en faveur de l'insertion professionnelle durable des jeunes, Enedis a remis le 21 juin dernier un véhicule reconditionné à la structure. Ce véhicule sera mis à disposition en auto-partage des jeunes de Sabres résidants dans l'ancienne gendarmerie réhabilitée en logements sociaux pour qu'ils puissent palier aux difficultés de mobilité sur le territoire landais.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Métropole | Résilience alimentaire : quels voies et moyens à Bordeaux ?

28/04/2022 | Vincent Tardieu (à gauche), coordinateur des publications et études de Colibris a animé la soirée sur le thème de la résilience alimentaire à Bordeaux.

colibris

Mouvement citoyen engagé pour « l’émergence d’une société écologique et solidaire », Colibris a organisé, à l’Athénée de Bordeaux, une rencontre sur le thème : « Comment peut-on rendre la métropole de Bordeaux plus résiliente pour toutes et tous au niveau alimentaire ? ». Avec en toile de fonds, l'organisation de l'autonomie alimentaire du territoire, citoyens, élus et association ont débattu sur cette question qui, avec les récentes crises et la difficulté croissante, pour une toute une partie de la population, à s’alimenter sainement, prend une importance majeure.

« Œuvrer à l’émergence d’une société écologique et solidaire, radicalement différente, en favorisant le passage à l’action individuelle et collective », tel est le but que s’est fixé le Mouvement Colibris, association fondée en 2007 sous l’impulsion, notamment, de Pierre Rabhi. « Structurellement, la métropole n’est pas un espace de production alimentaire. Cependant, les collectivités peuvent appuyer le développement des productions locales de différentes manières, qu’il s’agisse d’installation ou d’autoproduction au travers de jardins partagés, de balcons nourriciers », précise d’emblée Vincent Tardieu, coordinateur des publications et études de Colibris et animateur de la soirée. Autant d’initiatives qui pourraient permettre à toute une partie de la population (dont la situation a été aggravée par la crise Covid), d’accéder, au quotidien, à une alimentation locale et de qualité. Une question intéressante quand seuls 1,8 % des produits alimentaires consommés en région Bordelaise sont produits à l'échelle régionale (Métropole de Bordeaux, 2021).

La résilience alimentaire : une solution qui fait son chemin

Et déjà, des solutions voient progressivement le jour sur le territoire bordelais, avec entre autres, la création d’une délégation de la résilience alimentaire. L’objectif ? Anticiper les changements à venir pour être en capacité de se nourrir dans les prochaines décennies, malgré les perturbations annoncées (tempêtes, sécheresses, pandémies, crises).
« On met en place des productions nourricières sur la ville de Bordeaux avec déjà 61 hectares de surface agricole utile et 28 hectares de jardins partagés », explique Ève Demange, conseillère municipale à Bordeaux, élue départementale et à la Métropole de Bordeaux pour la résilience alimentaire et la sobriété numérique.

« Parallèlement, nous multiplions les points de vente pour les petits producteurs locaux. Ainsi, les marchés de plein vent qui accueillaient 10 % de producteurs, en accueillent aujourd’hui 40 %. On travaille aussi sur la pédagogie alimentaire, les habitudes alimentaires, ainsi que sur le gaspillage alimentaire et la réutilisation des bio-déchets. C’est une économie circulaire qu’on essaie de reconstituer en créant quelque chose où les différents acteurs se connaissent et sont solidaires entre eux », poursuit l’élue qui, au passage, fustige les politiques de diffusion actuelles, à l’opposé des circuits courts : « C’est une aberration de voir que tout est centralisé à Rungis alors qu’on a un super MIN (NDLR : Marché d’Intérêt National) qui est Brienne et qui permet aux producteurs de rencontrer les acheteurs. On souhaite qu’il reste en centre-ville et en faire un outil de relocalisation de l’alimentation ».

« Les flux entre producteurs et consommateurs se sont organisés puisque dans le SIVU de Bordeaux Mérignac, on a réussi à avoir 44 % de produits bios sur les 25 000 repas par jour, et avec un approvisionnement régional », tempère Jérôme Cinel, directeur d’InterBio Nouvelle Aquitaine. « Ça demande des groupements de producteurs, ce qui se structure à l’échelle des bassins de production ».

Mais comment construire avec les consommateurs et les acteurs professionnels ?

Une question qui relève des problèmes de gouvernance.

CCGAD et PAT : des organes de gouvernance à l’efficacité contestée

Créé en 2017, le Conseil Consultatif de Gouvernance Alimentaire Durable (CCGAD)est une instance territoriale de gouvernance alimentaire construite selon la méthodologie des Projets Alimentaires Territoriaux (PAT). Son objectif ? Co-construire des stratégies visant à accompagner la transition de la métropole bordelaise vers l’émergence d’un système alimentaire territorial durable grâce à un plan d'action élaboré collectivement. Problème : « Ces instances de discussion sont très importantes. Mais dans la réalité, un paysan n’a pas le temps d’y aller. Il est forcément sous-représenté », note pertinemment Eric Prédine, cofondateur du réseau SaluTerre/Les Râteleurs (Pays Foyen, Gironde).

« Les PAT sont une concession du Ministère de l’agriculture pour qu’il y ait des espaces de discussion », remarque pour sa part, David Fimat, coordinateur du collectif Acclimat’action et membre de l’association VRAC (Vers un Réseau d’Achat en Commun) Bordeaux. « Ça nous permet de nous connaître mais derrière le terme de Démocratie Alimentaire, il y a quelque chose de plus fort. On parle de reprendre le pouvoir sur l’alimentation. Il ne faut pas confondre une instance de discussion faite dans le cadre d’un rapport de forces qui n’est pas en notre faveur avec un véritable pouvoir de décision quant à la façon de produire et de s’alimenter ».

La Sécurité Sociale de l’Alimentation : une autre façon de consommer

Très engagé dans le développement de groupements d’achats dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville de la Métropole de Bordeaux, l’association VRAC s’est aussi intéressée à la Sécurité Sociale Alimentaire. L’idée de base ? Se projeter sur une carte vitale de l’alimentation ; carte sur laquelle serait disponible un montant qui ne permettrait pas de faire ses courses en totalité mais d’assurer une certaine sécurité en s’alimentant dans les commerces ou chez les producteurs conventionnés. Carte universelle attribuée sans condition de revenus, elle permettrait à son bénéficiaire de disposer de 150€ par mois. Son coût, évalué à 120 milliards d’euros par an pour 67 millions de personnes pourrait être financé par une taxe.

Le point fort de cette idée ? « Une charte porteuse de grands principes de solidarité avec les producteurs pour reconstruire le système alimentaire », précise David Fimat. Reste l’absence de choix pour le consommateur qui devra se plier à la décision des caisses locales chargées de déterminer le fléchage de l’application. Et comment être sûr que des lobbies ne s’approprieront pas ce nouveau mode de consommation ? Autant de questions, notamment de gouvernance, qui ne sont pas tranchées.

A noter, pour aller plus loin : nouveau numéro de la revue 90° « Pour une révolution alimentaire ! »

Emmanuelle Diaz
Par Emmanuelle Diaz

Crédit Photo : ED

Partager sur Facebook
Vu par vous
9068
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Métropole
Métropole
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

Vue de Bordeaux - illustration immobilier Métropole | 24/06/2022

Les loyers désormais encadrés à Bordeaux

casiers eysines Métropole | 15/06/2022

Eysines : ouverture de casiers fermiers en libre service

Melina Fatseas lors de son discours pour l'ouverture de la filière spécialisée dans les TCA chez l'adulte à Bordeaux. Métropole | 07/06/2022

Comportement alimentaire : une filière spécialisée face à une explosion des troubles

Visite d'ouverture de la Foire Internationale de Bordeaux 2022 avec, entre autres, Fabienne Buccio et Philippe Autran. Métropole | 21/05/2022

Foire Internationale de Bordeaux : les élus ouvrent la marche

Présentation du programme de la Foire 2022 avec Frédéric Espugne-Darses. Métropole | 10/05/2022

Foire Internationale de Bordeaux : des retrouvailles « festives et conviviales »

Le moulin de Noès, à Pessac. Métropole | 28/04/2022

Moulin de Noès : Coup de projecteur sur un témoin de l’histoire

Corentin et Lucie, de l'entreprise ReSanté-Vous, font une démonstration de l'équipement. Métropole | 14/04/2022

Dans un tram bordelais, les voyageurs testent des simulateurs de vieillesse

Harmonie Lecerf, adjointe au maire de Bordeaux en charge de l’accès aux droits et des solidarités, vice-présidente du CCAS, devant l'entrée de la Halte de jour Métropole | 06/04/2022

A Bordeaux, une halte de jour ouvre ses portes aux sans-abris et personnes à la rue

image d'illustration - cantine Métropole | 01/04/2022

La mairie de Bordeaux revoit ses calculs pour une tarification solidaire « plus équitable »

Laurent Guillemin, Claudine Bichet, Pierre Hurmic, Delphine Jamet et Céline Papin au point presse précédant le conseil municipal. Métropole | 31/03/2022

La Ville de Bordeaux vise le cap des 25% d’autonomie énergétique d'ici 2026

Jean-François Egron, maire de Cenon Métropole | 28/03/2022

Piscine, quartiers, jeunesse, citoyenneté : Cenon vit au rythme des projets

charpente pont S. Veil une Métropole | 09/03/2022

Bordeaux : La pose de la charpente du pont Simone-Veil démarre

RC lissandre une Métropole | 04/03/2022

Lormont : Dernières rencontres citoyennes placées sous le signe du renouveau pour Lissandre

bassins à flots une Métropole | 02/03/2022

Bordeaux : un nouveau foyer de jeunes travailleurs aux Bassins à flot

demandez angela une Métropole | 18/02/2022

Bordeaux : « Demandez Angela », un dispositif pour lutter contre le harcèlement dans les transports