Retour à la page d'accueil
Aqui.fr
Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà
Super Défis
Aidez Aqui! à relever le défi de la grande région
Société

Covid 19 : "Situation très préoccupante en Nouvelle-Aquitaine", alerte l'Agence Régionale de Santé

Test de dépistage du Covid-19

L'Agence Régionale de Santé émet une nouvelle fois un bilan inquiétant des données épidémiologiques de la région. Le nombre de cas a fortement augmenté passant d'un taux de positivité de 1,6% à en semaine 31 (du 27 juillet au 2 août)à 5,2% ce jour, vendredi 11 septembre. Si le nombre de cas augmente (et dans tous les départements), ce n'est donc pas seulement lié à une augmentation du nombre de dépistage prévient l'Agence régionale de Santé.

Selon l'ARS, "le taux de positivité est un excellent indicateur de surveillance pour juger de la circulation réelle du virus". La multiplicaton de ce taux par 3,5 en un mois en Nouvelle-Aquitaine, donne au point de situation hebdomadaire de l'ARS, un caractère pour le moins inquiétant et ce même s'il persiste une grande disparité des taux de positivité entre les départements, de 1.8 % en Creuse à 8.3% en Gironde. Car si l'écart est parfois important, "ces taux sont tous en augmentation depuis la semaine 33 dans tous les départements, notamment pour les départements de la Vienne (4,5 %), des Landes (3,5 %) et de la Dordogne (2,5 %)", précise la structure. 

Cas graves hospitalisés: le nombre augmente aussi
"Cette situation est très préoccupante car elle montre une circulation active du virus. Plus il y a de cas positifs en population générale, plus il y a de risques que le nombre de cas graves hospitalisés et en réanimation augmente", averti l'Agence régionale.
Et pour cause, l'augmentation de cas graves hospitalisés est d’ailleurs déjà observée depuis un mois avec une augmentation régulière du nombre de patients hospitalisés pour Covid-19 (oscillations entre 50 et 85 patients hospitalisés en août) et elle s'accélère encore depuis une semaine : "le nombre de patients hospitalisés pour Covid-19 ayant presque doublé en 10 jours, passant de 85 patients le 31 août à 147 patients le 8 septembre", compte l'ARS.
Particulièrement impacté le CHU de Bordeaux qui compte 68 hospitalisations au 9 septembre dont 21 en réanimation. Mais d’autres établissements de santé de la région "pourront potentiellement être impactés si l’épidémie continue de se diffuser à ce rythme élevé", prévient une fois de plus la structure.

"La maladie ne doit pas être banalisée"
Conséquence de l'évolution défavorable de plusieurs indicateurs de surveillance, "le département des Pyrénées-Atlantiques sera déclaré en vulnérabilité élevée comme La Gironde. Les départements du Lot-et-Garonne, de la Haute-Vienne, des Deux-Sèvres, de la Dordogne, des Landes et de la Vienne en vulnérabilité modérée et les autres départements en vulnérabilité limitée."

Face à une situation qui se dégrade, et pour protéger les personnes les plus à risques, "respecter les gestes barrières et les consignes d’isolement est primordial", rappelle l'ARS qui souligne également : "Ce n’est pas parce que chez certains la maladie n’a pas pris une forme grave que ce ne sera pas le cas chez une autre personne contact. Même les personnes asymptomatiques sont très contagieuses. La maladie ne doit pas être banalisée." 

Solène Méric

Photo: DR

Publié le 11/09/2020

Retour page d'accueil