Retour à la page d'accueil
Aqui.fr
Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà
Aidez Aqui! à relever le défi de la grande région
Economie

Aérocampus entre incompréhension et inquiétude face à l'augmentation de la taxe de séjour

Jérôme Verschave, Directeur général d'Aérocampus

Un campus aussi attractif qu'Aérocampus qui prépare aux métiers de la maintenance aéronautique, à Latresne sur la rive de droite de Bordeaux, et accueille un cluster très recherché par les entreprises, se doit par définition de pouvoir héberger ces apprentis , ces stagiaires, dont certains venus de très loin. Aurait-il pour autant vocation à être classé dans la catégorie des résidences à caractère hôtelier, avec ce que cela implique d'équipements et de services? Et d'investissements pour l'association qui gère le site? On pourrait le croire au vu de la décision prise par la Communauté de communes des Portes de l'Entre-Deux-Mers d'appliquer, sans concertation préalable avec la direction de l'établissement, les nouvelles conditions tarifaires incluses dans la loi de Finances et applicables le 1° janvier prochain.

Celles-ci prévoient une forte augmentation de la taxe de séjour acquittable par les personnes logées, avec ce que cela peut impliquer pour le coût final de l'hébergement, surtout lorsque l'on sait que les séjours des personnes en formation sont souvent très longs.

Dans un courrier adressé le 11 octobre à la direction d'Aérocampus qui faisait suite à la délibération de la CDC du 25 septembre on peut en prendre la mesure : « les hébergements non classés ne seront plus taxés à un taux fixe mais sur un pourcentage de 4% sur le montant ht du coût de la nuitée plafonnée à 2,53 euros »; pour les «  hébergements trois étoiles ( hôtel, résidence de tourisme et meublés de tourisme le tarif passe de 1 euro à I,10 euro). La taxe de séjour appliquée aux hébergements d'Aerocampus passe ainsi de 0,80 euros par nuitée à 1,86 euros minimum pour monter à 2,53 euros en fonction des hébergements existant su le Campus.

"On ne vient pas chez nous pour faire du tourisme"

Dans un courrier adressé, le 29 octobre, au président de la CDC M Lionel Faye, par ailleurs maire de Quinsac, Jérôme Verschave directeur du site rappelle que " Aérocampus Aquitaine est un lieu dédié à la formation et reçoit principalement des apprenants qui risquent de voir impacter le prix de la nuitée pour compenser l'augmentation que vous nous imposez." Dans un communiqué publié en amont de la conférence de presse, organisée ce 6 décembre à Latresne, la direction rappelait que déjà avec ses 150 chambres Aérocampus représente plus de 60% de la collecte de la taxe de séjour perçue par la Communauté de communes, et que si l'on se rapporte au segment des hôtels non classés les usagers du campus, qui sont notamment les demandeurs d'emploi, salariés en formation, doivent représenter 80 à 90% de la collecte.  Et Jérôme Verschave d'ajouter: " Je ne peux considérer que cette décision aille dans notre sens mais plutôt qu'elle dessert ce site qui, par ailleurs, apporte des avantages non négligeables à notre territoire en terme économique, de notoriété et de visibilité." Au-delà d'une manière de déception perceptible on sent poindre de l'incompréhension.

Celle-ci a été partiellement entendue après une rencontre qui s'est faite attendre. Un moratoire de trois mois a été annoncé, ce 5 décembre, à la direction d'Aérocampus assortie d'une suggestion : mettre en oeuvre un classement des hébergements avec étoiles à la clé. "C'est aberrant commente Jérôme Verschave; les gens ne viennent pas chez nous pour faire du tourisme. Je demande que l'on annule cette délibération, que l'on se concerte et revoit le taux de la taxe de séjour." A suivre, en attendant la réaction du président de la Communauté de Communes que nous avons sollicitée. Celle-ci nous est parvenue ce 10 décembre lors d'un entretien téléphonique, lequel confirme en ces termes la demande faite au directeur général d'Aérocampus:"  la Communauté de communes est adhérente à Aérocampus; nous sommes donc attachés à son essor et son développement. Mais la loi a changé et nous avons eu la volonté, au niveau du tourisme, avec six autres communautés de communes de l'Entre-Deux-Mers de faire monter en gamme toutes les structures et Aérocampus n'obéit à aucune règle dérogatoire; j'ai interrogé tout le monde y compris le ministère et les hébergements sont considérés comme des hôtels de tourisme. J'ai reçu Jérôme Verschave et lui ai expliqué qu'il avait l'obligation de faire classer ces hôtels et je ne doute pas qu'il aille vers cette solution. Pendant trois mois nous continuons à appliquer la taxe de séjour sur le régime d'avant."

 

 

Joël Aubert

Photo: NC

Publié le 07/12/2018

Retour page d'accueil