Devenez actionnaire d'aqui.fr

20/01/22 : En Dordogne, la disparition de Gaspard Ulliel, hier à l'âge de 37 ans, laisse le souvenir d'un jeune homme charmant et sympathique. L'acteur avait tourné "Jacquou le Croquant" en Dordogne. L'avant-première avait eu lieu à Montignac en janvier 2007.

19/01/22 : Bayonne lance la seconde édition de son budget participatif doté de 300 000 euros. Dès 9 ans, les habitants proposent des projets liés au vivre ensemble et au développement durable. Ils sont sélectionnés et soumis au vote. Puis la Ville réalise!+ d'info

17/01/22 : Le 22 mars, c'est à Cognac en Charente que se tiendra la première cérémonie des nouveaux étoilés du Guide Michelin en région. L'occasion, selon le guide rouge, de mettre en lumière “une ville et un territoire qui témoignent de l’excellence française”.

12/01/22 : Ce 12 janvier, le centre de vaccination de Pau ouvre 2 lignes de vaccination pour les enfants de 5 à 11 ans. Soit une capacité de 60 rendez-vous pédiatriques journaliers. La présence d'un des 2 parents est obligatoire pour répondre au questionnaire médica+ d'info

10/01/22 : Les Pyrénées-Atlantiques sont placés en vigilance rouge crues depuis hier. Les tronçons du Gave d'Oloron, Gave de Pau Béarnais ou encore du Saison risquent de vivre ce lundi des crues comparables voire supérieures à celles, record, de décembre 2021.

10/01/22 : Les Pyrénées-Atlantiques sont placés en vigilance rouge pluies et inondations depuis hier. Entre dimanche et lundi, on attend des cumuls de 50 à 80 mm en plaine, 100 à 130 mm sur les premiers contreforts, vallées et piémont, 150 à 250 mm en montagne.

07/01/22 : Football: le Bergerac Périgord Football club, dernier club aquitain en lice, devra se délocaliser pour recevoir l’AS Saint-Étienne en 8es de finale de la Coupe de France. Le match aura lieu au stade Francis-Rongiéras de Périgueux, le 30 janvier.

06/01/22 : START-UP : Les acteurs technologiques et innovants de Nouvelle-Aquitaine ont levé plus de 280 millions d'euros en 2021. Un record historique confirmé au 4ème trimestre avec 11 opérations et un peu plus de 28M€ levés.

06/01/22 : Le musée des Beaux-Arts de Libourne annonce une bonne nouvelle en ce début d'année : l'exposition "Toulouse-Lautrec, la naissance d’un artiste" qui aurait du s'achever au 9 janvier, joue les prolongation jusqu’au 16 janvier 2022 ! A voir!+ d'info

06/01/22 : Pyrénées-Atlantiques - Céline Dumerc, manager générale et ancienne capitaine de l’équipe de France féminine de basket vient d'être nommée Chevalier de l'ordre national de la Légion d'honneur au titre de la promotion civile du 1er janvier 2022.

02/01/22 : Coupe de France : Bergerac est en huitièmes de finales de Coupe de France de football. Les Bergeracois ont remporté leur match face à Créteil aux tirs au but (5 à 4). Au tour précédent, ils avaient battu Metz pensionnaire de ligue 1 aux tirs au but.

20/12/21 : En concertation avec les Maires, la préfète de Gironde rend obligatoire le port du masque dans les centres-villes des communes touristiques d’Arcachon et de Saint-Emilion durant les vacances scolaires de Noël, tous les jours de 12H00 à 19H00.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 20/01/22 | H5N1 : face à sa diffusion, la stratégie de lutte s'intensifie encore

    Lire

    Le ministère de l'agriculture vient d'annoncer « le dépeuplement préventif de toutes les volailles et palmipèdes d’une zone géographique caractérisée par de nombreux foyers est désormais nécessaire au-delà des mesures actuelles visant l’élimination des foyers et le dépeuplement préventif autour des foyers ». 226 communes (39 dans le Gers, 161 dans les Landes et 26 dans les Pyrénées-Atlantiques), sont concernées, soit environ 1,5 million d’animaux, en plus des 1,5 million déjà dépeuplés. Consultée sur ces mesures, c'est « un nouveau traumatisme pour la filière avicole », assure la profession.

  • 20/01/22 | Un laboratoire de transformation des fruits à Assat (64)

    Lire

    Un laboratoire de transformation des fruits du jardin et du verger voit le jour à Assat (Pyrénées-Atlantiques) sur le site du jardin-verger du Conservatoire des Légumes Anciens du Béarn (CLAB) où sont plantés près de 120 arbres fruitiers de variétés anciennes et de terroir et autant de petits fruits. Inauguré ce jeudi 20 janvier, le projet de 38 000 euros est subventionné par l'Etat à hauteur de 30 000 euros dans le cadre du volet transition écologique du plan France Relance. http://clab64.fr

  • 20/01/22 | Brive : L'écrivain Michel Peyramaure fête ses 100 ans à la médiathèque

    Lire

    Le 29 janvier de 11h à 12h, la médiathèque de Brive met à l'honneur l'écrivain du terroir, Michel Peyramaure, qui fêtera ses 100 ans le 30 janvier prochain. L'auteur d'une centaine d'ouvrages reviendra lors de cet échange sur sa vie, son œuvre, son amour pour Brive, où il est né, et l'Histoire. Le public pourra également poser des questions lors de ce moment de partage. Séance de dédicaces la fin de la rencontre. Entrée libre

  • 20/01/22 | Ababor, nouveau salon nautique du Pays Basque du 1er au 3 avril

    Lire

    Ababor, le premier salon nautique de la côte basque est lancé par le Ficoba, le palais des congrès d’Irun, du 1er au 3 avril 2022. A quelques encablures du port de Hendaye, le Ficoba va se transformer en port intérieur. Outre l’exposition de bateaux, tous les secteurs de la navigation et des activités nautiques sont annoncés. Avec des solutions pour naviguer sans acheter un bateau, des alternatives ou des écoles de croisière qui permettent de partir seul. www.ficoba.org/fr/evento/ababor/

  • 19/01/22 | Le cyclisme mis en lumière à Royan

    Lire

    L’opération « Cyclistes, brillez » - organisée par la Fédération française des Usagers de la Bicyclette, l’association vélo Pays Royannais et la Communauté d’Agglomération Royan Atlantique - se tiendra le jeudi 19 janvier de 14h à 18h, à Royan. Afin de sensibiliser la communauté cycliste à l’importance d’être éclairé pour assurer sa sécurité, plusieurs animations sont prévues dont un atelier de conseil, des quizz et jeux, la mise à disposition de brassards et autocollants réfléchissants, ainsi qu’une parade lumineuse de quelques kilomètres dans la ville, de 18h à 19h30.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Métropole | Stationnement à Bordeaux : des ajustements à prévoir

30/01/2018 | En prélude au dernier Conseil municipal de Bordeaux, Alain Juppé a évoqué un dossier brûlant : le prix des amendes pour les automobilistes se garant sur des places payantes.

1

Le problème du stationnement payant a Bordeaux s'est dernièrement illustré ce week-end, lors des voeux formulés aux habitants du quartier Saint-Augustin. Des manifestants en colère contre l'extension du stationnement payant pour les résidents de Bordeaux (165 euros par an) ont invectivé le maire et son adjoint, Jean-Louis David. Après l'annonce de cette extension du stationnement payant (qui concerne aussi Caudéran) prévue pour le mois de mars, le maire de Bordeaux est revenu, ce lundi, sur cette pratique qu'il juge "nécessaire" et annoncé être en cours de réflexion pour effectuer des ajustements sur la politique tarifaire du forfait post-stationnement.

Cumul des mandales

On ne va pas vous raconter dans le détail ce qui s'est passé samedi 27 janvier dernier dans le quartier Saint-Augustin à Bordeaux, vous êtes probablement déjà au courant. Pour la faire courte, des habitants particulièrement remontés contre l'extension du stationnement payant ont chahuté Alain Juppé et son adjoint, Jean-Louis David, venus prononcés leurs traditionnels voeux annuels. Les 165 euros à fournir par an pour avoir droit à un macaron riverain ne sont pas vraiment le seul problème : les habitants pestent aussi contre le fait que cette politique ne permette pas d'accorder deux macarons par famille, le quartier concerné étant souvent composé de familles possédant plusieurs véhicules par foyer. "Distribuer deux macarons par foyer serait une tromperie", a réfuté le maire de Bordeaux, "cela consisterait à distribuer plus de macarons qu'il n'y a de places en voierie". En résumé : un macaron, ça va, c'est quand il y en a beaucoup qu'il y a des problèmes... "À écouter certains commentaires, tout à l'air d'aller bien en matière de stationnement avant que nous n'engagions des mesures. Or, ce n'est évidemment pas la réalité puisque cela reste le premier sujet d'insatisfaction des habitants à Bordeaux. L'objectif est avant tout de faciliter la vie des habitants dans les quartiers, certains ayant du mal à stationner à cause de voitures tampons venues de l'extérieur", a-t-il encore justifié ce lundi lors d'un point presse précédant un Conseil municipal quelque peu agité. "Cette mesure a rencontré un certain succès dans tous les quartiers où elle a été mise en oeuvre, des habitants nous demandant même à ce qu'elle soit étendue à d'autres rues".

L'autre souci, dénoncé par les habitants à coup de tracts bien sentis dans les boîtes aux lettres du quartier, est "l'absence de concertation", ce que réfute le maire de Bordeaux. "La concertation, cela ne consiste pas à venir empêcher le maire de quartier de venir s'exprimer dans une cérémonie de voeux. Nous nous sommes retrouvés confrontés à une bande d'excités qui sont respectueux de tout sauf des règles minimum de la démocratie. Nous poursuivrons cette concertation en réunissant au mois de février les huit commissions permanentes des huit quartiers de Bordeaux pour examiner ces questions de stationnement et faire un peu de pédagogie et d'information". Reste que la mesure devrait bien être effective en mars comme prévu initialement (et en juin pour Caudéran). Autre point de friction entre les habitants de Bordeaux et la municipalité : le forfait post-stationnement mis en place depuis janvier, fixant l'amende entre 30 et 35 euros en cas de défaut de paiement. Là dessus, contrairement au tarif de stationnement, les choses pourraient bien bouger. "La loi permet de diminuer le forfait pour ceux qui s'en acquittent dans de brefs délais. Je m'inspirerai du système de Mérignac, je suis en train de regarder comment, si on paye dans la journée, on peut revenir à un forfait sensiblement inférieur à 35 euros, voire même si nous y arrivons à 17 euros". Contrairement aux voix qui s'élèvent, ce dispositif serait "gagnant-gagnant" pour les commerçants du centre-ville, effrayés par la possibilité d'une désertification de la clientèle de passage. "C'est censé avoir un effet favorable pour les commerçants et permettre la rotation de clients". 

Des pistes de réflexion

Le sentiment de voir la politique de stationnement se durcir dans le centre-ville n'est pas galvaudé. Selon les derniers chiffres dévoilés en fin de semaine dernière, une cinquantaine d'agents du privé patrouillent en ville pour distribuer des PV (Urbis Park), et leur efficacité est apparemment prouvée : selon les déclarations de Nicolas Andreotti, directeur de la police municipale et de la tranquillité publique, les agents appartenant à cette société "contrôlent deux fois plus de places par jour, soit 40 000. Il y a 27 000 places payantes sur la commune donc on peut dire qu'elles sont toutes contrôlées quotidiennement, pour certaines plusieurs fois par jour". Mais la mairie certifie même que le taux de paiement de l'amende est passé à 80% depuis le déclenchement de la mesure, contre 50% auparavant. On aurait même comptabilisé 2000 PV par jour à 35 euros distribués depuis le 1er janvier. Mais pour la mairie, la contravention ou l'abonnement ne sont pas les seules pistes pour tenter de régler la situation.

Le développement du stationnement dans les parkings de centres commerciaux, celui de projets immobiliers avec plus de places de parking que de logements disponibles (Marie Brizzard à Fondaudège est cité) ou encore, ce qui devrait apaiser un peu les habitants de Saint-Augustin, le développement de 200 à 300 nouvelles places de parking dans le secteur "pelouse de Douet" figurent ainsi parmi les idées en cours de réflexion. La mairie justifie enfin cette politique plus contraignante par un problème de santé publique : "La pollution dans Bordeaux est en train de rejoindre le niveau parisien. Sans obligation ni exclusion, il faut convaincre les habitants de se déplacer par d'autres moyens. J'ai par exemple demandé qu'on accélère la réflexion sur la mise en place d'un péage incitatif au co-voiturage", a terminé Alain Juppé, qui avait déjà évoqué des pistes en matières de transports en métropole ces dernières semaines lors des Assises nationales de la mobilité. Concernant ces 27 000 places payantes évoquées plus haut, précisons d'ailleurs qu'elles représentent un peu plus plus de la moitié des 55 000 places de stationnement à Bordeaux. Mais les quartiers de Caudéran et de Saint-Augustin sont loin d'être les seuls concernés : les Chartrons et le Grand Parc devraient aussi y avoir droit en 2018, Bacalan et la Rive droite en 2019 et même la Benauge en 2020. Sinon, au prochain concert de l'Arena, il reste sûrement encore quelques places, mais vous devrez rester debout... 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
30662
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Métropole
Métropole
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires