Retour à la page d'accueil
Aqui.fr
Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà
Bordeaux Métropole
Aidez Aqui! à relever le défi de la grande région
Agriculture

Ours: Les éleveurs restent mobilisés

Ours, plus de 150 éleveurs béarnais, basques, bigourdans, ariégeois et espagnols ont manifesté leur colère ce 14 octobre à Tarbes

À l’initiative des FDSEA et des Jeunes Agriculteurs des Pyrénées-Atlantiques et des Hautes-Pyrénées, une mobilisation interrégionale — béarnais, basques, bigourdans, ariégeois et espagnols — s’est déroulée ce lundi 14 octobre à Tarbes devant la Préfecture des Hautes-Pyrénées. Plus de 150 éleveurs ont rejoint la capitale de Bigorre pour exprimer leur colère en déversant du fumier et des bottes de pailles contre et devant les grilles du bâtiment préfectoral. Leur rancœur provient du plan de réintroduction ours opéré il y a quelques mois. Cette année, sur le massif pyrénéen, plus de 1 500 animaux d’élevages sont morts suite à des attaques d’ours. Pour éviter ce massacre, la profession demande l’arrêt total des réintroductions et le retrait des deux mammifères slovènes. Une délégation a été reçue par Brice Blondel, Préfet des Hautes-Pyrénées.

Le dernier dérochement à Cauterets occasionnant la perte de près de 300 brebis est encore frais dans la mémoire des éleveurs réunis ce lundi 14 octobre devant les grilles de la Préfecture de Tarbes. Ce malheureux épisode constitue le point d’orgue d’une saison d’estives marquée par les attaques et nourrie par l’inquiétude et la crainte. Cette année d’ailleurs, la plupart des bergers ont fait le choix de redescendre un mois plus tôt qu’à l’accoutumée en raison des risques trop élevés d’attaques.

Le plan de réintroduction de l’ours est à l’origine de leur détresse. « Aujourd’hui, le pastoralisme est en danger », lance Pauline Robert, présidente des JA 65. Et si l’État campe fermement sur sa position, jugeant la cohabitation possible entre l’élevage et le mammifère, les bergers présents ce lundi matin assurent le contraire. De plus, les mesures de protection déployées par le gouvernement n’ont pour eux rien changé. « On le voit bien cet été. Au dernier dérochement qui a eu lieu dans les Hautes-Pyrénées où 300 brebis sont mortes, il y avait un patou en place, un berger et des filets en place. Aujourd’hui, on nous demande une mesure sur les trois. Eux avaient les trois. Et ce dispositif n’a pas empêché l’attaque », souffle la jeune syndicaliste.

Rencontrer le ministre

Sur les coups de 11 heures, alors que les environs de la Préfecture étaient quadrillés par les forces de sécurité, une quinzaine de tracteurs ont pu se faufiler et rejoindre son entrée pour recouvrir ses grilles de fumiers et de bottes de pailles. En fin de matinée, entendue par le Préfet Brice Blondel, une délégation d’agriculteurs a livré ses revendications.

Tout d’abord, les éleveurs demandent l’arrêt total de la réintroduction de l’ours. « Même s’il est normalement stoppé, nous ne sommes pas à l’abri qu’à l’arrivée d’un nouveau ministre de l’agriculture ou de l’écologie, il soit de nouveau mis en route », lâche la jeune agricultrice. Pour les éleveurs, au vu des attaques déplorées cette année, le retrait des deux ours slovènes réintroduits s’impose. Par ailleurs, les protagonistes souhaitent un renforcement du dispositif notamment au niveau du puçage de toute la population ursine peuplant le massif pyrénéen. Ils veulent également que les tirs de défense et létal soient autorisés. Les syndicats attendent aussi la création d’un organisme indépendant pour la gestion de la population et de la prédation car ces derniers dénoncent un manque de neutralité des agents de l’ONCSF (Office national de la chasse et de la faune sauvage) et du Parc National. Enfin, les Pyrénéens espèrent que l’État s'engage à mettre les moyens nécessaires pour former les bergers. Dernière volonté des syndicalistes : pouvoir s’entretenir avec le ministre de l’agriculture et de l’écologie.

Baptiste Nouet

Photo: Baptiste Nouet

Publié le 15/10/2019

Retour page d'accueil