Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

17/02/19 : « Ça suffit » : La Fédération du P S de Gironde appelle à rejoindre le rassemblement contre l’antisémitisme du mardi 19 février à 19 heures, Place de la République à Bordeaux, dans le cadre de la déclinaison locale de l’appel national

16/02/19 : Quelques 2 à 3.000 personnes à Saint Vincent de Cosse en bord de Dordogne ce samedi en présence de nombreux maires et du président du département pour soutenir le contournement de Beynac dont les travaux sont suspendus après l'arrêt du Conseil d'Etat

16/02/19 : Charente : le rectorat a annoncé hier douze fermetures d'écoles et vingt trois fermetures de classes, particulièrement en milieu rural, pour la rentrée 2019. A Voulgezac/Plassac-Rouffiac, c'est carrément le groupe scolaire qui disparaît.

15/02/19 : La Rochelle : Réunion publique dans le cadre du grand débat national « Transition écologique, un devoir laïc, démocratique et citoyen » Salle de l’Oratoire, ce dimanche à 14h.

15/02/19 : Charente-Maritime : la mairie de Clavette, près de La Rochelle, organise un Grand Débat national sur le thème de la fiscalité, mardi 26 février à 19h à la salle des fêtes.

15/02/19 : La Rochelle : suite à un nouvel appel à manifestation sur les réseaux sociaux, non déclaré en préfecture, cette dernière a renforcé son dispositif de sécurité et réitéré son arrêté interdisant la vente et la détention de produits chimiques.

15/02/19 : Suite à une AG extraordinaire qui s’est tenue ce jour, le Frac Aquitaine change de nom. En référence à la dimension territoriale de ses missions et au nouveau bâtiment qu'il intégrera d'ici juin, il se nomme désormais Frac Nouvelle-Aquitaine MÉCA.

14/02/19 : Virginie Calmels a fait part de son retrait de la vie politique lors d'une réunion de la majorité municipale bordelaise ce jeudi 14 évrier et devrait renoncer à son mandat municipal concomitamment avec Alain Juppé début mars.

13/02/19 : Les artistes Benjamin Biolay et Melvil Poupaud se retrouvent sur la scène du théâtre Ducourneau d'Agen, vendredi 15 février à 20 h 30 pour présenter leur Songbook idéal.

13/02/19 : Contre la Réforme des lycées, les établissements de la Rive Droite se mobilisent, le jeudi 14 février, à 17h30. Depuis le lycée Elie Faure, direction les Iris puis le lycée Mauriac pour un rassemblement place Stalingrad.

13/02/19 : Le jeudi 21 février, O2 Radio organise une émission spéciale "Grand Débat National" en direct de 19h à 21h sur 91.3FM ou Facebook. L'émission s'articulera autour de trois thèmes : Fiscalité et dépenses publiques, Institutions et Transition écologique.

13/02/19 : A cause des manifestations le samedi, l'Opéra National de Bordeaux modifie l'accueil de la compagnie de danse « Nederlands Dans Theater ». Ainsi, la représentation initialement programmée le samedi 23 fév. 20 h est avancée au mercredi 20 fév 20 h.

12/02/19 : Le maire de Poitiers, Alain Claeys accueillera le 12 février à 18h15 les étudiants européens du programme Erasmus. Ils seront reçus à l'hôtel de ville, dans le cadre de leur séjour dont le thème est "Migration in Europe".

12/02/19 : La rocade sera fermée entre les échangeurs 2 et 4 pour travaux de maintenance et entretien dans les nuits du 13 au 14 février de 21h à 6h et du 14 au 15 février de 21h à 6h.

12/02/19 : Le collectif "Ensemble pour le climat La Rochelle" organise une nouvelle après-midi de sensibilisation sur le thème de la citoyenneté et du vivre ensemble le dimanche 17 février. Le rdv est donné à 14h30 à la plage de la concurrence pour une marche.

11/02/19 : "France-Maghreb : renforcer l'économie sociale et solidaire, élus et entrepreneurs unis", tel est le thème de la 16° convention « Europe-Afrique du Nord » qui aura lieu les 15 et 16 février Halle des Douves à Bordeaux. www.france-northafrica.com

07/02/19 : Pierre Camani (psdt du 47) à propos de sa rencontre ce jour, avec Jun Kuroda, cadre dirigeant de Taisho, repreneur d’UPSA : " Taisho veut véritablement investir dans l’entreprise agenaise en diversifiant et développant ses activités commerciales."

07/02/19 : Le chef Philippe Etchebest va ouvrir d'ici la fin de l'année 2019 un nouveau restaurant à Bordeaux dans le quartier des Chartrons. Comme au Quatrième Mur, la carte sera divisée en deux : une cuisine "populaire" et une plus haut-de-gamme.

Juppé : une démission lourde de sens

Il a tourné la page entre émotion et lassitude...Emotion lorsque la voix s'est brisée à l'évocation du couple qu'il formait avec la ville, lassitude lorsqu'il a esquissé les raisons de fond qui l'ont décidé à ne pas briguer un mandat supplémentaire, le « mandat de trop » que l'on n'allait pas tarder à lui jeter à la figure. Oui, ce qui nous a semblé le plus révélateur du choix d'Alain Juppé de renoncer à se représenter et à accepter, en 24 heures, la proposition qu'on lui a faite, c'est ce sentiment que le combat n'en valait plus forcément la peine, en tout cas pas sur la place publique, dans un contexte où, il l'a souligné, l'esprit public « est devenu délétère ». Et de pointer la haine, la violence, les mensonges qui envahissent les réseaux sociaux et ces affirmations péremptoires sur le mode « élus tous pourris et élites stigmatisées »... D'aucuns railleront ces propos et, déjà, sans sourciller égrènent les moments les plus rudes d'un parcours politique, longtemps dévoué à Jacques Chirac. C'est tout juste s'il ne faudrait pas s'excuser, aujourd'hui, d'accorder un peu d'attention aux propos d'un homme de droite qui n'a jamais placé ses désaccords au-dessus des valeurs de la République. Un républicain qui a claqué la porte d'un parti qui n'a plus rien à voir, sous Wauquiez, avec ce qui fut naguère l'UMP, l'Union pour un mouvement populaire. Désormais tenu à un vrai devoir de réserve, dans quelques semaines, au sein du Conseil constitutionnel, il exprimera des points de vue dont on peut penser qu'ils ne seront pas inutiles à un président qui va devoir, justement, ouvrir le chantier des réformes institutionnelles.


- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 17/02/19 | L'actualité du Polar à La Machine à Lire le 22 février

    Lire

    Le polar sera encore à la fête cette semaine à La Machine à Lire... Le vendredi 22 à 20h La Machine à Polar se penchera sur les nouveautés, autour tout naturellement de Hervé Le Corre qui vient de publier «  Dans l'ombre du brasier », Yan Lespoux, enseignant et responsable d'un blog sur le roman noir (encoredunoir) et Olivier Pène, libraire à La Machine à Lire.

  • 16/02/19 | Landes : le Département refuse la carte scolaire

    Lire

    Le Comité Départemental de l'Éducation Nationale (CDEN) se tenait le 15 février à la Préfecture des Landes. Malgré les résultats positifs du partenariat entre la Région et le CDEN pour les transports, le Conseil départemental des Landes refuse de mettre en place la carte scolaire. Xavier Fortinon a dénoncé l'évolution de cette dernière, qui "fragilise l'équilibre du territoire". Le Président du Conseil départemental maintient toutefois la gratuité des transports scolaires.

  • 16/02/19 | La mort de Gérard Vandenbroucke

    Lire

    Réaction d'Alain Rousset après la mort de Gérard Vandenbroucke, 1° vice-président du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine : « De maire à président du Conseil régional du Limousin et de Limoges Métropole, il a offert sa vie à l'action publique et aux services des autres. À mes côtés, il fut un homme digne, amoureux de son territoire qu'il défendait avec conviction et passion. Je retiens aussi qu'il aimait rire, sourire et réfléchir. Preuve en est avec son salon du dessin de presse et d'humour à Saint-Just Le Martel dont il était si fier. Courageux, chaleureux, accessible, ardent défenseur de la liberté de la presse, tel était Gérard.»

  • 16/02/19 | Gilets Jaunes : la Région intervient

    Lire

    Un geste financier pour les commerçants. Dans un communiqué du 15 février, la Région annonce avoir débloqué une enveloppe de 2 millions d'euros à destinations des commerçants et artisans victime du mouvement des Gilets Jaunes. Le montant de l'aide sera compris entre 2.000 et 10.000 euros. D'après le Conseil régional, "les entreprises éligibles à ce soutien exceptionnel devront avoir constaté une baisse de leur exploitation d'au moins 30% par rapport aux années précédentes".

  • 15/02/19 | Royan : imaginez la plage du futur !

    Lire

    La Communauté d'Agglomération Royan Atlantique (CARA) organise un concours d'artistes amateurs. Ce dernier a pour thème "ma plage en 2040" et s'inscrit dans le cadre du plan plage territorial de l'agglomération. Toutes les formes d'art sont acceptées, du dessin à la sculpture en passant par la vidéo. La CARA souhaite prendre en compte la vision des citoyens dans sa politique d'aménagement du territoire. Les candidatures d'artistes sont à envoyer pour le 3 mai au siège de la collectivité.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Métropole | Stade Matmut : des bilans disputés

01/12/2018 | Le rapport d'exercice annuel du Stade Matmut Atlantique a été soumis ce vendredi aux élus lors d'un nouveau conseil de métropole. Et largement débattu...

Stade Matmut

Présenté ce jour en conseil de Bordeaux Métropole, le rapport annuel d'activité de la société SBA, exploitante du Stade Matmut Atlantique, ne présente pas vraiment des résultats au beau fixe. Une dette qui se creuse, un bilan énergétique présenté comme pas franchement reluisant et un taux de fréquentation en dessous des prévisions initiales. En effet, l'exploitant du stade affiche un déficit de 3,4 millions d'euros pour l'année 2017

Déficit d'exploitation

Après un feuilleton des Girondins de Bordeaux qui n'avait décidémment que trop duré, les élus de la métropole se sont penchés ce vendredi sur un autre dossier épineux (qui n'était par ailleurs pas soumis au vote) : le rapport annuel d'exercice du stade Matmut, présenté par la société SBA (Stade Bordeaux Atlantique), filiale commune des groupes Vinci et Fayat qui se sont occupés de la construction et de l'exploitation du stade depuis son inauguration en 2015, avant que ce dernier ne prenne le nom d'une compagnie d'assurance. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que les résultats écrits dans ce rapport ne sont pas très... rassurants. On y découvre notamment un résultat net de 3,3 millions d'euros révélant un écart défavorable de 2,14 millions par rapport au modèle financier de départ qui est, rappelons le, un Partenariat Public Privé passé entre la ville de Bordeaux et la société SBA prévoyant de confier à SBA l'exploitation et l'entretien du stade pendant une durée de trente ans.

Il y a quelques jours, la commission de contrôle de Bordeaux Métropole a auditionné les dirigeants de SBA, permettant de découvrir un déficit trois fois supérieur à celui prévu au départ (3,6 millions d'euros en 2015 au lieu de 1,01 millions, 3,2 au lieu de 1,3 en 2016, 3,4 au lieu de 1,1 en 2017) : en tout, un écart de 7,02 millions d'euros entre le résultat réel et celui estimé initialement. Principale fautive : l'opération de "naming" (autrement dit, l'achat par Matmut de la possibilité d'associer son nom au bâtiment) selon SBA, la société attendait 2,5 millions d'euros annuels, elle en a obtenu 2,1 millions. Dans le business plan, le premier exercice positif reste programmé à l'horizon 2025.

Bilans disputés

Mais les résultats financiers n'ont pas été les seuls griefs énoncés par les élus lors de la présentation de ce rapport. Pour l'élu EELV Pierre Hurmic, la fréquentation du stade fait partie des responsables du déficit d'exploitation. "On se retrouve avec une moyenne de 22 650 spectateurs, soit un taux de remplissage de 54% quand les autres grands stades ayant accueilli l'Euro 2016, même s'ils ne sont pas à la hauteur affichent 60% voire plus. Le chiffre d'affaire de SBA sur l'évènementiel est alarmant : l'activité footballistique représente 368 000 euros, soit 5% du CA". L'élu a également déploré le fait que "dans la plupart des dépenses faites par SBA, les premiers prestataires sont des filiales de Vinci et Fayat : le contrat d'entretien et de maintenance a été attribué à Vinci Energie pour 1,68 millions d'euros et les frais de disposition du personnel à destination de filiales Vinci et Fayat de plusieurs cadres (trois sur 17 employés) représente 449 000 euros. même chose pour les honoraires d'assistance technique et commerciale versées à Vinci Stadium (195 000 euros) ou encore le contrat d'assurance responsabilité civile signé aupès d'une filiale assurance de Vinci à hauteur de 101 000 euros".

Enfin, Pierre Hurmic a souligné un "bilan carbone catastrophique avec la production de 9000 tonnes de CO2 soit douze kilos par spectateur, l'équivalent de soixante kilomètres en voiture individuelle. Pour ce qui est de la consommation énergétique, elle est de 5000 mégawatts par heure dont 75% hors jour de match. Le principal poste de consommation, c'est la luminothérapie pour chauffer une pelouse insuffisamment éclairée. L'impact des panneaux photovoltaïques, qui produisent 100 mégawatts par heure, est au contraire dérisoire. Au moment où l'on incite nos concitoyens à faire des économies d'énergie, on voit bien que notre co-contractant a encore du travail".

L'élue socialiste Emmanuelle Ajon, elle, a préféré pointer du doigt un business plan "sous-dimensionné" ("1900%, c'est l'évolution de la masse salariale de SBA entre le budget prévisionnel et le réel", a-t-elle notamment souligné) "avec un déficit structurel tellement lourd qu'il est aujourd'hui impossible à rattraper". Elle s'est également inquiétée du "peu de perspectives de rétablissement qui se profilent, avec "des concerts difficiles à obtenir et qui demandent une logistique qui en limite le nombre, des locations et séminaires qui sont d’ores et déjà très nombreux pour un stade et un afflux de nouvelles recettes qui semble donc compromis".

Pas de renégociation en vue

Dans les rangs de LR, bien que Patrick Bobet, vice-président de la métropole délégué aux finances, reconnaisse des résultats "très préoccupants", le ton est globalement plus mesuré. Pour Nicolas Florian, le Mr finances de la mairie de Bordeaux, "c'est un bon contrat négocié en 2011 pour un stade qui ne nous coûte pas cher, tant dans sa construction que dans son exploitation. Les difficultés, c'est SBA qui les supporte puisque le stade n'est pas en régie. On n'est sur la deuxième année d'exercice plein, il faudra juger sur le résultat définitif. Même si, comptablement, l'activité commerciale de SBA se dégrade, les flux financiers se redressent : il y a plus d'évènements en prévision et la dimension d'audience est similaire à celle d'autres grandes villes. Je n'envisage pas que deux des plus gros acteurs du bâtiment puissent venir nous dire dans quelques années qu'ils ne savent pas faire.  Certes, il faut se préparer à des discussions dans le cadre d'une révision quinquennale mais dès lors que la maitrise d'ouvrage est forte, qu'on a des arguments infaillibles (contrat), il n'y a pas de raisons de s'inquiéter d'éventuels désagréments". 

Le bilan du débat a été clair : une renégociation du contrat n'est pas à l'ordre du jour. Elle avait été demandée par SBA il y a plusieurs mois, demande à laquelle la métropole avait formellement fermé la porte (à voir les avantages que cette dernière en tire -notamment un loyer annuel de 4,5 millions d'euros- comme l'a souligné la Chambre régionale des comptes, ça n'est pas vraiment surprenant). Le président de Bordeaux Métropole, Alain Juppé, affirme n'avoir "aucun regret d'avoir pris la décision de construire ce stade. Il est normal que dans les débuts d'un partenariat public privé, il y ait un déficit. Il est supérieur à celui annoncé, ce qui veut dire que l'exploitant s'est trompé dans son business plan. "C'est leur responsabilité, il n'est pas question d'engager une renégociation avec eux sur ce point. Sur les recettes du foot, on sait que c'est le club qui encaisse les recettes des matchs, c'est d'ailleurs ce qui leur permet de nous payer les redevances qu'il nous doit". Selon le maire de Bordeaux, le problème du stade est en fait multiple. "D'abord, il faut que les Girondins gagnent. Ensuite, on sait que les spectateurs n'y vont pas parce que pour partir il faut une heure et demie pour rentrer chez soi. Il va falloir qu'on aborde cette question". Affirmant avoir eu des premières discussions avec le nouveau président du club des Girondins de Bordeaux, Alain Juppé a précisé que "l'une des solutions, ce serait d'inciter les gens à rester dans le stade, avec des activitéz sympathiques qui leur permettrait de rester. Il n'y a plus un verre de bière après la mi-temps : ça aussi, ca reste un problème de gestion. Pour le reste, on va continuer à exiger de SBA qu'il respecte ses engagements contractuels". En attendant de voir si la bière calme les esprits, notons que seuls les concerts d'Ed Sheeran et de Muse et les deux demi-finales du Top14 de rugby ont pour l'instant été annoncées pour le stade Matmut en 2019. Une clause de revoyure est cependant prévue entre les différents signataires du contrat, mais ce ne sera pas avant 2020.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
2588
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Métropole
Métropole
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires