Retour à la page d'accueil
Aqui.fr
Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà
Aidez Aqui! à relever le défi de la grande région
Agriculture

Les Agron'Hommes : Gudrun Götsch cuisine l’agroforesterie au Brésil

Les Agron'Hommes au Brésil

« A revolução sera agroflorestal » : un slogan qu’on lit souvent sur les t-shirts de ceux qui bouleversent les pratiques agricoles au Brésil. Le mouvement agroforestier prend une ampleur magique. Mais souvent, les agro-forêts produisent tant d’abondance que leurs propriétaires ne savent pas comment utiliser, transformer et conserver les aliments. Un pied dans la cuisine et l’autre dans la foret nourricière, Gudrun invente des recettes pour valoriser les produits de l’agroforesterie.

C’est en juillet 2018 que je débarque pour la première fois à Selva e Paz, la ferme de Gudrun Götsch ou « Gudji » dans la région de Bahia. Le nom de la ferme signifie « forêt et paix ». Premier petit-déjeuner, tout le monde saffaire à préparer des « beiju », galettes de manioc fermenté. Au Brésil depuis 3 jours, je ne sais pas encore que la fermentation de la farine de manioc est une pratique rare. Une pratique qui sest perdue, en fait. Les indigènes avaient lhabitude de stocker le manioc dans un coin de la forêt et de venir le récupérer plusieurs semaines plus tard pour le consommer.

Cacau, banana e nada mais

Dans une petite pièce derrière la cuisine de Gudji, on fabrique un trésor gastronomique. Le sucre des bananes produites et déshydratées sur la ferme adoucit parfaitement l’amertume du cacao fermenté : une barre cacao-banane 100% agroécologique, qui vieillit comme un bon vin. Après 6 mois (jen avait oublié une au fond de mon sac) des arômes de framboise apparaissent en bouche. Ces deux trésors de lagroforêt, banane et cacao, produisent ensemble une explosion de saveurs après être passées entre les mains de Gudji et ses employés de la ferme.

Gudji ne cesse de répéter « je ne suis pas mon père ! ». Nombre de volontaires et visiteurs viennent la voir en espérant rencontrer une version féminine de son père Ernst Götsch, également père de lagriculture syntropique et habitant à 5 km de là. Ernst est mondialement connu pour avoir développé ce modèle dagroforesterie qui copie le processus d’évolution de la forêt et donne à l’humain un rôle de catalyseur de ces processus pour produire la nourriture quil souhaite.

 

 

Une plantation au Brésil

En fait, comme la cacao et la banane, les talents de Gudji viennent d’un mélange. « Mon père aime le terrain, la forêt. J’ai récupéré la passion de la cuisine avec ma mère ». Un mélange de cultures aussi: elle a voyagé en Europe entre 15 et 28 ans, où elle a pu apprendre quelques secrets de cuisine avant de revenir au Brésil pour démarrer son projet agricole.

De retour au Brésil presquun an plus tard jai la chance de retrouver Gudji dans une ferme de Brasilia où je suis volontaire et où elle donne un cours de transformation des aliments agroforestiers. Nombre de participants du cours - tous brésiliens - découvrent le processus de fermentation du manioc et la fabrication des beiju. Sur cette photo, on peut voir les galettes de manioc, de maïs doux, de patate douce, et de « pinhão », ces pignons de pain géants. Gudji explique aussi comment déshydrater les bananes.

 

 

Vidéo du cours de cuisine agroforestière: https://www.youtube.com/watch?v=kSgiYReD5y0

 

Du manioc dans lagroforêt?

Les brésiliens adorent le manioc sous toutes ses formes et la production de manioc brésilienne est aussi tombée dans le piège de la monoculture. Pourtant, à l’origine, le manioc fait partie d’un écoystème très diversifié, c’est une plante qui occupe la strate haute du début de la succession forestière. Il colonise par exemple des espaces qui ont été ouverts par le feu ou par une tempête et où il peut donc avoir accès à la lumière.

Chez Gudji, j’ai pu participer à un cours visant à créer une agroforêt pastorale avec un objectif de production de lait dici 3 ans. Lieu de lexercice: une ancienne plantation de cacao laissée à l’abandon depuis 15 ans. Une « capoeira », étape juste avant la forêt mature. Pour rendre cette zone productive en utilisant les pratiques agricoles traditionnelles du coin, on aurait mis le feu pour détruire les arbres puis semé de lherbe pour l’élevage. Avec l’aide de Flavio Baracho, spécialiste du pâturage tournant dynamique en système agroforestier, nous avons rajeunit le système.

L’objectif de lagroforesterie successionnelle est de produire une abondance de nourriture et régénérer les écosystèmes. On va donc amener lancienne plantation de cacao à un état de fertilité encore meilleur, plus diversifié. Jour 1 et 2: tous les arbres sont abattus, découpés, leur bois organisé en lignes sur le sol: en plus de créer un chemin, le bois nourrit la vie du sol (surtout les champignons) en se dégradant et limite l’érosion.

Jour 2 et 3: on apporte de la poudre de roche calcaire et on plante un consortium de plantes qui vont se développer à des rythmes différents.

 

Vidéo « Plantar comida » : https://youtu.be/N2NuthEM3Yc

 

Au bout de 3 ans, les plantes en place joueront (entre autres) le rôle de haie et de fourrages pour les vaches. Mais en attendant, dautres plantes vont pousser et produire de la matière organique, des fruits et des légumes, dont la vente permettra d’amortir le travail de plantation: tomates, aubergines, maïs, bananiers, igname, taro, et le fameux manioc.

Une plantation au Brésil
 

Deux plantes en particulier, juntera et margaredão, poussent très rapidement et seront taillées intensivement pour produire de la matière organique et stimuler le sol au niveau racinaire. Les arbres qui constitueront la haie et produiront des fruits sont plantés un peu plus tard. « On expérimente pour recréer des savoirs qui se sont perdus, m’explique Flavio. « Plus cest diversifié plus les bovins, qui sont curieux, ont le choix du menu: ils vont tester les plantes et si certaines choses ne leur plaisent pas ils sen souviendront. Ces plantes procurent une alimentation diversifiée aux animaux, une diversité de nutriments, on évite les carences ». Pour lagriculteur planteur de haies moyen, les arbres sembleront plantés trop proches les uns des autres. Rappelons nous que la nature est un système intelligent. Une forêt va produire beaucoup de nouveaux arbres chaque année, qui grandiront peut être, puis la nature sélectionnera ceux qui pourront donner des individus plus forts. Dans la nature, la coopération est bien plus forte que la compétition. On plante serré pour favoriser les symbioses entre plantes dans le sol et au dessus du sol.

 

 

Une plantation au Brésil

Sol > Plante > Animal > Humain

Flavio me rappelle que notre santé démarre dans le sol. « Ici, limplantation de lagroforêt va aider à régénérer le sol, puis les animaux accélèreront le processus en faisant une taille naturelle des arbres et en produisant des déjections fertiles ». En agriculture syntropique, on favorise la récolte de légumes et fruits que lon récolte encore quand la plante est encore verte, par exemple les tomates ou les aubergines. « Si on autorise une plante à vieillir, on fait ralentir le système. Au niveau des racines est produit un signal de sénescence que lon souhaite éviter si lon veut accélérer la régénération du sol ». Par exemple, quand on récolte un maïs grain ou un manioc mature, la plante est sèche et a envoyé autour delle un signal : « le système est mort, arrêtons de produire plus ! ». Cela ralentit la production. Lorsque je demande à Flavio de me ré-expliquer cette notion très nouvelle pour moi, il me donne une autre illustration. « Est-ce quun enfant de 10 ans a envie daller dans une fête où il ny a que des vieux de 80 ans? »

Le lait produit dici 3 ans par ce système sera forcément plus riches en nutriments que celui produit dans un système où les vaches sont nourries de maïs et de soja, voire même de systèmes pastoraux avec peu de diversité.

 

Interview de Gudrun et Flavio: https://youtu.be/_nYvCBAaMto

 

En 2021 lorsque les vaches arriveront dans le système, elles vont faire leur fête aux bananiers. Mais lobjectif nest pas de continuer la production de bananes; les bananiers sont une source deau et de matière organique, qui catalysent l’évolution du système. Dans la ligne de haie, les plantes plus fragiles et que lon souhaite conserver pour la production (café, cacao par exemple) sont disposées vers l’extérieur, du côté des animaux, pour éviter quils soient consommés.

On prévoit que les vaches passent 1 journée dans un carré de 400 m2. Gudji souhaite démarrer avec 3 vaches. Cela semble peu, mais lobjectif est de transformer ce lait dune grande qualité et ainsi ajouter de la valeur.

La moyenne du Brésil est de 0,5 bovins par ha. « Ici on aura 3 vaches sur une parcelle de 1,6 ha, car il y aura une abondance de nourriture, aussi bien au niveau de lherbe que des arbres ». En agroforesterie, on ne travaille pas qu’à l’horizontal. « En élevage conventionnel les animaux sont poussés à consommer plus. Ici, on fait confiance lintelligence de la nature en laissant les animaux choisir leur nourriture, de lherbe, des feuilles et des fruits très riche en nutriments. Ils ont besoin dingérer moins en quantité » m’explique Gudji.

L’école de lagroforesterie

Cette session de 5 jours n’était pas juste un cours. Cest une réflexion sur les systèmes alimentaires et les paysages que lon veut créer ensemble demain. Une réflexion qui implique les savoirs, les savoirs-faire et savoir-être de tous les participants. On apprend en faisant, en croisant les connaissances depuis l’écologie du sol à l’abreuvage des vaches. Au Brésil, on assiste à une véritable explosion des ces « Vivência agroflorestais », qui sont une manière holistique dapprendre ensemble par lexpérience. Une caractéristique commune à la majorité des fermes agroforestières que j’ai visitées est lexpérimentation permanente, et lintensité du partage, avec forcément des challenges à relever pour cette nouvelle pédagogie de lagriculture. Comment optimiser lapprentissage quand des personnes si différentes vivent une expérience ensemble? Comment gérer son temps, sa vie lorsque lon est à la fois agriculteur, transformateur, vendeur, expérimentateur, formateur? Pour moi, cest dans les fermes quest l’université agroécologique du futur. Sur notre planète toute entière.

Le projet Les AgronHommes au Brésil

Le projet des Agron'Hommes au Brésil

 

Pour les raisons ci-dessus, le Brésil fait partie des pays de lEcole d’Agroécologie Voyageuse du projet Les AgronHommes. Un réseau de plus de 10 fermes propose aux jeunes, agriculteurs de demain, de simpliquer dans un projet agroécologique sur place, apprendre lagroforesterie, et partager leur expérience pendant et après sur les réseaux sociaux et par la vidéo, et valoriser leur apprentissage en réalisant ensuite un projet dans leur région en France.

Impliquez vous, découvrez plus !

https://lesagronhommes.com/

Je remercie Marie, française en voyage au Brésil pour mavoir aidé à traduire cette expérience lorsque mon portugais était encore bien faible !

Opaline Lysiak

Photo: Opaline Lysiak

Publié le 07/07/2019

Retour page d'accueil