Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

15/12/18 : L'Association Petit Coeur de Beurre a décidé en accord avec la Jeune Académie Vocale d'Aquitaine JAVA et l'Ensemble Vocal Aquistriae d'annuler le concert "De choeurs à coeurs" prévu ce samedi 15 décembre en l'église St Louis des Chartrons à 20h30.

14/12/18 : Du 15/12/18 au 5/01/19 : le centre-ville montois sera piéton les week-ends du 15 et 22/12 et le 24/12 et le stationnement gratuit dans le centre-ville les samedis après-midi. 1h de stationnement gratuit par demi-journée, du lundi au samedi matin.

14/12/18 : Center Parcs Lot-et-Garonne. Les premiers coups de pioche de ce chantier sont donnés ce jour, 14 décembre, à l’étang du Papetier, à Pindères.

14/12/18 : En raison des mouvements sociaux actuels, le Grand-Théâtre sera fermé au public ce samedi 15 décembre entraînant le report du récital de Sondra Radvanovsky au 31 mars 2019. Les visites guidées sont également annulées.

13/12/18 : Le jeune rugbyman du Stade Français Nicolas Chauvin, 19 ans, victime d'un traumatisme cervical suite à un plaquage dimanche lors d'un match à Bègles est décédé au CHU de Pellegrin. Nouveau drame après la mort récente d'un jeune joueur d'Aurillac.

13/12/18 : Présente au salon Nautic de Paris, La Rochelle a lancé de Paris le Défi Atlantique, une nouvelle course en équipage réservée aux Class 40. Départ fin mars 2019 de la Guadeloupe, pour rejoindre La Rochelle mi-avril avec une escale à Horta aux Açores.

13/12/18 : La CCAS de Châtellerault organise ce samedi à la résidence Tivoli son marché de Noël. Lors d'ateliers manuels, les résidents ont réalisés des créations qui seront en vente lors du marché et dont les gains serviront à l'animation de la résidence.

12/12/18 : En raison des liens historiques et fraternels qui unissent les villes de Strasbourg et de Périgueux, le drapeau français sur la mairie de Périgueux sera en berne ce mercredi suite au drame survenu hier sur le marché de Noël de la capitale alsacienne.

12/12/18 : Vigipirate : Urgence Attentat. Renforcement de la sécurité en Gironde. Renforcement des contrôles notamment à l’aéroport de Bdx-Mérignac, surveillance des marchés de Noël, centres commerciaux et interdiction de manifestations sur la voie publique.

12/12/18 : Signature de la charte urbaine, architecturale et paysagère de Pessac le 13 déc. Elle entend garantir et préserver la qualité du cadre de vie des Pessacais en travaillant sur la qualité des espaces extérieurs, de la construction et des usages.

12/12/18 : La FFMC47 organise avec les Restos du Cœur la balade des pères Noël motards, le samedi 15 déc. au Gravier à Agen à 13h30. Le principe : venir déguiser en père Noël avec un cadeau neuf non emballé qui sera offert à des enfants par les Restos à Noël.

12/12/18 : Les 22-26 et 28 déc, Bordeaux Visite organise une visite-famille "Bordeaux à Noël", afin de découvrir la place Pey Berland, le cours de l'Intendance, les allées de Tourny, la place de la Comédie. Accessible aux familles avec enfants dès 7 ans.

12/12/18 : Forum « Sport en société, Droit au Sport et contraintes économiques », les vendredi 14 et samedi 15 décembre, organisé par le CDOS33 en cette année du 40ème anniversaire du mouvement sportif girondin, à l'Hôtel du Département à Bordeaux.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 15/12/18 | Biarritz: un feu d'artifice séuritaire pour le président

    Lire

    Nous nous en sommes fait écho, le président de la République Emmanuel Macron se déplace mardi 18 décembre à Biarritz pour la préparation du G7 en présence de vingt ambassadeurs. La ceinture de sécurité appliquée est celle que la Ville met en place depuis des années pour...le feu d'artifice du 15 août. Il sera donc difficile d'accéder en voiture au centre ville. Nous vous recommandons d'aller sur le site de la ville, www.biarritz.fr ou www.chronoplus.eu pour prendre connaissance du dispositif et déplacements.

  • 14/12/18 | Jacqueline Gourault en déplacement en Dordogne lundi 17 décembre

    Lire

    Jacqueline Gourault, ministre de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales sera en déplacement en déplacement en Dordogne ce lundi 17 décembre. En fin de matinée, elle sera à Coulounieix Chamiers pour le projet de rénovation urbaine. L'après midi, elle se rendra au Nord du département pour la pose de la première pierre de la maison médicale de Lanouaille. C'est la troisième fois que la ministre se rend en Dordogne depuis dix huit mois.

  • 14/12/18 | De nouveaux équipements pour la section foot d'un collège du 87

    Lire

    Créée en 2011, la section de football du collège André Maurois est labellisée et reconnue par la FFF et l’Education Nationale. Cette section rend possible la pratique du football dans un cadre scolaire privilégié. Afin de les soutenir, le Conseil Départemental de la Haute-Vienne vient de les doter de 14 équipements joueurs complets et 2 équipements gardiens. Dernièrement, la section sportive a formalisé de nouveaux partenariats avec la FFF, le Limoges Football Club et la Ville de Limoges.

  • 14/12/18 | L'industrie du pin maritime cherche de nouvelles ressources

    Lire

    Début décembre dans les Landes, l’Etat, les acteurs de la filière forêt-bois et les collectivités locales se sont réunis sur les difficultés d’approvisionnement des industries du bois qui nécessitent 6 M m³ annuels alors que la récolte actuelle est de 5,6 M m³. Avec 32 M m³ de bois ayant atteint ou dépassé l’âge d’exploitation préconisé, l’enjeu pour la filière est donc de récolter ces bois mûrs dans les années à venir. Outre l'engagement de l'Etat à intensifier sa communication en ce sens auprès des propriétaires, l'amont et l'aval de la filière pourraient en passer par la contractualisation pour garantir l'adéquation entre offre et demande.

  • 14/12/18 | La Rochelle lance une nouvelle course au Nautic de Paris

    Lire

    L'agglomération de La Rochelle profite de sa présence au salon Nautic de Paris, du 8 au 16 décembre, pour présenter une toute nouvelle course, organisée en partenariat avec le Grand Pavois Organisation : le Défi Atlantique. Cette nouvelle épreuve en équipage est réservée aux Class 40. Le départ sera donné fin mars 2019 de la Guadeloupe, pour rejoindre La Rochelle mi-avril avec une escale à Horta aux Açores.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Métropole | Stade Matmut : des bilans disputés

01/12/2018 | Le rapport d'exercice annuel du Stade Matmut Atlantique a été soumis ce vendredi aux élus lors d'un nouveau conseil de métropole. Et largement débattu...

Stade Matmut

Présenté ce jour en conseil de Bordeaux Métropole, le rapport annuel d'activité de la société SBA, exploitante du Stade Matmut Atlantique, ne présente pas vraiment des résultats au beau fixe. Une dette qui se creuse, un bilan énergétique présenté comme pas franchement reluisant et un taux de fréquentation en dessous des prévisions initiales. En effet, l'exploitant du stade affiche un déficit de 3,4 millions d'euros pour l'année 2017

Déficit d'exploitation

Après un feuilleton des Girondins de Bordeaux qui n'avait décidémment que trop duré, les élus de la métropole se sont penchés ce vendredi sur un autre dossier épineux (qui n'était par ailleurs pas soumis au vote) : le rapport annuel d'exercice du stade Matmut, présenté par la société SBA (Stade Bordeaux Atlantique), filiale commune des groupes Vinci et Fayat qui se sont occupés de la construction et de l'exploitation du stade depuis son inauguration en 2015, avant que ce dernier ne prenne le nom d'une compagnie d'assurance. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que les résultats écrits dans ce rapport ne sont pas très... rassurants. On y découvre notamment un résultat net de 3,3 millions d'euros révélant un écart défavorable de 2,14 millions par rapport au modèle financier de départ qui est, rappelons le, un Partenariat Public Privé passé entre la ville de Bordeaux et la société SBA prévoyant de confier à SBA l'exploitation et l'entretien du stade pendant une durée de trente ans.

Il y a quelques jours, la commission de contrôle de Bordeaux Métropole a auditionné les dirigeants de SBA, permettant de découvrir un déficit trois fois supérieur à celui prévu au départ (3,6 millions d'euros en 2015 au lieu de 1,01 millions, 3,2 au lieu de 1,3 en 2016, 3,4 au lieu de 1,1 en 2017) : en tout, un écart de 7,02 millions d'euros entre le résultat réel et celui estimé initialement. Principale fautive : l'opération de "naming" (autrement dit, l'achat par Matmut de la possibilité d'associer son nom au bâtiment) selon SBA, la société attendait 2,5 millions d'euros annuels, elle en a obtenu 2,1 millions. Dans le business plan, le premier exercice positif reste programmé à l'horizon 2025.

Bilans disputés

Mais les résultats financiers n'ont pas été les seuls griefs énoncés par les élus lors de la présentation de ce rapport. Pour l'élu EELV Pierre Hurmic, la fréquentation du stade fait partie des responsables du déficit d'exploitation. "On se retrouve avec une moyenne de 22 650 spectateurs, soit un taux de remplissage de 54% quand les autres grands stades ayant accueilli l'Euro 2016, même s'ils ne sont pas à la hauteur affichent 60% voire plus. Le chiffre d'affaire de SBA sur l'évènementiel est alarmant : l'activité footballistique représente 368 000 euros, soit 5% du CA". L'élu a également déploré le fait que "dans la plupart des dépenses faites par SBA, les premiers prestataires sont des filiales de Vinci et Fayat : le contrat d'entretien et de maintenance a été attribué à Vinci Energie pour 1,68 millions d'euros et les frais de disposition du personnel à destination de filiales Vinci et Fayat de plusieurs cadres (trois sur 17 employés) représente 449 000 euros. même chose pour les honoraires d'assistance technique et commerciale versées à Vinci Stadium (195 000 euros) ou encore le contrat d'assurance responsabilité civile signé aupès d'une filiale assurance de Vinci à hauteur de 101 000 euros".

Enfin, Pierre Hurmic a souligné un "bilan carbone catastrophique avec la production de 9000 tonnes de CO2 soit douze kilos par spectateur, l'équivalent de soixante kilomètres en voiture individuelle. Pour ce qui est de la consommation énergétique, elle est de 5000 mégawatts par heure dont 75% hors jour de match. Le principal poste de consommation, c'est la luminothérapie pour chauffer une pelouse insuffisamment éclairée. L'impact des panneaux photovoltaïques, qui produisent 100 mégawatts par heure, est au contraire dérisoire. Au moment où l'on incite nos concitoyens à faire des économies d'énergie, on voit bien que notre co-contractant a encore du travail".

L'élue socialiste Emmanuelle Ajon, elle, a préféré pointer du doigt un business plan "sous-dimensionné" ("1900%, c'est l'évolution de la masse salariale de SBA entre le budget prévisionnel et le réel", a-t-elle notamment souligné) "avec un déficit structurel tellement lourd qu'il est aujourd'hui impossible à rattraper". Elle s'est également inquiétée du "peu de perspectives de rétablissement qui se profilent, avec "des concerts difficiles à obtenir et qui demandent une logistique qui en limite le nombre, des locations et séminaires qui sont d’ores et déjà très nombreux pour un stade et un afflux de nouvelles recettes qui semble donc compromis".

Pas de renégociation en vue

Dans les rangs de LR, bien que Patrick Bobet, vice-président de la métropole délégué aux finances, reconnaisse des résultats "très préoccupants", le ton est globalement plus mesuré. Pour Nicolas Florian, le Mr finances de la mairie de Bordeaux, "c'est un bon contrat négocié en 2011 pour un stade qui ne nous coûte pas cher, tant dans sa construction que dans son exploitation. Les difficultés, c'est SBA qui les supporte puisque le stade n'est pas en régie. On n'est sur la deuxième année d'exercice plein, il faudra juger sur le résultat définitif. Même si, comptablement, l'activité commerciale de SBA se dégrade, les flux financiers se redressent : il y a plus d'évènements en prévision et la dimension d'audience est similaire à celle d'autres grandes villes. Je n'envisage pas que deux des plus gros acteurs du bâtiment puissent venir nous dire dans quelques années qu'ils ne savent pas faire.  Certes, il faut se préparer à des discussions dans le cadre d'une révision quinquennale mais dès lors que la maitrise d'ouvrage est forte, qu'on a des arguments infaillibles (contrat), il n'y a pas de raisons de s'inquiéter d'éventuels désagréments". 

Le bilan du débat a été clair : une renégociation du contrat n'est pas à l'ordre du jour. Elle avait été demandée par SBA il y a plusieurs mois, demande à laquelle la métropole avait formellement fermé la porte (à voir les avantages que cette dernière en tire -notamment un loyer annuel de 4,5 millions d'euros- comme l'a souligné la Chambre régionale des comptes, ça n'est pas vraiment surprenant). Le président de Bordeaux Métropole, Alain Juppé, affirme n'avoir "aucun regret d'avoir pris la décision de construire ce stade. Il est normal que dans les débuts d'un partenariat public privé, il y ait un déficit. Il est supérieur à celui annoncé, ce qui veut dire que l'exploitant s'est trompé dans son business plan. "C'est leur responsabilité, il n'est pas question d'engager une renégociation avec eux sur ce point. Sur les recettes du foot, on sait que c'est le club qui encaisse les recettes des matchs, c'est d'ailleurs ce qui leur permet de nous payer les redevances qu'il nous doit". Selon le maire de Bordeaux, le problème du stade est en fait multiple. "D'abord, il faut que les Girondins gagnent. Ensuite, on sait que les spectateurs n'y vont pas parce que pour partir il faut une heure et demie pour rentrer chez soi. Il va falloir qu'on aborde cette question". Affirmant avoir eu des premières discussions avec le nouveau président du club des Girondins de Bordeaux, Alain Juppé a précisé que "l'une des solutions, ce serait d'inciter les gens à rester dans le stade, avec des activitéz sympathiques qui leur permettrait de rester. Il n'y a plus un verre de bière après la mi-temps : ça aussi, ca reste un problème de gestion. Pour le reste, on va continuer à exiger de SBA qu'il respecte ses engagements contractuels". En attendant de voir si la bière calme les esprits, notons que seuls les concerts d'Ed Sheeran et de Muse et les deux demi-finales du Top14 de rugby ont pour l'instant été annoncées pour le stade Matmut en 2019. Une clause de revoyure est cependant prévue entre les différents signataires du contrat, mais ce ne sera pas avant 2020.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
2066
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Métropole
Métropole
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 18 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires