Retour à la page d'accueil
Aqui.fr
Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà
Aidez Aqui! à relever le défi de la grande région
Politique

"Ensemble sur nos territoires": E.T nouvel ovni de la scène politique bordelaise

Première réunion du collectif "Ensemble sur nos territoires" le 27 juin 2019

Les appels importants se font en juin. Celui qui a marqué l'Histoire remonte au 18 juin 1940. Celui dont il est question ici date du 13 juin 2019 et pourrait marquer l'histoire de la politique française. Ronan Dantec a lancé un appel au lendemain des élections européennes. Le sénateur de Loire-Atlantique appelle au rassemblement de la gauche et des écologistes, en dehors des canaux habituels. Il n'est question ni de parti politique ni de groupement citoyen, mais d'une symbiose des deux : un mouvement politique qui rassemblerait, élus et citoyens sans soucis des penchants politiques. Ambitieux.

Rendez-vous était donné ce soir là à Darwin. Les gens se rassemblent autour d'une table avec un verre et des glaçons (37° degrés tout de même). Certains sont enseignants en archéologie, d'autre agriculteur, d'autre encore chef d'entreprise. L'ambiance est intimiste, il pourrait s'agir d'une réunion de voisins. Mais ne vous y fiez pas. Une fois la discussion lancée il s'agira de politique. En bout de table, Anne-Laure Bedu, conseillère régionale PS déléguée à l'innovation, et Ronan Dantec, encarté chez Europe Écologie les verts et sénateur de Loire-Atlantique, animent la première réunion du collectif "Ensemble sur nos territoires"

Un mouvement politique et citoyen

"Ensemble sur nos territoires" se définit comme un mouvement politique et citoyen qui "en a marre que l'alternance politique ne se joue qu'entre le Rassemblement National et En Marche, et du ressenti d'une offre politique à gauche en décalage des attentes des citoyens". "Ça ne peut plus fonctionner comme ça" assène Anne-Laure Bedu. Sur la base de ce constat, le mouvement fait une proposition: fédérer les gens autour de leurs volontés, de leurs idées et de leurs besoins, notamment ceux qui ne se reconnaissent plus dans le jeu politique actuel. Ils n'ont pas de cœur de cible précis mais en revanche, ils ont bien conscience du nombre croissant de ceux qui ne se retrouvent plus dans le schéma contemporain, particulièrement le cloisonnement des idées que les partis politiques se sont approprié. Pour Ronan Dantec il est possible de créer une nouvelle dynamique, de rassembler les gens pour chercher des solutions aux crises sociales et écologiques actuelles qui sont, selon lui, les véritables enjeux politiques des décennies à venir. Et pour ce faire le "territoire est sans doute la bonne échelle, plus encore que le petit territoire ou la ville centre".

L'ambition est de faire émaner des démarches citoyennes, de fédérer citoyens et élus dans une nouvelle dynamique « afin de pouvoir labelliser des listes en vu des élections municipales ». Pour y parvenir Ronan Dantec envisage la remise en question des outils métropolitains, afin de les mettre au service de tous les territoires, particulièrement leur capacité d'attractivité économique. Il s'agirait de « pousser les métropoles à s'engager à faire sortir les pôles économiques de leurs murs", pour valoriser les pôles voisins "plus petits". Un argument que le sénateur avance comme un des principaux facteurs de fédération mais aussi d'action. Selon le collectif, un tel discours dispensé à l'échelle nationale permettrait d'instaurer une nouvelle gouvernance, de ré-créer un pluralisme riche, qui qualifierait une multiplicité d'idées et non d'étiquettes politiques. Mais pour réaliser de telles ambitions il faut parvenir à rassembler les gens, structurer une organisation, pour avoir une présence de poids dés le scrutin de mars 2020. Un réel défi qui s'annonce.

E.T à la maison en Gironde ?

Un défi, également cette première réunion, pendant laquelle le duo a cherché à convaincre. "Un moment historique" a lancé Ronan Dantec, en début de rencontre. Un moment historique, cela seule l'Histoire nous le dira. Et pourtant des choses il s'en est dites ce soir là. Il y a eu des débats mais aussi des critiques, et c'est heureux, la perfection n'est pas de ce monde. Et les réflexions émises ce soir là font sens: comment définir et délimiter « un territoire »? Comment convaincre les électeurs? Parce que s'il s'agit de faire émaner des démarches citoyennes, de répondre à des demandes restées sourdes, et de créer du lien entre les gens, ces mêmes citoyens vont bientôt passer devant les urnes. Et comment parvenir à les convaincre, pour qu'une fois dans l'isoloir l'enveloppe accueille le bon bulletin? Autant d'interrogations concrètes qui seraient presque venues à bout du discours du sénateur. Ce dernier s'est d'ailleurs fait reprendre. Les girondins sont fiers, et il n'est pas question de débarquer de Loire-Atlantique en brandissant la réussite du collectif Territoire 44 pour leur expliquer quoi faire chez eux. D'autant plus que les territoires ne sont pas les mêmes. La Nouvelle-Aquitaine est née de la fusion de plusieurs régions, et faire cohabiter tout ce beau monde n'est déjà pas aisé en temps normal. De nombreux points restent donc à travailler, et vite, car les élections municipales auront lieu en mars 2020.

A l'issue de cette première réunion a été décidée la création d'une plateforme citoyenne et politique: Territoire 33. Une prochaine rencontre est prévue pour septembre, afin de rassembler les personnes intéressées par la démarche, et de proposer ensemble des programmes d'actions adaptés aux enjeux et contextes lacaux. 

Anna Bonnemasou

Photo: Anna Bonnemasou Carrere

Publié le 05/07/2019

Retour page d'accueil