Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/01/18 : "Progrès et Sagesse": ce sera le thème de la 24° Université Hommes-Entreprise du CECA les 30 et 31 août au Château Smith Haut Lafitte. Il y sera question d'éthique et de sens, en particulier celui de l'intelligence artificielle: bienfait ou menace?

16/01/18 : France Télévision a compris l'utilité de France 3 Euskal Herri au Pays basque. Les sept minutes quotidiennes ont été maintenues, dans l'état. C'est à dire dans sa structure au studio des allées Marines de Bayonne et non prestataire de reportages

16/01/18 : Cyrille Guimard, sélectionneur de l'équipe de France de cyclisme, parrainera la 23e édition du Tour de Lot-et-Garonne et sa cyclosportive les 14 et 15 avril prochains.

16/01/18 : L'agglo de La Rochelle a été choisie par le cabinet Missions Publiques pour faire partie des 4 collectivités françaises à organiser un débat publique atour de l'essor des transports sans conducteur, le 27/01 de 9h à 17h. Inscription : debatcitoyen.fr

15/01/18 : La Rochelle participe à la 2e Nuit de la lecture samedi 20 janvier de 16h30 à minuit à la médiathèque de Villeneuve-les-Salines et dans le Hall de l’Agora au Centre social. Au programme : des lectures et des animations variées. Tout public. Gratuit.

13/01/18 : Cognac: les Trophées du vin 2018 ont récompensé le 11 janvier l'association cognaçaise Les Etapes du cognac avec le prix "meilleur accueil dans le vignoble", récompensant son développement de l'oenotourisme sur le territoire.

11/01/18 : Opération de régulation des sangliers à Agen et Foulayronnes. Un grand nombre de sangliers a été signalé et confirmé dans ces deux communes. Les services de l’Etat ont donc décidé d'organiser des opérations de régulation jusqu’au 28 février inclus.

S’abonner ici !
  • 17/01/18 | Le Reggae Sun Ska repart en Médoc

    Lire

    Clap de fin pour la version "campus" du Reggae Sun Ska. À la suite d'un courrier et de plusieurs échanges téléphoniques avec les maires de Pessac, Talence et Gradignan soulignant des plaintes de riverains soumis à des "nuisances sonores", la 21ème édition du festival se délocalise. Elle aura lieu sur le domaine de Nodris, à Vertheuil, pouvant accueillir 12 000 festivaliers par jour (contre 27 000 sur le campus). Ce mercredi, les premiers noms de la programmation annoncent notamment Jimmy Cliff en tête d'affiche.

  • 17/01/18 | Le trafic de l'aéroport de Biarritz Pays-Basque: +4,7%

    Lire

    Les gestionnaires de l'aéroport de Biarritz Pays basque pourront avoir le sourire lors de la présentation des vœux la semaine prochaine. Si les chiffres de décembre ont connu une légère baisse, (74 091 passagers contre 74 727 en 2016) vraisemblablement en raison de l'enneigement précoce des stations de sports d'hiver, en revanche 2017 affiche des chiffres flamboyants avec 1 190 991 passagers, soit une augmentation de 4,88% qui confirme largement sa place de deuxième plateforme aéroportuaire de la Nouvelle-Aquitaine.

  • 17/01/18 | Contrat juteux pour Gaz de Bordeaux

    Lire

    La SAS Gaz de Bordeaux peut se frotter les mains : elle vient de décrocher un marché auprès de la Direction des Achats de l'État pour fournir plus de 2000 sites en gaz naturel pendant deux ans. Parmi eux, on retrouve la Cour des Comptes, Météo France, plusieurs ministères mais aussi l'ensemble des centres pénitentiaires de France. En 2016, cette société possédée par Régaz dont Bordeaux Métropole est actionnaire à 51,93% a réalisé un chiffre d'affaires de 355 millions d'euros, dont 70% hors Gironde.

  • 17/01/18 | La réforme de l'enseignement supérieur avance

    Lire

    Frédérique Vidal, la Ministre de l'Enseignement supérieur, s'est rendue ce mardi à Bordeaux. Elle y a effectué un nouveau point d'étape à la rencontre des présidents des universités de Bordeaux Montaigne, Poitiers, Limoges, Pau et La Rochelle et de la communauté d'enseignants. L'ordre du jour était évidemment consacré à la réforme de la réussite et de l'orientation, dont la première étape (remplacer "APB" par Parcours Sup) est effective depuis lundi. Cette réforme représente un budget d'un milliard d'euros sur cinq ans.

  • 17/01/18 | Le maire de Bayonne s'inquiète pour l'avenir des Galeries Lafayette

    Lire

    Après avoir appris que dans le cadre du projet de cession en franchise de magasins Galeries Lafayette en province celui de Bayonne serait éventuellement concerné. Le maire a fait part de sa "totale incompréhension et sa plus vive réprobation si une telle information venait à être confirmée". Pour Jean-René Etchegaray, cette décision irait à l’encontre des efforts conjugués pour renforcer le dynamisme commercial et l’attractivité d'un centre-ville, dont les Galeries Lafayette sont une des locomotives".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Métropole | Reportage : Bienvenue chez les locavores !

08/01/2018 | Consommmer plus responsable est la devise des locavores. Enquête, mercredi dernier, sur ce mouvement, soucieux des producteurs et de l'économie locale.

Pierre, le collaborateur de Chris depuis 2 ans, en pleine préparation d'une commande.

De plus en plus, les consommateurs sont désireux de changer leurs habitudes alimentaires. Selon une étude menée par GreenFlex en 2017, 52,9% des Français considèrent que la consommation responsable se traduit en premier lieu par le fait de consommer autrement. Manger mieux et "plus responsable", c’est ce que propose Chris lorsqu’il créé, il y a 3 ans, son restaurant de streetfood « Label Terre », à Bordeaux. En ce mois de janvier, synonyme de bonnes résolutions, notamment au niveau alimentaire, je suis partie mener l’enquête, mercredi dernier, auprès de ce locavore et de sa clientèle.

En entrant, on tombe nez-à-nez avec le gérant de l’établissement Chris, derrière le comptoir. Âgé de 29 ans, ce natif de la campagne, est à l’origine du restaurant locavore « Label Terre ». Originaire de Jonzac, en Charente-Maritime, c’est au milieu des vignes et des champs, qu’il a grandi. C’est tout naturellement, que Chris a voulu partager son amour des bonnes choses, avec les bordelais.  

«  J’aime pas les légumes qui voyagent plus que moi ! » 

Dès l’entrée, avec humour, est affichée, clairement, la démarche locavore : «  J’aime pas les légumes qui voyagent plus que moi ! ». « Etre locavore, me précise Pierre, ami et collaborateur de Chris depuis 2 ans, c’est ne se nourrir qu’avec des produits qui viennent du coin ( nous c’est 250 km autour de  « Label Terre »), favoriser tout ce qui est circuits courts, les petits producteurs et les produits frais et de saison. »

Un label soucieux de la planète

Léon, un jeune étudiant lyonnais, en langues, d’origine japonaise, venu manger un morceau avec ses amis, partage la devise de « Label Terre ». Pour lui, « la démarche locavore est très bien car si on mange des produits venus d’ailleurs, ça coûte cher en transport pour les faire venir jusqu’ici et leur trajet pollue. » 

Respecter la planète, c’est aussi « savoir manger ce que la nature offre à chaque saison et ne pas la forcer à nous fournir des produits hors-saison. » complète Pierre. Ainsi, la carte de « Label Terre » varie selon les arrivages et les productions de la saison. En ce mois de janvier, ce sont les légumes et les fruits hivernaux qui sont à l’honneur : retrouvez, par exemple, la saveur du choux de Bruxelles dans la salade Samantha ou encore le sucré de la carotte, marié à l’acidulé de la pomme, dans la salade Nathalie.

C’est aussi favoriser les produits frais, aux dépens du surgelé et des conserves, et la fraîcheur des préparations culinaires : « Chaque préparation est faite le matin pour le jour même. » me confie Pierre.

Enfin, prévoir un sac pour le repas du midi ou utiliser des couverts qu’on peut laver, à la place de couverts jetables, en plastiques, sont des petits gestes qui font la différence, pour la préservation de la planète.  

Consommer autrement : favoriser les petits producteurs

Les clients, qui viennent dans ce restaurant, ne font pas que mieux se nourrir avec des produits bons pour la santé, frais et de saison. Car, derrière l’aspect qualitatif des mets proposés se cache un vrai engagement, envers l’économie locale : «  Je suis sensible à la démarche locavore car elle met en valeur les petits producteurs et leur travail » me confie Majdouline, une jeune trentenaire active, dans les assurances, venu tester « par curiosité » le restaurant « Label Terre ».

« Label Terre », ce n’est pas seulement Chris, son collaborateur Pierre et leur sourire, derrière un comptoir. C’est aussi tous les petits producteurs et toutes les fermes, qui participent au projet. Le recrutement de ces partenaires c'est l'apanage de Chris, le gérant et ceci via le site www.producteurs-girondins.fr, qui répertorie tous les producteurs de la Gironde.

  La liste des producteurs locaux qui participent à la vie de

 Ainsi, on sait grâce à un affichage clair, au dessus du comptoir, que les boissons vendues par « Label Terre » proviennent de la brasserie d’Olt, de celle du Mascaret au Bouscat, de la Maison Meneau à St-Loubès et de Thé des Vignes à Créon. Les fruits et légumes arrivent du verger de Pique Cailloux dans le Lot-et-Garonne et du Jardin d’Ethan à Eysines. La viande, elle, est en provenance de la Maison Badet et de la Table de Don Quichotte, au coeur du marché des Capucins, à Bordeaux. Les fromages viennent de la ferme Tartifume à Pessac et de Manieu Noël à Courpiac (33). Enfin le pain arrive de la boulangerie Ferreyra à Bordeaux et le blé est cultivé à Blasimon (33) par Eric Berjon.

« Nous ne faisons pas du 100 % bio car nous préférons mettre plus en avant l’aspect humain; avant un produit, il y a une personne qui s’occupe de la terre. », se justifie Pierre.  

Une clientèle séduite et au rendez-vous

Malgré un lieu à l’apparence étroite, avec un comptoir prenant toute la place dans le local, les clients vont et viennent à « Label Terre ». Il faut dire que le restaurant bénéficie d’un emplacement stratégique, proche de la rue Ste-Catherine, et au croisement entre le Cours Alsace-Lorraine et la ligne de tram A, vers les quais.

Je ne sais pas si c’est dû à Samantha, Nathalie ou Katie, les petits noms féminins donnés à leurs salades, ou au tutoiement sympathique de Chris et Pierre, mais en 1h30, j’ai vu défiler plus d’une dizaine de femmes. « Les clients, ici, sont majoritairement des femmes, constate Pierre, ami et collaborateur de Chris depuis 2 ans, de jeunes actifs à actifs, agés de 25 à 30 ans, beaucoup de travailleurs qui bossent dans le coin, chez Vélocité, Oz... ; il y en a même qui viennent jusque du quartier de la gare. Et nous avons pas mal de touristes en saison. » Pour Pierre, c’est leur capital sympathie qui attirent les clients.

Aïkiko, Charlotte et Léon, trois clients qui ont

Mais les prix, proposés à « Label Terre », séduisent aussi, beaucoup. Ici, Chris et Pierre prouvent qu’on peut manger à moindre coût. C’est ce qui a plu à Charlotte, jeune bordelaise en terminale L : «  9 euros 50 pour la formule plat, dessert et boisson, comparé à un Mcdo, c’est quasi la même chose au niveau du prix. Mais tu es, quand même, sûr de ce que tu manges, ici. » constate-t-elle.

Pour Aïkiko, jeune étudiante japonaise, en France depuis 4 mois, c’est le travail en face-à-face avec la clientèle, pour la préparation des sandwiches et des salades, élaborés sur mesure, qui lui a plu.  

Ainsi, les locavores du restaurant « Label Terre » ont réussi leur pari : allier une streetfood qui favorise l’économie et les producteurs locaux.  

Mélodie Castan
Par Mélodie Castan

Crédit Photo : Mélodie Castan pour Aqui

Partager sur Facebook
Vu par vous
1421
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Métropole
Métropole
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires