Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/09/19 : Bordeaux. Il aura fallu quatre mois pour que le trafic reprenne sur la ligne C du tram entre la Porte de Bourgogne et la gare Saint-Jean après l'incendie du parking Salinières: il est annoncé pour le 28 septembre.

18/09/19 : Mont de Marsan Agglomération recherche des volontaires en Service Civique pour assurer des missions en lien avec la culture, la solidarité, l'environnement et l'éducation. Réunion d'information le 26 septembre à 14h au Bureau Information Jeunesse.

18/09/19 : Le Pont d'Aquitaine sera fermé entre les échangeurs 1 et 5 du 19 septembre 21h au 20 septembre 6h pour des travaux de maintenance et d'entretien.

18/09/19 : Deux-Sèvres : à l'occasion des Journées du patrimoine, le Département ouvre ses portes au public de la Maison du Département, des Archives Départementales et des Tumulus de Bougon. Animations et visites guidées sont au programme.

18/09/19 : Charente-Maritime : le chantier du pont transbordeur de Rochefort ouvre ses portes au public à l’occasion des journées européennes du patrimoine. RDV notamment samedi 21 à 10h pour assister au remontage sur le tablier du premier élément de chariot.

17/09/19 : Dordogne : Frédéric Gojard, 58 ans, conduira la liste du Rassemblement National à Périgueux pour les élections municipales. Cet ancien militaire, aujourd'hui âgé de 58 ans, s'était déjà présenté aux dernières élections européennes.

17/09/19 : Marcel Amont se rend à Bordeaux à la libraire La Machine à Lire jeudi 19 septembre à partir de 18h30 pour évoquer son livre "Les Coulisses de ma vie" aux éditions Flammarion. Il sera le lendemain à l’Espace Culturel de Pau à partir de 18h30.

17/09/19 : Philippe Lambert atteint de la sclérose en plaques, est attendu à Agen mercredi 18 septembre à 16h30 pour une étape dans le cadre de son « Tour de France - défi 3000 km de Philippe Lambert ».

17/09/19 : Dordogne : Cheffe d’entreprise, conjointe collaboratrice ou apprentie, les candidatures à l’édition 2020 des trophées « Elles M l’artisanat » sont ouvertes. Les lauréates seront mises à l'honneur le 23 mars en préfecture. Plus d'info: www.artisanat24.com

16/09/19 : Deux-Sèvres : les agents des finances publiques sont en grève, suite à l'appel de l'intersyndicale CGT/CFDT/FO/Solidaires/CFTC. Ils protestent contre la fermeture d'ici 2022, de 4 des 10 centres -Prahecq, Airvault, Frontenay-Rohan-Rohan et Coulonges.

13/09/19 : Region : le projet Viti de la Région a été retenu par l'Etat dans le cadre de l'appel projet territoire d'innovation de grande ambition (TIGA). Ce programme concerne tous les vignobles et plus de 130 partenaires. Objectif : la sortie des pesticides.

13/09/19 : Charente : Le festival de photographie Barrobjectif, à Barro, fête sa 20e édition du 14 au 22 septembre. L'invité d'honneur est le photographe italien Paolo Pellegrin, multiprimé pour son travail, notamment sur les conflits dans le monde. Gratuit.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 18/09/19 | Deux réacteurs de la centrale du Blayais concernés par des malfaçons

    Lire

    EDF a confirmé ce mercredi que six des 58 réacteurs nucléaires français présentaient des "problèmes de conformité" et de fabrication de certains composants. Parmi ces réacteurs, on retrouve les numéro trois et quatre de la centrale du Blayais, qui comporte des malfaçons au niveau de ses générateurs de vapeur, pourtant remplacés entre 2014 et 2015. Au travers d'un communiqué, EDF a estimé que "les écarts constatés ne remettent pas en cause l’aptitude au service des matériels et ne nécessitent pas de traitement immédiat".

  • 18/09/19 | EDUCNUM : un salon pour répondre aux énigmes du numérique à Poitiers

    Lire

    Les journées EDUCNUM sont organisées à Poitiers du 20 au 22 septembre par la CNIL, le groupe VYV et l’An@é. L’objectif est de sensibiliser enfants, parents et enseignants aux défis du numérique. Un espace ludique de 130m2 a été imaginé pour les enfants, les adolescents et leurs familles. Un escape game inédit et gratuit va être proposé pour sensibiliser aux enjeux du numérique. Le ministre de l’Éducation Nationale, Jean-Michel Blanquer sera présent à Poitiers ce 20 septembre pour inaugurer ce salon.

  • 18/09/19 | Tourisme : "bilan très positif" pour Charentes Tourisme cet été

    Lire

    Le tourisme dans les Charentes se porte bien, selon le bilan estival de Charentes Tourisme. Si l'avant saison et juillet sont mitigés, avec 58% des professionnels satisfaits, le mois d'août fut en revanche exceptionnel, avec des records de fréquentation. Si elle a d'abord profité à l’intérieur des terres en début de saison, la tendance s'est inversée au profit du littoral en août. L'office note une diminution de la clientèle britannique et une progression de la clientèle belge et allemande.

  • 18/09/19 | 1ere Journée du Patrimoine coordonnée par l'Office de Tourisme du Val de l'Eyre !

    Lire

    C'est la première fois que les cinq communes du Val de l'Eyre (BelinBeliet, Le Barp, Lugos, Saint-Magne et Salles) s'unissent sous une même bannière pour participer ensemble aux Journées Européennes du Patrimoine. Ainsi, une palette d’animations sera proposée - visites patrimoniales et culturelles, expositions dynamiques et reconstitutions -, le 21 septembre prochain sur tout le territoire.

  • 18/09/19 | Une plongée dans les Espaces Naturels Sensibles de la Vallée de l'Eau Blanche

    Lire

    Dans le cadre de son Agenda 21, Villenave d'Ornon propose des animations gratuites autour du développement durable et notamment une nouvelle visite des Espaces Naturels Sensibles de la Vallée de l'Eau Blanche le samedi 21 septembre, de 9h à 12h. Son but : découvrir le milieu des gravières et des anciennes cressonnières. Les participants pourront parcourir une partie du futur cheminement qui sera ouvert à la fin de l'année. Inscriptions au pôle développement durable : 05.56.75.69.85

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Métropole | Municipales : Thomas Cazenave veut questionner Bordeaux

04/07/2019 | Thomas Cazenave a tenu le meeting de lancement de son mouvement "Renouveau Bordeaux" ce mercredi 3 juillet sur la rive droite bordelaise. On l'a interrogé sur ses objectifs.

Thomas Cazenave

Ça n'a pas traîné. Deux jours seulement après avoir reçu officiellement l'investiture de La République En Marche, le candidat Thomas Cazenave a tenu ce mercredi un premier "meeting de lancement" de son mouvement "Renouveau Bordeaux". Le tout ne s'est pas fait sans quelques soutiens nationaux, au premier rang desquels se trouvait Christelle Dubos, secrétaire d'État auprès d'Agnès Buzyn, ministre de la Santé. Si lors de cette soirée, toute liste ou programme potentiels ont été absents, l'occasion était surtout pour le candidat, qui s'oppose en rival face à un Nicolas Florian soutenu par le MoDem local, de prendre un premier contact avec les militants invités, lui qui parcourt les quartiers de Bordeaux depuis mars. Quelques heures avant le meeting, on a voulu prendre un peu la température auprès de ce candidat, proche d'Emmanuel Macron, pour qui l'argument du "parachutage parisien" semble tout sauf un argument légitime...

 

@qui.fr - En Marche vous a investi ce lundi pour incarner leur candidat lors de la campagne des municipales à Bordeaux. Des critiques émanent déjà de l'opposition, notamment socialiste, évoquant un "parachutage". Comment interprétez-vous ces critiques ?

Thomas Cazenave - Mon parti politique a certes décidé de l'investiture mais sur la base d'un projet qui a été mené localement. Ca fait des mois que je travaille avec les "marcheurs", les animateurs de comités locaux, les députés et les élus pour proposer une démarche dans la perspective des municipales. Ce n'est pas une décision qui tombe du national. Tous les animateurs des comités locaux et les députés de la Gironde ont signé une lettre à destination de la commission nationale d'investiture pour soutenir notre projet. J'ai contribué à créer le mouvement en Gironde avec Catherine Fabre et Tanguy Bernard. Quand on a lancé En Marche avec Emmanuel Macron, j'étais là. Je suis bordelais, je suis né ici, j'ai fait mes études ici. Je balaye ce sujet d'un revers de main. Je ne sais pas ce que ça veut dire "être techno". J'ai travaillé au ministère de l'Économie et des finances, en entreprise, j'ai enseigné, j'ai été directeur de cabinet adjoint auprès d'Emmanuel Macron… oui, j'ai eu plein d'expériences professionnelles à différents postes de responsabilité. Je ne considère pas que la politique c'est un métier, c'est un engagement.

@qui.fr - Le MoDem local, piloté par le premier adjoint au maire Fabien Robert, s'est rapidement rallié au candidat Nicolas Florian. Les socialistes ne se sont pas encore tout à fait déclarés, les écologistes et RN font cavalier seul… Quel regard portez vous sur le contexte local ?

T.C - Pour ce qui est du MoDem, je regrette qu'ils n'aient pas voulu s'inscrire dans un accord national. On est différent, on n'a pas les mêmes valeurs ni le même engagement, on n'a pas soutenu le même projet ni les mêmes équipes. On ne va pas faire un grand tout dans lequel on considère que tout le monde pense la même chose. J'aurais préféré travailler avec le MoDem mais c'est une décision qui lui appartient. Je ne suis pas dans une logique d'alliance ou d'appareils. Je souhaite simplement lancer un projet très ambitieux avec des méthodes participatives, ancrées dans le territoire, par quartier. Pour l'instant, les alliances ne sont pas notre préoccupation.

@qui.fr - Vous avez démarré votre campagne, par l'intermédiaire d'une "grande marche des quartiers" initiée le 14 mars dernier. Quels enseignements en avez-vous tiré vis-à-vis des attentes des citoyens bordelais ? 

T.C - D'abord, je dois dire que l'on croit beaucoup à ces approches de porte à porte pour comprendre les attentes des bordelais. Ça confirme, au-delà de la vision globale, que les attentes d'un quartier à un autre sont parfois très différentes. Ça valide l'idée qu'il faut proposer des idées à la maille des quartiers. Il y a une volonté des citoyens de contribuer. Globalement, les gens sont toujours prêts à faire des suggestions. Il faut pouvoir aller beaucoup plus loin dans l'écoute et la construction. Après la grande marche, on a fait des ateliers thématiques autour de plusieurs sujets : la culture, la transition écologique, la citoyenneté et le logement. On a eu une bonne participation autour de marcheurs et de non-marcheurs. Je pense qu'il faut absolument laisser ces espaces de contribution et de dialogue pendant le projet et même au-delà. Il faut laisser plus de place aux citoyens. Enfin, ça confirme qu'il y a le besoin d'une nouvelle ambition, d'un nouveau dessein collectif.

On sent bien, après 25 ans avec Alain Juppé, qu'on est dans une étape nouvelle. La grande question c'est : qu'est-ce qui se passe après ? Les bordelais ont des préoccupations majeures comme la transition écologique, on l'a vu avec les résultats des élections européennes. Ce message est clair et fort et sera répété aux autres échéances. Le deuxième sujet majeur, c'est la crainte d'une ville qui ne soit plus accessible à tous au niveau du logement. Il y a une vraie réalité de pauvreté (17% de bordelais en dessous du seuil de pauvreté), une population en train de se polariser avec des familles qui ne peuvent plus se permettre d'acheter dans Bordeaux et doivent quitter la ville. La ville accessible à tous, c'est aussi une ville qui offre des opportunités professionnelles : la question de l'emploi reste, elle aussi centrale, surtout quand on sait qu'il y a aujourd'hui 30 000 demandeurs d'emplois à Bordeaux. La mobilité est aussi un sujet essentiel : on est en situation d'engorgement, cette question remonte de toutes nos démarches et tout le monde a conscience que cette situation va s'aggraver avec les milliers de logements à venir et des transports déjà en pleine capacité. 

@qui.fr - Globalement, même si les programmes ne sont pas encore précisément établis, vos priorités sont partagées par vos principaux concurrents. Qu'est-ce qui, selon vous, va vous permettre de vous démarquer des autres ?

T.C - Les préoccupations sont uniformes, mais il faut se demander comment on les transforme en ambition collective. Jusqu'où on est prêt à transformer la ville de pierre en ville verte ? On compte 28 mètres carrés d'espace vert par habitant sur le tramway bordelais. La place Nansouty vient d'être refaite, elle est minérale. On verra sur les propositions concrètes quel est le niveau d'ambition des uns et des autres. Si la réponse sur la mobilité passe par un énième débat sur un métro bordelais qui mettra quinze ans à produire ses effets, on n'aura pas le même projet. Le diagnostic est similaire, la question c'est le niveau d'ambition du projet. Au niveau de l'emploi, je n'ai pas eu l'impression qu'on laissait émerger de filières structurées à part le vin et l'aéronautique. On ne va pas tous se verdir au moment des élections, ce ne sera pas de simples ajustements. 

@qui.fr- La soirée du mercredi 3 juillet était l'occasion de lancer officiellement la campagne pour votre mouvement "Renouveau Bordeaux". Comment va se dérouler la suite ?

T.C - Il faut se questionner sur ce qu'on a fait jusqu'à présent et s'engager sur une nouvelle méthode. On va faire venir des gens qui ne seront pas forcément marcheurs. On ne déroulera pas des petites mesures, il faudra qu'on soit d'accord avec les bordelais sur les grands axes. On va aller directement dans tous les quartiers pour continuer cette approche participative et faire contribuer les habitants. On fera des réunions publiques, des ateliers dans lesquels on vient travailler et construire des idées. On va aussi discuter, au-delà de Bordeaux, avec la métropole pour essayer de dessiner un projet d'agglomération. J'aborde cette démarche avec humilité, on croit en un projet progressiste à Bordeaux. Cette échéance-là n'est jamais jouée mais le débat sera important pour montrer d'éventuelles divergences. Par rapport à mes missions nationales, je me questionne pour savoir si les projets municipaux sont mis en œuvre jusqu'au bout. Sur Bordeaux, j'ai été surpris en regardant le budget de la ville et la manière dont il été exécuté. Sur la réfection des écoles, 33% du budget est mis en œuvre. Sur l'accessibilité des établissements publics, on est à 15%. Quand des élus votent des budgets et ne les exécutent pas, ça traduit deux problèmes : soit que vous prenez des engagements que vous ne savez pas tenir, soit que la tendance ne suit pas. L'exécution, c'est l'enjeu de confiance entre les citoyens et les pouvoirs publics.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
2312
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Métropole
Métropole
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires