Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

14/07/18 : Michèle Delaunay ancienne ministre et députée de la Gironde promue au grade de chevalier dans l'ordre de la Légion d'Honneur au titre du ministère des Solidarités et de la Santé avec mention de ses " 49 ans de services"

14/07/18 : Charente-Maritime: à partir du 16/07, un arrêté interdit le remplissage et la remise à niveau des mares de tonnes (chasse au gibier d'eau), sur la Curé-Sèvre Niortaise, le Mignon, les marais de Rochefort nord et sud et le marais bord de Gironde nord.

13/07/18 : Les 26, 27 et 28 juillet, le Tour de France fait étape dans le 64. Toutes les infos pratiques liés à ces 3 jours de présence ( accès, parking, circulation, accueils camping-car, passage de la caravane,etc )sont à retrouvées sur www.infotour64.com+ d'info

12/07/18 : Fierté au sein d'Aérocampus Aquitaine: la structure compte 100% de réussite à tous les BAC et BTS avec plus de 87% de mentions dont 56% de mentions B et TB. Parmi eux: Alisson Armatte est la major de France en BTS Aéronautique. Félicitations!

12/07/18 : Suite aux nouvelles analyses effectuées, l'ARS a autorisé la réouverture immédiate de la baignade à la Base de Loisirs du Marsan ce 12 juillet. La filtration naturelle du plan d'eau a suffit pour endiguer ce phénomène ponctuel.

11/07/18 : Sur demande de l'ARS, le lac de baignade de la base de loisirs du Marsan est fermé jusqu'à nouvel ordre. Des analyses ont révélé un taux de bactéries coliformes supérieur à la limite autorisée. De nouvelles analyses sont en cours.

11/07/18 : Au 1er semestre 2018 l'Aéroport de Bordeaux passe les 3M de voyageurs (+6,2%). Nouveau record en juin avec 669.000 passagers (+6,5%): +17,4% pour les vols internationaux (384.500 voyageurs) et pour le low cost. Le trafic national perd 5,5% et Paris 26,8%

07/07/18 : La visite du président de la République, Emmanuel Macron, en Dordogne, ce sera jeudi 19 juillet.Le chef de l’État devrait faire une halte à Périgueux avant de se rendre dans une commune rurale pour y parler du maintien des services publics.

06/07/18 : La Rochelle : les inscriptions sont ouvertes à l'université, au Technoforum, 23 av. A.Einstein, jusqu'au jeudi 19 juillet de 9h à 12h30 et de 13h30 à 17h00, et ce samedi de 9h à 16h30. Reprise des inscriptions le 23 août jusqu’au 14 septembre.

- Publicité -
S’abonner ici !
  • 17/07/18 | Intempéries: le Département des Landes vote des aides d'urgence

    Lire

    Sans attendre le résultat des procédures de demande de reconnaissance de l’état de calamité agricole en cours d’instruction par les services de l’État, le Conseil départemental des Landes, qui siégeait ce lundi 16 juillet en commission permanente, a voté le déblocage d’aides d’urgences pour les agriculteurs impactés par les récentes intempéries. Pour les kiwiculteurs du secteur des Gaves, une aide exceptionnelle pour le nettoyage des vergers pour un montant prévisionnel de 80 000€ pour 120 ha. Et 40 000€ pour l’achat ou le transport de fourrages en soutien aux éleveurs des Barthes touchés par les inondations.

  • 17/07/18 | Festival Salut à vous, pour tous !

    Lire

    Le Festival Salut à vous revient les 20, 21 et 22 juillet à Jau-Dignac et Loirac (33). Cet évènement multiculturel à dimension humaine réunit la musique, le spectacle vivant et le sport. Au total 15 concerts sont organisés sur les 2 soirées ainsi que 3 jours d’activités pour tous les goûts et tous les âges dont les journées "Familles à vous" qui proposeront des activités gratuites comme des spectacles d’arts de rue et de cirque, des stands de vins... Infos et réservations : http://www.salutavous.fr/crbst_20.html

  • 16/07/18 | Coupe du Monde : la préfecture fait le bilan

    Lire

    Selon la préfecture de Gironde, 460 interventions de sapeurs pompiers, 195 prises en charge de personnes dont 108 au Stade Chaban Delmas et 75 interventions sur des accidents de voie publique (sans victime) ont eu lieu ce dimanche 15 juillet dans le cadre de la finale de la Coupe du Monde de Football. Sept véhicules ont été brulés et une vingtaine de poubelles incendiées. A noter également que 84 interventions des Sapeurs Pompiers ont eu lieu pour des incidents extérieurs causés par les orages ayant touché le nord de la métropole.

  • 16/07/18 | Nouvel épisode de grèle en Gironde

    Lire

    Ce dimanche,vers 17 heures, une série d'orages accompagnés de grêle a frappé en Gironde et touché 2000 hectares de vignes selon les premiers chiffres communiqués par le Conseil Interprofessionnel des vins de Bordeaux. Le secteur du Sud-Gironde (Sauternes, Fargues ou Langon) a été le plus touché par ce nouvel épisode d'intempéries. Le couloir d'orages a causé d'importants dégâts dans le Sauternais et les Graves. L'orage a également détruit des cultures de maïs, de tabac ou de maraîchage (notamment à Eysines). Météo France n'ayant pas eu le temps d'envoyer un message d'alerte, les canons anti-grêle n'ont pas été activés.

  • 14/07/18 | Charente-Maritime : limitations d'usage de l'eau de l'été

    Lire

    A compter du lundi 16 juillet, 8h, le bassin Curé-Sèvre MP6 et le sous-bassin Marais Nord Aunis MP4 passent en alerte d’été, suite à un arrêté du préfet. Cette limitation provisoire de l'usage de l'eau concerne tous les prélèvements à des fins agricoles à partir de forages, cours d’eau, plans d’eau en communication ou alimentés par une nappe souterraine ou un cours d’eau, plans d’eau établis sur un cours d’eau. Les mesures de coupure ne s’appliquent pas aux cultures ayant obtenu une dérogation.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Métropole | Une charte pour l'urbanisme de Mérignac

22/06/2018 | La commune de Mérignac votera la semaine prochaine en conseil municipal l'adoption d'une "charte de l'urbanisme et de la qualité de la ville". Elle est la première ville de la métropole bordelaise à le faire.

Alain Anziani

De tous les sujets sensibles présents sur la métropole, l'urbanisme et le logement sont peut-être les plus régulièrement disputés. Après des mesures annoncées par la collectivité pour réguler les prix du foncier en mai dernier, les communes de la métropole y vont aussi de leur règlement, censé rappeler aux promoteurs des priorités et des axes clairs. La commune de Mérignac est la première à s'y essayer, et même si d'autres vont probablement suivre dans les prochaines semaines, nous avons pu soulever avec le maire de la commune, Alain Anziani, les engagements tacites qu'impliquaient ce coup de frein au développement immobilier.

Construire mieux et moins

Si les récentes données du Ceser ont mis au jour une nouvelle volonté régionale d'agir sur le foncier local (en plus des ambitions nationales sur le sujet, relativement floues encore aujourd'hui dans leurs applications), la Métropole bordelaise dont la surchauffe foncière est régulièrement dénoncée (malgré un timide arrêt de la tendance ces derniers mois) tente depuis peu d'inverser la tendance des prix de l'immobilier, et surtout de l'escalade à la multiplication des vastes programmes de construction de logements. Après avoir voté une "charte du bien construire" (que la Fédération des Promoteurs Immobiliers n'a pas signé...) et annoncé des mesures concrètes sur la régulation du foncier métropolitain, la collectivité se fait talonner par les 26 autres communes, dont certaines particulièrement concernées par la question et où les grues forment actuellement le paysage. Mérignac est la première à dégainer, ce vendredi, en dévoilant une nouvelle "Charte de l'urbanisme et de la qualité de la ville", censée renforcer une volonté municipale déjà clairement énoncée depuis de nombreux mois : construire moins, moins haut et plus vert.

L'ancien sénateur et maire de la commune, Alain Anziani, évoque cette nouvelle charte, qui bien que n'ayant aucune valeur juridique particulière, est censé rappeler, autant aux habitants qu'aux promoteurs, certaines lignes rouges à ne pas franchir sur le secteur. "Construire des bâtiments toujours plus hauts et plus denses, c'est devenu le modèle urbain des grandes mégapoles et il a été importé sur les territoires. Mais il est très daté et n'est plus conforme aux attentes des habitants d'une ville comme Mérignac. Il y a aujourd'hui un décallage entre la vision des élus, celles des promoteurs et les besoins des habitants". 

Le pied sur le frein

Malgré l'attractivité toujours galopante de la capitale girondine, qui profite aussi aux communes alentours, Mérignac a donc choisi, comme un certain nombre d'autres communes, de ralentir sérieusement la marche de livraison des permis de construire. Et ça ne date pas d'hier : depuis février 2017 et l'adoption du nouveau plan local d'urbanisme métropolitain, la concentration des constructions dans des secteurs mieux desservis par les transports et spécialement dédiés aux programmes de logements, un développement économique "encadré" et la volonté de développer plus d'espaces verts en coeur de ville ont sonné comme autant de principes tacites fixés pour les communes de la métropole, que certaines ont davantage l'occasion de respecter que d'autres... Reste que la majorité de ces principes se retrouvaient déjà dans le plan 50 000 logements  autour des axes de transports (et, évidemment, l'Agenda 21), dont les dix règles de la charte mérignacaise semblent parfois n'être qu'un prolongement logique.

"Il faut répondre à la demande de logements, donc on va continuer à en produire, mais on a fait le choix de le faire au sein de sites dédiés, des zones de projets (citons Mérignac Soleil, marne, Pichey, le centre ville, La Glacière-Mondésir ou encore l'OIM Bordeaux Aéroparc) situés près des transports en commun. On n'a aucune honte ni réticence à le dire, nous respectons également nos obligations de 35% de logements sociaux. Mais dans toute une partie de la ville, là où il n'y a pas ces grands projets, on a décidé de freiner très fortement la production de logements", poursuit Alain Anziani. Si bien même que selon les données recueillies, "entre le 17 décembre 2016 et le 31 mars 2018, 66.8% des logements collectifs accordés se situent en zone de projets, soit 545 sur 816". 

Rappel à l'ordre

Rien de très révolutionnaire dans ces dix engagements, mais quelques règles de base sous forme d'échange de bons procédés. La ville souhaite d'abord inciter les promoteurs à proposer des programmes qui ne soient pas "en décalage avec le tissu résidentiel environnant, notamment en hauteur et en densité", en contrepartie de quoi la ville "s'engage à fournir aux opérateurs une fiche de prescriptions pour toute opération validée supérieure à 1000 mètres carrés de surface de plancher" comprenant notamment le calibre, le volume, la typologie et la densité souhaitées du programme en question, au cas par cas. Construire avec des matériaux "de qualité et résistants, confortables et durables", développer la biodiversité et de la nature en ville, prévoir des capacités de stationnement adaptées, s'adresser à tous les budgets "en privilégiant les propriétaires occupants" (Mérignac étant plutôt une ville résidentielle, rien que du très logique là-dedans), proposer des prix à la valeur vénale (à 2500 euros du mètre carré TTC. Là dessus aussi, la commune suit les directives imposées aux promoteurs par la métropole), intégrer des commerces et des services, organiser une concertation individuelle et collective des riverains et, enfin, discuter "en amont avec la ville de l'opportunité et de la faisabilité" des opérations sont autant de directives formant le squelette de cette charte, dont beaucoup, de l'aveu même du maire, sont déjà appliquées sur le terrain.

Ainsi, la commune affirme qu'elle a refusé, depuis février 2017 et l'adoption du nouveau PLU, deux fois plus de permis de construire en un an que sur la même période l'an dernier, "sans compter les avant projets qui n'ont pas abouti". Avec, parfois, des obligations de recours qui ne seraient cependant qu'à la marge. À titre d'exemple, en 2017, quinze recours ont été engagés, dont 14 contre des permis de construire accordés (contre 21 recours en 2016, 33 en 2015 et 17 en 2014), autant du côté des riverains que de la municipalité. "On a autant de recours pour prostester contre des accords que des recours pour des refus", confie à son tour le maire socialiste. La charte en question, sauf grande surprise, devrait être adoptée par la majorité lors du prochain conseil municipal, fin juin, tandis qu'Alain Anziani n'exclut pas une nouvelle modification voire une révision de la méthode d'élaboration du PLU dans une échéance plus lointaine. En attendant, d'autres communes de la métropole seraient actuellement en discussion pour adopter le même type de charte de leur côté dans les prochains mois. Voilà qui pourrait promettre des comparaisons intéressantes...

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
2442
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Métropole
Métropole
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires