Retour à la page d'accueil
Aqui.fr
Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà
Opération un deux toit
Aidez Aqui! à relever le défi de la grande région
Economie

Sarlat: le site d'Euralis pourrait perdre les deux tiers de ses emplois

Le site de Sarlat du groupe Euralis pourrait perdre 95 emplois

La nouvelle est tombée mardi soir. Elle est rude pour les salariés d’Euralis en Dordogne. Le groupe qui possède une usine à Sarlat depuis 1977 sous la marque Rougié, envisage la suppression de 95 postes sur les 150 que compte l’usine de production de foie gras, soit les deux tiers des effectifs. Avant l'information et la consultation des représentants du personnel qui doit débuter le 19 janvier, les salariés ont débrayé ce mercredi à 13 heures avant d'envisager d'autres actions. Le président du Conseil départemental est le premier à réagir.

En Dordogne, les tous derniers indicateurs économiques semblaient au vert avec des signes de reprise perceptible et des offres d'emploi à nouveau à la hausse. Sur le front des emplois, une mauvaise nouvelle est tombée hier lors d'une réunion de comité d'entreprise sur les salariés de l'usine Rougié de Sarlat, site appartenant au groupe Euralis. Le groupe a annoncé un vaste plan de restructuration : le site de Sarlat serait redimensionné et  repositionné sur des petites séries à haute valeur ajoutée. Germinal Peiro, le président du Conseil départemental et élu du Sarladais, est très alarmiste, suite à un appel téléphonique du président du groupe Euralis et un courrier du directeur détaillant les projets de restructuration. "Ces projets auraient pour effet la suppression à Sarlat de 95 emplois en 2018 et 2019 et seraient accompagnés par un plan de transition professionnelle sur une période de 24 mois. J’exprime mes plus vives inquiétudes quant à cette situation et demande instamment à la direction du Groupe Euralis l’organisation d’une table ronde associant les collectivités, les élus et les représentants du personnel concernés par le maintien d’une activité essentielle à l’emploi du bassin du Sarladais et au-delà de l’ensemble du département de la Dordogne," écrit le président du Département dans un communiqué.

Assemblée générale ce jeudi à 10 h

A Sarlat, l'annonce a fait l'effet d'un coup de massue, comme le confirme Corinne Rey, la secrétaire générale de l'union départementale de la CGT en Dordogne. "J'étais à leur côté en début d'après midi; c'est un sentiment de colère et d'incompréhension." Une centaine de salariés sur les 152 postes que compte le site ont débrayé ce mercredi. Les salariés ont décidé de débrayer ce jeudi de 10 h à 11 h afin de tenir une assemblée générale  à 10 h et décider de nouvelles actions. "Il y a une vraie inquiétude sur l'avenir du site à terme. Si dans deux ans, nous ne sommes plus qu'une soixantaine, pour quoi faire ? s'interroge Nicolas Magnadou, délégué syndical sur le pôle agroalimentaire du groupe et salarié à Sarlat. La moyenne d'âge ici est supérieure à une cinquantaine d'années avec beaucoup d'ancienneté. Certains sont en poste depuis plus de 30 ans. Les personnes qui seront licenciées auront des difficultés de reclassement importantes, voire quasi impossibles."  A partir du vendredi 19, salariés et représentants syndicaux devraient en savoir un peu plus sur les modalités du plan de restructuration  qui doit s'étaler sur un an et être en mesure de présenter leurs propositions à leur direction.

Claude-Hélène Yvard

Photo: archives aqui.fr

Publié le 10/01/2018

Retour page d'accueil