Retour à la page d'accueil
Aqui.fr
Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà
Opération un deux toit
Aidez Aqui! à relever le défi de la grande région
Culture

Les rencontres artistiques de la forme courte en région : " Trente-Trente " en pleine expansion

Sthyk Balossa

Le Festival Trente-trente, les rencontres artistiques de la forme courte en Nouvelle-Aquitaine, fête, cette année, sa quinzième édition. Depuis 2004, ce ne sont pas moins de 300 artistes et compagnies, qui ont collaboré à cet évènement, organisé par la Compagnie « Les Marches de l’Eté ». Le Directeur artistique et metteur en scène, Jean-Luc Terrade, nous a livré, ce mardi matin, les nouveautés 2018 et les perspectives d’avenir pour le festival Trente-trente.

Le début de présentation de l’évènement est atypique, à l’image de ce festival pluridisciplinaire, où des artistes d’horizons générationnels, esthétiques et géographiques différents se rencontrent et où les arts s’entremêlent. Le texte côtoie la musique, qui elle-même s’invite, aux côtés de la danse ou du cirque, et la performance tutoie les arts plastiques. C’est Mathieu Grenier, un vocaliste programmé au festival le samedi 27 janvier, qui nous livre une introduction, tout en chanson.  

Mathieu Grenier, l'un des vocalistes, programmé pour la 15ème édition du festival Trente-Trente

« Le plateau n’est pas le temps de la vie de tous les jours »

Le format court fait partie de l’identité de ce festival des arts contemporains. Dirigé par un metteur en scène, qui n’est autre que le directeur artistique de l’évènement, Jean-Luc Terrade propose des représentations, sur comment l’artiste perçoit notre société, avec une mise en scène déconstruite, tant au niveau de l’espace que du temps. « Le plateau n’est pas le temps de la vie de tous les jours », remarque Jean-Luc Terrade. A chaque saison, le festival amène le public à se déplacer, dans plusieurs endroits lors d'une même soirée. Cette année, l’évènenent investit 10 lieux en Nouvelle-Aquitaine, dans 5 départements : Gironde, Haute-Vienne, Charente, Dordogne et Pyrénées-Atlantiques. 

Nouveautés 2018

Pour cette quinzième édition, le festival s’est offert une nouvelle identité visuelle, notamment au niveau du nom de l’évènement, qui s’écrit désormais en toute lettre : Trente-trente. La nouveauté se fait également au niveau de la programmation artistique. Cette année, Trente-trente est en mesure de proposer une douzaine de créations, notamment autour de la forme circacienne, qui est à l’honneur pour cette nouvelle saison. Enfin, le festival met en valeur, cette année, le talent d’un plus grand nombre d’artistes régionaux ; une dizaine sont programmés, dont Thierry Escarmant (chorégraphe de la pièce CHTO), Carole Vergne ( danseuse contemporaine et artiste visuel ), Didier Lasserre (percussionniste) et Thomas Gornet (l'un des cinq auteurs de la commande d'écriture " Silence ") . Parmi les créations régionales programmées, vous retrouverez :

« L’effet blues », samedi 27 janvier, par le danseur et chorégraphe Sthyk Balossa.

Sthyk Balossa en train de

« Soupirs », jeudi 1 février, par le collectif A.a.o, librement inspiré de Schubert, mêlant musique, voix et arts visuels. 

Le collectif A.a.o dans sa réinterprétation de Schubert dans son numéro

Trente-Trente, un évènement pérenne ? 

En 2018, ce festival s’est développé sur le territoire néo-aquitain et compte désormais 5 partenaires supplémentaires : l'Espaces Pluriels à Pau, le Sirque à Nexon ( en collaboration avec le théâtre de Limoges), Un Chapiteau en Hiver à Bègles et Le Performance à Bordeaux. Les villes de Limoges, Saintes, Brive et Aubusson souhaitent rejoindre l’édition 2019 du festival. Mais ces nouveaux partenariats révèlent les problèmes financiers auxquels doit faire face Trente-Trente, bien que le Conseil Régional ait augmenté sa subvention en 2018. En un an, Trente-trente est passé de 7 à 10 soirées progrmmées. Faudra-t-il, pour pérenniser l’évènement, ajouter ou diminuer des soirées ? L’avenir de Trente-trente dépend aussi du public, « il devrait y avoir plus de gens curieux », déplore Jean-Luc Terrade. Le festival souffre aussi d’une pénurie de lieux pour accueillir ses soirées. L’appel est lancé ! 

Attention, pensez à réserver vos places, pour les différentes soirées, via le site de l'évènement : http://www.trentetrente.com

Mélodie Castan

Photo: Julien Darblade

Publié le 11/01/2018

Retour page d'accueil