Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

25/02/20 : Le Ministère des Sports a suspendu provisoirement, à titre conservatoire Michel Poueyts, directeur technique national au sein de la Fédération de pelote basque suite à sa mise en examen pour corruption avec un employé de la sous préfecture de Bayonne.

25/02/20 : Au SIA à Paris, les récompenses commencent à pleuvoir sur la Dordogne, hier ont été décernés 4 médailles d’or, 12 médailles d’argent et 12 médailles de bronze pour les produits, ainsi qu’un prix d’excellence au concours des vins du Sud-Ouest.

21/02/20 : Le TramBus de l'agglomération Bayonne-Anglet-Biarritz a franchi le cap du million de voyages, dont 200 000 en janvier. Les abonnements mensuels et annuels observent une progression de plus de 50%; les abonnements scolaires ont eux augmenté de +14 %

20/02/20 : A partir du lundi 24 février, les détenteurs d'un abonnement TBM pourront emprunter la ligne 42 du TER entre Bordeaux Saint-Jean et Parempuyre, et entre Pessac-Centre et Parempuyre, avec cette même carte TBM. Une expérimentation d'1 an renouvelable.

20/02/20 : C'était une figure de la presse française: Jean Daniel le fondateur du Nouvel Observateur s'est éteint ce 19 février à 99 ans. Ce natif d'Algérie, comme Camus, fut aussi un des témoins exigeants de la renaissance du parti socialiste dans les années 70.

19/02/20 : La métropole de Bordeaux a choisi le groupement Eiffage/UCPA/Dalkia et Banque des Territoires pour construire le futur stade nautique de Mérignac. Les travaux doivent démarrer en novembre pour une livraison en 2022.

19/02/20 : Municipales: la liste "Changer!" présente son programme pour Villenave d'Ornon autour de Patrick Bouillot et Florence Rialland ce samedi 22 février, à 10h, salle Jacques Brel

18/02/20 : Présence annoncée de Benoît Biteau député européen EELV et agriculteur en Charente-Maritime à la réunion, ce jeudi 20 février à 19h30, de la liste "Villenave écologique, solidaire et citoyenne" à l'auditorium de Sourreil.

18/02/20 : Dans le cadre des Conférences Montaigne organisées par l'Université bordelaise du même nom, Noël Mamère interviendra ce jeudi 20 février (Amphi B - 18h) sur le thème de "L’écologie, le paradigme politique du XXIe siècle".

18/02/20 : La FDSEA 64 a renouvelé son bureau: Franck Laborde, céréalier, secrétaire général de l’AGPM et éleveur de canards à Préchacq-Navarrenx en est le nouveau président, remplaçant Bernard Layre, devenu l'an dernier Président de la Chambre d'agriculture 64

16/02/20 : Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, a démissionné et conduira finalement la liste LREM aux municipales de Paris sur décision évidente d'Emmanuel Macron; le député Olivier Véran lui succède au ministère.

10/02/20 : Charente-Maritime : le festival electro Stereoparc a dévoilé les premiers noms de la programmation de la soirée Coco Coast du samedi 18 juillet 2020 : Martin Solveig, Bakermat et Bellecour.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 26/02/20 | Le Département des Deux-Sèvres soutient la modernisation des exploitations agricoles

    Lire

    Lors de la commission permanente des Deux-Sèvres, la collectivité a voté, le 27 janvier dernier, une subvention de 17 824 euros au titre du Plan pour la compétitivité et l'adaptation des exploitations agricoles (PCAE). 5 exploitations en sont bénéficiaires : 2 exploitations de la filière bovin lait à Saint-Vincent-la-Châtre et à Mauléon puis 3 exploitations de la filière bovin viande à Vernoux-en-Gâtine, Saint-Amand-sur-Sèvre et Courlay.

  • 26/02/20 | Un squat évacué à Bègles

    Lire

    Ce mardi matin, un squat a été évacué rue Denis Papin à Bègles. Les forces de l'ordre sont intervenues à la demande de la préfecture et suite à une décision de justice datant du 13 février. Les 247 personnes qui occupaient les lieux (dans des conditions insalubres) étaient de nationalité bulgare. Parmi eux, 90 mineurs dont beaucoup de jeunes enfants. La préfecture de Gironde, de son côté, précise qu'un "diagnostic préalable a permis d’orienter 18 familles (67 personnes) présentant de bonnes perspectives d’intégration vers un accompagnement social et économique".

  • 26/02/20 | Le crowdfunding immobilier a la côte en Nouvelle-Aquitaine

    Lire

    Dans un baromètre dédié au financement participatif dans l'immobilier, la plateforme FundImmo a révélé que 33,2 millions d'euros avaient été récoltés en Nouvelle-Aquitaine auprès de 28 plateformes de crowdfunding, soit une augmentation de 157% par rapport à 2018. La Gironde (22,5 millions d'euros) et les Pyrénées Atlantiques (6,1 millions d'euros) "concentrent la majorité de la collecte régionale". Le montant moyen de la collecte (515 666 euros) est toutefois inférieur à la moyenne nationale (-25,2%) mais 65 projets ont été financés (contre 26 en 2018).

  • 25/02/20 | Nouvelle présidence pour les stations N'PY

    Lire

    Président de N’PY depuis sa création en 2004, Michel Pélieu a cédé son siège à Michel Boussaton le 24 janvier. Après l’entrée au capital de la Région Occitanie en juillet 2019, ce changement à la tête de N’PY est une nouvelle étape dans le processus de transformation amorcé en 2018 pour accompagner les domaines skiables et sites touristiques dans la diversification de leur activité et l’adaptation de l’immobilier de tourisme. N’PY va prendre une dimension "chaîne des Pyrénées" avec l’appui de la Région Occitanie et de la Banque des Territoires auxquels pourraient s’associer la Région Nouvelle-Aquitaine et les départements.

  • 25/02/20 | La colocation en HLM, une solution pour le logement des réfugiés ?

    Lire

    Pour la première fois en France, une convention régionale favorisant la colocation en baux directs pour les personnes bénéficiant de la protection internationale a été signée en Nouvelle-Aquitaine par l’État, les bailleurs sociaux et les associations de la région. Ce dispositif, expérimenté en Gironde à compter de mars 2020, a pour objectif de répondre à la forte tension locative présente sur les petits logements. Il sera soutenu financièrement par l’État avec l'ambition de l'étendre rapidement à toute la région et à d'autres publics.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Métropole | Municipales à Talence : union, contre-étiquettes et liste(s) citoyenne(s)

02/02/2020 | Trois listes s'opposent à Talence en mars : la première est celle du maire sortant, la seconde une union de la gauche et la troisième se revendique "vraie liste citoyenne".

Talence municipales

Les enjeux sont clairs pour l'une des communes les plus denses de la métropole bordelaise : savoir si elle rempile avec le maire sortant (l'ancien maire Alain Cazabonne figurant parmi les piliers de la nouvelle liste) ou si elle opte pour une "rupture", qu'elle soit pour une "singulière" union de la gauche ou pour la liste d'un ancien conseiller municipal qui se revendique centriste, toutes les deux étant des listes "citoyennes". Aqui.fr a questionné les trois listes en présence, à la fois sur l'identité politique qu'elles souhaitaient se donner et sur les axes prioritaires de leurs programmes. On vous résume.

 Les listes

Dans le paysage municipal métropolitain, on peut qualifier d'euphémisme le fait d'affirmer que la situation politique de Talence dans le cadre de ces élections est particulière. D'abord et en premier lieu pour le maire sortant, se revendiquant sans étiquette, Emmanuel Sallaberry. Ce dernier a succédé en octobre 2017 à un baron du MoDem, Alain Cazabonne, élu pour la première fois sur la commune en 1983 mais installé officiellement dans le fauteuil de maire depuis 1993, soit 24 ans, avant d'être élu sénateur de la Gironde. Depuis deux ans, son successeur a pu mener ses propres combats, notamment ferroviaires, mais aussi environnementaux. Le 20 janvier dernier dans la salle François Mauriac, il a officiellement présenté aux habitants sa liste. Composée de 43 candidats dont 19 nouveaux entrants, avec une dominante centre-droit (PR, MoDem, Nouveau Centre, Agir), elle est composée de 22 élus au conseil municipal, parmi lesquels Alain Cazabonne, premier nom présenté lors de cette soirée. On y trouve aussi plusieurs candidats de la République en Marche. Pour le maire sortant, "la seule chose incompatible avec la liste, c'était les extrêmes". Celui qui se définit comme le "benjamin de l'élection" a dénoncé une "présence des extrêmes qui guide le stylo" dans la liste de gauche/EELV baptisée "Talence en Transition". 

Cette dernière à une particularité sur la métropole bordelaise : un rassemblement à gauche plus large qu'à l'accoutumée dans une commune où la gauche était divisée. On y retrouve ainsi EELV, le Parti Socialiste, La France Insoumise, le PCF, Nouvelle Donne ou encore Génération.s. Pour la tête de liste Isabelle Rami, conseillère municipale d'opposition (écologiste) depuis 2014, le processus de concertation (coordonné par l'association locale CoorCiTal) a permis de dégager un socle commun. "Dès cet été, à l'appel d'un collectif de citoyens, l'ensemble des forces politiques ont été conviées pour réfléchir à l'échéance. Ce que l'on souhaite avec ce collectif, c'est que le citoyen soit au cœur de la construction du programme. L'équipe en train de se former n'est que le haut de l'iceberg. On souhaite aussi que tout soit lisible et ouvert dans nos processus de désignation et de construction, que ce soit la tête de liste, l'ensemble des candidats ou le programme". Pour Arnaud Dellu (PS et conseiller départemental), tout est parti du "constat d'une nécessaire union. Depuis 1977, la gauche était à chaque fois divisée dans cette commune, on a vu le résultat. On a aussi fait le constat qu'il y avait toute une série de projets dans lesquels on était tous convergents". "On cherche un équilibre entre forces politiques et citoyennes, on veut que la construction vienne des gens. Pas d'hégémonie", ajoute Isabelle Rami. Le projet, construit autour de "groupes de travail" thématiques, repose en tout cas sur un processus de désignation singulier pour la gauche.

À Talence, le "challenger" n'est autre qu'un ancien conseiller municipal. À l'entendre, Laurent Pradès a fait le deuil d'une "politique de l'entre-soi. Je voulais retrouver une liberté. J'ai vu le système politique de l'intérieur et j'ai constaté que les décisions se prenaient en petits comités et que la participation citoyenne était de façade. J'ai besoin qu'elle s'élargisse". Ce dernier a donc monté une liste, intitulée "Nouvel Esprit Talence" et revendiqué comme "Mouvement Indépendant des Partis".  La rupture se serait faite, selon lui, au moment du débat sur le stationnement payant, en 2014, pour lequel il dénonce une "participation citoyenne secondaire. J'avais un engagement de centriste pour dépasser les clivages politiques", affirme le candidat, qui revendique la place d'une "vraie liste citoyenne. Le maire dit être sans étiquette. Quand vous grattez un peu, il y en a, beaucoup...", rajoute-t-il. Du côté de la liste, Laurent Pradès affirme que cette dernière est en "cours de construction. Cette liste est ouverte et le restera jusqu'au dernier moment", affirme-t-il sur le site internet de la liste, tout en revendiquant une vraie participation citoyenne et "aucun encarté. Le seul qui ait une expérience politique, c'est moi". Il a notamment pu l'apporter en évoquant un dossier sensible : le remplacement de la salle de concerts de la Médoquine par une école de musique et de danse en surplomb de la place du Forum, "financée en partie par le produit de la vente de La Médoquine" comme le précisait un rapport de 2016 de la Chambre Régionale des Comptes. "Au final, cette salle de spectacle n'a jamais vu le jour, l'argent issu de la vente de la Médoquine a été mis ailleurs", achève Laurent Pradès, qui mise visiblement sur les propositions avant même d'avoir dévoilé sa liste complète, ce qui pourrait être effectif courant février. 

Les idées

Côté propositions, c'est Laurent Pradès qui dégaine le plus vite. Le candidat a mis en ligne sur son site un "programme par thématiques". Dans les grandes lignes, il milite pour "plus de participation citoyenne, de la transparence et de l'innovation sur le fond du projet. Sur l'urbanisme par exemple, le discours tend vers un "stop à la bétonisation. Je propose de réduire les constructions à R+3 maximum, même sur les grands axes". La particularité de Talence est en effet d'être une ville dense (plus de 5115,2 habitants au kilomètre carré). Laurent Pradès évoque aussi, dans la liste des priorités, une "extension des zones bleues" et une politique de sécurité nocturne renforcée (plus d'effectifs pour la police municipale et un renfort de gestion de l'éclairage nocturne). L'un des socles (communs avec Talence en transition) de sa communication, c'est une "meilleure respiration démocratique. il faudrait faire le point à mi-mandat, et réaliser une consultation à chaque fois qu'il y a une demande. Ce qu'on aimerait, c'est se rapprocher de la votation à la suisse, paramétrer la participation, la réguler, ne pas avoir juste une attitude de façade. Le paramétrage de la concertation lui-même doit être concerté". Plan biodiversité, moratoire sur les grands projets de construction, extension des zones partagées à 20 km/h, extension de l'accueil périscolaire ou encore "charte du sport"... l'ancien joueur de tennis élargit le spectre tout en militant pour l'exemplarité pour justifier "la pédagogie incitative".

Côté gauche, on se positionne en premier lieu pour l'arrêt de la bétonisation et la désartificialisation des sols (impliquant notamment une modification en profondeur du Plan Local d'Urbanisme), une politique d'accès au logement plus inclusive avec notamment une politique d'encadrement des loyers mais aussi pour des mesures particulièrement engagées vis-à-vis des étudiants : modes d'habitat alternatifs pour les jeunes, tarification solidaire pour les moins de 30 ans et gratuité des transports jeudi, vendredi et samedi soir. Talence en transition reprend aussi à son compte le projet de ligne E reliant le CHU Pellegrin au quartier de Thouars, en y ajoutant une volonté de "rejoindre Pellegrin ou Arts et Métiers depuis la gare de la Médoquine en quelques minutes", le tout en souhaitant faire d'Arts et Métiers un "quartier étudiant vivant" et en développant sur le campus, en parallèle de la vaste opération "Innocampus", des "espaces publics mis à disposition gratuitement pour des durées limitées" et, sur l'ensemble de la commune, "des lieux adaptables, plus ou moins éphémères pour favoriser l'accès à la culture (salle de spectacle, d'exposition), la vie sociale (bar, cantine autogérée) et bien d'autres usages à imaginer (micro-brasserie, imprimerie solidaire, fablab)". La liste milite enfin pour la réintroduction de "services publics forts", avec notamment la création d'une mutuelle municipale pour les plus fragiles. Commentant l'action municipale, Isabelle Rami affirme qu'elle "n'a pas pris le tournant ni compris les urgences et la nécessité de changer de braquet. Je ne vois pas transparaître la transition sociale et énergétique dans le projet de ville. J'ai analysé six budgets municipaux consécutifs, ce que je peux voir ressortir, ce sont des indicateurs comptables. La dette baisse mais tous les ans, où voulaient ils aller ? Dernièrement (en décembre), on a voté un plan pour changer l'éclairage public à 2,25 millions d'euros (passage en LED de l'éclairage public). Il n'y a pas de globalité ou de réflexion profonde, le chemin continue tout droit. Ce qu'on veut, c'est changer d'axe, aller vers une commune qui change de direction et prend tous ces enjeux de façon globale". 

Le maire sortant, lui, défend son bilan sur les réseaux sociaux : "limitation de construction à R+1 dans tout Talence hors axes de circulation, trois millions d'euros investis dans le rachat du château des Arts, 7000 mètres carrés supplémentaires d'espaces verts créés", il défend un bilan autour d'un slogan : "ensemble, nous l'avons fait". Pour ce qui est des propositions, en revanche, elles ne seront pas sur la table avant mi-février. Interrogé, le maire sortant défend tout de même des priorités majeures et se défend d'un appel à la participation citoyenne trop appuyé. "Le programme repose sur la transition écologique et le défi climatique. Il n'y a pas besoin d'étiquette politique, on essaie de l'intégrer comme un élément transversal et pas comme un dogme unique et principal. Ça passera pas la préservation du cadre de vie et des équilibres, les solidarités, la proximité et la sécurité. La participation citoyenne servira de méthode, elle ne sera ni dévoyée, ni en opposition. On a le suffrage universel, à un moment il faut savoir faire participer les citoyens en le respectant, sans en faire une légitimation des actions politiques. Je veux éviter les inventaires à la Prévert qui disent que tout doit être vu. On est la première ville à avoir mis en place le budget participatif en Gironde, on fait des ateliers de ville pour les grands projets (Médoquine, Grand Peixotto), il faut faire confiance aux citoyens, y compris au travers de nouvelles instances à créer qui nous permettraient d'avoir des remontées en essayant de toujours respecter leur parole. Je préfère fixer des règles, être ambitieux mais raisonnable. Un maire tire sa légitimité d'une équipe et d'un suffrage universel. Il ne faut pas opposer les deux systèmes, le suffrage doit permettre d'instaurer une vraie participation citoyenne sur tous les sujets, et pas simplement sur un sujet donné". Emmanuel Sallaberry, enfin, dit vouloir s'intéresser, dans le corridor écologique, à la "gestion et la place de l'eau en ville (refroidissement, décoration, social) et à l'amélioration de la qualité de l'air intérieur en plus de la végétalisation. Je ne veux pas faire l'Eurovision de l'arbre. Talence est une terre d'innovation, elle pourrait accueillir de nouvelles forêts urbaines en autonomie, on a déjà identifié des parcelles à créer. Je ne veux pas de l'écologie comme une religion, on peut faire du développement durable en faisant du social".

Stratégie de campagne

Côté stratégie, en plus d'une présence sur les réseaux sociaux, les trois listes affirment vouloir fixer les choses au travers de réunions publiques. Le maire, lui, devrait présenter son programme à la mi-février. Pour Talence en Transition, le vote final de la liste devrait arriver dans les prochains jours, et une réunion centrée sur "la reconquête des services publics" est déjà programmée le mardi 4 février prochain à l'Espace François Mauriac. Enfin, Nouvel Esprit Talence a annoncé une réunion publique d'ensemble à la fin du mois de février. À Talence comme dans d'autres communes de la métropole, le scrutin se fera donc sur deux tendances : une municipalité déjà installée dans son fauteuil (avec Alain Cazabonne en veille) et une "alternative", une "rupture" prônée des deux côtés, se revendiquant aussi citoyens l'un que l'autre. Lors des dernières municipales Alain Cazabonne avait recueilli 50,7% des voix au premier tour face à la gauche (Arnaud Dellu pour le PS, Bernard Conte pour l'extrême gauche) et à EELV (Monique de Marco qui fait partie des colistiers de Talence en Transition) qui, à eux trois, avaient récolté 49,29% des voix.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
4208
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Métropole
Métropole
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 28 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires