Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

17/12/18 : En mairie de Biarritz, en début d'après-midi, on aurait pris acte de la non venue du président Macron à la préparation du sommet du G7. Information non officiellement confirmée de la préfecture mais qui serait parvenue à certains élus de cette source

17/12/18 : Les retraités lot-et-garonnais battront le pavé le 18 décembre à 15 h 00 devant la Préfecture à Agen. "Déçus par les annonces du Président E. Macron" , ces derniers préciseront leurs revendications auprès de la Préfète.

15/12/18 : L'Association Petit Coeur de Beurre a décidé en accord avec la Jeune Académie Vocale d'Aquitaine JAVA et l'Ensemble Vocal Aquistriae d'annuler le concert "De choeurs à coeurs" prévu ce samedi 15 décembre en l'église St Louis des Chartrons à 20h30.

14/12/18 : Du 15/12/18 au 5/01/19 : le centre-ville montois sera piéton les week-ends du 15 et 22/12 et le 24/12 et le stationnement gratuit dans le centre-ville les samedis après-midi. 1h de stationnement gratuit par demi-journée, du lundi au samedi matin.

14/12/18 : Center Parcs Lot-et-Garonne. Les premiers coups de pioche de ce chantier sont donnés ce jour, 14 décembre, à l’étang du Papetier, à Pindères.

14/12/18 : En raison des mouvements sociaux actuels, le Grand-Théâtre sera fermé au public ce samedi 15 décembre entraînant le report du récital de Sondra Radvanovsky au 31 mars 2019. Les visites guidées sont également annulées.

13/12/18 : Le jeune rugbyman du Stade Français Nicolas Chauvin, 19 ans, victime d'un traumatisme cervical suite à un plaquage dimanche lors d'un match à Bègles est décédé au CHU de Pellegrin. Nouveau drame après la mort récente d'un jeune joueur d'Aurillac.

13/12/18 : Présente au salon Nautic de Paris, La Rochelle a lancé de Paris le Défi Atlantique, une nouvelle course en équipage réservée aux Class 40. Départ fin mars 2019 de la Guadeloupe, pour rejoindre La Rochelle mi-avril avec une escale à Horta aux Açores.

12/12/18 : En raison des liens historiques et fraternels qui unissent les villes de Strasbourg et de Périgueux, le drapeau français sur la mairie de Périgueux sera en berne ce mercredi suite au drame survenu hier sur le marché de Noël de la capitale alsacienne.

12/12/18 : Vigipirate : Urgence Attentat. Renforcement de la sécurité en Gironde. Renforcement des contrôles notamment à l’aéroport de Bdx-Mérignac, surveillance des marchés de Noël, centres commerciaux et interdiction de manifestations sur la voie publique.

12/12/18 : Les 22-26 et 28 déc, Bordeaux Visite organise une visite-famille "Bordeaux à Noël", afin de découvrir la place Pey Berland, le cours de l'Intendance, les allées de Tourny, la place de la Comédie. Accessible aux familles avec enfants dès 7 ans.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 16/12/18 | En Dordogne, le laboratoire départemental d'analyse détruit par un incendie.

    Lire

    Le laboratoire départemental d’analyse et de recherche de la Dordogne, basé à Coulounieix-Chamiers, a été entièrement détruit cette nuit par un incendie dont les causes ne sont pas encore déterminées. Le président du Conseil départemental Germinal Peiro, qui se rendra sur les lieux ce lundi à 8h30, a fait savoir que le Département s’attachait déjà à "trouver des solutions pour assurer la continuité de l’activité des 140 agents qui travaillent sur le site (laboratoire et Satese) .

  • 15/12/18 | Biarritz: un feu d'artifice séuritaire pour le président

    Lire

    Nous nous en sommes fait écho, le président de la République Emmanuel Macron se déplace mardi 18 décembre à Biarritz pour la préparation du G7 en présence de vingt ambassadeurs. La ceinture de sécurité appliquée est celle que la Ville met en place depuis des années pour...le feu d'artifice du 15 août. Il sera donc difficile d'accéder en voiture au centre ville. Nous vous recommandons d'aller sur le site de la ville, www.biarritz.fr ou www.chronoplus.eu pour prendre connaissance du dispositif et déplacements.

  • 14/12/18 | Jacqueline Gourault en déplacement en Dordogne lundi 17 décembre

    Lire

    Jacqueline Gourault, ministre de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales sera en déplacement en déplacement en Dordogne ce lundi 17 décembre. En fin de matinée, elle sera à Coulounieix Chamiers pour le projet de rénovation urbaine. L'après midi, elle se rendra au Nord du département pour la pose de la première pierre de la maison médicale de Lanouaille. C'est la troisième fois que la ministre se rend en Dordogne depuis dix huit mois.

  • 14/12/18 | De nouveaux équipements pour la section foot d'un collège du 87

    Lire

    Créée en 2011, la section de football du collège André Maurois est labellisée et reconnue par la FFF et l’Education Nationale. Cette section rend possible la pratique du football dans un cadre scolaire privilégié. Afin de les soutenir, le Conseil Départemental de la Haute-Vienne vient de les doter de 14 équipements joueurs complets et 2 équipements gardiens. Dernièrement, la section sportive a formalisé de nouveaux partenariats avec la FFF, le Limoges Football Club et la Ville de Limoges.

  • 14/12/18 | L'industrie du pin maritime cherche de nouvelles ressources

    Lire

    Début décembre dans les Landes, l’Etat, les acteurs de la filière forêt-bois et les collectivités locales se sont réunis sur les difficultés d’approvisionnement des industries du bois qui nécessitent 6 M m³ annuels alors que la récolte actuelle est de 5,6 M m³. Avec 32 M m³ de bois ayant atteint ou dépassé l’âge d’exploitation préconisé, l’enjeu pour la filière est donc de récolter ces bois mûrs dans les années à venir. Outre l'engagement de l'Etat à intensifier sa communication en ce sens auprès des propriétaires, l'amont et l'aval de la filière pourraient en passer par la contractualisation pour garantir l'adéquation entre offre et demande.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Métropole | Stationnement à Bordeaux : des ajustements à prévoir

30/01/2018 | En prélude au dernier Conseil municipal de Bordeaux, Alain Juppé a évoqué un dossier brûlant : le prix des amendes pour les automobilistes se garant sur des places payantes.

stationnement payant Bordeaux

Le problème du stationnement payant a Bordeaux s'est dernièrement illustré ce week-end, lors des voeux formulés aux habitants du quartier Saint-Augustin. Des manifestants en colère contre l'extension du stationnement payant pour les résidents de Bordeaux (165 euros par an) ont invectivé le maire et son adjoint, Jean-Louis David. Après l'annonce de cette extension du stationnement payant (qui concerne aussi Caudéran) prévue pour le mois de mars, le maire de Bordeaux est revenu, ce lundi, sur cette pratique qu'il juge "nécessaire" et annoncé être en cours de réflexion pour effectuer des ajustements sur la politique tarifaire du forfait post-stationnement.

Cumul des mandales

On ne va pas vous raconter dans le détail ce qui s'est passé samedi 27 janvier dernier dans le quartier Saint-Augustin à Bordeaux, vous êtes probablement déjà au courant. Pour la faire courte, des habitants particulièrement remontés contre l'extension du stationnement payant ont chahuté Alain Juppé et son adjoint, Jean-Louis David, venus prononcés leurs traditionnels voeux annuels. Les 165 euros à fournir par an pour avoir droit à un macaron riverain ne sont pas vraiment le seul problème : les habitants pestent aussi contre le fait que cette politique ne permette pas d'accorder deux macarons par famille, le quartier concerné étant souvent composé de familles possédant plusieurs véhicules par foyer. "Distribuer deux macarons par foyer serait une tromperie", a réfuté le maire de Bordeaux, "cela consisterait à distribuer plus de macarons qu'il n'y a de places en voierie". En résumé : un macaron, ça va, c'est quand il y en a beaucoup qu'il y a des problèmes... "À écouter certains commentaires, tout à l'air d'aller bien en matière de stationnement avant que nous n'engagions des mesures. Or, ce n'est évidemment pas la réalité puisque cela reste le premier sujet d'insatisfaction des habitants à Bordeaux. L'objectif est avant tout de faciliter la vie des habitants dans les quartiers, certains ayant du mal à stationner à cause de voitures tampons venues de l'extérieur", a-t-il encore justifié ce lundi lors d'un point presse précédant un Conseil municipal quelque peu agité. "Cette mesure a rencontré un certain succès dans tous les quartiers où elle a été mise en oeuvre, des habitants nous demandant même à ce qu'elle soit étendue à d'autres rues".

L'autre souci, dénoncé par les habitants à coup de tracts bien sentis dans les boîtes aux lettres du quartier, est "l'absence de concertation", ce que réfute le maire de Bordeaux. "La concertation, cela ne consiste pas à venir empêcher le maire de quartier de venir s'exprimer dans une cérémonie de voeux. Nous nous sommes retrouvés confrontés à une bande d'excités qui sont respectueux de tout sauf des règles minimum de la démocratie. Nous poursuivrons cette concertation en réunissant au mois de février les huit commissions permanentes des huit quartiers de Bordeaux pour examiner ces questions de stationnement et faire un peu de pédagogie et d'information". Reste que la mesure devrait bien être effective en mars comme prévu initialement (et en juin pour Caudéran). Autre point de friction entre les habitants de Bordeaux et la municipalité : le forfait post-stationnement mis en place depuis janvier, fixant l'amende entre 30 et 35 euros en cas de défaut de paiement. Là dessus, contrairement au tarif de stationnement, les choses pourraient bien bouger. "La loi permet de diminuer le forfait pour ceux qui s'en acquittent dans de brefs délais. Je m'inspirerai du système de Mérignac, je suis en train de regarder comment, si on paye dans la journée, on peut revenir à un forfait sensiblement inférieur à 35 euros, voire même si nous y arrivons à 17 euros". Contrairement aux voix qui s'élèvent, ce dispositif serait "gagnant-gagnant" pour les commerçants du centre-ville, effrayés par la possibilité d'une désertification de la clientèle de passage. "C'est censé avoir un effet favorable pour les commerçants et permettre la rotation de clients". 

Des pistes de réflexion

Le sentiment de voir la politique de stationnement se durcir dans le centre-ville n'est pas galvaudé. Selon les derniers chiffres dévoilés en fin de semaine dernière, une cinquantaine d'agents du privé patrouillent en ville pour distribuer des PV (Urbis Park), et leur efficacité est apparemment prouvée : selon les déclarations de Nicolas Andreotti, directeur de la police municipale et de la tranquillité publique, les agents appartenant à cette société "contrôlent deux fois plus de places par jour, soit 40 000. Il y a 27 000 places payantes sur la commune donc on peut dire qu'elles sont toutes contrôlées quotidiennement, pour certaines plusieurs fois par jour". Mais la mairie certifie même que le taux de paiement de l'amende est passé à 80% depuis le déclenchement de la mesure, contre 50% auparavant. On aurait même comptabilisé 2000 PV par jour à 35 euros distribués depuis le 1er janvier. Mais pour la mairie, la contravention ou l'abonnement ne sont pas les seules pistes pour tenter de régler la situation.

Le développement du stationnement dans les parkings de centres commerciaux, celui de projets immobiliers avec plus de places de parking que de logements disponibles (Marie Brizzard à Fondaudège est cité) ou encore, ce qui devrait apaiser un peu les habitants de Saint-Augustin, le développement de 200 à 300 nouvelles places de parking dans le secteur "pelouse de Douet" figurent ainsi parmi les idées en cours de réflexion. La mairie justifie enfin cette politique plus contraignante par un problème de santé publique : "La pollution dans Bordeaux est en train de rejoindre le niveau parisien. Sans obligation ni exclusion, il faut convaincre les habitants de se déplacer par d'autres moyens. J'ai par exemple demandé qu'on accélère la réflexion sur la mise en place d'un péage incitatif au co-voiturage", a terminé Alain Juppé, qui avait déjà évoqué des pistes en matières de transports en métropole ces dernières semaines lors des Assises nationales de la mobilité. Concernant ces 27 000 places payantes évoquées plus haut, précisons d'ailleurs qu'elles représentent un peu plus plus de la moitié des 55 000 places de stationnement à Bordeaux. Mais les quartiers de Caudéran et de Saint-Augustin sont loin d'être les seuls concernés : les Chartrons et le Grand Parc devraient aussi y avoir droit en 2018, Bacalan et la Rive droite en 2019 et même la Benauge en 2020. Sinon, au prochain concert de l'Arena, il reste sûrement encore quelques places, mais vous devrez rester debout... 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
25626
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Métropole
Métropole
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires