Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

19/10/18 : Un salon gratuit sur la maladie de Crohn, la rectocolite hémorragique, la Polyarthrite et les rhumatismes inflammatoires chroniques est organisé samedi 20 octobre, à la maison des associations de Mérignac.Au menu: conférences, stands d'info, ateliers+ d'info

19/10/18 : Le Festival Garorock et Olympia production, filiale de Vivendi, ont annoncé ce 18 octobre la conclusion d'un accord d'acquisition du premier par le second. La finalisation de cette acquisition devrait intervenir d’ici la fin de l’année.

18/10/18 : En 2018, le Festival Musicalarue organisé à Luxey (40) a accueilli 49 110 personnes. Combien seront-elles pour l'édition des 30 ans ? Les dates viennent d'être dévoilées : le rendez-vous est donné les 15, 16 et 17 août 2019 !

16/10/18 : Des opposants au projet du contournement de Beynac ont bloqué ce mardi à Vézac, les véhicules qui participaient à une visite de presse du chantier organisée par le Département. Sur décision de la préfecture, les gendarmes ont délogé les manifestants.

16/10/18 : Christelle Dubos, secrétaire de la commission des affaires économiques de l'Assemblée Nationale et députée girondine, a été nommée ce mardi secrétaire d'Etat auprès de la ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn.

16/10/18 : Remaniement - Christophe Castaner : ministre de l'Intérieur ; Marc Fesneau (MoDem) : secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement ; Franck Riester (Ex-LR) : ministre de la Culture ; Didier Guillaume (ex-PS) : ministre de l'Agriculture

16/10/18 : Remaniement suite - Jacqueline Gourault (MoDem) : ministre de la Cohésion des Territoires et des Collectivités Locales ; Marlène Schiappa : secrétaire d'Etat à l'Egalité Femmes-Hommes et à la lutte contre les discrimination

16/10/18 : Le 17 octobre à 11h15, un coaching des demandeurs d'emploi est organisé à la Chambre des Métiers et de l'Artisanat de Poitiers en vue de les accompagner avant le Forum emploi qui aura lieu le lendemain.

16/10/18 : Le Conseil municipal de Biarritz a voté par 20 voix pour, face à 15 contre, le projet de gestion du Palais proposé par le maire Michel Veunac à l'issue d'une réunion très tendue. Une conseillère municipale, Virginie Lannevère a démissionné

15/10/18 : A l'occasion de ses 25 ans, l’Université de La Rochelle propose une exposition sur l'histoire de l’établissement, « Histoire d’avenirs, chronique d’une université en mouvement », exposée du 16 octobre au 30 décembre au Cloître des Dames Blanches.

15/10/18 : Charente-Maritime : Pole emploi et le Département 17 organisent un forum des emplois saisonniers hivernaux, le 16 octobre DE 9h à 16h30 à la Maison de la Charente-Maritime, 85 boulevard de la République à La Rochelle. Entrée libre.

15/10/18 : Yves Foulon, maire d'Arcachon, a été élu ce week-end en tant que nouveau président du parti LR en Gironde. Il succède à Alain Juppé dans un scrutin dans lequel il était le seul candidat avec 100% des voix et 55,73% de participation.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 19/10/18 | Une proposition de loi pour le revenu de base

    Lire

    La conseil départemental de Gironde et 17 autres départements ont choisi le 17 octobre, journée mondiale du refus de la misère, pour déposer une proposition de loi d'expérimentation du revenu de base. Deux modèles ont été retenus : un premier scénario avec une fusion du RSA et de la Prime d'activité (550 euros minimum) et un deuxième où se rajoutent les APL (740 euros minimum). L'expérimentation durerait trois ans sur un échantillon de 60 000 personnes. Les groupes socialistes de l'Assemblée Nationale et du Sénat insèreront la proposition dans leur niche parlementaire les 17 janvier et 6 mars prochain.

  • 19/10/18 | Nouvelle visite pour COM&VISIT

    Lire

    Bienvenueencoulisses.com propose une 8ème visite dont la 1ère aura lieu le 20 octobre de 9h à 10h30. Au cours de cette balade d’1h30 redécouvrez le quartier Ginko, son histoire et son évolution afin de mieux comprendre le contexte de sa création, le parti-pris de l’aménageur, des architectes et paysagistes. Durant les vacances, plus de 10 visites sont organisées pour découvrir ou redécouvrir le patrimoine économique de Bordeaux et de mieux comprendre le développement du territoire. Réservations obligatoires

  • 19/10/18 | Un berger au parc des Coteaux

    Lire

    Si vous êtes berger (ou bergère), sachez que le Grand Projet de Ville Rive Droite cherche des candidats pour gérer un troupeau de 80 moutons et chèvres pour concourir à un vaste plan de gestion écologique du parc des Coteaux soixante hectares. Les potentiels candidats pour ce contrat de 24 mois ont jusqu'au 21 novembre pour se manifester. A noter qu'une visite du parc partira du Rocher de Palmer le 7 novembre prochain à 14 heures. Le ou la candidate présélectionné(e) fin novembre débutera sa mission en janvier 2019.

  • 19/10/18 | Rochefort : une application pour visiter le patrimoine local

    Lire

    A l'occasion des Journée nationales de l’Architecture (du 19 au 21 octobre), Rochefort lance une nouvelle application de visites (libres ou guidées) de la ville et de son Arsenal : Visite Patrimoine. Téléchargeable sur tous les smartphones, elle entraîne le visiteurs à travers 18 lieux emblématiques de la ville, présentés au moyen d’anecdotes, d’indications historiques et pratiques. Visite patrimoine est né d’une collaboration entre les musées de la région et l'université de La Rochelle.

  • 19/10/18 | Laurent Nuñez en visite à Hendaye ce vendredi

    Lire

    Laurent Nuñez, secrétaire d’État auprès du ministre de l'Intérieur, ancien sous préfet de Bayonne revient au pays et effectuera ce vendredi 19 octobre une visite à Hendaye qui débutera par une visite du Centre de rétention administrative (CRA) d'Hendaye, pour une présentation des missions de la police aux frontières. Elle se poursuivra par celle du Centre de coopération policière et douanière d'Hendaye, accompagnée d’une présentation de ses missions et activités. Elle se terminera au péage frontalier de Biriatou.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Métropole | Objectif : Mars pour les chercheurs du LAB de Talence

28/03/2018 | Des chercheurs du laboratoire d'astrophysique de Bordeaux sont actuellement impliqués dans la conception d'une caméra-laser juchée sur un rover de la Nasa en 2021 sur Mars.

rover Mars 2020

Il s'appelle Mars 2020, c'est le dernier projet en date de la Nasa qui décollera à l'été 2020 en direction de la planète rouge dans l'espoir d'y étudier des traces de vie. Si l'opération est très complexe, la construction du rover de plus d'une tonne l'est aussi. Surprise, c'est une équipe de chercheurs du LAB de Talence qui est chargée de fabriquer SuperCam, la caméra laser très sophistiquée qui surmontera le robot. À l'occasion d'une série de conférences organisées pour détailler son implication, ce mardi 27 mars à Talence, nous sommes allés demander quelques précisions aux chercheurs affiliés au projet SuperCam. On décolle pour Mars.

Il faut bien l'avouer, quand on pose les yeux dessus pour la première fois, on se demande bien comment il va pouvoir rouler sur Mars en février 2021, date à laquelle son arrivée est prévue par la Nasa, tout en sachant qu'il s'agit bien sûr d'une maquette. Mais pas n'importe quelle maquette, car l'engin dont on parle fait bien trois mètres de long et presque autant de large (2,8 mètres), comporte six roues motrices et quatre directrices. Le vrai engin, lui, s'appelle Mars 2020, c'est le dernier projet de rover né après son grand frère (qui est en fait plus petit), Curiosity, qui ces jours-ci vient de dépasser le cap des 2000 sols à la surface de Mars après six ans d'exploration du cratère Gale. Une exploration qui a permis des avancées sensibles pour répondre à LA question que tout le monde se pose : cette planète, si proche de la nôtre, a-t-elle une chance d'abriter la vie ? "Avec Curiosity, on a démontré qu'il y avait toutes les conditions physico-chimiques pour que se développe la vie sur Mars, ce qui ne veut pas forcément dire qu'elle l'a fait", précise Sylvestre Maurice, responsable scientifique du projet, astronome et astrophysicien à l'Irap (Institut de recherche en astrophysique et planétologie) de Toulouse. L'une des particularités de Curiosity, c'est Chemcam, un instrument disposant d'un laser de puissance qui mesure la composition chimique des roches dans le but de comparer le potentiel biologique de la planète à celui de la Terre. Ce Rover devrait faire la même chose, à quelques nuances près. 

Spécialités bordelaises

Si on vous parle de ça aujourd'hui, c'est parce que ce 27 mars a eu lieu, sur le campus de Talence, une série de conférences baptisée "Rover 2020, du Bordeaux sur Mars", censées préciser le contenu scientifique de cette nouvelle mission pilotée par la NASA et auxquels les scientifiques bordelais prendront la tête. Enfin, façon de parler : en fait, la tête du rover contient une caméra et un laser très pointus, et ces dernièrs ont la particularité d'être Made in France. Baptisé SuperCam, le système a été conçu par six laboratoires différents répartis entre Paris, Toulouse et... Bordeaux où officie l'équipe du LAB, composée de 73 personnes, parmi lesquelles des chercheurs spécialisés dans l'étude de l'atmosphère et de la surface des planètes (c'est aussi là que travaille Franck Selsis, le Mr Exoplanètes bordelais). Évidemment, Supercam mobilise des centaines de chercheurs et scientifiques en dehors de ces six laboratoires, à Nantes ou à Grenoble notamment. "Le Rover devrait faire environ 1100 kilos", précise Sylvestre Maurice. "En France, on a reçu la responsabilité de concevoir la tête en gagnant l'appel d'offre de Thales Optronics passé en 2014, on a commencé à travailler dessus en 2015. Cependant on a fait appel à plusieurs laboratoires pour le faire, on n'était pas capables de le faire seul. Les laboratoires de Toulouse, Bordeaux et Paris se sont donc joints à nous". 

L'expertise des chercheurs et scientifiques locaux a donc été largement sollicitée, mais pour faire quoi ? On a posé la question à Pascal Bordé, le directeur du LAB. "Chemcam, qui équipe le robot Curiosity, est la génération précédant SuperCam mais il repose sur la même technique : on utilise un laser avec lequel on chauffe la roche, on la vaporise et on analyse à distance ce qui est vaporisé avec le téléscope qui se trouve dans la tête du robot. À partir de ça, on peut déterminer la composition des roches à la surface de mars et étudier son histoire géologique", précise le responsable. "Au niveau technique, ce qu'on fait plus particulièrement ici, c'est toute l'électronique de commande de l'instrument, son "intelligence", et tout ce qui est boîtiers mécaniques dans le respect de toutes les contraintes liées au spatial : tenue en vibrations, légèreté, tenue technique. Il y a tout un savoir-faire au laboratoire de fabrication mécanique et de carte électronique de commande. On a une équipe électronique très performante sur le filtrage de grands radiotéléscopes au sol et une autre spécialisée dans le pilotage d'instruments et les cartes de contrôle pour des instruments embarqués, sur des satellites, des téléscopes spatiaux ou des Rover comme ici". 

En route pour 2020

Si l'américain Caltech est chargé de la construction du rover à proprement parler, ici, on travaille donc activement sur le pilotage des instruments qui vont permettre d'étudier les roches. À une nuance près : le laser de Curiosity n'était "que" rouge, celui-ci sera rouge... et vert. En dehors de la couleur, on a demandé à Sylvestre Maurice ce que cette nouveauté changeait par rapport au grand-frère. "Le laser de Curiosity était infrarouge. Là, on lui a demandé de refaire la même chose, mais il aura un mode en plus et va devenir vert, ce qui permettra de faire de la minéralogie : grossièrement, on ne brûle plus mais on fait vibrer. Avec le rouge, je chauffe la roche à 8000 degrés pour en connaître la chimie. Avec le vert, je fais vibrer les molécules et je comprends comment les atomes sont attachés entre eux", résume le chercheur. Le but final du rover est donc bien de sélectionner des échantillons de roche, les mettre dans des tubes et les préparer pour le retour sur Terre. Ce dernier n'est, en revanche, pas prévu pour tout de suite. Le robot doit décoller dans le courant de l'été 2020 et arriver sur mars 8 mois plus tard, en février 2021. Il faudra ensuite au minimum trois ans d'exploration avant qu'une éventuelle future mission ne puisse envisager, un jour, d'aller rechercher les échantillons. "C'est la première mission de ce genre. On pense qu'ensuite, d'ici une quinzaine d'années, on sera capable de poser une fusée, d'aller chercher les échantillons collectés, de se mettre en orbite autour de mars et de les ramener sur Terre.

Les perspectives sont vastes, mais les délais de livraison des équipes du LAB, eux, sont très ressérés : ils doivent livrer SuperCam en septembre 2018. Ce qui n'empêche pas les scientifiques de commencer à penser à l'après : depuis peu, une équipe de spécialistes dont fait partie le professeur Philippe Paillou, a pour objectif d'étudier des échantillons d'eau entre l'atmosphère et la surface de mars pour étudier son cycle, Curiosity ayant permis  de faire quelques avancées en prouvant notamment que les roches d'un affleurement martien avaient été déplacées par de l'eau. Le LAB s'est donc doté dun système cryogénique, d'une chambre à vide et d'échantillons pour faire ses propres recherches, dont ils espèrent valider le protocole au moment où Mars 2020 décollera pour Mars. Le travail du LAB est donc, comme souvent, une petite partie d'un grand tout, dont les dernières avancées promettent, pour les passionnés d'espace, quelques années de patience...

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
11412
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Métropole
Métropole
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires