Retour à la page d'accueil
Aqui.fr
Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà
Opération un deux toit
Aidez Aqui! à relever le défi de la grande région
Politique

2018 : une année essentielle pour Grand Poitiers

Alain Claeys, maire de Poitiers et président de Grand Poitiers, a adressé ses voeux à la presse ce vendredi 12 janvier.

Dans la salle du blason de l’hôtel de ville de Poitiers remplie de journalistes locaux, Alain Claeys, maire de Poitiers et président de Grand Poitiers, a adressé ses voeux pour l’année 2018 à la presse, ce vendredi 12 janvier. L’opportunité de rappeler les échéances à venir et de prendre position sur certains enjeux locaux. Il a été bien évidemment question de la création très proche de la technopole, de la fusion des départements des Deux-Sèvres et de la Vienne et de l’attractivité du territoire au sein de la Nouvelle-Aquitaine.

Un discours avant un repas afin d’adresser les voeux à la presse pour cette nouvelle année 2018. Alain Claeys, maire de Poitiers et président de Grand Poitiers, a fait part de ses prises de positions, ce vendredi 12 janvier. « 2018  va être une année essentielle dans beaucoup de domaines. »

Il a commencé  surtout par affirmer sa position sur la possibilité de rapprochement des départements notamment dans l’ex-Limousin ou surtout entre la Vienne et les Deux-Sèvres. « Pour quoi faire ?, interroge le président de Grand Poitiers. On fusionne parce que les compétences vont permettre d’être plus fort. Ici, ce ne sera pas le cas. 50% du budget des départements est aujourd’hui alloué à l’action sociale. À quoi ça sert de se mobiliser ensemble pour gérer cette action qui est une action de proximité ? » 

Grand Poitiers et la Nouvelle Aquitaine

Mais le président de la Communauté urbaine revient surtout sur le poids de Grand Poitiers au sein de la Nouvelle-Aquitaine. Et des actions qui ont une finalité proche vont dans ce sens telle la création imminente d’une technopôle (son président est nommé et va être présenté d’ici peu). « Une technopôle n’est pas seulement une localisation géographique. Il s’agit d’une fonction avec une définition simple : à savoir un incubateur pour permettre à des porteurs de projets de les faire émerger et de les accompagner », explique Alain Claeys. 

L’université de Poitiers s’inscrit également dans l’attractivité du territoire. Sa place est importante. « Il faut maintenant que la recherche se transforme en innovation. »

L’objectif est que le territoire soit attractif encore dans les 25 ans à venir. Pour cela le maire de Poitiers évoque trois points essentiels selon lui : respecter la transition énergétique ; l’enjeu du numérique sous tous ses aspects ; l’accompagnement des entreprises sur le territoire ainsi que celui du tissu associatif pour permettre aux concitoyens de sortir de l’isolement entre autres. 

Pendant l’année 2018, Grand Poitiers et Poitiers vont connaître des échéances simples. La première sera le vote du budget au premier semestre et Alain Claeys l’assure il sera « bon ». Lui qui a confiance en cette nouvelle Communauté urbaine sent qu’il s’est passé quelque chose. « La mayonnaise a pris malgré les différences politiques et les différences entre urbains et ruraux. Un état d’esprit est en train de se créer », poursuit-il.  

En préambule des voeux d'Alain Claeys, 24 jeunes élèves de CE1 et CE2 de l'école Micromégas, l'une des quatre classes orchestre de la ville de Poitiers, ont donné un concert.

En préambule aux vœux qu'Alain Claeys a adressés, jeudi soir, aux forces vives de Poitiers et de Grand Poitiers, 24 jeunes élèves de CE1 et CE2 de l'école Micromégas, l'une des quatre classes orchestre de la ville, ont donné, force saxophones, trompettes, clarinettes et chants, un petit concert très applaudi. Le président de la Communauté urbaine, après s'être félicité de la présence du nouveau préfet de région aux côtés de la préfète de la Vienne, a rappelé  le besoin d'un Etat stratège. Et il n'a pas manqué de souligner le travail d'équipe, et la bonne gouvernance, au sein de Grand Poitiers, au-delà des différences politiques. Il a placé, en priorité, le soutien aux entreprises et le développement économique, inséparables à ses yeux de la responsabilité d'une collectivité à l'égard  de la vie sociale des citoyens saluant au passage le travail des associations et faisant applaudir l'engagement de la police nationale et des pompiers, appelant à avoir « chaque jour en tête la fraternité ».

Julien Privat avec Joël Aubert

Photo: Aqui.fr

Publié le 12/01/2018

Retour page d'accueil