Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

15/07/20 : Jeudi 9 Juillet 2020, le Conseil d’Administration renouvelé du MEDEF Gironde s’est réuni et a procédé à l’élection du Président et de son bureau. Franck Allard, a été réélu à l’unanimité à la Présidence pour un second mandat de 3 ans.

13/07/20 : Ce vendredi, la Gironde a été placée en "vulnérabilité modérée" face à la pandémie de coronavirus par Santé Publique France. Depuis début juillet, sept nouveaux "clusters" ont été identifiés en Nouvelle-Aquitaine, dont trois en Gironde.

10/07/20 : Philippe Monguillot, le chauffeur de Chronoplus sauvagement agressé dimanche s'en est allé en milieu d'après-midi pour son dernier voyage, entouré de sa famille. Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin devrait se rendre à Bayonne ce samedi.

10/07/20 : Les inscriptions aux transports scolaires en Nouvelle-Aquitaine sont ouvertes. N'attendez pas car jusqu'au 20 juillet, les frais de dossier sont offerts. Passée cette date, 15 euros de frais de dossier sont facturés.

10/07/20 : Philippe Buisson, maire de Libourne, a été réélu ce 10 juillet président de la Communauté d'agglomération du Libournais, la CALI, par 71 voix sur 74 votants.

10/07/20 : Florence Jardin, maire de Migné-Auxances (86), vient d’être élue présidente de Grand Poitiers. Elle succède à Alain Claeys à cette fonction. Elle arrive en tête avec 48 voix, devant Claude Eidelstein (26), Jean-Louis Ledeux (8) et 4 bulletins blancs.

09/07/20 : L'inauguration de la Flow vélo, itinéraire cyclable de 294 kilomètres entre Thiviers en Dordogne et L'île d'Aix en Charente- Maritime a eu lieu ce jeudi après midi à Salignac sur-Charente, au Pont du Né, kilomètre zéro de la Charente Maritime.

09/07/20 : Xavier Bonnefont, maire LR d'Angoulême, devient président de l'agglomération de Grand Angoulême en étant élu à la majorité absolue dès le premier tour. Il détrône le socialiste Jean-François Dauré de sept voix.

08/07/20 : Jean-Luc Gleyze, Président du Conseil Départemental de Gironde, a été élu ce 8 juillet, à l’unanimité de ses membres, Président du groupe des présidentes et présidents de gauche de l’Assemblée des Départements de France.

08/07/20 : Guillaume Guérin (Les Républicains) est élu président de la communauté urbaine de Limoges avec 47 voix face au socialiste Gaston Chassain.

08/07/20 : Le nouveau ministre délégué chargé des transports Jean-Baptiste Djebarri s'est rendu ce soir à la société Chronoplus de Bayonne où était employé le chauffeur Philippe Monguillot. Deux des agresseurs sont poursuivis pour tentative d'homicide volontaire.

03/07/20 : Deux-Sèvres : les 12 Marchés des Producteurs de Pays auront bien lieu cet été. Les communes s'organisent pour accueillir au mieux les producteurs et consommateurs. Pensez à apporter vos couverts, gobelets et serviettes non jetables!

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 15/07/20 | Décentralisation: Castex parle d'une nouvelle étape

    Lire

    Jean Castex à l'Assemblée: Décentralisation:La confiance dans les territoires suppose que le droit à la différenciation soit consacré dans une loi organique. Ce qui nécessite une nouvelle étape de la décentralisation et une évolution profonde de l'organisation interne de l'Etat; Emploi: Dispositif exceptionnel de réduction du coût du travail de 4000 euros par an pour les moins de 25 ans jusqu'à 1,6 fois le Smic pour au moins un an. Création d'emploi en 2021 dans la fonction publique réservée aux départements » Politique de la ville : lancement de travaux de rénovation urbaine d'ici fin 2021 dans 300 quartiers.

  • 15/07/20 | Un rallye montois sur le thème de la laïcité et de la citoyenneté

    Lire

    Du 15 juillet au 28 août, dans le cadre de l'exposition "Laïcité à lire et à dire" aux Archives départementales des Landes, partez entre amis ou en famille à la découverte des lieux symboliques de la laïcité et de la citoyenneté à Mont-de-Marsan! Créé en partenariat avec la Ligue de l’Enseignement et l’association des Francas, ce rallye au départ des Archives, amène le visiteur à démêler de nombreuses énigmes sur un parcours réalisé en autonomie. Le rallye et l'exposition ont été primés par la 2nde mention spéciale du Prix de la laïcité de la République française, remis par l'Observatoire de la laïcité.

  • 15/07/20 | La Rochelle : un forum de la formation continue pour la rentrée 2020

    Lire

    La CCI de La Rochelle organise le premier Forum de la formation professionnelle continue le jeudi 24 septembre 2020, de 9 heures à 19 heures. Ce rendez-vous ouvert au public est l’occasion : pour les experts de la formation professionnelle continue de présenter leurs formations, services et conseils et, pour les dirigeants et salariés d’entreprises, de découvrir la formation adaptée à leurs besoins. Une première en Charente-Maritime !

  • 15/07/20 | Création de la première Fédération nationale de Footgolf

    Lire

    Le 30 juin dernier a marqué la création de la première Fédération nationale de Footgolf, agréée du ministère des Sports. Ce sport qui mélange le football et le golf reprend le même principe de parcours qu’au golf, mais en mettant le ballon au pied en moins de coups possibles dans un panier. Les dirigeants de cette nouvelle fédération entendent bien créer un premier championnat en France à l’horizon 2021. A noter: il existe une délégation Sud ouest et Aquitaine du footgolf !

  • 14/07/20 | Mont-de-Marsan : Ouverture du Campus connecté en septembre

    Lire

    Mont-de-Marsan Agglomération vient d'être retenue par le Ministère de l'Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l'Innovation parmi les 25 nouveaux projets labellisés "Campus connecté" (le premier en Nouvelle-Aquitaine) pour permettre le développement d'une nouvelle offre d'enseignement supérieur sur son bassin de vie. Dès septembre 2020, 15 étudiants pourront accéder à une formation universitaire depuis un espace collaboratif qui leur sera dédié au sein de l'Inspé à Mont-de-Marsan, doublé d'un accompagnement par un tuteur. Infos: www.montdemarsan-agglo.fr

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Métropole | Start up à succès : Comerso, le business solidaire

12/10/2016 | Joli succès pour cette jeune entreprise originaire d'Agen ayant un objectif simple : réduire le gaspillage alimentaire dans la grande distribution.

Pierre-Yves Pasquier et Rémi Gilbert, co-fondateurs de Comerso

C'est étrange comme, parfois, une rencontre peut créer une idée qui va changer beaucoup de choses, sans que l'on s'en rende compte tout de suite. C'est ce qui est arrivé à Pierre-Yves Pasquier, le barbu, et à Rémi Gilbert, le "un peu moins barbu". Ces deux trentenaires, l'un agenais en chemise bleue sobre et l'autre originaire de la région nantaise en veste de survêtement, se rencontrent en décembre 2011, l'un étant le passager éphémère de l'autre au cours d'un co-voiturage. Pierre-Yves, lui, est alors employé au sein de la division des produits frais chez Danone, tandis que Rémi travaille en tant que conseiller à la création d'entreprise dans le secteur agroalimentaire à l'Agropole d'Agen. L'idée de l'entreprise qu'ils co-dirigent aujourd'hui et qui comptera une quinzaine d'employés d'ici la fin de l'année, est venue d'un constat. "Je voyais dans le cadre de mon travail des magasins qui, régulièrement, jetaient des marchandises faute de solutions, pas forcément par volonté. Ils manquaient de réseaux associatifs", confie Pierre-Yves, quand son collègue ajoute avoir "travaillé pour essayer de créer un service de logistique d'enlèvement de marchandises et de suivi pour approvisionner les associations d'aide alimentaire".

De l'idée aux marchés

C'est de là qu'est partie, en 2013, l'idée qui a fait naître Comerso. D'abord en tant qu'association, pour "faire une étude de marché et prendre un peu la température. On a fait un audit sur tous les magasins qui donnaient ou non. Le gros point de l'étude, c'est qu'on s'est rendus compte que seulement 4 à 5% des invendus de la grande distribution étaient redistribués. On a essayé de comprendre pourquoi et de lever toutes les barrières". L'entreprise proprement dite est née peu après et elle a été assez largement soutenue par les institutions publiques : 56 000 euros de la région Aquitaine, 10 000 euros du Conseil général de Lot-et-Garonne et une levée de fonds de 2,2 millions, sans compter les fonds propres de ses deux fondateurs.

L'idée a vite séduit et  le but, lui, a toujours été clair : approvisionner directement les associations de redistribution des denrées alimentaires comme le Secours Populaire, les Restos du Coeur ou encore la Banque Alimentaire, trois de ses principaux clients. Des associations qui ont des besoins grandissants, comme en témoigne Rémi. "Ces associations font face à une problématique importante : elles ont un nombre de bénévoles et de camions frigorifiques limités mais elles ont des besoins qui sont en expansion. On vient donc leur porter des marchandises qu'elles ne pourraient pas aller chercher". La quasi-totalité des produits transportés par ces "facteurs" de l'aide alimentaire sont frais, mais il leur arrive aussi d'emporter du non-alimentaire, comme des cartables invendus pour redistribuer à des enfants à la dernière rentrée, par exemple. Et s'ils se spécialisent en grande distribution, c'est que, comme le dit Céline Rigaudie, directrice du développement commercial de l'entreprise, "la grande distribution participe à hauteur de 10 à 15% dans le gaspillage alimentaire en France. C'est un endroit où l'on peut récolter en grande masse des produits de bonne qualité. Le gâteau est déjà très important, c'est pour ça qu'on s'est spécialisés là-dedans". 

Les petits secrets du système

Bien sûr, tout ne s'est pas fait en un jour. "La création a pris un peu de temps parce qu'on cassait les codes en venant professionnaliser le don", confie Pierre-Yves. "Par essence, c'était quelque chose qui n'existait pas. Mais d'un autre côté, l'objectif d'un magasin c'est de pouvoir faire des économies, c'est à partir de ça qu'on a pu s'imposer parce qu'ils étaient plutôt sensibles à l'idée de jeter moins". Mais le petit secret de Comerso n'a rien à voir avec une quelconque sélection naturelle. Non, eux, ce qu'ils vendent, c'est une logistique. La société se vend comme le "premier opérateur logistique et numérique d'optimisation des invendus". Grâce à un logiciel développé via une société externe, ils peuvent suivre en temps réel un circuit bien rôdé.

"On met des bacs à disposition des associations, on met des sondes de températures dans les magasins que l'on relève dans les chambres froides du transporteur et au sein de l'association, ce qui nous permet d'avoir un suivi de la chaîne du froid. On fait des boucles logistiques, on va récupérer les invendus dans quatre ou cinq magasins et on va ensuite les redistribuer". Et les associations concernées, en fonction des zones de redistribution (Comerso est présent dans les Côtes d'Armor, en Vendée, dans le Maine-et-Loire, du côté de Lyon ou encore à Marseille), correspondent au tissu local du magasin concerné. Autre particularité, la totalité des 15 transporteurs sont en insertion. Parmi ses clients, une cinquantaine d'associations et plusieurs grands groupes comme Système U, Intermarché ou encore Casino, un choix d'enseignes indépendantes et de magasins avec un seul patron pour gérer plus facilement les flux, même si la société est actuellement en discussion avec les groupes Auchan et Carrefour pour y dupliquer son modèle.

En pleine croissance

Et le plus fort, c'est que ça marche ! Aujourd'hui, Comerso livre environ 15 tonnes de denrées alimentaires par jour, soit environ 30 000 repas. Elle a concouru à deux appels d'offres de l'Ademe, l'un traitant d'un audit sur les bonnes pratiques et l'autre dont ils sont finalistes en 2016 visant à améliorer encore leur stratégie anti-gaspi. Comerso est en pleine croissance : de 11 employés, elle passera à 15 en fin d'année et à une vingtaine dans le courant de l'année 2017. Elle prévoit même de se développer au sein d'agences en Espagne et en Italie dans les prochains mois.

Elle quittera en début d'année prochaine les locaux de l'ÉcoParc de Blanquefort dans lequel elle était auparavant implantée pour monter une direction régionale ouest au sein du Village accélérateur de start-up du Crédit Agricole, qui a accueilli sa première promotion cette rentrée à Bordeaux. Ses deux co-fondateurs en sont d'autant plus ravis que leur initiative correspond à un business en plein développement autant qu'à un engagement social. "Aujourd'hui, on a une réduction du gaspillage alimentaire dans les magasins, un don supplémentaire aux associations qui leur permet de récupérer davantage de produits et en plus grandes variétés et un terrain fertile pour des personnes en retour vers l'emploi qui évoluent au sein de structures spécialisées", commente Rémi. "Notre société grandit, évite à des tonnes de produits de passer à la poubelle, on permet à des personnes dans le besoin de trouver de la marchandise. Le social, c'est un de nos fondements. C'est bénéfique pour tous, je pense", ajoute pour sa part Pierre-Yves.

En décembre dernier, une loi a été votée interdisant aux grandes et moyennes surfaces de plus de 400 m² de jeter de la nourriture invendue encore consommable et de rendre leurs invendus impropres à la consommation sous peine d'une amende de 3750 euros. Chaque année, 4000 tonnes de produits laitiers sous marque distributeur sont par exemple détruits et un tiers de la part comestible des aliments destinés à la consommation humaine, selon L'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture, est perdu ou gaspillé dans le monde. Bref, la petite équipe angennaise a encore de la marge.  

Comerso from Aquipresse on Vimeo.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
2775
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Métropole
Métropole
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 17 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires