Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

16/02/19 : Charente : le rectorat a annoncé hier douze fermetures d'écoles et vingt trois fermetures de classes, particulièrement en milieu rural, pour la rentrée 2019. A Voulgezac/Plassac-Rouffiac, c'est carrément le groupe scolaire qui disparaît.

15/02/19 : La Rochelle : Réunion publique dans le cadre du grand débat national « Transition écologique, un devoir laïc, démocratique et citoyen » Salle de l’Oratoire, ce dimanche à 14h.

15/02/19 : Charente-Maritime : la mairie de Clavette, près de La Rochelle, organise un Grand Débat national sur le thème de la fiscalité, mardi 26 février à 19h à la salle des fêtes.

15/02/19 : La Rochelle : suite à un nouvel appel à manifestation sur les réseaux sociaux, non déclaré en préfecture, cette dernière a renforcé son dispositif de sécurité et réitéré son arrêté interdisant la vente et la détention de produits chimiques.

15/02/19 : Suite à une AG extraordinaire qui s’est tenue ce jour, le Frac Aquitaine change de nom. En référence à la dimension territoriale de ses missions et au nouveau bâtiment qu'il intégrera d'ici juin, il se nomme désormais Frac Nouvelle-Aquitaine MÉCA.

14/02/19 : Virginie Calmels a fait part de son retrait de la vie politique lors d'une réunion de la majorité municipale bordelaise ce jeudi 14 évrier et devrait renoncer à son mandat municipal concomitamment avec Alain Juppé début mars.

13/02/19 : Les artistes Benjamin Biolay et Melvil Poupaud se retrouvent sur la scène du théâtre Ducourneau d'Agen, vendredi 15 février à 20 h 30 pour présenter leur Songbook idéal.

13/02/19 : Contre la Réforme des lycées, les établissements de la Rive Droite se mobilisent, le jeudi 14 février, à 17h30. Depuis le lycée Elie Faure, direction les Iris puis le lycée Mauriac pour un rassemblement place Stalingrad.

13/02/19 : Le jeudi 21 février, O2 Radio organise une émission spéciale "Grand Débat National" en direct de 19h à 21h sur 91.3FM ou Facebook. L'émission s'articulera autour de trois thèmes : Fiscalité et dépenses publiques, Institutions et Transition écologique.

13/02/19 : A cause des manifestations le samedi, l'Opéra National de Bordeaux modifie l'accueil de la compagnie de danse « Nederlands Dans Theater ». Ainsi, la représentation initialement programmée le samedi 23 fév. 20 h est avancée au mercredi 20 fév 20 h.

12/02/19 : Le maire de Poitiers, Alain Claeys accueillera le 12 février à 18h15 les étudiants européens du programme Erasmus. Ils seront reçus à l'hôtel de ville, dans le cadre de leur séjour dont le thème est "Migration in Europe".

12/02/19 : La rocade sera fermée entre les échangeurs 2 et 4 pour travaux de maintenance et entretien dans les nuits du 13 au 14 février de 21h à 6h et du 14 au 15 février de 21h à 6h.

12/02/19 : Le collectif "Ensemble pour le climat La Rochelle" organise une nouvelle après-midi de sensibilisation sur le thème de la citoyenneté et du vivre ensemble le dimanche 17 février. Le rdv est donné à 14h30 à la plage de la concurrence pour une marche.

11/02/19 : "France-Maghreb : renforcer l'économie sociale et solidaire, élus et entrepreneurs unis", tel est le thème de la 16° convention « Europe-Afrique du Nord » qui aura lieu les 15 et 16 février Halle des Douves à Bordeaux. www.france-northafrica.com

07/02/19 : Pierre Camani (psdt du 47) à propos de sa rencontre ce jour, avec Jun Kuroda, cadre dirigeant de Taisho, repreneur d’UPSA : " Taisho veut véritablement investir dans l’entreprise agenaise en diversifiant et développant ses activités commerciales."

07/02/19 : Le chef Philippe Etchebest va ouvrir d'ici la fin de l'année 2019 un nouveau restaurant à Bordeaux dans le quartier des Chartrons. Comme au Quatrième Mur, la carte sera divisée en deux : une cuisine "populaire" et une plus haut-de-gamme.

Juppé : une démission lourde de sens

Il a tourné la page entre émotion et lassitude...Emotion lorsque la voix s'est brisée à l'évocation du couple qu'il formait avec la ville, lassitude lorsqu'il a esquissé les raisons de fond qui l'ont décidé à ne pas briguer un mandat supplémentaire, le « mandat de trop » que l'on n'allait pas tarder à lui jeter à la figure. Oui, ce qui nous a semblé le plus révélateur du choix d'Alain Juppé de renoncer à se représenter et à accepter, en 24 heures, la proposition qu'on lui a faite, c'est ce sentiment que le combat n'en valait plus forcément la peine, en tout cas pas sur la place publique, dans un contexte où, il l'a souligné, l'esprit public « est devenu délétère ». Et de pointer la haine, la violence, les mensonges qui envahissent les réseaux sociaux et ces affirmations péremptoires sur le mode « élus tous pourris et élites stigmatisées »... D'aucuns railleront ces propos et, déjà, sans sourciller égrènent les moments les plus rudes d'un parcours politique, longtemps dévoué à Jacques Chirac. C'est tout juste s'il ne faudrait pas s'excuser, aujourd'hui, d'accorder un peu d'attention aux propos d'un homme de droite qui n'a jamais placé ses désaccords au-dessus des valeurs de la République. Un républicain qui a claqué la porte d'un parti qui n'a plus rien à voir, sous Wauquiez, avec ce qui fut naguère l'UMP, l'Union pour un mouvement populaire. Désormais tenu à un vrai devoir de réserve, dans quelques semaines, au sein du Conseil constitutionnel, il exprimera des points de vue dont on peut penser qu'ils ne seront pas inutiles à un président qui va devoir, justement, ouvrir le chantier des réformes institutionnelles.


- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 16/02/19 | La mort de Gérard Vandenbroucke

    Lire

    Réaction d'Alain Rousset après la mort de Gérard Vandenbroucke, 1° vice-président du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine : « De maire à président du Conseil régional du Limousin et de Limoges Métropole, il a offert sa vie à l'action publique et aux services des autres. À mes côtés, il fut un homme digne, amoureux de son territoire qu'il défendait avec conviction et passion. Je retiens aussi qu'il aimait rire, sourire et réfléchir. Preuve en est avec son salon du dessin de presse et d'humour à Saint-Just Le Martel dont il était si fier. Courageux, chaleureux, accessible, ardent défenseur de la liberté de la presse, tel était Gérard.»

  • 16/02/19 | Gilets Jaunes : la Région intervient

    Lire

    Un geste financier pour les commerçants. Dans un communiqué du 15 février, la Région annonce avoir débloqué une enveloppe de 2 millions d'euros à destinations des commerçants et artisans victime du mouvement des Gilets Jaunes. Le montant de l'aide sera compris entre 2.000 et 10.000 euros. D'après le Conseil régional, "les entreprises éligibles à ce soutien exceptionnel devront avoir constaté une baisse de leur exploitation d'au moins 30% par rapport aux années précédentes".

  • 15/02/19 | Royan : imaginez la plage du futur !

    Lire

    La Communauté d'Agglomération Royan Atlantique (CARA) organise un concours d'artistes amateurs. Ce dernier a pour thème "ma plage en 2040" et s'inscrit dans le cadre du plan plage territorial de l'agglomération. Toutes les formes d'art sont acceptées, du dessin à la sculpture en passant par la vidéo. La CARA souhaite prendre en compte la vision des citoyens dans sa politique d'aménagement du territoire. Les candidatures d'artistes sont à envoyer pour le 3 mai au siège de la collectivité.

  • 15/02/19 | Rénovation de la Cité administrative d'Agen

    Lire

    Le plan de rénovation énergétique des bâtiments de 2018 prévoit la rénovation des cités administratives à l’échelle nationale pour 1 milliard d’euros sur 5 ans. Les objectifs prioritaires de cette rénovation sont l’amélioration de la performance énergétique et la réduction des dépenses de fonctionnement. Le dossier de la Cité administrative de Lot-et-Garonne a donc obtenu la labellisation lors de la Conférence nationale de l’immobilier de l’État qui s'est tenue le 6 décembre dernier.

  • 15/02/19 | Un concert poétique à la BFM

    Lire

    La Ville de Limoges propose le 16 février à 15h un concert poétique et rock à l’auditorium Clancier de la BFM centre-ville en hommage au poète québécois Gaston Miron. En coréalisation avec l’Office Artistique de la Région Nouvelle-Aquitaine, la compagnie Fracas fera voyager le public en poésie dans le grand espace du Québec mais aussi de Gaston Miron. L’entrée est libre dans la mesure des places disponibles.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Métropole | Parempuyre la "rurbaine" cultive sa différence

12/02/2019 | La maire de Parempuyre, Béatrice de François (PS) a été élue en 2008. Elle effectue actuellement son deuxième mandat dans cette commune de près de 9000 habitants.

Béatrice de François, maire de Parempuyre

Le 30 janvier dernier, le neuvième baromètre annuel Cevipof (Centre de recherche sur la vie-politique de Sciences-Po Paris) dévoilaient les seuils de confiance des français par rapports aux différentes institutions. Les résultats ont fait apparaître un taux de confiance en augmentation pour les maires des communes (+3 points à 58%), alors même que le pourcentage des autres échelons était en baisse. Dans un contexte social tendu, le rôle des maires auprès des habitants semble donc se conforter. Nous avons rencontré l'une d'entre elles. Elle dirige la commune de Parempuyre, intégrée dans la métropole bordelaise, et a des choses à dire... Entretien vérité.

Pour l'instant, il y en a trois. Trois cahiers. En tout, une petite trentaine de contributions. Certaines sont écrites à la main, d'autres tapées à l'ordinateur. Malgré la grande disparité des opinions qui sont exprimées à l'intérieur, elles ont toutes un point commun : une demande de plus de justice sociale. Elles, ce sont les doléances, inscrites dans les cahiers du même nom, mis en place au sein de la mairie de Parempuyre depuis le 14 décembre, comme dans de nombreuses autres communes au niveau national. Ces habitants qui s'expriment dans le contexte du grand débat, Béatrice de François, la maire de cette commune d'un peu plus de 8900 habitants intégrée au sein de la métropole bordelaise, dit bien les connaître. "Ce n'est pas un phénomène nouveau. Ces gens là, je les vois tous les jours, je les connais (...) Depuis huit ans, on fait un apéritif citoyen. On tire une cinquantaine de personnes par quartier sur les listes électorales et entre quinze et vingt-cinq viennent en moyenne, sans ordre du jour. On discute de tout. Le grand débat, on le fait déjà au quotidien", temporise-t-elle, au moment de parler de son quotidien en tant qu'élue (PS) municipale pour la deuxième fois. 

Périurbanisation

Parempuyre, comme certaines autres, semble avoir un visage à part dans le paysage métropolitain. C'est la commune la plus au nord de la métropole bordelaise. Les marais, la forêt et les vignes représentent, selon l'élue, "plus des trois quarts" de la surface communale (1744 hectares d'espaces naturels et agricoles), et la densité de population (bien que les recensements successifs prouvent qu'ils sont de plus en plus nombreux) y est plus faible qu'ailleurs. Elle fait partie de ces territoires du "rurbain", ces zones périurbaines proches de la métropole. Avec l'attractivité galopante de l'ex belle-endormie, le phénomène s'accentue : selon les données de l'INSEE, le département de la Gironde a accueilli, entre 2010 et 2015, quasiment 100 000 nouveaux habitants (ce qui en fait le quatrième département le plus dynamique de France) dont 52 000 personnes rien que sur le territoire de la métropole. A cheval entre Blanquefort et le Médoc, Parempuyre joue les équilibristes dans un phénomène de périurbanisation qui, à cause de différents facteurs (notamment la hausse des prix de l'immobilier), va en s'accentuant. Les maires des communes environnantes sont donc en première ligne pour gérer ce nouvel afflux. 

Parempuyre espaces verts

Selon les chiffres municipaux, la commune de Parempuyre est constitué à 80% d'espaces boisés, de vignes et de marais.

Pour Béatrice de François, Parempuyre n'est pas vraiment épargnée par ce phénomène. Même si la commune n'est pas intégrée dans l'opération 50 000 logements près des transports en commun (devenu un enjeu politique majeur pour les maires de plusieurs communes de la métropole qui ont opté pour une densification maîtrisée ou "urbanisme raisonné"), Parempuyre "travaillait, comme toute la métropole, sur le PLU (plan local d'urbanisme) de 2010. On a eu un problème parce que les promoteurs ont débarqué sur Parempuyre, ont acheté des terrains très cher, ont rasé des maisons et ont fait un peu n'importe quoi. Légalement, un maire de peut pas empêcher ça, il peut juste retarder. Pourtant, il y a une volonté de continuer à construire, parce qu'il y a besoin de logement, mais de construire aussi du logement social. Sur le PLU de 2017, j'ai ramené la commune à R+1, sauf en centre-ville où il y a une pertinence à construire plus haut, parce que je n'arrivais pas à stopper la spéculation foncière. La ville, il faut du temps pour la construire et pour la penser. Sur la plupart des terrains qui sont encore disponibles, il y a au moins 30% de logements en mixité sociale", poursuit l'élue, qui a déjà planifié la construction d'environ 200 nouveaux logements, sans compter les 418 de l'opération du nouveau quartier Fontanieu (dont 180 logements conventionnés), programme ayant démarré en 2013 et qui devrait s'achever dans environ trois ans. Dans les divers bilans municipaux, l'identité urbaine de la commune transparaît : celle-ci compte , par exemple, 14% de logements à loyer modéré. "Les gens ont découvert la commune petit à petit, le terrain était très cher à Bordeaux, nous avons donc vu arriver une population assez jeune. On n'a pas l'ambition que la ville grossise, il faut juste faire face aux réalités et s'adapter aux besoins de la population. On a la chance d'être dans un écrin de verdure où la nature a toute sa place. J'ai sanctifié de vieux arbres sur la commune, il faut garder ce poumon vert. Tant que je serai là, ce sera intouchable", affirme l'élue locale. 

Choix stratégiques

Au niveau purement budgétaire et niveau de vie aussi, Parempuyre semble cultiver sa différence. Son budget municipal en 2018 était de 8,73 millions d'euros (8,64 millions d'euros en prévision pour le budget 2019, voté dans les prochaines semaines). Pour l'année 2018, la ville a acté 5,3 millions d'euros d'investissements divers : aménagement d'un skate park (120 000 euros), création d'une maison des associations (100 000 euros) ou éclairage public (50 000 euros) y figurent au côté d'un important poste de dépenses : l'éducation et les écoles. Avec le nouveau groupe scolaire construit dans le quartier Fontanieu évoqué plus haut, la commune a acté la sectorisation des 960 élèves inscrits entre la maternelle et le primaire. "Historiquement, il y avait ici des écoles de niveaux. Côté organisation, pour ceux qui n'avaient qu'un enfant tout allait bien, mais pas pour les autres. On a profité du nouveau groupe scolaire pour travailler sur la sectorisation. La dernière rentrée scolaire a d'ailleurs été sectorisée. La nouvelle école est au centre du nouveau quartier, elle va de la maternelle au CM2, y compris sur les accueils de loisir". Ce dernier a coûté 5 216 084 euros, dont deux millions financés par Gironde Habitat. Parempuyre a également décidé de maintenir les TAP (temps d'activité périscolaires), dix-sept activités accessibles pour cinq euros par an et par enfant, soit le même tarif qu'en 2018, et deux nouvelles Maisons d'Assistantes Maternelles ont récemment vu le jour.

En septembre dernier, le SIVOM du Haut-Médoc (composé de six communes dont Parempuyre) a été labellisé "établissement bio engagé" par Interbio Nouvelle-Aquitaine par rapport aux efforts faits dans sa restauration collective: elle revendique 23% de produits bio servis dans ses restaurants scolaires. Pour les enfants, finies les barquettes en plastique (les couverts, à Bordeaux, notamment, avaient un temps fait polémique) : les barquettes des plats y sont végétales et compostables. Dernièrement, l'éducation à Parempuyre a connu un épisode tendu, avec la construction d'un nouveau collège commandé par le département de la Gironde (histoire sur laquelle nous sommes revenus), qui ne semble pas plaire au propriétaire du Château Clément Pichon, situé juste en face. Ce dernier a récemment assigné la commune en justice. "Il demande trois millions d'euros si on ne lui rétrocède pas le terrain. Je suis très confiante, je pense que nous allons gagner", assure encore Béatrice de François. "J'ai récemment reçu un courrier du préfet qui m'a demandé de retirer l'arrêté municipal que j'avais pris sur l'épandage des pesticides en affirmant que celui de la préfecture pris en 2016 était largement suffisant. Je vais le retirer gentiment, mais ça ne veut pas dire que je n'en prendrai pas d'autres... Ce combat contre les pesticides, je le mène depuis des années. Le problème, ce n'est pas le collège, ce sont ces produits". 

Sur un volet purement fiscal, nous l'avons dit, l'identité de Parempuyre se joue aussi des exceptions. Les documents de gestion budgétaires municipaux le précisent : le niveau d'endettement par habitant y était, selon les dernières données de l'AMF, de 330,62 euros en 2017 contre, selon l'élue, 842 euros "pour une ville de même strate". Dans un document comparatif évoquant des chiffres de 2017, on peut comparer les recettes (du côté gauche) et les dépenses de fonctionnement (du côté droit) en euros par habitant. Pour Parempuyre, le solde est de 74 euros par habitant, recettes (873 euros) et dépenses (799 euros) déduites. La moyenne métropolitaine, elle, est de 1138,86 euros dans le volet "recettes" et de 1046,36 euros dans le volet dépenses, avec un solde de 92,50 euros. Si, au sein des vingt-huit communes, les disparités sont évidemment très fortes, la différence entre dépenses et recettes n'est pas toujours homogène. Pourtant, elle fait écho à une volonté municipale prise depuis l'arrivée de l'élue socialiste dans son fauteuil de maire en 2008 : pas de hausse de la fiscalité, malgré des aides nationales "en entonnoir" régulièrement dénoncée dans les comptes-rendus municipaux (843 000 € de "manque à gagner du fait du désengagement de l’État en six ans", peut-on notamment lire). "On a une capacité de désendettement de 3,7 années, ce qui est très peu. Il n'y a pas eu de hausse de la fiscalité (23,42% en taux de fiscalité). C'est un choix d'équipe, il faut se recentrer sur ce qui est prioritaire. Au niveau culturel, par exemple, j'ai fait fausse route au début en faisant venir des têtes d'affiche comme Anne Roumanoff, ça coûte très cher même si j'ai une salle de 1700 personnes. Je me suis rendue compte que notre vocation à nous, c'était plutôt de privilégier la culture de proximité". 

Velléités agglomérées

tramway Parempuyre

Le tramway arrivera-t-il un jour jusqu'à Parempuyre ? La maire, en tout cas, semble se poser la question...

Côté métropole, le jonglage continue. Contrairement à une partie importante de communes ayant mutualisé, à des degrés divers, plusieurs services municipaux au sortir des obligation de la loi NOTRe, la maire de Parempuyre dit avoir plus à perdre qu'à gagner si elle devait faire de même. "C'était intéressant pour les grosses communes qui ont beaucoup de charges de personnel. Elles en sont débarassées. Si Parempuyre voulait mutualiser quelque chose comme par exemple les fonctions supports, il faudrait faire un transfert de personnel et rajouter une enveloppe financière (+12,5%) en frais de structure et garder une personne pour faire le lien. La vérité, c'est que nous avons trop peu de personnel pour le mutualiser. Ici, ce n'est pas le comptable qui fait le budget". A la question de savoir si, malgré l'attractivité dont elle profite, Parempuyre ne se sent pas à l'écart des grandes orientations politiques et budgétaires de la métropole, la réponse est partagée. "Il faut savoir se faire entendre, c'est une ville de près de 9000 habitants, plus grosse que Bassens ou Artigues. Par contre, c'est une ville qui a très peu de ressources. Mais si on n'était pas intégrés à la métropole, on ne ferait pas tout ce que l'on fait, par exemple sur les transports ou la voierie, qui sont des compétences métropolitaines. Certes, il faut que les collectivités fassent des économies. Les élus m'interrogent souvent en me disant que Parempuyre a un ratio élevé en charge de personnel (57%), mais je n'ai pas de services extérieurs. Il faudrait prendre en compte ce ratio pour calculer la rentabilité des uns et des autres. Ce serait une façon de défendre le service public..." continue la maire, également à la tête du CCAS (Centre Communal d'Action Sociale) local.

Béatrice De François continue donc de mener la barque. Chaque semaine, de son propre aveu, elle fait le tour de la commune pour essayer d'être davantage "en proximité" avec les habitants. Les enveloppes budgétaires municipales se suivent et se ressemblent, mais la place de Parempuyre au sein de la métropole lui fait espérer quelques apports futurs. L'un des plus emblématiques, c'est le tramway. Inaugurée début février, l'extension de la ligne C au sud, jusqu'à Villenave d'Ornon, est entrée en phase opérationelle. Et forcément, cette nouvelle desserte créée des demandes. En mars 2018, Bordeaux Métropole a rendu une étude  sur le prolongement de la ligne C jusqu'à Parempuyre : 3,1 kilomètres de ligne supplémentaire pour un budget prévisionnel de 32 millions d'euros, soit environ dix millions d'euros du kilomètre. Bilan des courses : pour Michel Labardin, vice-président de la collectivité en charge des transports, la fréquentation serait trop faible et le bilan socio-économique "assez défavorable au regard de l'investissement". Le dossier a donc été mis de côté, un coup dur pour Béatrice de François, pour qui la desserte des transports en commun sur Parempuyre est insuffisante. "Je ne suis pas contre un TER métropolitain, pourquoi pas, mais s'il ne va que jusqu'à Macau, ça veut dire que le reste du Médoc va être abandonné alors qu'il a besoin de transports plus performants que quelques bus de temps en temps. Ce train, ce serait bien s'il était régulier mais la ligne est vêtuste. Pour ce qui est du tramway", abonde-t-elle, nous avons inauguré un pôle multimodal en 2013, le tramway devait arriver deux ans après. Il n'arrive pas alors que c'est le plus rapide depuis Parempuyre pour stopper tout ce qui arrive du Médoc, qui représente une grande partie de la circulation automobile sur la commune. Nous avons construit un parking de 180 places, il est pratiquement vide".

Elle n'hésite pas non plus à dénoncer les critiques sur le coût de la ligne : dix millions du kilomètre contre, par exemple, le double pour le prolongement de la ligne D jusqu'à Saint-Médard-en-Jalles. "Nous nous sommes réunis en bureau de métropole le 6 décembre avec Alain Juppé, il m'a confirmé qu'il n'y aurait pas de tramway à Parempuyre. La métropole a demandé de compléter les résultats avec une nouvelle étude, une réponse définitive sur ce dossier devrait arriver sous six mois". En attendant, les dossiers "chauds" ne manquent pas pour cette commune, dont l'élue n'exclut pas de se représenter pour un troisième mandat lors des prochaines municipales, en 2020. Le 13 février, la mairie a prévu de mettre à disposition, pour les habitants qui le souhaitent, la salle de spectacle locale à partir de 18h30, pour y organiser leur propre réunion publique dans le cadre national du "grand débat". Au moment de notre rencontre avec Béatrice de François (le mardi 5 février), la liste des inscrits était vide. L'agenda du maire pour dialoguer avec ces habitants, lui, ne l'était pas, de même que les contributions inscrites au sein des fameux cahiers de doléances. "Nous n'avons pas trop de public en difficultés financières, vu le prix des terrains ici. On a distribué environ 25 colis alimentaires en 2018. On n'est pas différents d'ailleurs : il y a ceux qui vont bien et ceux qui ne vont pas du tout. Entre les deux, il n'y a plus grand monde". 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
2053
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Métropole
Métropole
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 18 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires