Retour à la page d'accueil
Aqui.fr
Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà
Aidez Aqui! à relever le défi de la grande région
La Machine à Lire

Philippe Madrelle: un livre de Mémoires comme une dernière victoire


Au-delà de la mort il sera resté ce gagneur en politique qui ne concevait pas que l'on puisse s'aligner sur la ligne de départ d'un 400m avec une autre ambition que la première place et qui doutait de cette phrase de Pierre de Coubertin ; «  l'important c'est de participer » Philippe Madrelle, avec l'amicale complicité de Jean Petaux, éminent professeur à Sciences Po Bordeaux, qui connaît mieux que personne les arcanes du socialisme girondin, nous lègue un livre de Mémoires d'autant plus touchant qu'il a eu, avant de quitter ce monde le 27 août, la faculté d'en corriger les épreuves.

« L'art de gagner en politique » édité par les éditions « Le Bord de l'Eau » revient, non seulement sur le parcours hors norme de cet enfant du Blayais qui sera prof d'anglais et champion toutes catégories du cumul des mandats, à une époque où il s'agissait moins de le dénoncer que de voir l'intérêt, pour l'élu local, de faire remonter, via l'Assemblée nationale ou le Sénat, les réalités du terrain jusqu'au législateur.

A nos yeux, témoins contemporains de la plupart des temps forts et de quelques uns, plus faibles, de ces 54 ans de «  scène électorale et publique » comme la nomme Jean Petaux, il n'est pas le moins intéressant de considérer la complicité que Philippe Madrelle, ce double Girondin, président du plus grand département de France pendant 36 ans et fervent adepte de la décentralisation, a su à bon escient entretenir avec un François Mitterrand. Et, notamment lorsqu'il s'est agi de créer des outils d'intervention du département au service des communes. De la Nièvre à la Gironde que d'expériences partagées qui sont la clé des victoires.

Pépinière Aquitaine

Comment ne pas être sensible aussi à l'hommage qu'il rend à trois élus qu'il a repérés et soutenus : un certain Alain Rousset – «  un gros bosseur, un organisateur, un réalisateur » - son jeune directeur de cabinet à la Région, lorsqu'il prend le relais d'André Labarrère, devenu ministre fin 1981. Un mandat de quatre ans où l'institution régionale de simple établissement public va changer de statut lorsqu'un certain Gaston Defferre, on l'oublie souvent, va devenir collectivité au nom des lois de décentralisation que le maire de Marseille imposera de toute son autorité transférant aux élus la responsabilité du pouvoir éxécutif . Mais, aussi, hommage à un Alain Anziani, aujourd'hui maire de Mérignac que Rousset lui présentera et qui va accompagner le travail du sénateur Madrelle en 1982, sur les dossiers du plan intérimaire proposé par un certain Michel Rocard et, bien sûr, à un autre de cette génération réunie dans le chapitre « Pépinière Aquitaine », Gilles Savary, qui fera ses premières armes à l'occasion d'une étude sur les retombées économiques de la centrale nucléaire du Blayais avant de connaître, lui-même, un riche parcours électoral européen et national brutalement interrompu en 2017 lors de la vague d'En Marche. Et de confier en une phrase aux accents d'héritage : « Quand je réalise qu'ils ont tous commencé ce chemin à mes côtés en 1981-1982, au sein de ce petit commando de pionniers, dans ce lieu improbable qu'était l'ancienne préfecture de la Gironde, l'un des temples de la politique d'Etat gaullo-pompidolienne, colbertiste et très centralisée, transformée en si peu de temps en laboratoire de la décentralisation appliquée, je suis assez content de tout cela . »

Une Soirée hommage à Philippe Madrelle organisée par la Librairie la Machine à Lire et les Editions le Bord de l'Eau aura lieu, ce 21 octobre, à l'Athénée municipal de Bordeaux à 18h30, à l'occasion de la sortie de «  l'Art de gagner en politique ». (contact@editionsbdl.com) Avec les interventions de Jacqueline Madrelle, de Gilles Savary et Jean Petaux.

 
What do you want to do ?
New mail

Joël Aubert

Photo:

Publié le 18/10/2019

Retour page d'accueil