Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

16/01/19 : La Rochelle : la Nuit de la lecture se tient samedi 19 janvier de 14 h à 7 h dimanche à la Médiathèque de Laleu/La Pallice, à la Médiathèque Michel-Crépeau et au Muséum d’Histoire naturelle. Des lectures et des animations variées sont organisées.

16/01/19 : Le lanceur de poids bordelais Jean-Luc Mastromauro a battu le record de France des moins de 50 ans. Il a réalisé 17m19 à Fronton le 13 janvier, améliorant ainsi son propre record de France, établi une semaine plus tôt avec 16m90.

16/01/19 : Dans le cadre du dispositif "Permis de Jardiner" et à l'initiative du collectif Pau Sud, la rue Jacques Terrier sera revégétalisée. La Maison du Jardinier organise le 18 janvier de 14h à 17h une après-midi de plantation participatif.

15/01/19 : le Préfet de la Dordogne a désigné le sous-préfet de Nontron, Frédéric Roussel, référent départemental pour le grand débat national. Il est joignable à l'adresse : pref-granddebat@dordogne.gouv.fr. Plus d'infos : www.granddebat.fr

15/01/19 : Solène Ndama, licenciée au Bordeaux Athlé commence bien la saison. La jeune athlète bordelaise (20ans) réalise la meilleure performance mondiale de la saison au pentathlon (5 épreuves) en salle à Clermont-Ferrand.

14/01/19 : Didier Lallement, préfet de la région Nouvelle-Aquitaine, préfet de la Gironde, a nommé Thierry Suquet, secrétaire général de la préfecture de la Gironde, comme référent pour le Grand Débat National en Gironde.

13/01/19 : Emmanuel Macron dans sa lettre aux Français: Faut-il reconnaître le vote blanc? Faut-il rendre le vote obligatoire? Quelle est la bonne dose de proportionnelle aux élections législatives pour une représentation plus juste de tous les projets politiques

12/01/19 : GJ.La préfecture de Gironde a fait le point suivant à 19h45: 6000 manifestants, 35 interpellations, pas de blessé du côté des forces de l'ordre, des vitrines et du mobiliers urbains dégradés ainsi que des poubelles brûlées.Dernières dispersions en cours"

11/01/19 : Manifestations du samedi 12 janvier. Alain Juppé, maire de Bordeaux, en accord avec le Préfet, a décidé de fermer les lieux publics. L'opération de parking gratuit sur la place des Quinconces est reconduite ce dimanche 13 janvier.

10/01/19 : Avec 6,8 millions de passagers et + 9,3% de hausse de trafic, l'Aéroport de Bordeaux conclut une 9ème année de croissance consécutive. En gagnant 576.000 voyageurs supplémentaires, 2018 représente la meilleure année sur la plateforme bordelaise.

10/01/19 : Pour la période des soldes, le réseau des bus de l'agglomération d'Agen fait voyager en illimité sur l’Agglo pour 1,20€ (au lieu de 2,50€). Offre valable les samedis 12, 19 et 26 janvier 2019.

10/01/19 : Fermeture du Pont d'Aquitaine dans les deux sens de circulation en raison de travaux, du jeudi 10 janv 21h au vendredi 11 janv à 6h. Des déviations seront mises en place par la rocade intérieure et la rocade extérieure, via le pont F. Mitterrand.

09/01/19 : Bernard Giraudel, patron charismatique du Vieux Logis, le restaurant étoilé de Trémolat en Dordogne, est décédé ce mercredi. Il a trouvé la mort sur les routes de Dordogne, à l'âge de 93 ans. Il a fait un arrêt cardiaque au volant de sa voiture.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 16/01/19 | 150 postes à pourvoir à l'aéroport !

    Lire

    Pôle Emploi et l’aéroport de Bordeaux-Mérignac organisent un job dating inédit en partenariat avec la Ville de Mérignac le 31 janvier prochain. 150 postes seront à pourvoir immédiatement autour d’une vingtaine de métiers allant de l’agent d’exploitation au steward, en passant par l’agent de sûreté ou l’agent de piste. L'occasion, CV en main, de rencontrer directement toutes les entreprises de l’aéroport qui recrutent sur terre ou dans les airs ! Commerces, restaurants, loueurs de véhicules, compagnies aériennes, etc. Infos et détails des postes à pourvoir sur : www.pole-emploi.fr

  • 16/01/19 | Le Raid Saint-Martin : volume 2

    Lire

    Le département de la Vienne et le Stade Poitevin Triathlon organisent les 21 et 22 juin 2019 le 2ème Raid Saint-Martin. Cette épreuve sportive, labellisée, festive et culturelle permet de découvrir le 4ème chemin de randonnée lié à Saint-Martin en Touraine et Poitou. Deux formules XL (150km) seront proposées pour cette édition 2019 et un raid de 90 km. Les équipes s’inscriront par 2,3 ou 4 et pourront profiter d’étapes de course à pied, run and bike, VT canoë et course d’orientation.

  • 16/01/19 | Pyrénnées : partenariat Altibus-Air'Py

    Lire

    Présents actuellement au salon Grand Ski à Chambéry, le gestionnaire de l'aéroport Pau-Pyrénées et Altibus en ont profité pour signer un partenariat qui permet de relier par navette l'aéroport Palois à 18 stations de ski des Pyrénées. Ainsi, Altibus s'implante pour la première fois dans les Pyrénées! Les navettes sont proposées au tarif de 15€ l'aller simple, en correspondance avec les vols de Paris Orly, Brest, Caen, Lille et Strasbourg.

  • 16/01/19 | Dartess et Inno'vin main dans la main

    Lire

    Le leader français du conditionnement et de la logistique des vins et spiritueux, Dartess, souhaite devenir un acteur de l'innovation. En rejoignant le cluster INNO'VIN, qui rassemble plus de 150 acteurs viti/vinicoles en Nouvelle-Aquitaine, Dartess met ainsi l'innovation au cœur de son développement, afin de mieux prendre le virage digital. Ce rassemblement d'acteurs de l'innovation permet de s'associer avec des startups, entreprises ou organismes de recherche et mener des expérience concrètes

  • 16/01/19 | La Nouvelle-Aquitaine consommatrice de glyphosate

    Lire

    Alors qu'un sujet d'Envoyé Spécial y est consacré cette semaine, une étude récente enquête réalisée par France Info sur le glyphosate. Trois départements de Nouvelle-Aquitaine figurent dans les territoires où l'herbicide s'est le plus vendu en 2017 : la Charente-Maritime (271 tonnes), la Charente (270,1 tonnes) et la Gironde (248,9 tonnes). Selon cette enquête, qui se base sur les données de l'Institut national de l'environnement industriel et des risques (Ineris), 2017 "représente la troisième année où le produit s'est le plus vendu en dix ans".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Métropole | A Bordeaux, le secrétaire d'Etat au ministre de l'Intérieur défend les interpellations du 8 décembre

10/12/2018 | Le secrétaire d'Etat au ministre de l'Intérieur était en visite ce lundi dans plusieurs villes de France touchées par les dégradations de ce week-end.

Laurent Nunez

Deux jours après les violents affrontements et dégradations commises en marge du "quatrième acte" du mouvement des gilets jaunes, qui a réuni 136 000 personnes dans toute la France ce samedi 8 décembre et au moment d'une allocution très attendue d'Emmanuel Macron ce lundi, le secrétaire d'Etat au ministre de l'Intérieur Laurent Nunez était à Bordeaux ce midi. A l'occasion d'une "tournée" des métropoles ayant subi des dégâts, le responsable politique est revenu sur une mobilisation policière importante jugée "adaptée à la menace" et le taux d'interpellations record effectuées en amont des manifestations.

Points d'étapes

Le cours Victor Hugo et la rue Ravez ont été les deux secteurs les plus touchés ce samedi à Bordeaux lors de la quatrième journée de mobilisation des "gilets jaunes" (136 000 manifestants dans toute la France). Dans la capitale girondine, elle a dégénéré en fin de journée, au moment ou beaucoup de gilets jaunes avaient été dispersés par des tirs de gaz lacrymogènes par les forces de l'ordre. A la suite des d'importantes dégradations constatées en marge des affrontements entre les manifestants et les forces de l'ordre, la préfecture a affirmé ce dimanche que 69 personnes avaient été interpellées et 54 placées en garde-à-vue. 32 manifestants ont été blessés durant ces affrontements (et six policiers), et un manifestant de 26 ans originaire de Bayonne ayant eu la main arrachée en ramassant une grenade lacymogène a annoncé ce lundi son intention de porter plainte. C'est dans ce contexte très tendu et après une nouvelle action des gilets jaunes dans la nuit de dimanche à lundi (ayant provoqué des perturbations lundi matin sur l'A10, la RN10 et la rocade bordelaise) qu'une visite surprise a eu lieu à Bordeaux ce lundi matin. Avant les annonces attendues par le chef de l'Etat ce lundi soir, Laurent Nunez, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Intérieur Christophe Castaner. Il y a rencontré forces de polices, élus et parlementaires, avant de se rendre dans la même journée à Toulouse et à Saint-Etienne, villes également touchées par les incidents du week-end.

Interrogé à la suite d'une réunion avec les élus et représentants institutionnels à la mi-journée, le secrétaire d'Etat a défendu le nombre d'interpellations réalisé en amont des manifestations, des interpellations critiquées plusieurs fois par plusieurs avocats. Laurent Nunez s'est toutefois refusé à parler d'interpellations préventives. "Il n'y a pas eu d'interpellations préventives. Des contrôles préventifs ont été mis en place, c'était aussi le cas à Bordeaux, notamment dans les gares. Ce sont des contrôles qui ont été effectués sur réquisition du procureur de la République au cours desquels on a fait ouvrir les sacs et on a interpellé les individus que l'on a trouvé en possession d'armes par destination. Ce ne sont pas uniquement des contrôles préventifs, on constate une infraction et ensuite, ces individus sont placés en garde-à-vue pendant laquelle on constate ou pas la réalité de cette infraction, à savoir participer à un attroupement violent armé" (il fait ici référence à une loi du 2 mars 2010).

Question de répartition

Près de 2000 personnes ont été interpellées ce samedi dans toute la France (dont 1082 à Paris) et plus de 1700 placées en garde-à-vue. Le procureur de Paris, René Heitz, a qualifié leur profil comme "très proches de ceux du samedi précédent". Ce lundi, des élus (dont, notamment, le député de la Loire Jean-Louis Gagnaire ou le maire de Saint-Etienne Gaël Perdriau) ont dénoncé une "mauvaises répartition" des forces mobiles sur le territoire, estimant que Paris ou Lyon avaient été privilégiées dans le déploiement des effectifs par rapport à d'autres villes de province comme Bordeaux ou Toulouse. Interrogé sur la question, le secrétaire d'Etat a catégoriquement nié ces allégations. "Il est inexact de dire que Paris a été privilégiée. La province a aussi bénéficié d'un peu moins d'une soixantaine de forces mobiles venues renforcer les différentes villes de province, dont quatre forces d'unité mobiles à Bordeaux. Cette répartition est adaptée au niveau de menace que nous connaissons".

Le responsable a, enfin, rappelé que "les forces de police sont réparties sur l'ensemble du territoire selon une répartition fixe et durable à l'année. Les grandes métropoles sont plutôt bien dotées en effectif mais je rappelle que l'objectif du président Macron, c'est de recruter 10 000 policiers et gendarmes sur l'ensemble du quinquennat. Ce plan a d'ailleurs commencé dès 2018 et il va se poursuivre l'an prochain avec respectivement 2000 et 2500 policiers recrutés. Suite aux suppressions d'effectifs effectuées entre 2007 et 2012, ce n'est qu'à la fin de l'année 2019 que nous aurons reconstitué le volume du corps des gardiens de la paix tel qu'il était en 2007. Il y a parfois des réalités bonnes à rappeler, notamment à certains élus qui nous attaquent sur ce terrain là". Interrogé en fin de réunion, le maire de Bordeaux Alain Juppé, venu constater les dégats en centre-ville dimanche, a précisé que Bordeaux était "en train de faire le bilan" mais que "les conséquences économiques sont désastreuses pour le tourisme, le commerce. Bordeaux est blessée dans sa chair mais aussi dans son âme. La vertu de modération de la ville a été balayée par des manifestations haineuses. Il faut que force reste à la loi républicaine, les forces de l'ordre vont continuer à assurer leur mission. On attend une réponse politique, tout se jouera dans l'intervention du Président de la République. La démocratie représentative est un bien précieux qu'il faut défendre à tout prix, mais ça ne suffit pas : il faut la compléter et la régénérer par des formes nouvelles de démocratie participatives. On le fait au niveau local, il faut les imaginer au niveau national". Le secrétaire d'Etat a, enfin, assuré qu'à Bordeaux  (566 policiers et gendarmes et deux véhicules blindés) comme ailleurs, l'important dispositif policier mis en place serait "maintenu tant que le mouvement durera".

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
1868
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Métropole
Métropole
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 18 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires