Retour à la page d'accueil
Aqui.fr
Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà
Aidez Aqui! à relever le défi de la grande région
Environnement

Gestion des projets éoliens : la Charente-Maritime adopte un moratoire

Eoliennes près de Surgères

Après la création d’un observatoire de l’éolien l’automne dernier, le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau veut aller plus loin. Alors que le département planche sur son schéma de développement durable, l’édile entend avoir les coudées franches pour mettre en place certaines dispositions. Il a fait voter une motion demandant au préfet de surseoir à tous projets éoliens se présentant dans les deux ans à venir, « le temps d’élaborer le schéma ». Après un débat enflammé de l’assemblée sur les problématiques environnementales, la motion a emporté l’adhésion de la majorité, malgré huit abstentions et dix votes contre.

« Soyons clair, nous ne sommes pas contre l’éolien », a martelé le président de l’Observatoire Lionel Quillet, face aux récriminations, « nous voulons un mixte énergétique basé sur un schéma de développement durable », qui concernera tous les secteurs, de la mobilité à l’aménagement urbain en passant par la transition écologique. Par ce geste, le Département entend surtout limiter les implantations privées, « qui sont des choix non pas environnementaux mais purement commerciaux avec un rendement à deux chiffres », estime Lionel Quillet, qui espère ainsi redonner pouvoir à la voix des maires, qui sont souvent mis devant le fait accompli lors d’installation d’éoliennes. « Dans des conditions autres du marché public des bâtiments, on considérerait ça comme une action de justice à mener », assène Lionel Quillet, « choqué qu’il n’y ait pas de réactions de la justice en la matière ».

« On atteint un nombre d’éoliennes et de projets d’implantation qui est tout à fait inacceptable », renchérit Dominique Bussereau, rappelant que la Charente-Maritime compte 450 éoliennes et presque autant de projets d’implantation (lire ci-dessous). L’élu estime que le territoire a déjà bien donné sa part à l’éolien. «  A ce niveau là, on peut prendre le temps de décider si on veut plus d’éoliennes pas, et où on les met si on en veut d’autres », poursuit Lionel Quillet.

Sans surprise, le secrétaire général de la préfecture Pierre-Emmanuel Portheret a fait savoir que les services de l’Etat ne soutiendraient pas cette motion. Ce dernier n’a pas manqué de rappeler au président Bussereau que « d’un point de vue juridique, l’implantation des éoliennes est du ressort de l’Etat ». Dans cette mesure, « des refus d’autorisation fondées sur le seul critère d’un moratoire départemental serait sans nul doute censuré par le juge administratif », a-t-il averti, « Par ailleurs un soutien de l’Etat  à un tel moratoire serait considéré par les élus qui tentent de faire émerger des projets éoliens comme l’expression d’un retrait du soutien du gouvernement à l’éolien terrestre et risquerait de provoquer de l’étonnement ».

Pierre-Emmanuel Portheret a profité de la thématique pour aborder le cas du projet de parc éolien le long de la Gironde, qui cristallise tous les griefs. « EDF a lancé une concertation avec les garants du débat public et se dit prêt à faire évoluer le projet au vu de la concertation », a-t-il expliqué, invitant le Département au dialogue avec EDF. Une invitation balayée du revers de la main par Dominique Bussereau : « Concernant l’estuaire, je vous le dis tout de suite, il ne s’agira même pas de rentrer dans la concertation ! Qu’on ne cherche même pas à nous imposer une concertation pour détruire l’estuaire de la gironde ! » L’édile a également prévenu qu’il ferait fait fi de l’absence de soutien de l’Etat à sa motion : « Le Département, via l’Observatoire de l’éolien, continuera de poser des recours sur certains projets qui n’auraient pas l’assentiment des élus locaux ou qui seraient jugés nuisibles pour l’environnement […] J’en ai le pouvoir par les responsabilités que [les services de l’Etat] m’ont confiées ».

 

L’éolien en chiffres en Charente-Maritime :

  • 26 parcs ont reçu une autorisation d’exploiter (148 mâts) pour 345MGWatt, dont
    •  15 parcs en activité (181 mats)
    • 11 parcs (67 mats) non construits
    • 19 dossiers en cours d’instruction (112 mâts) pour 375 MGWatt, dont :
      • 12 mâts dans le canton de Surgères
      • 11 mâts dans le canton de Matha

Soit 719MGW de prévisions si l’ensemble des projets devait aboutir.

  • 30 éoliennes dans l’estuaire de la Gironde, un projet encore non déposé mais dont la prefecture à connaissance.

(Sources : préfecture de Charente-Maritime)

Anne-Lise Durif

Photo: Anne-Lise Durif

Publié le 26/03/2019

Retour page d'accueil