Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/10/20 : Municipales :A Saint Astier, en Dordogne, l'élection municipale, remportée par la maire sortante Elisabeth Marty (DVD) avec 17 voix d’avance, a été annulée ce mardi 20 octobre par le tribunal administratif de Bordeaux.

18/10/20 : Périgueux : Près d'un millier de personnes se sont rassemblées devant l'arbre de la liberté cet après-midi en hommage à Samuel Paty enseignant assassiné à Conflans-Sainte-Honorine, pour défendre la liberté d'expression et dire non à la terreur.

16/10/20 : Le marché de Noël de Bordeaux, organisé sur les Allées de Tourny, a été annulé. D'après l'association de commerçants la Ronde des Quartiers, « les conditions sanitaires, comme une jauge à 1000 personnes rendent l'organisation trop incertaine ».

15/10/20 : Le conseil d'administration de l'agence d'urbanisme Bordeaux Aquitaine (a'urba), a élu son nouveau bureau ce 15 octobre. Succédant à Véronique Ferreira, Pierre Hurmic, maire de Bordeaux et 1er vice-président de Bordeaux Métropole a été élu président.

14/10/20 : La maire de Poitiers, Léonore Moncond'huy, a été élue le 13 octobre dernier Vice-Présidente de Cités Unies France.

14/10/20 : Des travaux sont prévus sur le pont d’Aquitaine et ses abords dans la nuit du 14 au 15 et du 15 au 16/10. Ils engendrent la fermeture, dans les deux sens de circulation sur la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 et 4.

13/10/20 : La Préfecture de Gironde a décidé de lever les mesures de restrictions d'eau sur l'ensemble du Département. « Les récents épisodes de pluie ont permis d'améliorer significativement le débit des cours d'eau », ajoute la Préfecture.

07/10/20 : Charente-Maritime : la commune de Saint-Pierre d'Oléron est lauréate pour être un centre de préparation des Jeux olympiques 2024 dans six disciplines: handball, badminton, judo, taekwondo, taekwondo para-olympique et BMX Race.

06/10/20 : La foire aux livres de Brive, qui devait se tenir les 6,7 et 8 novembre sous une forme réduite, n'aura finalement pas lieu cette année, a annoncé la mairie ce mardi. La prochaine édition est programmée les 5,6 et 7 novembre 2021.

06/10/20 : Charente-Maritime : à l'aéroport de La Rochelle, la ligne La Rochelle – Lyon est, depuis hier, de nouveau desservie 2 fois par jour les lundis et vendredis, au départ de La Rochelle à 6h00 et 17h10.

05/10/20 : L'Arena Futuroscope et le CREPS de Poitiers ont été retenus par le Comité d'Organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024 pour pour devenir Centre de Préparation aux Jeux pour des équipes de basket-ball, hand-ball et volley-ball.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 20/10/20 | Charente-Maritime : appel à candidature pour 11 carrelets

    Lire

    La préfecture lance l’attribution prochaine de 11 emplacements de pontons de pêche au carrelet, répartis sur les communes de Marsilly, Saint-Laurent-de-la-Prée, Fouras, Saint-Nazaire-sur-Charente, Saint-Palais-sur-Mer et Saint-Pierre-d’Oléron. Les fiches descriptives des emplacements et la procédure de candidature seront affichées pendant un mois, du vendredi 16 octobre au mercredi 18 novembre inclus, dans les mairies concernées et téléchargeables sur le site internet de la préfecture.

  • 20/10/20 | Charente-Maritime : une journée pour devenir "aidant du numérique"

    Lire

    Le Département 17, l'agglo et la Ville de La Rochelle, SOLURIS, Net SOLIDAIRE et HUBIK organisent un évènement "Numérique En Commun[s]" jeudi 22 et vendredi 23 octobre, à la Maison du département à La Rochelle. Objectif : mobiliser les acteurs de la médiation numérique du territoire (professionnels ou non) et garantir la qualité de leur accompagnement. Ce NEC Atlantique s'adresse à ceux qui sont déjà aidants numériques, ou souhaitent le devenir. Contact: numeriqueinclusif@charente-maritime.fr

  • 20/10/20 | Espace dans ma ville : une 4ème édition à Limoges

    Lire

    Du 26 au 30 octobre, la Ville de Limoges participe à l’opération « Espace dans ma ville ». A cette occasion, les jeunes de 8 à 14 ans vont pouvoir profiter de nombreuses animations autour de la découverte de l’espace. Cette opération a pour but de sensibiliser les jeunes à la culture scientifique et spatiale au travers de l’intervention de Récréasciences et des Petits Débrouillards. Renseignements et inscription au 05 55 45 97 20.

  • 20/10/20 | Bordeaux : une structure d'hébergement d'urgence va être déplacée

    Lire

    Le centre d'accueil d'urgence (CAU) Trégey, à Bordeaux, doit être relocalisé dans le cadre de l'opération Euratlantique. La structure permettant d'accueillir 94 sans domicile fixe, doit être installée dans un immeuble de logements sociaux au cœur de la bastide, entre les lycées François Mauriac et Trégey. La fin des travaux de relocalisation du CAU Trégey, portés par Clairsienne et soutenus par le Conseil Régional, est prévue pour avril 2022.

  • 19/10/20 | Les Régions vont publier un livre de caricatures dans les lycées

    Lire

    A l'occasion du Congrès des Régions de France qui se tient au siège de la Région île de France, le président Renaud Muselier a annoncé que les 13 régions de France ont pris l'initiative de publier un livre de caricatures politiques et religieuses pour le diffuser dans les lycées. "Cet ouvrage rassemblera les caricatures religieuses et politiques les plus marquantes parues dans la presse régionale aux côtés de celles parues dans la presse nationale" et "un collège d'historiens sera sollicité pour remettre en perspective le droit à la caricature dans l'histoire politique de notre pays"

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Métropole | Reportage : Bienvenue chez les locavores !

08/01/2018 | Consommmer plus responsable est la devise des locavores. Enquête, mercredi dernier, sur ce mouvement, soucieux des producteurs et de l'économie locale.

Pierre, le collaborateur de Chris depuis 2 ans, en pleine préparation d'une commande.

De plus en plus, les consommateurs sont désireux de changer leurs habitudes alimentaires. Selon une étude menée par GreenFlex en 2017, 52,9% des Français considèrent que la consommation responsable se traduit en premier lieu par le fait de consommer autrement. Manger mieux et "plus responsable", c’est ce que propose Chris lorsqu’il créé, il y a 3 ans, son restaurant de streetfood « Label Terre », à Bordeaux. En ce mois de janvier, synonyme de bonnes résolutions, notamment au niveau alimentaire, je suis partie mener l’enquête, mercredi dernier, auprès de ce locavore et de sa clientèle.

En entrant, on tombe nez-à-nez avec le gérant de l’établissement Chris, derrière le comptoir. Âgé de 29 ans, ce natif de la campagne, est à l’origine du restaurant locavore « Label Terre ». Originaire de Jonzac, en Charente-Maritime, c’est au milieu des vignes et des champs, qu’il a grandi. C’est tout naturellement, que Chris a voulu partager son amour des bonnes choses, avec les bordelais.  

«  J’aime pas les légumes qui voyagent plus que moi ! » 

Dès l’entrée, avec humour, est affichée, clairement, la démarche locavore : «  J’aime pas les légumes qui voyagent plus que moi ! ». « Etre locavore, me précise Pierre, ami et collaborateur de Chris depuis 2 ans, c’est ne se nourrir qu’avec des produits qui viennent du coin ( nous c’est 250 km autour de  « Label Terre »), favoriser tout ce qui est circuits courts, les petits producteurs et les produits frais et de saison. »

Un label soucieux de la planète

Léon, un jeune étudiant lyonnais, en langues, d’origine japonaise, venu manger un morceau avec ses amis, partage la devise de « Label Terre ». Pour lui, « la démarche locavore est très bien car si on mange des produits venus d’ailleurs, ça coûte cher en transport pour les faire venir jusqu’ici et leur trajet pollue. » 

Respecter la planète, c’est aussi « savoir manger ce que la nature offre à chaque saison et ne pas la forcer à nous fournir des produits hors-saison. » complète Pierre. Ainsi, la carte de « Label Terre » varie selon les arrivages et les productions de la saison. En ce mois de janvier, ce sont les légumes et les fruits hivernaux qui sont à l’honneur : retrouvez, par exemple, la saveur du choux de Bruxelles dans la salade Samantha ou encore le sucré de la carotte, marié à l’acidulé de la pomme, dans la salade Nathalie.

C’est aussi favoriser les produits frais, aux dépens du surgelé et des conserves, et la fraîcheur des préparations culinaires : « Chaque préparation est faite le matin pour le jour même. » me confie Pierre.

Enfin, prévoir un sac pour le repas du midi ou utiliser des couverts qu’on peut laver, à la place de couverts jetables, en plastiques, sont des petits gestes qui font la différence, pour la préservation de la planète.  

Consommer autrement : favoriser les petits producteurs

Les clients, qui viennent dans ce restaurant, ne font pas que mieux se nourrir avec des produits bons pour la santé, frais et de saison. Car, derrière l’aspect qualitatif des mets proposés se cache un vrai engagement, envers l’économie locale : «  Je suis sensible à la démarche locavore car elle met en valeur les petits producteurs et leur travail » me confie Majdouline, une jeune trentenaire active, dans les assurances, venu tester « par curiosité » le restaurant « Label Terre ».

« Label Terre », ce n’est pas seulement Chris, son collaborateur Pierre et leur sourire, derrière un comptoir. C’est aussi tous les petits producteurs et toutes les fermes, qui participent au projet. Le recrutement de ces partenaires c'est l'apanage de Chris, le gérant et ceci via le site www.producteurs-girondins.fr, qui répertorie tous les producteurs de la Gironde.

  La liste des producteurs locaux qui participent à la vie de

 Ainsi, on sait grâce à un affichage clair, au dessus du comptoir, que les boissons vendues par « Label Terre » proviennent de la brasserie d’Olt, de celle du Mascaret au Bouscat, de la Maison Meneau à St-Loubès et de Thé des Vignes à Créon. Les fruits et légumes arrivent du verger de Pique Cailloux dans le Lot-et-Garonne et du Jardin d’Ethan à Eysines. La viande, elle, est en provenance de la Maison Badet et de la Table de Don Quichotte, au coeur du marché des Capucins, à Bordeaux. Les fromages viennent de la ferme Tartifume à Pessac et de Manieu Noël à Courpiac (33). Enfin le pain arrive de la boulangerie Ferreyra à Bordeaux et le blé est cultivé à Blasimon (33) par Eric Berjon.

« Nous ne faisons pas du 100 % bio car nous préférons mettre plus en avant l’aspect humain; avant un produit, il y a une personne qui s’occupe de la terre. », se justifie Pierre.  

Une clientèle séduite et au rendez-vous

Malgré un lieu à l’apparence étroite, avec un comptoir prenant toute la place dans le local, les clients vont et viennent à « Label Terre ». Il faut dire que le restaurant bénéficie d’un emplacement stratégique, proche de la rue Ste-Catherine, et au croisement entre le Cours Alsace-Lorraine et la ligne de tram A, vers les quais.

Je ne sais pas si c’est dû à Samantha, Nathalie ou Katie, les petits noms féminins donnés à leurs salades, ou au tutoiement sympathique de Chris et Pierre, mais en 1h30, j’ai vu défiler plus d’une dizaine de femmes. « Les clients, ici, sont majoritairement des femmes, constate Pierre, ami et collaborateur de Chris depuis 2 ans, de jeunes actifs à actifs, agés de 25 à 30 ans, beaucoup de travailleurs qui bossent dans le coin, chez Vélocité, Oz... ; il y en a même qui viennent jusque du quartier de la gare. Et nous avons pas mal de touristes en saison. » Pour Pierre, c’est leur capital sympathie qui attirent les clients.

Aïkiko, Charlotte et Léon, trois clients qui ont

Mais les prix, proposés à « Label Terre », séduisent aussi, beaucoup. Ici, Chris et Pierre prouvent qu’on peut manger à moindre coût. C’est ce qui a plu à Charlotte, jeune bordelaise en terminale L : «  9 euros 50 pour la formule plat, dessert et boisson, comparé à un Mcdo, c’est quasi la même chose au niveau du prix. Mais tu es, quand même, sûr de ce que tu manges, ici. » constate-t-elle.

Pour Aïkiko, jeune étudiante japonaise, en France depuis 4 mois, c’est le travail en face-à-face avec la clientèle, pour la préparation des sandwiches et des salades, élaborés sur mesure, qui lui a plu.  

Ainsi, les locavores du restaurant « Label Terre » ont réussi leur pari : allier une streetfood qui favorise l’économie et les producteurs locaux.  

Mélodie Castan
Par Mélodie Castan

Crédit Photo : Mélodie Castan pour Aqui

Partager sur Facebook
Vu par vous
5426
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Métropole
Métropole
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires